Ouvrir le menu principal

Paul-Émile Janson

personnalité politique belge
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Janson.

Paul-Émile Janson
Illustration.
Fonctions
Premier ministre de Belgique

(5 mois et 21 jours)
Monarque Léopold III
Gouvernement Janson
Coalition Catholique - libéral - POB
Prédécesseur Paul Van Zeeland
Successeur Paul-Henri Spaak
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bruxelles (Belgique)
Date de décès (à 71 ans)
Lieu de décès Buchenwald (Allemagne)
Nationalité belge
Parti politique Libéral
Profession Avocat et professeur de l'ULB
Résidence 16, rue de la Loi
Premiers ministres belges

Paul-Émile Janson (né le , BruxellesBuchenwald, ) est une personnalité politique libérale belge. Il est le fils de Paul Janson, qui fut lui aussi Ministre d'État.

BiographieModifier

Il était avocat et devint, en 1910, député à la Chambre. De 1935 à 1936, il fut sénateur coopté. Il occupa plusieurs fonctions ministérielles : Défense nationale, Justice, Affaires étrangères.

Il a été Premier ministre de Belgique du au . Ce gouvernement fut difficile à former, dans une période politiquement instable et un environnement international tendu. Ce gouvernement créa des conseils culturels néerlandais et français et introduisit un projet de loi sur l'usage des langues dans l'armée.

Il était l'oncle du socialiste Paul-Henri Spaak qui lui succéda comme premier ministre. Il fut également professeur à l'Université libre de Bruxelles, dont le plus grand amphithéâtre portera plus tard le nom. Il fut président du Club des 33.

Franc-maçon, il fut membre de la loge Les Vrais Amis de l'Union et du Progrès Réunis de Bruxelles[1].

Réfugié dans le midi de la France en 1940, il fut arrêté par les Allemands dès l'invasion de la zone sud. Il est déporté à Sachsenhausen, puis à Buchenwald, où il mourut en 1944.

DistinctionsModifier

NotoriétéModifier

Il existe plusieurs rues et places au nom de Paul-Émile Janson en Belgique francophone (Awans, Bruxelles, Ixelles, Stambruges, Tournai).

Notes et référencesModifier

  1. P. Libert, Les Vrais Amis de l'Union et du Progrès Réunis. Deux siècles de la plus ancienne loge de Bruxelles, Ed. du Grand Orient de Belgique, 2007, p. 309.