Impartialité

absence de parti pris
(Redirigé depuis Partialité)

L'impartialité Écouter est l'absence de parti pris. Elle est généralement associée à la neutralité, l'équité, l'objectivité et à la notion de justice.

DéfinitionModifier

En médiationModifier

En médiation (résolution des conflits), l'impartialité implique une attitude de distanciation. Le médiateur doit être attentif aux sentiments qu'il peut éprouver à l'égard d'une partie, par les phénomènes naturels de sympathie ou d'antipathie. Ainsi, dans le domaine de la médiation, l'impartialité concerne la relation du médiateur avec les parties, tandis que la neutralité est relative à la solution[1].

En droitModifier

 
La partialité, sous les traits d'une femme laide, l'air sombre, le regard faux, portant un bandeau qui lui cache un œil ; de la main droite elle écrase un flambeau, dont la lumière pourrait l'éclairer et de la gauche fait pencher une balance vide pour lui ôter son équilibre. L'impartialité est sous l'emblême d'une jeune femme dont le visage annonce la candeur et la sincérité, d'une main elle tient en équilbibre le fléau d'une balance…

Illustration de Charles-Nicolas Cochin dans Iconologie, ou Traité de la science des allégories en 350 figures gravées avec les explications relatives à chaque sujet par Gaucher.(tome 4 1796).

L'impartialité est l'attitude qui doit permettre d'éliminer toute subjectivité dans un jugement.

L’arrêt PIERSACK contre BELGIQUE du est le point de départ de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) en matière d’impartialité ou si l’impartialité se définit d’ordinaire par l’absence de préjugé (de parti pris) elle peut s’apprécier de diverses manières : entre une démarche subjective où on s’attache à l’opinion et une démarche objective où l’on se concentre sur l’opinion des justiciables. Dans cette affaire, le président de la Cour d'assises de Bruxelles était auparavant substitut du procureur du roi, encadrait des magistrats du ministère public chargés de l'affaire et avait pu connaître de l'affaire ; la CEDH a considéré, contrairement à la Cour de cassation belge, qu'il y avait eu violation de l'article 6, paragraphe 1 de la convention[2].

Le véritable apport de l'arrêt PIERSACK contre BELGIQUE est l'émergence de la notion d'impartialité objective. Cette notion peut être résumée par l'interrogation suivante : existe-t-il des éléments qui pourraient laisser penser au justiciable que le juge n'est pas impartial en l'espèce ? On se place donc du côté du justiciable. A contrario, en ce qui concerne l'impartialité subjective, on se place du côté du juge. Ce type d'impartialité relève bien davantage de ses ressentis, opinions personnelles. Garantir l'impartialité subjective est donc quelquefois difficile à mettre en oeuvre en pratique.

La Cour de cassation a rendu un arrêt le concernant le manque d'impartialité d'un juge de proximité[3].

Dans les médiasModifier

Aux États-Unis, il a existé, de 1949 à 1987, un principe d'impartialité imposant aux chaînes de radio et de télévision, de présenter les différents points de vue relatifs à des questions d'intérêt public controversées[4].

Notes et référencesModifier

  1. Pratique de la médiation, une méthode alternative à la résolution des conflits, Jean-Louis Lascoux, 4° édition ESF
  2. [%22001-62115%22} Arrêt Piersack cour Européenne des Droits de l'homme]
  3. Cass. civ. 2e, 14.09.2006, publié au bulletin.
  4. (en) « FCC finally kills off fairness doctrine », sur Politico (consulté le 27 septembre 2020).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier