Pau Football Club

club de football français

Le Pau Football Club, abrégé en Pau FC, est un club de football français fondé en 1959 à Pau en Béarn.

Pau FC
Logo du Pau FC
Généralités
Nom complet Pau Football Club
Surnoms Les Maynats[1]
Les Jaune et Bleu[2]
Le PéFéCé[3]
Noms précédents Football Club de Pau (1959-1995)
Fondation (65 ans, 2 mois et 5 jours)[note 1]
Statut professionnel 2020-
Couleurs Jaune et bleu
Stade Nouste Camp
(3 859 places)
Siège Nouste Camp
Chemin de l'Aviation
64000 Pau
Championnat actuel Ligue 2
Président Bernard Laporte-Fray
Entraîneur Nicolas Usaï
Joueur le plus capé Jacques Leglib (369)
Meilleur buteur Joël Lopez (77)
Site web paufc.fr
Palmarès principal
National[4] Aucun

Maillots

Domicile

Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2024-2025 du Pau FC
0

Le Pau FC est issu du patronage des Bleuets de Notre-Dame, officiellement créé en 1920 dans le quartier Mayolis, et qui atteignit la plus haute division amateur française au début de la saison 1958-1959. Les autorités religieuses estimèrent alors que le niveau sportif du patronage dépassait désormais le stade de l'association sportive de quartier.

Sous la direction de son président-fondateur José Bidegain, l'équipe première du patronage des Bleuets de Notre-Dame devient le Football-Club de Pau et s'installe dès les années 1960 au stade du Hameau, avec pour ambition de rejoindre les divisions professionnelles.

Fragilisé par ses difficultés financières récurrentes, qui obligent la mairie de Pau à intervenir à plusieurs reprises, le FC Pau connait finalement les affres de la relégation et retourne en Ligue du Sud Ouest. Malgré l'ambition des dirigeants, le club échoue à atteindre le monde professionnel. Les années 1990 voit le club dépenser inconsidérément dans sa quête du statut professionnel, manquant la promotion en deuxième division à plusieurs reprises. Exsangue financièrement, le FC Pau dépose le bilan et est relégué en 1995 en National 2, le 4e échelon du football français.

Le club repart sous l'impulsion de deux anciens joueurs Bernard Laporte-Fray et Joël Lopez et une nouvelle appellation de Pau Football Club. Les finances sont assainies et le club se stabilise en National jusqu'en 2007. Finalement relégué en National 2 et secoué par des crises extra-sportives, le Pau FC ne remonte en troisième division qu'au début de la saison 2016-2017.

Deux ans plus tard, soit 59 ans après sa fondation, le Pau FC inaugure le premier stade de son histoire: le Nouste Camp.

Vainqueur du National lors de la saison 2019-2020 et promu en Ligue 2, le club connait depuis la période la plus faste de son histoire et cherche à s'établir de manière durable dans le paysage du football professionnel français. L'équipe première, dirigée par Nicolas Usaï évolue actuellement en Ligue 2 depuis la saison 2020-2021.

Histoire

modifier

Bleuets de Notre-Dame (1920-1959)

modifier

L'histoire du football à Pau trouve ses origines dans les premières décennies de la fin du XIXe siècle, avec la fondation en 1888 de l'Association Bourbaki[5]. Ce patronage catholique, établi initialement pour promouvoir diverses activités sportives et culturelles, donna naissance à sa section football en 1904, sous le nom de Football Association Bourbaki.

Malgré la diffusion progressive du football dans la ville à partir de 1909[6], avec la création de la Jeanne d'Arc Le Béarn (JAB de Pau), le rugby à XV conserva sa position prédominante en Béarn et Gascogne[7].

Jusqu'à la période de la Libération, le Football Association Bourbaki figura comme le club phare du football béarnais[8].

Le début des années 1950 marqua une période significative pour le football palois avec l'émergence du patronage des Bleuets de Notre-Dame, fondé dans le quartier Mayolis en 1920. Après avoir participé à son premier championnat en 1935, ce patronage renoua avec ses activités après la Seconde Guerre mondiale. En 1950, ce patronage de quartier devient champion de France juniors de la Fédération Sportive et Culturelle de France (FSCF), succédant ainsi au palmarès au FA Bourbaki[9]. Cette même année, le patronage des Bleuets effectua ses débuts en championnat de la Ligue du Sud-Ouest, amorçant une ascension qui le propulsa au plus haut niveau des championnats amateurs du football français, la Division Nationale[10].

En 1958, après neuf promotions en dix saisons, ce modeste patronage de quartier se métamorphosa en une institution emblématique du football béarnais et gascon. Il devint un symbole pour la ville de Pau et l'ensemble du Béarn, attirant jusqu'à 6000 spectateurs dans son modeste stade des Bleuets. Toutefois, face à cette réussite croissante, l'évêché de Notre-Dame, considérant que le rayonnement sportif dépassait dorénavant le simple cadre d'une association de quartier, envisagea de se désengager[11]. Dans cette perspective, il entama la quête de leaders compétents capables de gérer efficacement une entité sportive d'une telle envergure[12].

Football Club de Pau (1959-1995)

modifier

Fondation du Football-Club de Pau & ère José Bidegain (1959-1965)

modifier

Le 19 mai 1959, le « Football-Club de Pau » est fondé par José Bidegain, un jeune entrepreneur palois[13]. Cette fondation confère au club la distinction particulière d'être le seul et unique représentant béarnais ou gascon dans les divisions nationales, et le seul club du Sud-Ouest, exception faite de Toulouse et Bordeaux[14]. Les premières années témoignent d'une existence itinérante pour le club, en raison du manque d'installations permanentes, l'obligeant à se réapproprier différents stades à Pau, dont le Stade des Bleuets ou le Stade Bourbaki[15]. Perpétuant les couleurs bleu et blanc du patronage originel, ainsi que le cri de ralliement « Vaincre ou sourire », le club reste attaché à l'héritage de formation initié par les « Pionniers » du quartier Mayolis[16].

La saison 1959-1960 marque les débuts du club en Division Nationale, le plus haut échelon du football amateur français, reprenant ainsi le niveau sportif précédemment atteint par les Bleuets[17]. Cependant, les difficultés financières persistent en raison du déficit d'infrastructures[18]. L'année inaugurale voit le FC Pau se classer à la 7e position du groupe de CFA Sud-Ouest[19]. La saison suivante représente une période de consolidation, le club attirant des joueurs expérimentés. Malgré les changements opérés dans l'effectif et la rotation des entraîneurs, le club parvient à se maintenir en championnat et évolue de manière plus ou moins régulière au Stade du Hameau[20].

Retrait progressif de José Bidegain et lent déclin

modifier

La saison 1964-1965 voit le FC Pau subir sa première relégation. Progressivement, José Bidegain se retire de la direction du club, confiant la présidence à James Chambaud[21],[22]. Cette relégation vers les niveaux régionaux de la Ligue du Sud Ouest engendre de nouveaux problèmes financiers, tandis que le club reste sans domicile fixe, faute d'installations adéquates[23]. Parmi les faits marquants, le jeune joueur Paul Escudé s'affirme, devenant le premier palois à intégrer l'équipe de France Juniors[24].

La saison 1968-69 signe le retour du FC Pau au plus haut niveau amateur, alors que l'enfant prodige Paul Escudé s'en va rejoindre les Girondins de Bordeaux[25].

Sur la scène sportive paloise, le FC Pau demeure isolé, les patros historiques contestant la légitimité du nouveau club[26]. Le FC Pau réintègre donc le rang, subissant une seconde relégation vers les divisions régionales de la Ligue du Sud-Ouest en 1969.

Construction & ambition sous la direction de Pierre Clède (1975-1981)

modifier
 
C'est au FC Pau que Julien Escudé, sous la tutelle de son père, entame sa carrière footballistique.

En 1975, Pierre Clède accède à la direction du club en pleine période de défis sportifs et financiers. Après deux saisons en Promotion de la Ligue du Sud Ouest, l'équipe regagne la Quatrième Division pour la saison 1978-1979. Doté d'une vision audacieuse, Clède nourrissait l'ambition d'atteindre la deuxième division en moins de cinq ans, mais les résultats décevants et l'affluence en baisse au stade ont posé des difficultés[27].

La saison 1980-1981, voit l'arrivée de Jacques Foix, légendaire international du Stade Montois, en tant qu'entraîneur de l'équipe. Malgré cette nomination, les finances du club ne s'améliorent pas et les résultats déclinent[28]. Pourtant, Paul Escudé, ancien joueur du club, revient en tant que responsable des équipes de jeunes, initiant un programme de formation qui laissera une empreinte durable sur le club[29],[30].

En début de la saison 1981-1982, Paul Escudé prend en charge l'équipe première et insuffle une nouvelle vitalité au club[31]. Toutefois, les problèmes financiers persistent et le stade de l'Ousse-des-Bois, déjà vétuste, ne répond plus aux besoins grandissants du club[32].

Ère Paul Escudé & la Quête de l'Accession en Deuxième Division (1981-1991)

modifier

Dans les années 1980, le président Clède, suivant les traces de son prédécesseur José Bidegain, envisage une fusion des clubs historiques de football à Pau afin de pallier le manque d'infrastructures[33]. Cependant, il se heurte à une opposition farouche des trois clubs locaux : les Bleuets de Notre-Dame, le FA Bourbaki et la JAB de Pau.

Au sein de ces institutions, la JAB de Pau émerge avec distinction en tant que meilleur centre de formation, comptant trois lauréats du Concours du jeune footballeur : Jean-Michel Larqué (1964), Dominique Vésir (1971) et Serge Torreilles (1978), ainsi qu'une participation aux quarts de finale de la Coupe Gambardella en 1981-1982. Sous la houlette de Jean Larqué, père de Jean-Michel Larqué et défenseur intransigeant de l'indépendance de son club, la JAB s'oppose vigoureusement à toute idée de fusion.

Confronté à cette impasse, le président Clède abandonne le projet de fusion et opte pour un projet à plus long terme[34].

Au début de la saison 1983-1984, sous la houlette de l'entraîneur emblématique Paul Escudé, le Pau FC retrouve la Division 3. L'équipe compte parmi ses rangs des talents notables comme Bernard Laporte-Fray et Joël Lopez.

Le retour du Pau FC suscite un engouement croissant, avec plus de 8 000 spectateurs au stade de la Croix du Prince pour le match aller des 32es de finale de la Coupe de France 1983-1984[35].

Au cours de la saison 1984-1985, le FC Pau frôle de peu l'accession au monde professionnel, cédant la première place en fin de saison au Chamois niortais, malgré le retour au club de Dominique Vésir[36].

L'année suivante, le club atteint les 16e de finale de la Coupe de France, affrontant l'AS Nancy-Lorraine dirigée par Arsène Wenger. Ce match, perdu 1-0, rassemble plus de 10 000 spectateurs à la Croix du Prince[37],[38].

 
Xavier Gravelaine, prêté par Nantes, inscrit près de vingt buts avec le FC Pau.

Lors de la saison 1988-1989,, Paul Escudé reconvertit le jeune milieu de terrain Xavier Gravelaine en attaquant, et celui-ci inscrit 20 buts. Sous la houlette d'Escudé, les "Maynats", guidés par le jeune Xavier Gravelaine et Hermann Kingué, vainqueur de la Coupe d'Afrique des Nations, affrontent l'Olympique de Marseille en 32e de finale de la Coupe de France à Aguiléra[39]. Malheureusement, le match se solde par une défaite 4-0 face à des joueurs tels que Papin, Huard, Sauzée et Allofs. Malgré les conditions météorologiques difficiles à Biarritz, 10 000 spectateurs assistent à cette rencontre délocalisée[40],[41]..

Cependant, la fin des années 1980 marque un retour aux difficultés financières pour le club. La situation est redressée grâce à l'intervention du maire André Labarrère, qui pallie les déficits du club[42],[43].

À la fin de la saison 1989-90, après huit saisons consécutives à la tête du club, Paul Escudé est écarté par les joueurs, dont certains avaient du mal à s'adapter à sa rigueur et son professionnalisme, adaptés à un club amateur[44],[45]. Néanmoins, l'héritage d'Escudé perdure, le club laissant derrière lui un style de jeu anglais pour une approche plus raffinée et offensive[46].

Escudé est remplacé par son ancien capitaine, Robert Péré-Escamps[47]. Cependant, après une nouvelle saison décevante, l'international Jean Gallice prend les rênes de l'équipe première pour la saison 1990-91. Grâce à un penalty de Joël Lopez dans les dernières minutes, le FC Pau évite la relégation en fin de saison[48]. Hervé Loustaunau, l'un des meilleurs buteurs de l'histoire du club, tire sa révérence à la fin de cette saison[49].

La saison est marquée par la plus faible affluence jamais enregistrée, reflétant la mauvaise réputation du vétuste Stade de l'Ousse-des-Bois[50]. Pour retrouver sa vitalité, le club a besoin d'un nouvel élan.

Âge d'or sous la présidence Pitoun (1991-1993)

modifier

Le , Alain Pitoun, un entrepreneur à la tête d'un petit empire composé de seize sociétés, prend les rênes du « Football-Club de Pau »[51]. Pitoun nomme Paul Escudé en tant qu'entraîneur[52]. L'objectif clairement affiché par le club est une fois de plus la promotion en deuxième division, marqué par le slogan « FC Pau, le football avec passion », qui remplace le célèbre « Vaincre ou sourire ». Les couleurs traditionnelles des Bleuets de Notre-Dame, le ciel et blanc, font leur retour, mettant de côté le jaune et le bleu.

L'arrivée de ce promoteur immobilier, souvent comparé à Bernard Tapie en raison de son goût pour le luxe, suscite un véritable bouleversement dans le milieu du football palois. Le « Football-Club de Pau » quitte alors le vétuste Stade de l’Ousse-des-Bois pour réinvestir le Stade du Hameau, 30 ans après une première expérience mitigée dans les années 1960.

Durant la présidence de Pitoun et avec Richard Allenda en tant que directeur sportif, le club effectue un recrutement de premier plan, attirant des joueurs tels que Claude Lowitz, Patrick Cubaynes, Slavko Radovanovic, Jean-Jacques Nono, Pascal Plancque, Dominique Deplagne, et même l'international américain Billy Thompson, qui rejoint l'équipe depuis le Heat de Los Angeles[53],[54].

Thompson, joueur fantasque doté d'une capacité à réaliser des dribbles époustouflants, devient rapidement le chouchou du Stade du Hameau[55].

Le club affiche de grandes ambitions et attire un public nombreux et fidèle, malgré son statut en troisième division lors de la saison 1991-1992. Les "Maynats" enregistrent régulièrement des affluences de 6 000 à 7 000 personnes au Stade du Hameau, dans un Béarn profondément attaché au rugby à XV[56].

À partir de 1991, Alain Pitoun devient la cible de l'organisation séparatiste basque Iparretarrak. Son yacht est incendié dans le port de plaisance de Larraldenia à Ciboure, un attentat attribué au groupe indépendantiste. De plus, son agence immobilière paloise est dévastée lors d'une autre attaque en mai 1991. Parallèlement, le président du FC Pau fait face à des problèmes judiciaires majeurs et à des difficultés financières importantes[57]. Sur le plan sportif, les résultats en championnat sont décevants, se soldant par une modeste 8e place en Division 3 lors de la saison 1991-1992[58]. Cependant, le club réalise un parcours brillant en Coupe de France, atteignant pour la première fois de son histoire les 8es de finale en avril 1992.

 
Slavojub Muslin dirige l'équipe première du FC Pau de 1992 à 1995.

Au début de la 1992-93, Alain Pitoun nomme Slavo Muslin à la tête de l'équipe[59]. Muslin attire de nombreux joueurs prometteurs comme Aleksandar Jankovic, Franck Rolling ou Samuel Boutal. Après les échecs précédents, le groupe affiche une détermination revancharde et aspire plus que jamais à obtenir cette montée tant désirée[60]. Le FC Pau termine en tête de son groupe en Division 3.

Cependant, contrairement aux éditions précédentes, le vainqueur du groupe n'est plus automatiquement promu en deuxième division. Ainsi, le FC Pau participe à un match de barrage le contre Lyon-Duchère, perdu 2-1 après prolongation, sur un but de Hervé Musquère entaché d'une position de hors-jeu[61],[62]. C'est une double peine pour les palois, car la DNCG rejette la demande de statut professionnel de La Duchère, et le FC Gueugnon est repêché en deuxième division[63].

Maigre consolation, le FC Pau accéde alors au National, la plus haute division amateur créée à l'époque.

Déclin et liquidation judiciaire (1993-1995)

modifier

Ainsi, le FC Pau s'engage dans la première saison du Championnat National nouvellement instauré. Le club renforce ses rangs avec l'arrivée de joueurs tels que Frédéric Viseux, José Dalmao, Bob Senoussi, et Laurent Peyrelade, tandis que Slavo Muslin conserve son poste d'entraîneur[64]. Lors de la Coupe de France 1993-1994, les Maynats éliminent l'AS Saint-Étienne de Laurent Blanc et Joseph-Antoine Bell en 32e de finale, au stade du Hameau, devant 15 000 spectateurs enthousiastes[65].

Les problèmes financiers du président Pitoun s'aggravent. Le , les Palois battent le Sporting Club de Toulon sur le score de 4-0, et à la fin du match, les joueurs entament une grève pour protester contre les salaires impayés[66]. Cette fin de saison marque la fin de la présidence Pitoun, et ce dernier démissionne le , accablé par des accusations judiciaires et un passif de 220 millions de francs. Le , le tribunal de commerce de Pau déclare quatorze sociétés en redressement judiciaire, puis le , ordonne leur liquidation. La mise en liquidation judiciaire du FC Pau devient inéluctable. Les joueurs professionnels ne perçoivent plus leurs salaires, et le club affiche un déficit comptable de quatre millions de francs[67],[68]. Richard Allenda est nommé Manager général en janvier 1994[69]. En janvier 1995, la mairie de Pau supprime ses subventions, tandis que des rumeurs dans la presse locale évoquent une possible collusion entre Allenda et Muslin, nuisible aux intérêts sportifs du club dans le domaine du recrutement[70].

Sur la sellette, l'entraîneur Slavo Muslin quitte le club pour prendre les rênes des Girondins de Bordeaux, tandis qu'Allenda est progressivement écarté[71]. Le « Football-Club de Pau » est officiellement liquidé le [72].

Pau Football Club (depuis 1995)

modifier

Nouveau départ (1995)

modifier

Le « Football-Club de Pau » renaît de ses cendre à la suite de la liquidation judiciaire grâce à un ancien gardien de but du club, en la personne de Bernard Laporte-Fray. Bernard Laporte-Fray était en effet titulaire lors de la saison de 1982-83 où le FC Pau accède en Division 3, avec Joël Lopez en 10 et Robert Péré-Escamps en 6. L'ancien gardien de but devient, douze ans après cette dernière saison, président du nouveau Pau Football Club[73].

Le Pau Football Club est officiellement refondé le , reprenant les couleurs Jaune et Bleu de la ville de Pau. Deux projets étaient alors en concurrence pour la reprise de l'activité du FC Pau: celui d'un ancien joueur en la personne de Laporte-Fray et celui de l'ancien président du FC Pau, Pierre Clède[74]. C'est le projet du « Pau Football Club » porté par Bernard Laporte-Fray qui est retenu par le maire de la ville, André Labarrère. Labarrère justifie son choix en arguant du fait que Pierre Clède « fait partie du passé ».

L'ex-capitaine emblématique des années 1980, Robert Péré-Escamps, est nommé au poste d’entraîneur avec pour mission de maintenir le club en National 2, le club ayant été relégué administrativement la saison précédente. La masse salariale est divisée par 2, passant de 375 000 francs à 175 000. Frédéric Viseux, José Dalmao, Bob Senoussi et Pascal Plancque quittent le club, car la politique sportive du club change drastiquement.

Le Pau FC écrit la première page de sa nouvelle histoire au stade du Hameau face au Dijon FCO, s'imposant sur le score de 1 à 0.

Stabilisation, développement et échec René Girard (1997-2001)

modifier
 
René Girard ne passe que 18 mois à Pau.

En 1996, le Pau FC offre sa première opportunité d’entraîneur à René Girard, dont la mission est de retrouver le National, avant d'accéder en Ligue 2. Sous la houlette de René Girard, Edouard Cissé débute en équipe première. Il rejoint ensuite le PSG dans le cadre d'un transfet de 35 000 francs et un match amical disputé au Stade du Hameau[75]. Dans le cadre du transfert, le PSG affronte le Toulouse Football Club devant 7 000 personnes au Hameau, qui réservent à Cissé un départ chaleureux[76]. Allenda est de nouveau nommé au poste de manager général, assurant ne pas interférer avec Girard[77].

Malheureusement, les résultats ne suivent pas en National, et Girard est démis de ses fonctions en [78]. Girard se plaint notamment de l'influence en coulisses de Richard Allenda et de ne pas avoir eu la main sur le recrutement[79]. René Girard poursuit le club en justice[80]. Malgré ces péripéties, Girard reste en bons termes avec son ancien coéquipier Joël Lopez[81]. Par ailleurs, Lopez et Allenda assurent l'intérim et offrent aux Maynats une victoire face à l'AS Saint-Étienne en huitième tour de la Coupe de France[82].

 
Pascal Planque lance sa carrière d'entraîneur à Pau.

Pascal Plancque, ex-joueur du club qui avait terminé sa carrière chez les basques de l'Arin luzien en Diviosn d'Honneur, est nommé entraîneur en [83]. Allenda redevient directeur sportif[84].

Plancque guide le club jusqu'aux 8e de finale Coupe de France, éliminé par le Paris Saint-Germain[85]. Avant ce match historique pour le club béarnais, Joël Bats avait mis en garde ses troupes, en difficulté en championnat, contre le « tempérament du Sud-Ouest », estimant que c'était « un match piège »[86]. Ce match face au PSG fut disputé dans un stade du Hameau en fusion devant 15 000 spectateurs, et l'unique but de la rencontre fut inscrit par le capitaine de la Seleçao Raí[87],[88]. Le PSG aligne toutefois une équipe expérimentée mais ne parvient à s'imposer que sur la plus petite des marges après prolongation[89]. Edouard Cissé entre en jeu, remplaçant Laurent Fournier.

Pour les supporters du Pau FC, ce but est à jamais entaché d'un hors-jeu flagrant[90].

Le match, tel que prédit par Bats, fut particulièrement haché et se termine sur une « générale » qui se poursuit jusque dans les vestiaires[91]. L'essentiel est ailleurs, le Pau FC, équipe amateur (seuls Vacher et Rémy bénéficient de contrats fédéraux), a rendu le Béarn fier face à un adversaire bien supérieur, faisant preuve de « grinta »pour contrecarrer les plans des entraîneurs du PSG, Ricardo Gomes et Joël Bats[92]. " On avait marqué notre territoire, on est dans le Sud-Ouest, la culture rugby, on savait que techniquement, on ne pouvait pas rivaliser, alors on a mis d'autres arguments! ", déclarait Denis Baylac à l'issue du match. Ce match mémorable face au PSG, a permis de resserrer le groupe et de remporter le groupe C de CFA lors de la saison 1997-1998[93],[94].

La club accède ainsi à la troisième division, plus connue sous le nom de National[95].

Au cours de cette même année 1998, le Pau Football Club est endeuillé par la disparition soudaine d'une légende du club: Paul Escudé[96]. Un stade porte désormais son nom à Pau, inauguré par ses deux fils[97].

Au début de la saison 1999-2000, le Pau FC dispose d'un budget de 6,5 millions de francs, permettant au club de renouer avec les ambitions des années 1990. Des partenariats peu productifs sont signés avec les Girondins de Bordeaux, puis le Toulouse Football Club.

Nouveaux remous, démission de Laporte-Fray et relégation en CFA (2001-2008)

modifier

En 2001, le club traverse une nouvelle période trouble à la suite de la condamnation de son président Bernard Laporte-Fray et de son directeur sportif Richard Allenda à de la prison avec sursis pour possession de cocaïne[98],[99]. La présidence est assurée par Jacques le Coadou, avant que Joël Lopez ne reprenne la main[100]. Le club confirme son orientation vers le football espagnol, en organisant un match amical au Hameau avec le Deportivo Alavés, récent finaliste de la Coupe de l'UEFA[101].

Conséquence de cette affaire, le président Laporte-Fray se voit interdit de toute activité en relation avec le monde sportif jusqu'en 2009 , mais conserve néanmoins sa position d'actionnaire majoritaire du club, continuant ainsi à œuvrer pour la professionnalisation du club[102].

En 2002, le club sollicite Jean-Marc Ferratge pour prendre la tête de la cellule de formation du club[103]. Ferratge prend ensuite les rênes de l'équipe première en 2003[103]. Le club évolue à vue et se cherche une identité[104].

Au cours de la saison 2005-2006, le Pau FC, désormais dirigé par Marc Lévy, se fait prêter un jeune joueur du nom d'André-Pierre Gignac[105]. Alors âgé de 21 ans, « Dédé » inscrit huit buts en vingt matchs sous les couleurs des Maynats, contribuant grandement au maintien du club[106]. Fidèle à sa réputation de bon vivant, il s’intègre vite à l'équipe[107].

Le Pau Football Club se maintient en National jusqu'en 2008, année où il est relégué en CFA, après dix saisons en National.

Cette saison là, David Vignes fut nommé entraîneur le , à la place de Jean-Luc Girard dont il était l’adjoint. Durant cette ultime saison de National, Joël Lopez dresse un constat sans concessions de l'état du football béarnais, qui, malgré 6 000 licenciés, manque de « culture footballistique », alors que les compétitions et niveaux de jeu régionaux sont faibles, ce qui handicape le club pour la détection de talents régionaux[108]. Edouard Cissé, icone du Pau FC qui évolue alors au Beşiktaş JK, se propose de venir au secours de son club formateur et de revoir la structure en place[109].

« Je propose une manne financière, mais pas pour investir dans un panier percé. Je veux des résultats, je crois en cette ville qui mérite une équipe de Ligue 2. Or, aujourd'hui en National, le Pau FC se meurt et ça me fait chi*r. »

— Édouard Cissé

 
Tino Costa passe deux saisons à Pau.

À la suite de la signature de Tino Costa et Pablo Amendolare du Racing Club de France, le Pau FC cherche à se développer en Argentine[110]. Le club noue une relation, peu fructueuse, avec le centre de formation argentin de Las Flores, ville dont est originaire Costa[111].

Le Pau Football Club (de 1998-1999 à 2007-2008), codétenteur avec l'AS Cannes (de 2001-2002 à 2010-2011) du record de longévité en National, avec 10 saisons jouées consécutivement, est toutefois désormais en grande difficulté sportive et financière[112].

Le président Laporte-Fray tend publiquement la main à Edouard Cissé afin que celui-ci s'investisse dans le club. Cissé avait en effet exprimé à plusieurs reprises vouloir s'engager dans le club à l'issue de sa carrière professionnelle[102].

En parallèle, l'ancien président Clède propose de reprendre en mains les destinées du club. Alors âgé de 65 ans, Clède échoue dans son projet d'acquérir le Pau FC pour l’euro symbolique et se dit prêt à injecter entre 500 000 et un million d’euros tout en réduisant la dépendance aux subventions municipales, afin de viser une montée en Ligue 2. Clède considère alors le Pau FC comme « un club municipalisé », le logo même du club étant calqué sur celui de la ville.

La descente en CFA mettrait alors en danger le projet de « rebâtir en misant sur la formation »[113].

Rechute & championnat de France amateur (2008-2016)

modifier

« Les Maynats » sont finalement relégués en 2007-2008, et évolueront 8 saisons de rang en Championnat de France de football de National 2.

En 2010, la désaffection du public palois est marquée, se traduisant par des recettes au stade et de sponsoring historiquement basse. Joël Lopez quitte la présidence du club pour rejoindre Evian, dont il deviendra président[114].

Bernard Laporte-Fray reprend la présidence du Pau FC en 2010, neuf ans après l'avoir quittée en raison de procédures judiciaires, même s'il est toujours resté actionnaire principal[115]. Lors de sa prise de fonction il déclare : « Tout est à changer »[116]. Le budget est revu à la hausse, passant de 1 à 1,2 million d'euros afin d'aborder «un vaste chantier», celui de la remontée en Championnat National avec pour objectif de viser la Ligue 2.

Le Président Laporte-Fray entre en contact avec Edouard Cissé, qui déclare ne pas être « fermé à aider le club de son cœur. On s'est donné la saison pour entrer plus activement la saison prochaine »[116]. Cette collaboration, ardemment désirée par les supporters palois, ne se concrétisera pas. L'ancien joueur du Pau FC Edouard Cissé confirme toutefois avoir voulu s'investir au sein du club[117].

David Vignes, de nouveau aux commandes du club, est limogé une seconde fois en 2010 après 3 saisons[118],[119]. Le club fait preuve de peu de stabilité, et les entraineurs se succèdent sans améliorer les résultats[120].

 
Laurent Strzelczak entraîne le Pau FC en CFA de 2012 à 2014.

En 2012, le Pau FC frôle le dépôt de bilan. Le footballeur béarnais le plus médiatique, Jean-Michel Larqué, comme son père dans les années 1980, se prononce contre le rapprochement des différents clubs palois sous une seule et même entité[121]. Dans une terre de rugby, le club éprouve des difficultés à survivre et peine à occuper les premiers rôles[122],[123].

Au début de la saison 2012-2013, le Pau FC réoriente sa politique de recrutement vers des joueurs locaux dont Julien Labat, Nicolas Cami, Hicham M'Laab ou encore Jacques Leglib[124]. Le club se stabilise peu à peu et réalise le meilleur début de saison de son histoire en 2015-2016 et retrouve enfin la troisième division[125],[126].

Stabilisation en National (2016-2020)

modifier

Ainsi, « Les Maynats » retrouvent le National lors de la saison 2016-2017 et terminent à la 14e place du classement, premiers non relégables[127]. Le Pau FC obtient son maintien miraculeusement lors de la dernière journée, grâce à un succès 3-0 sur le terrain de l'Union sportive concarnoise, bénéficiant du même coup des défaites conjuguées du Club sportif Sedan Ardennes et du CA Bastia lors de la saison de son retour en National[128].

La saison 2017-2018 se veut une saison de consolidation, avant de prendre possession de son nouveau stade[129],[130]. Pour la dernière au Hameau, 2 500 spectateurs ont assisté au match face au champion, le Red Star FC — auquel le public effectua une haie d’honneur — avant de démarrer un novueau chapitre de son histoire[131].

Avec neuf saisons à la tête du club, David Vignes établit un record de longévité, surpassant le règne de Paul Escudé[132],[133].

 
Vincent Thill se révèle à Pau.

Le Pau FC entame la saison 2018-19 en tant que seul représentant du football du Sud-Ouest de la France, avec un entraîneur italien aux commandes, Raffaele Novelli et l'ambition de monter en Ligue 2 en trois ans[134]. « Les Maynats » enregistrent les arrivées en prêt de Vincent Thill et de Quentin Boisgard.

Novelli est démis de ses fonctions en , remplacé par Bruno Irles[135]. Bruno Irles conserve ses fonctions au sein du Late Football Club et 19H30 Sport sur Canal+Sport. En , Dado Pršo vient assister son ex-coéquipier au poste d'entraîneur adjoint[136]. À l'issue de cette saison frustrante, puisque le club a longtemps été relégable avant de trouver un rythme de croisière qui lui aurait permis de jouer les premières places du classement, Quentin Boisgard et Vincent Thill sont nommés pour le titre de révélation de la saison.

Auteur de 10 buts et 3 passes décisives, Thill est élu révélation de l’année lors de la cérémonie de remise des Trophées du National 2018-2019[137]. Thill figure également dans l'équipe type de l'année[138].

 
Bruno Irles propulse le Pau FC en Ligue 2 en 2020.

Le Pau FC commence la saison 2018-19 sur les chapeaux de roue, figurant en seconde place du classement à la neuvième journée, en dépit de l'avant-dernier budget de la division. Les pertes des deux joueurs majeurs prêtés la saison précédente sont compensés par de nouvelles arrivées en prêt. Scotty Sadzoute et Romain Bayard viennent complémenter l'équipe en place[139]. Le Pau FC déniche des talents prometteurs dans le championnat du Sénégal: Yankuba Jarju, Moustapha Name, Lamine Gueye et Cheikh Sabaly rejoignent ainsi le club béarnais.

Rapidement, la saison prend un tournant historique pour les soixante ans du club, puisque l'équipe est leader à la trêve.

Les palois effectuent un retour temporaire au Stade du Hameau, leur ancien antre pour un match de Coupe de France. Ils s'imposent sur le score de 3 à 2 après prolongations face aux Football Club des Girondins de Bordeaux. Cette affiche attire 15 668 spectateurs au stade, établissant un nouveau record d'affluence.

Le tour suivant voit le Pau FC affronter le PSG dans un Hameau comble, soit 16 707 personnes, établissant un nouveau record d'affluence. 60 000 demandes de billets sont formulées en ligne[91].

L'avant match est marqué par une avalanche de critiques de la presse parisienne envers l'état de la pelouse[91],[140],[141],[142],[143].

Le Pau FC s'incline sur le score de 2 à 0, avec une équipe largement remaniée dans le but de privilégier le championnat et d'assurer une montée historique. Pour Joël Lopez, directeur sportif « Il y avait mieux à faire, mais pour notre coach, la Coupe de France, c’était comme des matchs amicaux. C’était frustrant, car on ne s’est pas donné les moyens de faire mieux. »[144].

Cette saison historique est brutalement interrompue par la pandémie de Covid, alors que le club est leader et en position d'accéder à la Ligue 2 pour la première fois de son histoire[145]. Disposant de l'avant-dernier budget de Championnat National 2019-2020, Bruno Irles, avec pour adjoint Dado Pršo, parvient à décrocher une montée historique en Ligue 2 2020-2021[146],[147]. Le titre de Champion de National, compétition administrée par la FFF, ne lui est toutefois pas officiellement attribué, à la différence de ce qui fut pratiqué en Ligue 1 et Ligue 2, compétitions gérées par la LFP[148].

Découverte du monde professionnel (2020-2023)

modifier
 
Didier Tholot entraîne le Pau FC depuis 2020.

Le Pau FC se sépare du binôme Irles - Prso à l'intersaison, et Didier Tholot est nommé à la tête de l'équipe première[149],[150]. Pour sa première saison en Ligue 2, le Pau FC a pour ambition d'assurer un maintien rapide en dépit d'un budget de 6,5 millions d'euros, le plus petit de la division[151]. Le début de saison est laborieux et l'équipe est relégable à la trêve, mais le Pau FC réalise une seconde partie de championnat exceptionnelle et termine la saison à une brillante 14e place[152]. Le club obtient le plus haut classement de son histoire lors de la saison 2021-2022, avec une place de dixième[153]. Conséquence de cette bonne saison, Didier Tholot est nommé pour le trophées UNFP du Meilleur Entraîneur de Ligue 2[154].

L'avant-saison 2022-2023 marque un changement de cap dans la politique sportive du club. Joël Lopez confirme en effet que le club ne privilégiera plus les prêts de joueurs.

Le club réalise une vente record de 0,5 million d'euros avec la cession de Samuel Essende à Caen, et voit des joueurs cadres depuis l'accession en L2 quitter le navire: Quentin Daubin, Victor Lobry ou encore Romain Armand[155].

Le club se veut ambitieux et se tourne vers l'international pour son recrutement, avec la venue de Nguyễn Quang Hải depuis le Hanoi FC ou de Diyaeddine Abzi depuis le York United FC au Canada[156].

Le transfert de Quang Hai Nguyen fait exploser la popularité du club sur les réseaux sociaux en Asie[157]. Pour sa troisième saison professionnelle, le Pau FC est notamment victime de la diffusion de marchanding contrefait sur le marché asiatique[158]. Durant le mercato d'hiver, le Pau FC céde son gardien Alexandre Olliero au Stade de Reims, dans le cadre d'un transfert record pour le club[159].

Balles Neuves (2023-)

modifier

Au début de la saison 2023-2024, Le Pau FC entame une nouvelle ère après une série de changements majeurs au sein de l'organigramme du club. À la suite de la victoire décisive contre Caen à la fin de la saison précédente, assurant le maintien en Ligue 2, le président du club, Bernard Laporte-Fray, a pris des décisions importantes: « Personnellement, j’ai le sentiment d’une fin de cycle, et si Didier ne souhaite pas continuer, il faudra repartir avec des balles neuves. »[160].

Bernard Laporte-Fray souligne la nécessité d'impulser un changement, confirmant ainsi son intention de rebâtir le club. Il met en avant le fait que malgré la taille modeste du Pau FC, le club avait une masse salariale comparable à celle de clubs tels que Grenoble et QRM, voire supérieure à certains autres clubs ayant réalisé de bonnes performances en Ligue 2 2022-2023. Laporte-Fray assume donc la décision de reconstruire l'organigramme du club afin d'améliorer les performances. Yann Laporte-Fray, son fils, devient directeur général, Luis de Sousa rejoint le club en tant que directeur sportif et Nicolas Usaï prend place sur le banc en tant qu'entraîneur.

Les départs de l'entraîneur Didier Tholot et du directeur général Joël Lopez ont été officialisés, marquant ainsi la fin d'une période et le début d'un renouveau. Des rumeurs font état de dissentions au sein de la direction depuis le transfert au mercato d'hiver d'Alexandre Olliero au Stade de Reims, acté malgré les réticences du tamdem Tholot-Lopez[161].

Le Pau FC souhaite conserver l'esprit combatif instauré par Tholot, mais également apporter davantage de structure avec Usaï. C'est pourquoi l'arrivée simultanée de Luis de Sousa en tant que directeur sportif est d'une grande importance. Ce poste n'était pas clairement défini durant les trois premières saisons du club en Ligue 2. De Sousa, fort de son parcours qui comprend des clubs tels que Marseille, Toulouse, Créteil, Troyes et Saint-Étienne, où il a réussi une opération de redressement au mercato d'hiver, a été choisi pour aider à bâtir une équipe solide et capable de se maintenir en Ligue 2. De plus, le président Laporte-Fray a annoncé la signature d'un partenariat avec les voisins de la SD Huesca[162]. Or, le club haut-aragonnais est réputé pour sa connaissance du marché des transferts au football, répérant des joueurs peu connus afin de les mettre en valeur et de se maintenir au plus haut niveau du football espagnol.

Ainsi, le maintien reste la priorité absolue et l'effectif se devra d'être composé d'au moins 16 joueurs de niveau Ligue 2[163].

Une autre priorité du président est d'améliorer la méthode de travail quotidienne. Laporte-Fray souhaite voir davantage de travail sur le terrain et en vidéo. Pour cela, Nicolas Usaï pourra compter sur le personnel déjà en place et sous contrat, car aucun changement significatif n'a été annoncé dans le staff.

Identité du club

modifier

Le FC Pau a dévoilé son premier blason lors de sa création en 1959. En 1961, une nouvelle liste dissidente dirigée par René Lanusse a conduit à l'adoption des couleurs jaune et bleu, ainsi qu'à la création d’un nouveau logo inspiré de celui de la ville de Pau. Ce blason de 1961 est considéré comme l'emblème historique du club, utilisé pendant 30 saisons consécutives.

Au fil des années, le club est resté fidèle à son logo d'origine, à l'exception des années 1990 où des logos mettant en avant la fontaine Alfred de Vigny ont été utilisés[164].

En 2009, un nouveau blason a été créé sous la présidence Lopez, mettant en avant la couronne d'Henri IV et le "Bèth cèu de Pau" (Beau ciel de Pau en béarnais), ainsi que le Boulevard des Pyrénées et la date de fondation en 1959.

Après le retour de Bernard Laporte-Fray en 2011, le club change de nouveau de blason, adoptant un design épuré. Puis, à l'occasion de son accession au monde professionnel, le club a retiré la devise "Vaincre ou sourire" de ses supports de communication[165].

En mai 2022, le club dévoile un nouveau logo afin de moderniser son identité visuelle[166]. Tout en préservant les symboles emblématiques tels que la couronne d'Henri IV, les trois pieux à l'origine du nom de la ville et le paon, ce nouveau logo intègre habilement des éléments évoquant les vaches béarnaises et le Pic du Midi d'Ossau[167]. La présence du paon dans le logo est un exemple d'armes parlantes car en béarnais, le mot pau, signifiant pieu et qui a donné son nom à la ville, ainsi que le mot "paon", se prononcent de manière identique: ['paw] Écouter[168].

Le nouveau logo met en avant une nouvelle date de fondation du club en 1995, qui est supposée marquer la refondation du club sous le nom de Pau Football Club, à la suite de la liquidation judiciaire du FC Pau[169].

Couleurs

modifier

Le Pau FC arbore les couleurs jaune, couleur des armoires du Béarn et le bleu du « Bèth Cèu de Pau » présent sur les armoires de la capitale béarnaise.

Les couleurs originelles des Bleuets de Notre-Dame étaient le bleu et le blanc, que le nouveau FC Pau conserve deux années de rang après sa création. Cependant, après la prise de pouvoir de la liste dissidente de René Lanusse en 1961, le FC Pau adopte les couleurs bleu et jaune, couleurs de la ville.

De 1991 à 1995, le nouveau président Pitoun impose un retour aux couleurs originelles des Bleuets, ciel et blanc.

Ces couleurs sont abandonnées en 1995 à la reprise du club par Bernard Laporte-Fray. Le club adopte alors une tenue à dominante jaune, maillots, shorts et chaussettes, identiques à celles du Football Club de Pau fondé par José Bidegain.

L'Encantada du groupe Nadau est diffusée avant les matches.

Maillot

modifier

Durant les deux premières saisons du nouveau Football-Club de Pau, le club conserve les couleurs historiques des Bleuets, le bleu et blanc.

Ainsi, le premier maillot du FC Pau en 1959 est blanc avec short bleu et bas bleu[170]. Le second maillot la saison suivante est intégralement bleu avec short bleus et bas bleus.

À partir de 1961-1962, le FC Pau adopte les couleurs jaune et bleu.

En 1966-1967, le club se dote d'un maillot à rayures verticales bleu et jaune, qui sera conservé pour deux saisons. Ce maillot iconique correspond cependant à une période creuse dans l'histoire du club. Les années 1970 et 1980 voient le club évoluer avec un maillot jaune avec short bleu et bas bleu. De 1991 à 1995, Alain Pitoun remplace le maillot jaune et bleu par un ensemble inspiré des couleurs originelles des Bleuets, ciel et blanc.

Ces couleurs sont abandonnées en 1995 à la reprise du club par Bernard Laporte-Fray. Le club adopte alors une tenue à dominante jaune, maillots, shorts et chaussettes, identiques à celles du Football Club de Pau fondé par José Bidegain.

Les couleurs jaune et bleu n'ont pas changées depuis cette date, même si le bleu roi a connu des variations de teintes, allant du ciel jusqu'à des teintes tirant sur le violet.

Domicile
 
 
 
 
 

1959-1961
 
 
 
 
 

1961-1964
 
 
 
 
 

1959-1961
 
 
 
 
 

1966-1969
 
 
 
 
 

1970-1991
 
 
 
 
 

1991-1995
 
 
 
 
 

1995-2011
 
 
 
 
 

2011-2013
 
 
 
 
 

2013-2014
 
 
 
 
 

2020-2021
 
 
 
 
 

2021-2022
 
 
 
 
 

2022-2023
 
 
 
 
 

2023-2024

Palmarès et résultats

modifier
Chronologie

Palmarès

modifier
Palmarès du Pau FC en compétitions officielles
Compétitions nationales Compétitions régionales
Championnats
Coupes
Championnats
Coupes


Personnalités du club

modifier

Présidents

modifier

Le tableau ci-dessous dresse la liste des différents présidents du club palois au cours de son histoire.

Présidents du Pau Football Club
Rang Nom Période
1   Albert Lille 1932-1958
2   José Bidegain [175] 1959-1962
3   James Chambaud[176] 1962-1975
4   Pierre Clède[177] 1975-1991
5   Alain Pitoun[178] 1991-1994
6   Albert Sadoun[179] 1994-1995
7   Bernard Laporte-Fray[180] 1995-2001
8   Jacques Le Coadou 2001-2004
9   Joël Lopez[164] 2005-2010
10   Bernard Laporte-Fray[73] Depuis 2010

Entraîneurs

modifier

Le tableau ci-dessous dresse la liste des différents entraîneurs du club palois au cours de son histoire. Depuis sa création en 1959, le Pau FC a été dirigé par 28 entraîneurs, soit une moyenne de 2 ans par entraîneur. Trois d'entre eux ont été entraîneurs à deux reprises (Paul Escudé, Marc Lévy et David Vignes)[181]. Les entraîneurs qui sont restés le plus longtemps en poste de manière continue sont Paul Escudé (9 ans : 1981-1990), et David Vignes (2007-2010 et 2014-2018). Seuls quatre entraîneurs ont enchaîné plus de trois saisons consécutives depuis la création du club: Paul Escudé, David Vignes, Jo Lopez et Jean-Pierre Altuzarra. Le Pau FC a par ailleurs connu trois entraineurs étrangers : le Hongrois Bela Herczeg, le Yougoslave Slavoljub Muslin et l'Italien Raffaele Novelli[181].

Didier Tholot (2020-2023) et Nicolas Usaï sont les deux entraîneurs ayant coaché le Pau FC au niveau professionnel. Tholot a dirigé un total de 114 matchs en Ligue 2, pour un bilan de 37 victoires (32,46 %), 29 matchs nuls (25,44 %) et 48 défaites (42,11 %). En moyenne, l'équipe a accumulé 1,23 point par match, inscrivant 123 buts (1,08 par match) tout en concédant 150 buts (1,32 par match)[182].



Entraîneurs du Pau Football Club
Rang Nom Période
1   Bela Herczeg 1959-1961
2   Guy Paternotte 1961-1963
3   Joseph Lopez 1963-1969
4   Jacky Cornuel 1971-1973
5   René Lanusse 1973-1975
6   Jean-Pierre Altuzarra 1976-1980
7   Jacques Foix 1980-1981
8   Paul Escudé (1re) 1981-1990
9   Robert Péré-Escamps /
  Marc Lévy (1re)
1990-1991
10   Jean Gallice 1990-1991
Rang Nom Période
12   Paul Escudé (2d) 1991-1992
13   Slavoljub Muslin 1992-1995
14   René Girard 1996-1997
15   Pascal Plancque 1998-1999
16   Joël Lopez 1999-2002
17   William Dymant 2002-2003
18   Jean-Marc Ferratge 2003-2004
19   Marc Lévy (2d) 2004-2006
20   Jean-Luc Girard 2006-2007
21   David Vignes (1re) 2007-2010
22   Jacques-Olivier Paviot 2010-2010
Rang Nom Période
23   Robert Buigues 2011-2012
24   Laurent Strzelczak 2012-2014
25   David Vignes (2d) 2014-2018
26   Raffaele Novelli 2018-2019
27   Bruno Irles 2019-2020
28   Didier Tholot 2020-2023
29   Nicolas Usaï 2023-

Joueurs emblématiques

modifier

Icône du Pau FC, Paul Escudé, en tant que joueur puis entraîneur, est incontestablement une des figures majeures du club, un gentleman qui inspirait le respect à ceux qui le côtoyèrent[183]. La ville de Pau a inauguré un stade portant son nom après son décès en 1998[97].

Bernard Laporte-Fray, ancien joueur devenu président en 1995, a réussi là où ses prédécesseurs ont échoué en faisant accéder le club au niveau professionnel. Joël Lopez, une autre légende du club en tant que joueur, consolide son statut lors de cette accession au monde professionnel.

Denis Baylac, un des meilleurs buteurs avec huit saisons sous le maillot palois, est également une icône du club. Il est souvent interviewé par les médias nationaux lors des matchs les plus médiatisés[93].

Édouard Cissé, malgré sa carrière professionnelle réussie, est resté profondément attaché à son club formateur et a tenu une chronique régulière sur le site internet après son transfert au PSG. Son nom a été mentionné à plusieurs reprises pour un poste dans l'organigramme du club, et en 2021, des rumeurs d'un investissement de Cissé dans le club ont refait surface[184].

Dominique Vésir, formé à la JAB de Pau, a terminé sa carrière en tant que capitaine sous la direction de Paul Escudé.

De nombreux joueurs de renom ont également porté le maillot des « Maynats », tels que Billy Thompson, milieu de terrain américain, Xavier Gravelaine, attaquant français, Sékana Diaby de Côte d'Ivoire, Arthur Demirdjian, défenseur international arménien, André-Pierre Gignac, attaquant international, Tino Costa, international argentin, ainsi que les internationaux camerounais Aurélien Chedjou et Dany Nounkeu.

En outre, Claude Lowitz, Patrick Cubaynes et Samuel Boutal ont tous évolué sous le maillot palois, tout comme Pascal Plancque, qui a ensuite lancé sa carrière d'entraîneur. Depuis le retour du club en National, Vincent Thill et Quentin Boisgard ont également joué pour le club.

Depuis l'accession en Ligue 2 en 2020, Henri Saivet est la star incontestée du recutement palois. Nguyễn Quang Hải, Victor Lobry, Quentin Daubin, Stefan Bajic et Denis-Will Poha ont tous porté le maillot béarnais[185].

Nombre de matches disputés

modifier

L'ex-portier palois Jacques Leglib est le joueur le plus capé sous le maillot du Pau FC avec 369 apparitions[186], suivi de près par Julien Labat[187] et Nicolas Cami avec 326 et 252 matchs[188]. Erwin Koffi est le premier palois à dépasser la barre des 100 matches avec le maillot des Maynats en Ligue 2[189].

Joueurs les plus capés[186]
Rang Nom Matchs Carrière au club
1   Jacques Leglib 369 1995 - 2013
2   Julien Labat 326 1998 - 2013
3   Nicolas Cami 252 2002 - 2013
4   Jean Pascual 223 1980 - 1992
5   Omar Belbachir (en) 222 1995 - 2003
6   Denis Baylac 217 1995 - 2003
7   Hervé Loustaunau 209 1979 - 1990
8   Robert Péré-Escamps 208 1978 - 1990
9   Laurent Bédani 201 1996 - 2005
10   Joël Lopez 195 1979 - 1993

Nombre de buts inscrits

modifier

Le meilleur buteur de l'histoire du club est l'attaquant français Joël Lopez[190], avec 77 réalisations. Le second est Michel Sanchez (en) avec 71 buts[191], puis Hervé Loustaunau avec 65 buts et Denis Baylac avec 63 buts[192].

Meilleurs buteurs du Pau Football Club
Rang Pays Nom Buts Matchs Carrière au club
1   Joël Lopez[190] 77 195 1979 - 1993
2   Michel Sanchez (en)[191] 71 106 1994 - 1997
3   Hervé Loustaunau[193] 65 209 1979 - 1990
4   Denis Baylac[192] 63 218 1995 - 2003
5   Hicham M'Laab (en)[194] 35 116 2004 - 2014
6   Pierre Aristouy[195] 32 87 2006 - 2009
7   Xavier Bécas[196] 30 184 2006 - 2009
8   Nicolas Sartolou[197] 28 189 2010 - 2011
9   Lamine Gueye[198] 28 59 2018 - 2020
10   Grégory Covin[199] 28 75 2013 - 2016

Joueurs formés au club

modifier
 
Edouard Cissé est formé au Pau FC.

Parmi les joueurs formés au club, Julien Escudé, fils de Paul Escudé, est l'un des anciens palois les plus célèbres, ayant joué pour l'Ajax Amsterdam et le Sevilla Fútbol Club. Un autre joueur de renommée internationale formé au club est l'ex-milieu Édouard Cissé. Depuis sa retraite, Cissé a plusieurs fois tenté de s'investir dans le club de ses débuts et affirme que la ville mérite un club de Ligue 2[200]. Vincent Laban, fils d'un ancien joueur de la Section paloise, a joué dans les équipes de jeunes du Pau FC avant de devenir international chypriote en 2012[201].

André Altuzarra et Paul Escudé, internationaux juniors, ont également été formés au club.

Parmi les joueurs en activité passés par le centre de formation, Adrien Rabiot a évolué avec les équipes de jeunes du Pau FC avant de rejoindre le PSG[202]. Des joueurs professionnels confirmés tels que Gaëtan Belaud et David Jaureguiberry ont également évolué en jeunes au Pau FC.

Les tennismen Nicolas Escudé et Jérémy Chardy ont également évolué en jeunes au club[203],[204].

Enfin, Mathieu Lacome, ancien défenseur central du club, est aujourd'hui responsable de la performance au Parma Calcio 1913, se concentrant sur l'amélioration des performances grâce au Big Data et à l'Intelligence Artificielle. Il a précédemment occupé des fonctions similaires au PSG et a été un des pionniers de l'utilisation du GPS et du Big Data dans le rugby à XV, en charge de l'analyse statistique pour le XV de France[205],[206].

   Joueur du Pau FC 

Effectif professionnel actuel

modifier
Effectif professionnel du Pau FC de la saison 2024-2025
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[note 3] Nom Date de naissance Sélection[note 4] Club précédent Contrat
1 G   Kamara, BingourouBingourou Kamara 21/10/1996 (27 ans) Sénégal Montpellier HSC 2023-2025
40 G   Jeannin, MehdiMehdi Jeannin 20/04/1991 (33 ans) FC Sochaux-Montbéliard 2023-2024
4 D   Kouassi, XavierXavier Kouassi 28/12/1989 (34 ans) Côte d'Ivoire FC Sion 2020-2024
25 D   Ruiz, JeanJean Ruiz 06/04/1998 (26 ans) France -19 ans FC Sion 2024-2026
12 D   Gaspar, JordyJordy Gaspar 23/04/1997 (27 ans) Grenoble 2024-2024
19 D   Kanté, OusmaneOusmane Kanté 21/09/1989 (34 ans) Guinée Paris FC 2023-2024
22 D   Ahoussou, AngeAnge Ahoussou 22/12/2003 (20 ans) Côte d'Ivoire -23 ans OGC Nice 2023-2025
23 D   Obiang, JohannJohann Obiang 05/07/1993 (31 ans) Gabon SM Caen 2023-2025
24 D   Boto, Kenji-VanKenji-Van Boto 07/03/1996 (28 ans) Madagascar AJ Auxerre 2023-2025
26 D   Evan's, Jean LambertJean Lambert Evan's 17/12/1998 (25 ans) FC Crotone 2021-2025
14 M   Bobichon, AntoninAntonin Bobichon 14/09/1995 (28 ans) Laval 2023-2026
17 M   Mille, AntoineAntoine Mille 14/08/1997 (26 ans) Châteauroux 2023-2026
18 M   Ngom, OumarOumar Ngom 09/03/2004 (20 ans) Chamois niortais 2023-2026
21 M   Beusnard, SteeveSteeve Beusnard 27/06/1992 (32 ans) Gazélec Ajaccio 2020-2024
27 M   Mohamed, IyadIyad Mohamed 05/03/2001 (23 ans) Comores SM Caen 2023-2026
9 A   Mboup, PathéPathé Mboup 19/10/2003 (20 ans) Sénégal -23 ans RWD Molenbeek 2024-2027
10 A   Boutaïb, KhalidKhalid Boutaïb 24/04/1987 (37 ans) Maroc Paris FC 2023-2027
30 A   Njoh, YonisYonis Njoh 17/01/2004 (20 ans) US Orléans rés. 2023-2026
99 A   Chahiri, MehdiMehdi Chahiri 25/07/1996 (27 ans) RC Strasbourg-Alsace 2023-2025
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  •   Pierre Lamugue
Entraîneur(s) des gardiens
  •   Anthony Babikian
Kinésithérapeute
  •   Florian Pannetier
  •   Etienne Lascassies
  •   Yann Valeau
Médecin(s)
  •   Christophe Coste
  •   Clément Marion
  •   Vincent Decreus

Légende

 

En grisé, les sélections de joueurs internationaux chez les jeunes mais n'ayant jamais été appelés aux échelons supérieurs une fois l'âge-limite dépassé ou les joueurs ayant pris leur retraite internationale.

Joueurs prêtés
P. Nat. Nom Date de naissance Sélection Club en prêt Contrat
2 A   Abzi, DiyaeddineDiyaeddine Abzi 23/11/1998 (25 ans) Canada -23 ans   CD Leganés 2022-2025
12 A   Djitte, Pape MassarPape Massar Djitte 08/02/2003 (21 ans)   UF Macon 2022-2025

Autres équipes

modifier

Équipe réserve

modifier

L'équipe réserve évoluant en National 3 est dirigée par Nicolas Piresse depuis la saison 2023-2024[207].

Sections jeunes

modifier

Depuis l'accession du Pau FC au monde professionnel, les équipes de jeunes du club ne cessent de se structurer[208]. L'objectif fixé est d'avoir 80% de joueurs formés au club, afin de conserver l'identité[209].

Lors de la saison 2022-2023, les U18 atteignent les demi-finales de la Coupe Gambardella. Ils éliminent en quart de finale l'Olympique lyonnais, tenant du titre, devant 2 235 personnes au Nouste Camp[210].

Section féminine

modifier

La section féminine voit le jour en 2014. L'équipe première évolue en Régional 1 Nouvelle-Aquitaine et ambitionne de monter en deuxième division avant 2025[211],[212]. À l'initiative de Rafa Macias, éducateur réputé et formateur reconnu, qui dresse le bilan d'une augmentation constante du nombre de jeunes filles au sein des effectifs du club, un pôle féminin voit le jour au sein du club et compte désormais jeunes filles et femmes[213]. Le Pau FC doit faire face à un concurrent local redoutable, avec les footballeuses de l’ASMUR (AS Mazères-Uzos-Rontignon), évoluant en Régional 1[214]. Les Asmuriennes flirtent depuis le début des années 2020 avec une accession en Division 2 et enchainent les épopées en Coupe de France[215].

Structures du club

modifier

Structures sportives

modifier

Nouste Camp

modifier

Le Pau FC dispose depuis le 14 septembre 2018 d'un stade destiné au football, le Nouste Camp. D'une capacité de 3 791 places assises, après sa rénovation de 2021, le Nouste Camp vient régler des problèmes chroniques d'infrastructures pour le club et l’ensemble du football palois[216]. Le Pau FC partageait en effet le Stade du Hameau avec la Section Paloise, depuis l'abandon du stade de l’Ousse-des-Bois. Ce partage avait des conséquences néfastes sur la vie du club, qui ne pouvait s’approprier les lieux et rassembler sur un même site toutes ses équipes.

Stades antérieurs

modifier

Le Pau Football Club a utilisé plusieurs stades au fil des années, et notamment l'ancien « stade Pedeutour », situé sur les rives de l'Ousse des Bois, rénové dans les années 1960 et rebaptisé Stade de l'Ousse des Bois. Cependant, ce complexe s'est rapidement détérioré et est devenu une enceinte maudite pour le club. Après la refondation du club sous le nom de Pau Football Club, l'équipe a alterné entre le Stade du Hameau, partagé avec la Section paloise, et le stade de l'Ousse des Bois, lors d'une période difficile après la relégation en championnat amateur.

Stade des Bleuets
modifier

De 1959 à 1968, le FC Pau a joué ses matchs à domicile dans le stade des Bleuets, également connu sous le nom de « stade de l'avenue de Buros ». Avant de devenir le FC Pau en 1959, l'équipe fanion des Bleuets de Notre-Dame évoluait déjà dans ce stade[217]. Le stade des Bleuets, qui comprenait deux tribunes latérales, a été inauguré en 1953 et a été rénové rapidement pour les matchs de Coupe de France en 1958-1959[218].

Stade Bourbaki
modifier

Le stade Bourbaki, propriété de l'Association Bourbaki, a été utilisé par le FC Pau dans les années 1960. Bien que le club Bourbaki ait été le club phare de la ville au début, il a accordé l'utilisation de ses installations au FC Pau après que ce dernier soit devenu le principal club de football de la région. Il convient de noter que le nom du stade n'a aucun lien avec le mathématicien imaginaire Nicolas Bourbaki et le bourbakisme.

Stade du Hameau
modifier
 
Le Stade du Hameau en août 2022.

Le stade du Hameau est le stade principal de la ville de Pau. Il a succédé au stade de la Croix-du-Prince et est actuellement utilisé par la Section paloise. Inauguré en 1949, il était à l'origine un stade à vocation militaire[219]. Le FC Pau a été le premier club à s'y installer en 1960, mais a ensuite déménagé au stade de l'Ousse des Bois en 1968[220]. Depuis son accession en Ligue 2, le Pau FC a évolué temporairement au stade du Hameau, entièrement rénové en 2017, le temps des travaux de mise en norme du Nouste Camp[221].

Stade de la Croix-du-Prince
modifier

Le stade de la Croix-du-Prince, construit en 1910 et inauguré en 1913, était le stade emblématique de la ville de Pau pour le rugby[222]. Le FC Pau a disputé quelques matchs dans ce stade historique, mais les coûts de rénovation se sont avérés trop élevés, et les tribunes en bois ont finalement été détruites en 2019[223].

Stade de l'Ousse des Bois
modifier

Le stade Pedeutour a été construit sur les rives de l'Ousse des Bois par le club de rugby de l'ASOP en 1961-1962. La ville de Pau a ensuite acquis le stade pour le réaménager et le rendre accessible aux clubs locaux[224]. Il a été inauguré en 1968 lors d'un match contre le Real Saragosse. Cependant, sa proximité avec un grand ensemble d'immeubles construit dans les années 1960 l'a rendu impopulaire parmi les habitants. Des problèmes d'incivilités ont été signalés, notamment des jets de pierres envers les jeunes joueurs. Il est devenu de plus en plus inadapté pour le football de haut niveau et a connu une affluence historiquement basse en 1990-1991 avec seulement 88 spectateurs[225]. En 1991, le FC Pau a définitivement quitté le stade de l'Ousse des Bois pour s'installer au Hameau en compagnie de la Section Paloise. En 2013, le stade de l'Ousse des Bois a de nouveau accueilli des matchs du Pau FC en CFA, mais après l'abandon du projet de rénovation, il est maintenant utilisé comme centre d'entraînement par la Section Paloise[226],[227].

Centre d'entrainement

modifier
Seniors
modifier

Avant la construction du centre d'entrainement du Nouste Camp en 2022[228], l’équipe première était basée au « Camp Pissard Santarelli », un camp militaire qui, jusqu’en 1996, recevait l’État-Major de la 11e division parachutiste.

Los Maynats
modifier

« Los Maynats » est le nom donné à l'école de foot, qui signifie enfant en béarnais. Créée en 2008, cette structure a pour objectif de renforcer l'identité et la consonance béarnaise du club[229]. Attaché à ses terres, le club met ainsi en avant sa volonté de voir évoluer des « Maynats » sous le maillot de l'équipe première. Un « Maynat », selon la graphie de Vastin Lespy et Paul Raymond, parfois orthographié « Mainat » voire « Maïnat » est un gamin en langue béarnaise[230].

Stade Paul Escudé
modifier

Les équipes de jeunes s’entraînent au stade Paul Escudé, inauguré en 2010, nommé en l'honneur d'une légende du football palois, Paul Escudé, père de Julien et Nicolas[97]. Ce stade a été en 2010 le premier stade palois doté d'une pelouse artificielle, qui a été renouvelée en 2020 avec un revêtement de dernière génération à base de billes de liège[231]. Des tribunes d’une capacité de 120 places, soit deux modules de soixante places avec emplacements PMR dédiés ont été installées en 2021. Le stade Paul Escudé est désormais homologué en catégorie 4 et utilisé par les six clubs membres de l’Union locale des clubs de foot palois[232].

Structures extra-sportives

modifier

Le siège du Football-Club de Pau se trouvait à sa fondation en 1959 à l'Hôtel Beauséjour, sur le Boulevard des Pyrénées à Pau[15]. Dans cet hôtel, la jeune Agatha Christie a appris le français entre 1897 et 1898, avec sa nurse béarnaise Marie Sigé, qui lui aurait légué un accent béarnais[233],[234].

Depuis 2016, les locaux du club sont installés au Nouste Camp.

Aspects juridiques et économiques

modifier

Aspects juridiques

modifier

Organigramme

modifier

Bernard Laporte-Fray est le président du Pau Football Club, et fils Yann Laporte-Fray est vice-président[235]. Le directeur sportif est Luis de Sousa et l'entraineur de l'équipe professionnelle est Nicolas Usaï.

Statut juridique et légal

modifier

Le Pau Football Club est structuré en tant que SASP, dont l'adresse est Boulevard de l'Aviation 64000 Pau.

Aspects économiques

modifier

Éléments comptables

modifier

Le tableau ci-dessous résume les différents budgets prévisionnels du club saison après saison[236]. La gestion économique prudente du club en fait l'un des rares clubs de Ligue 2 à dégager un résultat financier positif (+269 000 euros), hors transferts[237]. Ces fonds sont destinés à donner jour au futur centre de formation du club.

Historique du budget prévisionnel du Pau Football Club
Saison 2016-2017 2017-2018 2018-2019 2019-2020 2020-2021 2021-2022 2022-2023 2023-2024
Budget 1,9 M€ 1,65 M€ 1,75 M€ 1,8 M€ 6,5 M€ 6,5 M€[238] M€[239] M€[240]
Légende : M€ = millions d'euros.

Transferts

modifier

Le tableau ci-dessous récapitule les acquisitions et les plus grosses ventes de joueurs dans l'histoire du club[241].

Transferts du Pau Football Club
Rang Pays Nom Achat (€) Provenance Saison
1   Ange Ahoussou 400 K€[242]   OGC Nice 2023-2024
2   Moussa Sylla 300 K€[243]   SM Caen 2023-2024
3   Diyaeddine Abzi 26 K€[244]   York United 2022-2023
Rang Pays Nom Vente (€) Destination Saison
1   Samuel Essende 500 K€[245]   SM Caen 2022-2023
2   Alexandre Olliero 300 K€[159]   Stade de Reims 2022-2023
2   Mayron George 300 K€[246]   Beitar Jérusalem FC 2023-2024
4   Amadou Ciss 160 K€[247]   Fortuna Sittard 2018-2019
5   Massamba Ndiaye 100 K€[248]   Clermont Foot 2023-2024
6   Edouard Cissé 35 KF[249]   PSG 1997-1998

Partenariats

modifier

Le Pau FC dispose de partenariats signés avec des clubs de football à l'étranger.

Clubs signataires :

Sponsoring

modifier

Depuis la saison 2022-2023, le club est équipé par Puma[253].

Soutien et image

modifier

Affluences

modifier

Affluences records

modifier

L'affluence record du Pau FC est enregistrée au Stade du Hameau le 29 Janvier 2020, lors de la réception du Paris Saint-Germain Football Club en Coupe de France 2019-2020, puisque 16 707 spectateurs garnissent les travées du Hameau ce jour-là[254]. Le précédent record de 15 668 spectateurs datait du , à l'occasion de la réception des Girondins de Bordeaux[255].

Au Nouste Camp, le record d'affluence est de 3 821 spectateurs, établi le à l'occasion du derby d'Aquitaine face au Girondins de Bordeaux[256].

Affluences moyennes

modifier
Affluences moyennes[257]
Saison 2016-2017 2017-2018 2018-2019 2019-2020 2020-2021 2021-2022 2022-2023
Spectateurs 861 personnes 842 personnes 786 personnes 1 299 personnes 482 personnes 2 646 personnes 3 209 personnes

Supporters

modifier

Le premier club de supporters du Football Club de Pau est le « Club des supporters les Amis du Football-Club de Pau », crée le [258]. Ce club organise des déplacements notamment à l'occasion du match face à l'équipe amateur phare du Sud-Ouest à cette époque: l'US Cazères[259]. Par la suite, plusieurs groupes de supporters se sont succédé. À la fin des années 1990, un groupe s'organise sous le nom de « Royals 64 »[260]. En un nouveau groupe de supporters voit le jour, la « Brigada Biarnesa », groupe à l’identité béarnaise affirmée[261]. Le slogan du groupe était « Sonque Pau FC! » soit « Seulement Pau FC » en français, traduisant l'attachement à un seul club et une seule ville. La citation de Gaston Fébus « Béarn est si franche terre qu'il n'en doit hommage à nul seigneur au monde » revenait souvent dans les communications du groupe[261]. La STUP (« Supporters de la Tribune Ultra paloise ») prend le relais à l'occasion de la remontée du club en National[262],[263],[264]. Son logo met en avant le portrait du roi Henri IV. Enfin, l'homme politique - béarnais - Jean Lassalle est souvent mis en avant sur les banderoles de la STUP - « Force, honneur et garbure »[265].

Rivalités et amitiés

modifier

Rivalités

modifier

Depuis la création officielle du club, le Pau FC a eu pour rivaux différents clubs. En effet, le club n'est n'est pas lié à un réel derby historique, mais plutôt à plusieurs rivalités régionales avec les clubs majeurs de Gascogne et du Pays basque: l'Aviron bayonnais FC, le Tarbes Pyrénées Football et le Stade Montois. Cependant, ces rivalités sont moins exacerbées que par le passé, en raison du déclin sportif de ces clubs et de l'envol du Pau FC.

Les années 2020 voient l'apparition d'une certaine rivalité sportive avec les Girondins de Bordeaux, les médias locaux évoquent désormais un Derby d'Aquitaine[266].

Par ailleurs, en dépit de la proximité culturelle avec les clubs espagnols frontaliers d'Aragon, de Navarre ou du Pays Basque, il n'existe pas de rivalités sportives[267].

A contrario, le Pau FC et la SD Huesca ont annoncé au début de la saison 2023 la signature d'un accord de collaboration visant à partager des savoirs-faire en matière de construction de club et la création d'une Coupe des Pyrénées[268].

Enfin, le Pau FC entretient des rivalités historiques avec d'autres clubs de football palois, à savoir le FA Bourbaki et les Bleuets de Notre Dame.

Aviron bayonnais FC

modifier

La première rencontre de football entre les équipes de Pau et de Bayonne a eu lieu en avril 1909, marquant la victoire du FA Bourbaki sur la « Vigilante de Bayonne » avec un score final de 7 à 1. En 1911, lors du tout premier « Championnat d'Association de l'Union Pyrénéenne » organisé par « l'Union Régionale Pyrénéenne », le FA Bourbaki, représentant du football palois, a déjà fait face aux équipes bayonnaises de l'« AS Les Chérubinots » et de la « Vigilante »[269]. Cependant, en 1947, le match opposant le FA Bourbaki à l'« Entente Sportive Bayonnaise », fruit de la fusion des Chérubinots et de Saint-André, a été qualifié de « derby des derbies » par la Fédération sportive et culturelle de France, dans leur publication Les Jeunes[270].

Alors que cette rivalité est une tradition bien ancrée dans le rugby français, elle est moins connue dans le monde du football, même si « Les Txuri-Urdin » restent les principaux rivaux du Pau FC, avec qui ils disputent le derby basco-béarnais, s'inspirant des rivalités sportives historiques[271],[272].

Le premier affrontement entre les équipes modernes de Pau et Bayonne en Coupe de France a eu lieu en 1960, au stade du Hameau[273]. Le sommet de leur confrontation s'est produit lors de la saison 2004-2005, où les deux clubs évoluaient en championnat National, le troisième niveau des compétitions masculines en France[274]. Au cours de cette saison, le Pau FC a subi une défaite cruelle 0-1 dans les derniers instants du match, à la suite d'un but de la main de Patrick Vareilles, devant plus de 5 000 spectateurs au stade du Hameau[275]. L'année suivante, un coup franc de Tino Costa et un but d'André-Pierre Gignac face à Stéphane Ruffier à Bayonne permettent au Pau FC de s'imposer 2-1 et de se maintenir[276]. L'Aviron est relégué en fin de saison[277]. De nombreux anciens joueurs palois ont également porté les couleurs de l'ABFC au fil des années, tels qu'Alexandre Sallaberry[278], Laurent Cassouret, Samuel Derguy, Frédéric Bernaleau[279], Xabi Ipharraguerre (en)[280] ou encore Denis Stinat[281].

Stade Montois

modifier

Une autre rivalité historique du Pau FC est celle l'opposant au Stade Montois pour le derby lando-béarnais[282],[283]. Le Stade Montois a en effet longtemps été le mètre-étalon du haut niveau amateur en Gascogne et dans les Pays de l'Adour. Le club de Mont-de-Marsan est l'adversaire contre lequel les Maynats ont disputé le plus de matchs de leur histoire, le premier ayant eu lieu en 1961. Les rencontres disputées par le passé ont souvent été enflammées entre Palois et Montois[284].

Bleuets de Notre-Dame

modifier

Le derby palois date de la formation du Football-Club de Pau en 1959, en raison de la séparation avec les Bleuets de Notre-Dame[285]. La relation entre le « patro » et le FC Pau a été essentielle dans le lancement du nouveau club, puisque les Bleuets ont souvent accepté de mettre leurs infrastructures à disposition du FC Pau dans les années 1960 et 1970. Les matchs dans les années 1960 et jusque dans les 1970 étaient accrochés, avant que le FC Pau ne prenne définitivement le pas sur les Bleuets, en dépit de leur fusion avec le « Loisir Populaire Palois »[286],[287].

FA Bourbaki

modifier

Le FA Bourbaki, dont les origines remontent à 1888, est le doyen des clubs sportifs béarnais et a été la place forte du football palois jusqu'à la Libération[288]. Bourbaki doit cependant faire face à la fin des années 1950 à une concurrence accrue, puisqu'un jeune « patro » ambitieux gravit les échelons de la Ligue du Sud-Ouest à toute vitesse: les Bleuets. Les Bleuets de Notre Dame prennent l'ascendant et ravissent définitivement la couronne de club phare du Béarn au doyen des patros, en accédant à la Division Nationale et au CFA. Lorsque les Bleuets deviennent ensuite le FC Pau en 1959, et qu'un appel est lancé à toutes les forces vives du football béarnais, le vieux FA Bourbaki continue sa route de manière indépendante[289]. La relation avec le nouveau rival est néanmoins cordiale, puisque la direction du FA Bourbaki a accepté de prêter son stade à de nombreuses reprises au FC Pau dans les années 1960 et 1970. Les Kroumirs de Bourbaki ont affronté le Pau FC à de nombreuses reprises en Championnat & Coupe de France[290].

Notes et références

modifier

L'Alerte de Ségure, l'Étoile Sportive Saint-Joseph, le Club Olympique Association et Loisir Populaire Palois étaient des clubs de football palois aujourd'hui disparus.


  1. La date de 1959 est retenue par de nombreuses institutions officielles. Ceci étant, il est également possible de considérer le Pau FC comme la simple continuité de la section football des Bleuets de Notre-Dame, officiellement créée en 1920. Le site officiel du club mentionne la date de 1904, correspondant aux premières activités de patronage dans le quartier Mayolis. Depuis la saison 2022-2023, le président Bernard Laporte-Fray communique une date de fondation en 1995, qui figure sur le nouveau logo du club.
  2. Le Pau FC termine également à la 1re place du championnat de France National en 2020 lors de l'arrêt du championnat à la 25e journée en raison de la pandémie de Covid-19. La FFF décide cependant de ne pas attribuer le titre de champion au club.
  3. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  4. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Références

modifier
  1. « #943 – Pau FC : les Maynats », sur footnickname.wordpress.com (consulté le ).
  2. « Pau FC, « exister en Ligue 2 passe par la vente de joueurs » », sur larepubliquedespyrenees.fr (consulté le ).
  3. « Ligue 2 : pourquoi le Pau FC accuse le coup en 2024 », sur larepubliquedespyrenees.fr (consulté le ).
  4. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  5. « Société Sportive de Pau », sur Gallica, Le Patriote des Pyrénées, (consulté le )
  6. Jean LARQUE, « La JAB, de 1909 à nos jours », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  7. Pierre Tucoo-Chala, Histoire de Pau, Pau, Privat, (ISBN 978-2-7089-8238-3, lire en ligne), p. 234
  8. « Méritante et courageuse, l'AS Bourbaki désire briller sous le "Beth Ceu de Pau" », sur Gallica, L'Athlète : journal hebdomadaire de tous les sports, (consulté le )
  9. a et b « La Coupe juniors de football retourne à PAU, mais pas dans les mêmes mains ! », Les Jeunes (journal),‎ (lire en ligne)
  10. ODILE FAURE, « 90 ans après, les Bleuets n’ont pas perdu leur âme », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  11. Christian Sempé, « Les héros du quartier Mayolis », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  12. P. Beusa, « Parlons un peu de... football », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  13. « Un nouveau club de football : LE F. C. PALOIS », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  14. « Le Football à Pau », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  15. a et b « Les propos du Pau FC, Carnet Bleu et Blanc », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  16. « Un nouveau club de football: le FC palois », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  17. « Pau, trop riche en individualités, cherche son équipe-type », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  18. « Le FC Palois espère jouir au 1er Septembre des terrains chemin Micoulau », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  19. « Assemblée Générale du FC Pau », sur La République des Pyrénées,
  20. « Le FC Pau va frapper de grands coups », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  21. « Le F.C. Pau fait sa révolution », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  22. « M. le Dr Chambaud élu à la présidence du FC Pau », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  23. « FC Palois, un SOS est lancé en faveur du football », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  24. « Paul Escudé au stage de pré-sélection Juniors », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  25. « Avec le FC Pau, champion du Sud-Ouest », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  26. « Le F. C. PAU va avoir un stade À lui à l'Ousse-des-Bois et cherchera avec le C.F.A., à gagner un public », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  27. « Objectif Deuxième Division », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  28. « FC Pau: années de vérité, année de transition », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  29. « Foix continue et Escudé arrive », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  30. A. Bouscarel, « Paul Escudé : un de ces hommes qui honorent le sport », La République des Pyrénées,‎ , p. 17 (lire en ligne)
  31. « Escudé succède à Foix », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  32. « FC Pau: premières foulées », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  33. Michel Larrecq, « Clède, le bâtisseur discret », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  34. Camille Barbé, « La longue marche du F.C. Pau », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  35. « Adieu la Coupe », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  36. « Le FC Pau maintient le cap », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  37. « Ah si la réussite... », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  38. « F.C Pau battu mais sans complexe », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  39. « FC Pau - Marseille à Aguiléra », La République des Pyrenées,‎ (lire en ligne)
  40. « Autant en emporte le vent », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  41. « Noyés dans la tempête », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  42. « Touche pas à mon club », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  43. « Football-Club de Pau: le maire garantit la survie », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  44. « Saint-Valentin fatal à Escudé », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  45. « Escudé: 8 ans de rigueur », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  46. « Manière ou résultat... Quelle priorité? », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  47. « Péré-Escamps: Retrouver un élan », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  48. « Merci Petit prince », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  49. « Adieux de Loustaunau, arrivée de Gallice », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  50. 88 spectateurs
  51. « Clède désigne Pitoun », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  52. « Paul Escudé de retour! », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  53. « Billy Thompson qualifié », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  54. Jean-Marc Monbeig, « Six Pros au FC Pau », La République des Pyrénées,‎ , p. 14 (lire en ligne).
  55. « Billy le Californien », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  56. « Pau fou de foot », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  57. « Alain Pitoun est décédé », sur La République des Pyrénées, .
  58. « La Solitude de Rabat », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  59. « Cette année ou jamais », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  60. « Opération rachat », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  61. « Pau: le rêve brisé », Sud Ouest,‎ , p. 21 (lire en ligne).
  62. « Le rêve s'écroule sur un coup de poignard », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  63. « Les joueurs de Lyon-Duchère ne se laissent pas faire », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  64. « On y voit plus clair », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  65. « Incroyable, mais Béarnais », Sud-Ouest,‎ (lire en ligne)
  66. « Les trois hommes écroués », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  67. « Carton rouge pour le FC Pau », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  68. « le FC Pau en liquidation judiciaire », Libération,‎ (lire en ligne)
  69. « Allenda Manager Général », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  70. « Le retour du bâton pour Albert Sadoun », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  71. « On joue à Troyes, après... », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  72. Valérie Pras, « Le FC Pau est mort, Vive demain! », Sud Ouest,‎ , p. 18 (lire en ligne)
  73. a et b « Entre le FC Pau et ses Ehpad, Bernard Laporte-Fray est sur tous les fronts - Foot - Extra », sur L'Équipe (consulté le )
  74. « Une équipe de repreneurs tient la corde à Pau », Sud Ouest,‎ , p. 21 (lire en ligne).
  75. « Le rêve brisé de Cissé », Sud-Ouest,‎ (lire en ligne)
  76. Jean-Denis Renard, « La grande aventure », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  77. « Un p'tit coup de Bordeaux pour se remettre », La République des Pyrénées,‎
  78. « Après Monclar, Girard. », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  79. « Les vérités de Girard », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  80. « Girard demande des pénalités », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  81. Georges Lannessans, « Pau – Montpellier. René Girard : « Sur le fond et dans l’esprit, ces deux clubs se ressemblent » », Sud Ouest,‎ 2023- 01-05 (lire en ligne  )
  82. Arnaud Requenna, « Lopez le pigiste », Sud-Ouest,‎ , p. 24 (lire en ligne)
  83. Georges Duthu, « Le retour de Pascal Plancque », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  84. « Allenda sans craintes », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  85. Christian Sempé, « EN 1998 : QUAND LE PAU FC ÉTAIT AUX PORTES DE L'EXPLOIT FACE AU PSG », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  86. « BATS: C'est un piège! », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  87. « Pau tutoie les anges », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  88. « Et tout le stade se mit à rêver », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  89. « Qui sont-ils? », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  90. « Pau FC : « Bien sûr que Rai était hors-jeu ! » », sur SudOuest.fr (consulté le )
  91. a b et c Sébastien Nieto, « Pau-PSG : Rai et Paris ont des souvenirs du Béarn », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  92. « PAU-PSG: LA FÊTE GÂCHÉE », l'Humanité,‎ (lire en ligne)
  93. a et b « Pau-PSG 1998 : souvenirs, souvenirs... », France Football,‎ (lire en ligne)
  94. « Coupe de France : tout savoir sur le match entre le Pau FC et le PSG », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  95. « Quand tout le foot palois est en fête », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  96. « Paul Escudé est mort », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  97. a b et c « Les frères Escudé à Pau pour inaugurer un terrain au nom de leur père », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  98. « Poudre blanche et ballon rond », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  99. « Le président et le directeur du Pau FC en prison », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  100. Christian Sempé, « Joel Lopez passe président », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  101. « Le Deportivo Alavès au Hameau », La République des Pyrénées,‎ (ISSN 0247-7807, lire en ligne)
  102. a et b « Un projet pour la Ligue 2 », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  103. a et b « Ferratge à la formation », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  104. « Signes extérieurs de faiblesse », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  105. « Un attaquant de Lorient en renfort », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  106. Christian Sempé, « Gignac croit au Vendredi 13 », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  107. « Equipe de France: Du saucisson dans le bus aux barbecues de l'OM, les quatre vies d'André-Pierre Gignac », 20 Minutes,‎ (lire en ligne)
  108. « On est le Bastia du National! », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  109. « Cissé, ça va être compliqué », La République des Pyrénées,‎ (ISSN 0247-7807, lire en ligne)
  110. Christian Sempé, « Le Pau FC à l'heure argentine », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  111. « Une filière argentine », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  112. « TIENS, ÇA DONNE QUOI LE NATIONAL CETTE ANNÉE ? », sur www.sofoot.com,
  113. Christian Sempé, « Le Pau FC au bord du gouffre », La République des Pyrénées,‎ 2008/01/10/ (lire en ligne)
  114. « Joël Lopez nommé président d'Evian Thonon Gaillard », sur La République des Pyrénées,
  115. Jean-Marc Monbeig, « Bernard Laporte-Fray revient à la présidence du Pau FC », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne  )
  116. a et b Christian Sempé, « Tout est à changer », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne  )
  117. « Le Palois Edouard Cissé se met à table », sur La République des Pyrénées, (consulté le )
  118. « Licencié du Pau FC, le coach David Vignes est en colère », sur La République des Pyrénées, (consulté le )
  119. Christian Sempé, « Le président du Pau FC veut faire le ménage ! », sur La République des Pyrénées, (consulté le )
  120. « Robert Buigues, quatrième entraîneur du Pau FC cette saison », sur www.larepubliquedespyrenees.fr,
  121. « Larqué ne veut pas grouper les clubs », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  122. « Pour Bernard Laporte-Fray, à Pau, "le football gêne" », Sud-Ouest,‎ (lire en ligne)
  123. « "Le Pau FC est la dernière roue de la charrette" », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  124. « Pau FC : des joueurs locaux pour l'amour du maillot », sur www.larepubliquedespyrenees.fr,
  125. « Meilleur début de saison Pau FC », sur www.larepubliquedespyrenees.fr
  126. « Le Pau FC remonte en National », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  127. « Maintien Miraculeux du Pau FC », sur www.larepubliquedespyrenees.fr.
  128. « Tel un miraculé, le Pau FC se maintient! », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  129. Chrisitan Sempé, « « Le Maintien » reste le fil rouge du Pau FC », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  130. Chrsitian Sempé, « Le Pau FC a découvert le nouveau Hameau », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  131. « Le Pau FC au Hameau, c'est fini ! », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne  )
  132. « David Vignes : « J’aurais aimé continuer au Pau FC» », La République des Pyrénées, .
  133. « Vignes rebondit en D1 belge! », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  134. Vincent Romain, « Bernard Laporte-Fray : "La Ligue 2 d’ici trois ans" pour le Pau FC », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  135. « Bruno Irles remplace Raffaele Novelli au poste d'entraîneur de Pau », L'Équipe,‎ (lire en ligne)
  136. « Foot : Dado Prso au chevet du Pau FC », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  137. Vincent Orsini, « TROPHÉES DU NATIONAL 2019 : LES LAURÉATS », sur www.fff.fr,
  138. « Vincent Thill honoré en National », Le Républicain Lorrain,‎ (lire en ligne)
  139. « National/Pau FC : selon Bernard Laporte-Fray, « deux points de moyenne par match, c’est du jamais vu » », La République des Pyrénées,‎ , p. 33 (lire en ligne)
  140. Bertrand Métayer, « Pau-PSG : rugby, pluie, sable… la pelouse du stade du Hameau sera désastreuse », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  141. « Coupe de France : Pau-PSG vraiment à Pau ? », L'Équipe,‎ (lire en ligne)
  142. « Pau-PSG: la pelouse abîmée recouverte de sable coloré en vert », sur RMC SPORT (consulté le )
  143. « Coupe de France : Sable vert, bâche… la pelouse du stade de Pau dans un piteux état avant de recevoir le PSG », sur CNEWS (consulté le )
  144. Georges Lannessans, « Joël Lopez exhume les folles épopées du Pau FC », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  145. « Pau FC : retour en images sur une saison historique », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne)
