Ouvrir le menu principal

Paul Dupuy (homme politique)

homme politique et patron de presse français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Dupuy.
Paul Dupuy
Fonctions
Député
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
VersaillesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Fratrie

Paul Dupuy est un homme politique et un patron de presse français né le à Paris et décédé le à Versailles

Sommaire

BiographieModifier

Fils de Jean Dupuy, patron de presse, sénateur et ministre, il s'illustre d'abord dans le cyclisme, où il est recordman de l'heure en 1896. Devenu avocat, il quitte cette profession pour entrer au Petit Parisien, nommé par son père. Il effectue de nombreux voyages aux États-Unis, où il étudie le fonctionnement de la presse et en ramène plusieurs innovations. Il s'intéresse beaucoup à la radio, créant la première radio privée[réf. nécessaire]. En 1913, il crée le magazine La Science et la Vie. En 1917, il rachète à Pierre Lafitte le quotidien Excelsior puis fonde le groupe du même nom, Excelsior Publications. Il crée aussi en 1920 le Miroir des sports[1].

Il organise, pour Le Petit Parisien, de grandes manifestations sportives, dont le dramatique course aérienne Paris-Madrid 1911, où un appareil vient s'écraser sur la tribune officielle, blessant grièvement le président du Conseil, Ernest Monis, et tuant le ministre de la Guerre, Maurice Berteaux.

De 1910 à 1914, il est député des Hautes-Pyrénées et s'inscrit au groupe de la Gauche démocratique. Il est battu en 1914, mais retrouve le chemin du Parlement en succédant à son père au Sénat, en 1920. Il s'inscrit au groupe de l'Union démocratique et radicale. En 1925, il fait partie de la mission Caillaux, chargée de régler avec les États-Unis la question des dettes de guerre. Réélu sénateur en 1927, il meurt quelques mois plus tard.

Voir aussiModifier

SourcesModifier

  • « Paul Dupuy (homme politique) », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Notes et référencesModifier