Paul Bacon

homme politique français

Paul Bacon
Illustration.
Paul Bacon en 1950.
Fonctions
Ministre du Travail[1]

(4 ans, 6 mois et 10 jours)
Président René Coty
Charles de Gaulle
Gouvernement Gaillard
Pflimlin
De Gaulle III
Debré
Pompidou I
Prédécesseur Albert Gazier
Successeur Gilbert Grandval
Ministre du Travail et de la Sécurité sociale

(11 mois et 9 jours)
Président René Coty
Gouvernement Faure II
Prédécesseur Louis-Paul Aujoulat
Successeur Albert Gazier

(1 an, 5 mois et 11 jours)
Président Vincent Auriol
Gouvernement Mayer
Laniel I et II
Prédécesseur Pierre Garet
Successeur Eugène Claudius-Petit

(2 ans, 1 mois et 1 jour)
Président Vincent Auriol
Gouvernement Bidault II et III
Queuille II et III
Pleven I et II
Faure I
Prédécesseur Pierre Ségelle
Successeur Pierre Garet
Secrétaire d'État à la présidence du Conseil

(3 mois et 9 jours)
Président Vincent Auriol
Gouvernement Bidault II
Prédécesseur François Mitterrand
Paul Devinat
Successeur Robert Prigent
Député français

(13 ans)
Groupe politique MRP
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris (France)
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Gimont (France)
Parti politique MRP (1944-1966)
CD (1966-1976)
CDS (1976-1995)
UDF (1995-1999)
Résidence Seine

Paul Bacon, né le à Paris et mort le à Gimont (Gers), est un homme politique français. Il est issu d’une famille ouvrière.

BiographieModifier

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Bacon participe à la Résistance. Il est membre du Mouvement de libération nationale de Georges Bidault, et distribue un manifeste sur le syndicalisme en décembre 1940. La Gestapo l’arrête en 1943.

Désigné pour représenter les Démocrates populaires à l'Assemblée consultative provisoire (-), Paul Bacon est ensuite élu député de la Seine sous les couleurs du Mouvement républicain populaire (MRP) aux deux Assemblées nationales constituantes puis à l’Assemblée nationale de 1945 à 1958.

Syndicaliste adepte de l’harmonie sociale, Paul Bacon est l’une des grandes figures qui ont construit la sécurité sociale française et est le père du SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti).

Plusieurs fois ministre du Travail, lors de son dernier mandat dans le premier gouvernement Georges Pompidou, il démissionne avec les autres ministres MRP pour protester contre les propos du général De Gaulle sur l’Europe lors de sa conférence de presse de mai 1962.

Il siège au Conseil économique et Social de 1962 à 1964. Il dirige le Centre international de perfectionnement professionnel et technique de Turin puis préside le Centre d’études des revenus et des coûts pendant dix ans à partir de 1966.

Il a été rédacteur en chef de Forces nouvelles, hebdomadaire du MRP.

Bacon a été également conseiller municipal à Saint-Maur-des-Fossés.

Fonctions gouvernementalesModifier

OuvragesModifier

  • La Naissance de la classe ouvrière
  • La réforme de l'entreprise capitaliste (OPTIONS - SERP : SOCIÉTÉ D'ÉDITIONS RÉPUBLICAINES POPULAIRES - Annexe I : Motion du 2e Congrès National - Annexe II : Proposition de loi no 96 sur les sociétés de travail et d'épargne présentée par P. Bacon à l'assemblée nationale le )
  • Vers la démocratie économique et sociale

Notes et référencesModifier

  1. Ministre du Travail et de la Sécurité sociale jusqu'au .

Liens externesModifier