Ouvrir le menu principal

Paul-Albert Février

historien et archéologue français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Février (homonymie).
Paul-Albert Février
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Paul-Albert Février, né le à Cannes et décédé le à Nice, est un historien, archéologue et épigraphiste français spécialiste de l'Antiquité tardive.

Sommaire

BiographieModifier

Élève de l'École des chartes, il en sort archiviste paléographe grâce à une thèse intitulée « Le développement des cités de basse Provence orientale jusqu'au XVIe siècle » (1955)[1], puis en 1964 la première thèse d'État de la Faculté des Lettres d'Aix-en-Provence[2].

Après avoir été membre de l'École française de Rome de 1955 à 1957, il est nommé conservateur aux Archives nationales puis aux Archives départementales de l'Hérault[2].

De 1957 à 1960, il est mobilisé pour combattre dans la guerre d'Algérie[2].

À partir de 1960, Paul-Albert Février enseigne l'archéologie et l'histoire à la Faculté d'Alger où il est recruté par le CNRS. En 1962, il devient directeur du Centre de recherches sur l'Afrique méditerranéenne (CRAM). En octobre 1967, il devient professeur à titre algérien. De 1964 à 1968, il est aussi conseiller technique au Ministère de l'Éducation nationale d'Algérie, et inspecteur des Antiquités de 1966 à 1968[2].

De 1968 à 1991, Paul-Albert Février enseigne l'histoire romaine à l'Université de Provence dont il devient vice-président. En 1969, il devient membre de la Commission régionale de l'Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France. Entre 1970 et 1971, il préside le conseil scientifique de l'université de Provence[2].

De 1985 à 1989, il est vice-président de la Commission nationale de l'Inventaire des monuments et richesses artistiques de la France, membre de la Commission régionale du patrimoine historique, archéologique et ethnologique, et membre de la Commission supérieure des monuments historiques[2].

Paul-Albert Février a légué ses biens à l'Université de Provence. Son appartement à Aix-en-Provence accueille des étudiants et des chercheurs, français ou étrangers, en histoire et en archéologie. Sa collection d'ouvrages a été léguée à la bibliothèque d'archéologie d'Aix et son fonds de photographie conservé dans la photothèque du Centre Camille Jullian. En 2001, une unité mixte de recherche portant son nom est créée par l'Université de Provence[2].

ŒuvreModifier

Paul-Albert Février étudie le passage de l'antiquité à l'époque médiévale (Antiquité tardive)[2].

Il travaille sur les sites de Cimiez, Fréjus, et les sites ruraux du département du Var. Il initie un programme sur les baptistères et les groupes épiscopaux et dirige des recherches relatives au groupe épiscopal de Fréjus qui ont illustré le passage de la topographie antique à la topographie médiévale[2].

En Algérie, il mène des recherches sur les sites de Sétif, Djémila, Tipasa (avec Mounir Bouchenaki), Tébessa (avec Robert Lequément), Hippone (avec Jean-Paul Morel), et Timgad. Il est crédité pour avoir relancé la coopération algéro-française en matière d'archéologie dès 1984[2].

PublicationsModifier

  • 1964 : Le développement urbain en Provence, de l'époque romaine à la fin du XIVe siècle : Archéologie et histoire urbaine
  • 1971 : Cathédrale de Fréjus
  • 1975 : Gap et les cités voisines à l'époque romaine
  • 1980 : La Ville antique, sous la direction de Georges Duby; avec Michel Fixot, Christian Goudineau, Venceslas Kruta et alii.
  • 1981 : Le Groupe épiscopal de Fréjus
  • 1982 : Villes et campagnes dans l'Empire romain, actes du Colloque organisé à Aix-en-Provence par l'UER d'histoire, les 16 et 17 mai 1980, direction P.-A. F. et Philippe Leveau
  • 1986 : La Nécropole orientale de Sitifis (Sétif, Algérie)
  • 1986 : Topographie chrétienne des cités de la Gaule. 2, Provinces ecclésiastiques d'Aix et d'Embrun (avec Yvette Duval)
  • 1989 : La Provence des origines à l'an mil
  • 1989 : Approches du Maghreb romain (2 volumes)[3].
  • 1996 : La Méditerranée (recueil posthume d'un certain nombre d'articles, en deux volumes)
  • 2019 : L’édifice appelé « Maison de Bacchus » à Djemila (à titre posthume)

Notes et référencesModifier

  1. Site de l'École nationale des chartes
  2. a b c d e f g h i et j Véronique Blanc-Bijon et Michel Fixot, « Portraits de chercheurs : Paul-Albert Février », sur Media Med
  3. Compte-rendu du volume 1 : Gabriel Camps, « Notes critiques : Paul-Albert Février, Approches du Maghreb romain. Pouvoirs, différences et conflits », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 51, 1989, p. 157-159 Lire en ligne

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • « Nécrologie : Paul-Albert Février », Gallia, 48, 1991, p. 1-12 Lire en ligne (article présentant son curriculum vitæ et sa bibliographie complète).
  • Jean Guyon, « Paul-Albert Février (1931-1991) », MEFRA, 103-1, 1991, p. 307-312 Lire en ligne.
  • Gabriel Camps, « Paul-Albert Février 1931-1991 », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 59-60, 1991, p. 266-267 Lire en ligne
  • Jean-Marie Guillon, Paul-Albert Février, un historien dans l'Algérie en guerre : un engagement chrétien, 1959-1962, préfacé par Pierre Vidal-Naquet et postfacé par André Mandouze, Le Cerf, Paris, 2006.

Liens externesModifier