  146. « Foot : Dado Prso, à Pau, incognito », La République des Pyrénées,‎ , p. 29 (lire en ligne)
  147. « Avant Pau FC – PSG : les confessions de Bernard Laporte-Fray », La République des Pyrénées,‎ (ISSN 0247-7807, lire en ligne)
  148. « Coronavirus : la FFF acte la fin de la saison en D1 féminine et National 1 », L'Equipe,‎ (lire en ligne)
  149. Frédéric Laharie, « Pau FC : "J’ai envie d’une équipe qui pétille", annonce Didier Tholot », Sud Ouest,‎ (lire en ligne  )
  150. « Dans les coulisses du Pau FC, nouveau pensionnaire de Ligue 2 »  , sur France TV Sport, (consulté le )
  151. « Le Pau FC est le Petit Poucet de la Ligue 2 : nous vous expliquons pourquoi », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  152. « Foot, diaporama : l’incroyable première saison du Pau FC en Ligue 2 », sur La République des Pyrénées, (consulté le )
  153. Vincent Martinelli, « Pau FC, les chiffres d’une saison aboutie », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne  )
  154. « Football : Didier Tholot, l’heure de la reconnaissance », (consulté le )
  155. Nicolas Mairal et Georges Lannessans, « Football/Ligue 2. Le Pau FC empoche 500 000€ pour le transfert d’Essende à Caen », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  156. « Transferts : Le « Messi vietnamien » signe à Pau (L2) », L'Equipe,‎ (lire en ligne)
  157. « Ligue 2: après la signature du "Messi vietnamien", les réseaux sociaux de Pau explosent », sur RMC SPORT (consulté le )
  158. « INSOLITE. Contrefaçons loufoques, réseaux sociaux en folie... l'été agité du Pau FC après l'arrivée du "Messi Vietnamien" », sur ladepeche.fr (consulté le )
  159. a et b Georges Lannessans, « Le Pau FC officialise le départ de son gardien Olliero contre une indemnité record », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  160. Vincent Martinelli, « Avec Usaï et de Sousa, le Pau FC ouvre un nouveau chapitre », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  161. Georges Lannessans, « Le Pau FC acte le départ de son directeur général Joël Lopez », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  162. (es) « Acuerdo de colaboración entre la SD Huesca y el Pau FC », sur www.sdhuesca.es (consulté le )
  163. Vincent Martinelli, « Une équipe à rebâtir », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  164. a et b « Le potentiel pour monter », La République des Pyrénées,‎ (ISSN 0247-7807, lire en ligne)
  165. « Si j'osais : "Vaincre ou Sourire", la devise masquée du Pau FC », sur France Bleu (consulté le )
  166. Romain Bély, « Football/Ligue 2 : un logo plus moderne pour le Pau FC », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  167. « Foot : assuré de son maintien en Ligue 2, Pau dévoile son nouveau logo », sur Le Figaro, (consulté le )
  168. « dicod'Òc - Pau », sur locongres.org (consulté le )
  169. « Découvrez le nouveau logo du Pau FC », sur La République des Pyrénées, La République des Pyrénées, Pau, (ISSN 0247-7807, consulté le ), p. 27
  170. Football-Club de Pau, photo officielle de l'effectif
  171. « Les héros du quartier Mayolis », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  172. « FC Pau en liquidation judiciaire », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  173. « Une équipe de repreneurs tient la corde à Pau », Sud Ouest,‎ , p. 21 (lire en ligne)
  174. « Laporte-Fray: une âme de bâtisseur », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  175. « Le Football à Pau », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  176. « Lons : James Chambaud, la mort d’un maire bâtisseur », sur LaRepubliqueDesPyrenees (consulté le )
  177. « P. Clède président du FC Pau », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  178. « Et le FC Pau », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  179. « Il y aura un patron », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  180. « Le retour des Morts-Vivants », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  181. a et b Pau 1959, « Les entraîneurs du FC Pau / Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  182. « Après trois saisons à sa tête, Didier Tholot quitte le Pau FC », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  183. « Une image si forte », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  184. CHRISTIAN SEMPÉ, « Foot : le Pau FC reprend sous les yeux d’Edouard Cissé », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  185. Pau 1959, « Pau 1959 | Tous les joueurs du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  186. a et b Pau 1959, « Pau FC | Nombre de matchs joués par chaque joueur », sur 1959.football (consulté le )
  187. Pau 1959, « Julien Labat | Joueur du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  188. Pau 1959, « Nicolas Cami | Joueur du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  189. Georges Lannessans, « Au Pau FC, Erwin Koffi a ouvert le club des 100 », Sud Ouest,‎ (lire en ligne  )
  190. a et b Pau 1959, « Joël Lopez | Joueur du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  191. a et b Pau 1959, « Michel Sanchez | Joueur du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  192. a et b Pau 1959, « Denis Baylac | Joueur du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  193. Pau 1959, « Hervé Loustaunau | Joueur du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  194. Pau 1959, « Hicham MLaab | Joueur du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  195. Pau 1959, « Pierre Aristouy | Joueur du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  196. Pau 1959, « Xavier Bécas | Joueur du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  197. Pau 1959, « Nicolas Sartolou | Joueur du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  198. Pau 1959, « Lamine Gueye | Joueur du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  199. Pau 1959, « Grégory Covin | Joueur du Pau FC », sur 1959.football (consulté le )
  200. David Opoczynski, « «Pau mérite d’avoir une équipe en L2», estime Edouard Cissé », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  201. « Vincent Laban, un footballeur béarnais sous les couleurs de Chypre », sur www.larepubliquedespyrenees.fr (consulté le )
  202. « Un ancien du Pau FC en Equipe de France des moins de 16 ans », La République des Pyrénées,
  203. « Ces Coupe Davis qui ont marqué l'histoire : le chef-d’œuvre d’Escudé face à Hewitt en 2001 », sur SudOuest.fr (consulté le )
  204. « Chardy au coup d'envoi », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  205. Yannick Cochennec, « Comment le GPS et le big data changent le rugby », sur Slate.fr, (consulté le )
  206. « Le Béarnais Mathieu Lacome : du Pau FC à la relève du XV de France », sur La République des Pyrénées (consulté le )
  207. Georges Lannessans, « Pau FC : Nicolas Piresse arrive jeudi pour succéder à Torres sur le banc de l’équipe réserve », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  208. « Grâce à la formation, le Pau FC de demain, se construit aujourd'hui ! », sur ici, par France Bleu et France 3 (consulté le )
  209. « Masculin - Pau FC », (consulté le )
  210. « Football : colossal, le Pau FC dans le dernier carré de la Gambardella », sur LaRepubliqueDesPyrenees (consulté le )
  211. « Le Pôle Féminin du Pau FC, veut une équipe professionnelle d'ici 2025 ! », sur France Bleu (consulté le )
  212. « Football/Régionale 1 féminine : le Pau FC dans la peau du promu », sur LaRepubliqueDesPyrenees (consulté le )
  213. « Féminin - Pau FC » (consulté le )
  214. famfoot, « Présentation de la section féminine de l’ASMUR », sur Famfoot, (consulté le )
  215. « Foot féminin : l’Asmur, le grand perdant », sur LaRepubliqueDesPyrenees (consulté le )
  216. « A Pau, on est sous-équipés », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  217. « FC Pau 1959 », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  218. « 90 ans d'existence : les Bleuets résistent au temps », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  219. « Il y a 68 ans, quand 30 000 personnes se pressaient au stade du Hameau ! », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  220. « Match d'ouverture au Stade du Hameau », La République des Pyrénées,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  221. « En Ligue 2, le Pau FC jouera d’abord au Hameau, puis dans son stade début 2021 », sur larepubliquedespyrenees.fr, .
  222. « L'effet du Prince », sur L'Équipe (consulté le )
  223. « La Croix-Du-Prince, ça nous va », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  224. « La ville de Pau se préoccupe de la politique des stades », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  225. « Carton rouge pour le FC Pau », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  226. « Matchs de CFA : c’est non pour l’Ousse-des-Bois », sur SudOuest.fr (consulté le )
  227. « Section Paloise : le centre Macron d’entraînement va être agrandi », sur SudOuest.fr (consulté le )
  228. « Foot : voici en images le nouveau centre d’entraînement du Pau FC », sur LaRepubliqueDesPyrenees (consulté le )
  229. « Los Mainats (Ecole de Foot) », sur web.archive.org, (consulté le )
  230. Jean Désiré Lespy et Paul Lechien Raymond, Dictionnaire béarnais ancien et moderne, Montpellier : Impr. centrale du Midi, (lire en ligne)
  231. « Nouvelle pelouse pour le foot, manif… : trois infos en bref à Pau », sur www.larepubliquedespyrenees.fr (consulté le )
  232. CHRISTIAN SEMPÉ, « Foot : l’horizon s’éclaircit pour les clubs palois (+ infographie) », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  233. « 12 infos insolites sur Agatha Christie - Ça m'intéresse », sur Ça m'intéresse - La curiosité en continu, (consulté le )
  234. BÉNÉDICTE MALLET, « L’enfance paloise d’Agatha Christie. », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  235. « La nouvelle organisation du Pau FC – Pau FC – Site Officiel », sur paufc.fr (consulté le )
  236. « Football - Économie : Pau FC, une leçon de gestion », La République des Pyrénées, (consulté le )
  237. « Ligue 2 : les finances du Pau FC au beau fixe lors de la saison 2021-2022 », sur LaRepubliqueDesPyrenees (consulté le )
  238. « Classement des budgets de Ligue 2 – 2021-22 », sur www.ecofoot.fr (consulté le )
  239. « Classement des budgets de Ligue 2 – 2022-23 », sur www.ecofoot.fr (consulté le )
  240. « Découvrez les budgets des clubs pour la saison 2023/24 », sur Sport Business Mag, (consulté le )
  241. « Pau FC - Transferts 22/23 », sur www.transfermarkt.fr (consulté le )
  242. « Ange Ahoussou - Profil du joueur 23/24 », sur www.transfermarkt.fr (consulté le )
  243. « Ligue 2. Pau FC : Sylla, 300 000 euros pour trois ans de contrat », sur www.sudouest.fr (consulté le )
  244. « Diyaeddine Abzi - Profil du joueur 2022 », sur www.transfermarkt.fr (consulté le )
  245. Nicolas Mairal, « Le Pau FC empoche 500 000€ pour le transfert d’Essende à Caen », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  246. Alexandre, « Le mercato 2023 du Pau FC », sur 1959.football, (consulté le )
  247. « Amadou Ciss - Profil du joueur 21/22 », sur www.transfermarkt.fr (consulté le )
  248. « Le Pau FC interdit de recruter en raison d’un litige dans l’affaire Ndiaye ? », sur www.sudouest.fr (consulté le )
  249. Alain Frias, « Edouard Cissé signe au PSG », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  250. Romain Lantheaume, « Pourquoi Pau raffole des Sénégalais », sur Afrik-Foot, (consulté le )
  251. Romain Bely, « Pau FC : le Demba Diop FC, un placement d’avenir au Sénégal », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  252. (es) Heraldo de Aragón, « El Huesca se sigue internacionalizando y firma un convenio con el Pau FC », sur heraldo.es (consulté le )
  253. « Pau FC : Découvrez les maillots de la saison 2022-2023 », sur LaRepubliqueDesPyrenees (consulté le )
  254. « Pau FC - PSG », L'EQUIPE,‎ (lire en ligne)
  255. « Pau FC - Girondins », L'EQUIPE,‎ (lire en ligne)
  256. Romain Bely, « Au cœur du public très régional du derby d’Aquitaine Pau FC - Girondins de Bordeaux », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  257. « Pau FC - Développement de l'affluence », sur www.transfermarkt.fr (consulté le )
  258. « Club des supporters les amis du Football-Club de Pau », sur www.journal-officiel.gouv.fr, Journal officiel de la République française,
  259. « Cazères Pau », La République des Pyrénées,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  260. « Ce coche a tout d'un coach », La République des Pyrénées,‎ 2004/08/13/ (lire en ligne)
  261. a et b « Qu'est ce que la Brigada Biarnesa ? »,
  262. « La STUP, le foot aussi comme vecteur social », sur www.paufc.fr
  263. « STUP »
  264. « le Pau-Cholet nouveau est arrivé », sur www.sofoot.com,
  265. « Une banderole « Force, honneur et… garbure » », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  266. « Pau FC - Girondins de Bordeaux : le derby d’Aquitaine en images », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  267. Mikel Iturbe, « Editorial : Continuer à renforcer nos liens », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne  )
  268. « Collaboration entre le Pau Football Club et la SD Huesca – Pau FC – Site Officiel » (consulté le )
  269. « Le Derby des Derbies », sur Gallica, Les Jeunes (journal), (consulté le )
  270. Fédération sportive et culturelle de France, « Pau - Bayonne, derby des derbies », sur Gallica, Les Jeunes (journal), (consulté le )
  271. « Aviron contre Section, le Derby basco-béarnais », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  272. « Aviron Bayonnais – Section Paloise en images : le derby avait lieu aussi en tribunes », Sud Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le )
  273. « Football-Club de Pau - Aviron Bayonnais », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  274. Pau 1959, « Pau FC | Calendrier de la saison 2005-2006 », sur 1959.football (consulté le )
  275. Christian Sempé, « Bayonne, la bête noire », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  276. « Tino Costa : « J’ai encore les papillons dans le ventre avant un match » », sur SOFOOT.com, (consulté le )
  277. « La Fortune de Pau », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  278. « Foot : Alexandre Sallaberry est décédé », sur www.larepubliquedespyrenees.fr (consulté le )
  279. Simon Rodier, « Bernaleau, le Cantona de Bayonne », sur leparisien.fr, (consulté le )
  280. « Coupe de France de football : avant Bayonne-Nantes, les anciens racontent leurs plus beaux souvenirs », sur SudOuest.fr (consulté le )
  281. Christian Sempé, « L'humanité de Cassouret », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  282. « Le FC Pau affronte Mont-de-Marsan en Coupe de France », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  283. « Un derby pas comme les autres », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  284. « Pau FC - Stade Montois 2012 », sur Sud-Ouest,
  285. « Derby Palois », sur www.larepubliquedespyrenees.fr,
  286. « Le FC Pau l'emporte sur les Bleuets - LPP », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  287. « Un but d'Altuzarra donne le derby palois au FC Pau », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  288. « Au bout des crampons, la passion », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  289. « Derby Palois », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  290. « Derby palois », sur La République des Pyrénées, 0247-7807,

Sources citées

modifier

  A. Berdery Pau, ville sportive éd. Adichat (1988)

Liens externes

modifier

Articles connexes

modifier