Paul Cloché

historien français

Paul Eugène Charles Louis Cloché (né le et mort le ) est un historien français de la Grèce antique et professeur d’histoire ancienne.

BiographieModifier

Paul Eugène Charles Louis Cloché est né le 9 février 1881 à Sathonay (Ain).

Ses études secondaires sont marquées par différents déplacements, il fut élève à Besançon, Nancy et à Paris au lycée Louis-le-Grand de 1896 à 1897, année où il obtient son baccalauréat ès lettres. Il est ensuite reçu à l’École normale supérieure, où il est élève de 1902 à 1906[1].

Cloché obtient sa licence ès lettres en 1903, puis l’agrégation d’histoire et de géographie deux ans plus tard. Il entame alors sa carrière d'enseignant dans les lycées de Douai, Saint-Quentin et Orléans de 1906 à 1919. Pendant cette période, il prépare une thèse de doctorat portant sur la restauration de la démocratie à Athènes en 403 av. J.C. Il obtient son doctorat ès lettres en 1915[2].

En 1919 il est nommé chargé de cours d’histoire ancienne et médiévale à l’Université de Besançon. Il devient professeur adjoint en 1920, puis professeur de 1922 à 1946. C'est en tant que doyen de la Faculté de lettres de Besançon qu'il finit sa carrière en 1951. Il y est collègue du spécialiste du jansénisme Edmond Préclin. Après sa retraite, il est nommé membre correspondant de l'Académie des inscriptions et belles-lettres[2].

Historien et savant prolifique, il écrit plus d'une centaine d'articles et une vingtaine d'ouvrages[2], dont sa thèse La Restauration démocratique à Athènes en 403 avant J.-C qui est devenue une référence dans ce domaine d'étude[3]. Elle est encore citée aujourd'hui dans des publications historiques[4]. Il continue d'écrire et publier des ouvrages historiques après sa retraite, dont notamment Histoire de la Macédoine jusqu'à l'avènement d'Alexandre le Grand en 1960.

Durant sa longue carrière[5] il obtient plusieurs prix et décorations : il est nommé officier d'Académie en 1922 puis officier de l'Instruction publique en 1934, et reçoit la Légion d'honneur en 1946.

Il décède à l’âge de 80 ans le 15 novembre 1961. Il était marié et avait deux filles[6].

PostéritéModifier

Un amphithéâtre du site Mégevand de l'UFR Sciences du langage, de l'homme et de la société de l'Université de Franche-Comté (anciennement Faculté des lettres de Besançon) porte le nom de Paul Cloché[7].

Récompenses et distinctionsModifier

  • Prix Zographos de l'Association des études grecques (1916)
  • Officier d'Académie (1922)
  • Officier de l'Instruction publique (1934)
  • Chevalier de la Légion d'honneur (1946)
  • Correspondant de l'Académie des inscriptions et belles-lettres (1955)
  • Prix de l'Académie des inscriptions et belles lettres : Ambatiélos (1935), Bordin (1938), Ambatiélos (1952), Bordin (1953)

Bibliographie sélectiveModifier

  • « Les expulsions en Attique avant la prise de Phylé », Revue des études grecques, vol. 24, n° 106, 1911, pp. 63-76.
  • La restauration démocratique à Athènes en 403 av. J.-C., doctorat ès lettres, Faculté des lettres de l'Université de Paris, 1915 (thèse principale).
  • Étude chronologique sur la troisième guerre sacrée, 356-346 av. J.-C., doctorat ès lettres, Faculté des lettres de l'Université de Paris, 1915 (thèse complémentaire).
  • « Le décret de 401-400 en l'honneur des métèques revenus de Phylé », Revue des Études grecques, vol. 30, n° 140, 1917, pp. 384-408.
  • « L'Affaire des Arginuses, 406 av. J.-C. », Revue historique, tome 130, 1919, pp. 5-68.
  • «La boulè d'Athènes en 508/507 avant J.-C. », Revue des études grecques, vol. 37, n° 169, 1924, pp. 1-26.
  • «Les pouvoirs de la boulè d'Athènes en 411 et en 404 avant J.-C. », Revue des études grecques, vol. 37, n° 173, 1924, pp. 411-424.
  • « Les procès des stratèges athéniens », Revue des études anciennes, t. 27, n° 3, 1925, pp. 97-118.
  • La civilisation athénienne, Paris, Armand Colin, 1927, rééditions 1935 et 1956.
  • La politique étrangère d'Athènes de 404 à 338 av. J.-C., Paris, Félix Alcan, 1934.
  • Démosthène et la fin de la démocratie athénienne, Mayenne, Paris, impr. Floch, Payot, 1937.
  • Le siècle de Périclès, Paris, Presses universitaires de France, 1949, rééditions 1956, 1960, 1970.
  • La démocratie athénienne, Paris, Presses universitaires de France, 1951.
  • Alexandre le Grand et les essais de fusion entre l'Occident gréco-macédonien et l'Orient, Paris, Presses universitaires de France, 1954, réédition 1961.
  • Un fondateur d'Empire, Philippe II de Macédoine, Saint-Etienne, Dumas, 1955.
  • Le monde grec aux temps classiques de 500 à 336 av. J.-C., Paris, Payot, 1958.
  • La dislocation d'un empire : les premiers successeurs d'Alexandre le Grand, 323-281 av. J.-C., Paris, Payot, 1959.
  • Histoire de la Macédoine jusqu'à l'avènement d'Alexandre le Grand (336 av. J.-C.), Paris, Payot, 1960.
  • Isocrate et son temps, Paris, Les Belles lettres, 1963, réédition 1978 (posthume[8]).

Notes et référencesModifier

  1. « Paul Cloché (1881-1961) », sur data.bnf.fr (consulté le )
  2. a b et c Michel Chevalier, « Le doyen Paul Cloché », Barbizier,‎ , p. 543-544.
  3. Vincent Azoulay, « Violente amnistie. La réconciliation athénienne de 403 av. J.-C. », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 74, no 2,‎ , p. 383-425 (lire en ligne)
  4. Vincent Azoulay, « Repolitiser la cité grecque, trente ans après », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 69, no 3,‎ , p. 689-719 (lire en ligne) ; Stéphane Gacon, «  Les métamorphoses de l’amnistie », Histoire de la justice, n° 28, 2019, p. 37-53 (lire en ligne).
  5. « Cloché, Paul - Persée », sur www.persee.fr (consulté le )
  6. Daniel Daval, « Prospections entre la moyenne vallée de l’Ognon et la vallée du Doubs », ADLFI. Archéologie de la France - Informations,‎ (ISSN 2114-0502, DOI 10.4000/adlfi.8507, lire en ligne, consulté le )
  7. « UFR SLHS -  Plan des locaux / UFR SLHS », sur slhs.univ-fcomte.fr (consulté le )
  8. « CTHS - CLOCHÉ Paul Eugène Charles-Louis », sur cths.fr (consulté le )

Liens externesModifier