Ouvrir le menu principal
Paul Courteault
Biographie
Naissance
Décès
(à 83 ans)
Bordeaux
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine
Historien de Bordeaux et des pays aquitains
Distinctions
Officier de la Légion d'honneur

Paul Courteault, né le à Pau et mort le à Bordeaux, est un historien français qui a consacré ses travaux à l'histoire de la ville de Bordeaux et des pays aquitains.

BiographieModifier

Paul Courteault est né à Pau le 27 juin 1867. Il est le fils de Julien Courteault (né le 4 février 1825, ou 1823 selon les sources[1]), secrétaire à la mairie de Pau, et de Thérère Labadie, directrice d'école primaire[2]. Il est le frère d'Henri Courteault, archiviste paléographe[3].

Après sa réussite à l'École normale supérieure (1887-1890), Paul Courteault passe l'agrégation de lettres et devient professeur aux lycées de Mont-de-Marsan, Pau et Bordeaux.

Après un doctorat ès lettres consacré à Blaise de Monluc, historien[4], et à Geoffroy de Malvyn, magistrat et humaniste bordelais[5], il succède, le , à Camille Jullian, son maître, dans la chaire d'histoire de Bordeaux et du Sud-Ouest, à la faculté des lettres, qu'il occupe durant trente ans.

Archéologue, premier conservateur du musée d'Art ancien, professeur d'histoire régionale à la faculté des lettres de Bordeaux, responsable des collections du musée lapidaire, des musées Carrère et des frères Bonie, ainsi que du médailler municipal de Bordeaux, il est aussi président de l'Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux de 1912 à 1948.

Chevalier de la Légion d'honneur en janvier 1912, il est promu officier de cette même Légion le 30 juillet 1935[6].

En 1955, une rue du quartier Saint-augustin à Bordeaux porte son nom.

ŒuvresModifier

OuvragesModifier

  • Blaise de Monluc, historien (1908) Grand Prix Gobert de l'Académie française[7] ;
  • La place royale de Bordeaux (1924) Prix Charles Blanc de l'Académie française[8] ;
  • Bordeaux, cité classique, Paris, Firmin Didot, 1932, 216 p., 20 planches, in 8° ;
  • La cathédrale de Bordeaux (1935) ;
  • La Révolution et les théâtres à Bordeaux (1928), Prix Montyon de l'Académie française ;
  • Histoire de Gascogne et de Béarn (1940), Prix Thérouanne de l'Académie française[9].

ArticlesModifier

  • « A la Mémoire du Saintongeais Élie Vinet, principal du collège de Guyenne, 1509-1587 : fête du quatre-centième anniversaire de la naissance d'Élie Vinet, célébrée à Barbezieux, le 16 mai 1909 : compte-rendu, mémoires et documents concernant Vinet et Barbezieux » (lire en ligne, sur Collections patrimoniales numérisées de Bordeaux Montaigne (1886.u-bordeaux-montaigne.fr), consulté le 4 avril 2019) ;
  • Paul Courteault, « Élie Vinet - biographie », Bulletin de la Société des archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis,‎ , p. 167-188 (disponible sur Gallica).
  • Paul Courteault, « Un projet de restauration du Palais-Gallien de Bordeaux au XVIIIe siècle », Revue des Études Anciennes, vol. 18, no 1,‎ , p. 57–59 (DOI 10.3406/rea.1916.1900, lire en ligne, consulté le 4 avril 2019) ;
  • Paul Courteault, « Un autel votif à la Tutelle découvert à Bordeaux (Planches III et IV) », Revue des Études Anciennes, vol. 24, no 3,‎ , p. 236–246 (DOI 10.3406/rea.1922.2221, lire en ligne, consulté le 4 avril 2019) ;
  • Paul Courteault, « Une statue gallo-romaine trouvée devant Bordeaux, dans le lit de la Garonne », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 77, no 3,‎ , p. 357–358 (DOI 10.3406/crai.1933.76367, lire en ligne, consulté le 4 avril 2019) ;
  • Paul Courteault, « Le voyage de Mme d'Aulnoy en Espagne », Bulletin hispanique, vol. 38, no 3,‎ , p. 383–384 (DOI 10.3406/hispa.1936.2738, lire en ligne, consulté le 4 avril 2019) ;
  • Paul Courteault, « Le conseiller au Parlement de Bordeaux : Jean-Jacques Bel », Revue française d'histoire du livre, Bordeaux, Société des Bibliophiles de Guyenne,‎ , p. 67-85 (Bibliothèque municipale de Bordeaux, Cote : Br. 6651 Rés).

BibliographieModifier

  • Gabriel Loirette, « Paul Courteault, Bordeaux, cité classique », Annales du Midi,‎ , p. 482-486 (lire en ligne) [compte-rendu]
  • Jean Alazard, « Gourteault (Paul), Bordeaux, cité classique, 1932 », Revue d'Histoire Moderne & Contemporaine,‎ , p. 349 (lire en ligne) [compte-rendu]
  • Notice nécrologique : Y. Renouard, « Paul Courteault (1867-1950) [note biographique] », Annales du Midi,‎ , p. 277-278 (lire en ligne)

Notes et référencesModifier

  1. Charles Samaran, Deux belles figures d'érudits béarnais : Les frères Paul et Henri Courteault, , 11 p. (lire en ligne).
  2. Charles Samaran, Henri Courteault (1869-1937), (lire en ligne)
  3. Pierre Caron, « Henri Courteault (1869-1937) », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 99, no 1,‎ , p. 204–209 (lire en ligne, consulté le 5 avril 2019)
  4. Victor-Louis Bourrilly, « P. Courteault. Blaise de Monluc, historien. Étude critique sur le texte et la valeur historique des Commentaires, 1908 », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, vol. 9, no 4,‎ , p. 271–273 (lire en ligne, consulté le 4 avril 2019).
  5. « Paul Courteault. Geoffroy de Malvyn, magistrat et humaniste bordelais (1545?-1617). Étude biographique et littéraire suivie de harangues, poésies et lettres inédites. Paris, H. Champion, 1907. (Bibl. de la Renaissance.) », Annales du Midi, vol. 20, no 78,‎ , p. 259–261 (lire en ligne, consulté le 4 avril 2019).
  6. « Cote LH/614/17 », base Léonore, ministère français de la Culture
  7. « Grand Prix Gobert | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 4 avril 2019).
  8. « Prix Charles Blanc | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 4 avril 2019).
  9. « Prix Thérouanne | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 4 avril 2019).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier