Ouvrir le menu principal
Cet article concerne une association ferroviaire belge. Pour les cas plus généraux, voir patrimoine ferroviaire, train touristique et chemin de fer touristique.

Patrimoine ferroviaire et tourisme
Toerisme en spoor patrimonium
Image illustrative de l’article Patrimoine ferroviaire et tourisme
La 64.169, l'une des vapeurs du PFT lors d'un festival le 15/08/2011 sur le Chemin de fer du Bocq

Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Type d'association Association sans but lucratif
Création 11 août 1988
Écartement de voie Voie normale 1435 mm
Ligne exploitée Chemin de fer du Bocq (ligne 128)
Site internet http://www.pfttsp.be

Patrimoine ferroviaire et tourisme (PFT) est une association active dans la promotion et la préservation du patrimoine ferroviaire belge au sens large.

Cet objectif est atteint via différentes activités.

L'organisation de voyagesModifier

 
Signal à palette restauré

C'est la plus ancienne activité de l'association. Plusieurs types de voyages thématiques sont proposés aux membres et aux non-membres :

  • adieu à du matériel en fin de carrière
  • avant-première ou dernière utilisation d'une infrastructure (par exemple, une ligne à grande vitesse, une ligne secondaire avant déferrement...)
  • découverte de l'activité ferroviaire d'un pays étranger intéressant
  • mise à disposition de son propre matériel pour un besoin particulier (train-buffet à la Saint Valentin, voyage d'approche d'un événement d'une association sœur, train-anniversaire...)

Cette activité est toutefois en sommeil depuis 2013, lorsque les conducteurs SNCB qui sont également bénévoles de l'association n'ont plus pu bénéficier de la couverture des circulations touristiques par le certificat de sécurité de leur employeur.

La restauration et l'entretien de matériel ferroviaire belgeModifier

 
Autorail 4605 à Spontin

Cette activité a débuté dans divers ateliers SNCB, avant de se centraliser dans quelques travées de l'ancien atelier diesel de Schaerbeek, aux côtés du patrimoine historique de la SNCB. En 1998, l'ancien atelier de wagons de Saint-Ghislain est acquis en vue d'héberger une collection qui s'étend progressivement, anticipant un départ annoncé de l'atelier de Schaerbeek dont l'état se dégrade rapidement et que l'association quitte en 2018. L'association rachète le plus souvent le matériel déclassé au prix de la mitraille, ou reçoit en don des pièces issues de collections privées.

Ensuite, les bénévoles - dont plusieurs membres du personnel de la SNCB - procèdent à la restauration complète du matériel. Enfin, les agréments nécessaires pour immatriculer le matériel, et ainsi lui donner accès au réseau ferré sont demandés (cet accès est suspendu depuis 2013, date à laquelle l'opérateur historique SNCB a suspendu sa couverture des circulations historiques, dans l'attente d'une nouvelle législation couvrant ces pratiques).

L'association tente de maintenir en permanence une locomotive à vapeur et quelques convois diesel (autorails, locomotives de ligne et voitures pour voyageurs) en état de marche, afin de répondre aux diverses sollicitations (voyages, exploitation du chemin de fer du Bocq, expositions statiques voire ... cinéma et films publicitaires). Cette activité est d'autant plus importante que le service patrimoine de la SNCB a des moyens extrêmement limités, ce qui induit qu'au delà des éléments exposés à Train World, le reste de la collection nationale a été mis a disposition des différentes associations, avec charge pour ces dernières d'en assurer la restauration.

Vu l'importance du travail, certains véhicules sont conservés en état d'exposition, ce qui est le cas lorsqu'un engin en état de marche subit une avarie trop importante.

La ligne Ciney - Spontin - YvoirModifier

Après de longues démarches administratives, l'association est désormais reconnue comme exploitant touristique de cette ligne à l'abandon qu'elle remet progressivement à niveau. L'exploitation est assurée les weekends d'été sous le nom de Chemin de fer du Bocq.

L'éditionModifier

L'association a constitué un important fonds documentaire, et publie elle-même des documents de références sur divers types de supports :

Le magazine En LignesModifier

Le petit feuillet photocopié du départ a progressivement fait place à un bimestriel sur papier glacé qui fait office de référence dans le domaine, aux côtés des productions commerciales ou du mensuel des œuvres sociales "Le Rail" de la SNCB.

En Lignes présente l'actualité ferroviaire et tramviaire belge et étrangère ainsi que des articles de nature archivistique. Il est également le bulletin de liaison de l'association dont il présente les nouvelles.

Les séries de cartes postales et calendriersModifier

Une activité qui semble moins pertinente avec l'avènement du numérique[interprétation personnelle], mais qui a permis la diffusion de clichés historiques ou récents de grande qualité.

L'édition d'ouvrages de référenceModifier

De l'histoire de la signalisation en Belgique jusqu'à une monographie sur les autorails belges ou le plan IC-IR de 1984 en passant par des ouvrages photographiques, l'association a largement contribué à la production de littérature ferroviaire belge.

Le musée du railModifier

La section modélismeModifier

Depuis l'installation du musée du rail dans un ancien atelier de la SNCB à proximité de la gare de Saint-Ghislain, une section modélisme y a vu le jour. Plusieurs réseaux y sont en cours de construction ou d'extension.

GalerieModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier