Ouvrir le menu principal

Pascal Coste (homme politique)

homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coste.
Ne doit pas être confondu avec Pascal Coste.

Pascal Coste
Illustration.
Fonctions
Président du conseil départemental de la Corrèze
En fonction depuis le
(4 ans, 4 mois et 20 jours)
Élection 29 mars 2015
Prédécesseur Gérard Bonnet
Conseiller général puis départemental
de la Corrèze
En fonction depuis le
(11 ans, 4 mois et 25 jours)
Avec Ghislaine Dubost (2015-)
Élection 16 mars 2008
Circonscription Canton de Beynat (2008-2015)
Canton du Midi corrézien (2015-)
Prédécesseur Jean Champy
Maire de Beynat

(14 ans et 17 jours)
Élection 11 mars 2001
Successeur Jean-Michel Monteil
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Brive-la-Gaillarde, Corrèze (France)
Parti politique UMP puis LR

Pascal Coste, né le à Brive-la-Gaillarde, est un homme politique français, membre de l'UMP puis des Républicains (LR). Il est président du conseil départemental de la Corrèze depuis 2015.

BiographieModifier

Agriculteur-éleveur, Pascal Coste a occupé plusieurs responsabilités syndicales et consulaires[1] comme président du Conseil national des jeunes agriculteurs (CNJA) de 1998 à 2000, vice-président de la FNSEA, président de la FRSEA Massif central et vice-président de la Chambre d'agriculture. Il est présenté comme un « chiraquien »[2].

Encarté à l'UMP devenue Les Républicains, après avoir été étiqueté divers droite, il est maire de Beynat de 2001 à 2015 et conseiller général du canton de Beynat de 2008 à 2015.

En mars 2015, il est élu conseiller départemental du canton du Midi corrézien en tandem avec Ghislaine Dubost[3]. Ils ont pour suppléants Christine Terrou et Alexandre Tronche[4].

Il est élu le 2 avril suivant président du conseil départemental de la Corrèze à la faveur de la victoire de la droite. Conformément à la loi relative au cumul des mandats, il renonce à son poste de maire de Beynat et est remplacé par Jean-Michel Monteil[5].

Il soutient Bruno Le Maire pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016. En septembre 2016, il est nommé avec plusieurs autres personnalités politiques conseiller politique de la campagne[6].

Le 2 mars 2017, dans le cadre de l'affaire Fillon, il renonce à soutenir le candidat LR, François Fillon, à l'élection présidentielle[7].

Notes et référencesModifier