Parti vert du Québec

Parti vert du Québec
Image illustrative de l’article Parti vert du Québec
Logotype officiel.
Présentation
Chef Alex Tyrrell
Fondation 1984 et refondation en 2001
Siège A-3729 rue Wellington Montréal, Québec
Chef adjoint Halimatou Bah[1]
Positionnement Gauche
Idéologie Écologisme
Écosocialisme[2]
Fédéralisme[3]
Démocratie participative
Féminisme
Droits des animaux[4]
Décentralisation[5]
Affiliation internationale Les Verts mondiaux
Fédération des partis verts des Amériques
Adhérents 1 148 (décembre 2020)[6]
Couleurs Vert
Site web pvq.qc.ca
Représentation
Assemblée nationale
0  /  125

Le Parti vert du Québec (PVQ) est un parti politique écologiste œuvrant sur la scène politique provinciale québécoise.

Il n'a jamais été représenté à l'Assemblée nationale du Québec.

Les principes du Parti vert du Québec s’inspirent des six valeurs communes exprimées dans la Charte des Verts mondiaux, c’est-à-dire la sagesse écologique, la non-violence, la justice sociale, le développement durable, la démocratie participative et le respect de la diversité[7]. Fondé en 2001 dans sa forme actuelle, le Parti vert a aussi eu une première version de 1985 à 1994, qui s’est éteinte lorsque son chef, Jean Ouimet, quitta pour le Parti québécois après l'élection de 1994[8]. Le chef actuel est Alex Tyrrell, qui a été nommé le . Alors âgé de 25 ans, il devient le plus jeune chef de parti sur la scène politique québécoise et canadienne[9].

HistoireModifier

Premier Parti vert du Québec (1985-1994)Modifier

Une première version du Parti vert du Québec a été fondée en 1985 et a présenté 10 candidats lors des élections québécoises de 1985. L'équipe de cette époque n'y donne pas suite. En 1985, une nouvelle équipe relance le parti. Sous le leadership du chef Jean Ouimet, le PVQ présente 43 candidats en 1989, obtient dans la plupart de ces circonscriptions plus de voix que le NPD Québec. À l’époque, le Parti vert du Québec connu le plus grand succès pour un Parti vert canadien. Malgré un faible budget, le parti tenta de mener une campagne électorale à travers le Québec, avec des organisateurs à Montréal, Québec et Sherbrooke, mais aussi avec des campagnes locales relativement indépendantes dans les campagnes. Plusieurs tentatives ont été faites par le parti pour recevoir le support de divers groupes environnementaux, mais la plupart ont refusé d’appuyer publiquement le PVQ pour conserver la neutralité politique et ainsi ne pas nuire au financement privé. Dans la campagne de 1998, la souveraineté et la neutralité économique étaient priorisées sur toutes politiques de gauche sous le slogan « ni à gauche, ni à droite, mais d’avant», ce qui causa des divisions au sein du parti. Le parti a perdu sa reconnaissance officielle après que Jean Ouimet, son chef de l'époque, quitta pour le Parti québécois après l'élection générale de 1994[8].

Parti vert du Québec actuel (depuis 2001)Modifier

La deuxième (et actuelle) version du Parti vert a été fondée en 2001 par Richard Savignac[8].

En 2002, trois partis politiques de gauche, soit le Rassemblement pour l'alternative progressiste, le Parti de la démocratie socialiste et le Parti communiste du Québec, ont fusionné pour former l'Union des forces progressistes (UFP). Sans fusionner avec l'UFP, le PVQ promet alors d'essayer d'éviter de présenter des candidats dans les circonscriptions où il y a un candidat de l'UFP, se réservant cependant le droit de faire campagne où bon lui semble (même dans des circonscriptions avec un candidat d'UFP). Cette entente n'est toutefois pas satisfaisante aux yeux de certains membres du PVQ, puisqu'elle limite le nombre de candidats du Parti vert et qu'elle n'est pas respectée dans certains cas.

En , le PVQ élit un nouveau chef Scott McKay, et rejette (par motion) tout rapprochement avec Québec solidaire (fusion de l'UFP et d'Option citoyenne), réaffirmant son indépendance et son désir de devenir une alternative crédible sur la scène politique québécoise.

Le , Guy Rainville est élu nouveau chef du PVQ (avec 54,4 % des voix), battant le chef sortant Scott McKay (45,6 % des voix). Ce dernier a depuis joint le Parti québécois et fut élu député de L'Assomption lors de l'élection du .

Cette élection marque un net recul du PVQ et Guy Rainville effectue son mandat de deux ans sans néanmoins se représenter. Lors du congrès national du , Claude Sabourin remporte la chefferie par un peu plus de 50 % des voix au second tour sur Paul-André Martineau, le président sortant du parti.

Le Claude Sabourin, alors chef du PVQ, démissionne au cours du congrès du parti qui s'est déroulé au collège Maisonneuve, à Montréal, les 23 et , quelques heures avant le dévoilement du résultat d'un vote de confiance. La démission de Claude Sabourin intervient le deuxième jour du congrès[10]. Quelques heures plus tard, Jean Cloutier est alors élu chef par intérim avec 51 % des voix au premier tour.

Lors d'un congrès extraordinaire le , Alex Tyrrell est élu chef du PVQ. À 25 ans, il est le seul jeune chef de parti sur la scène provinciale[9] jusqu'à l'élection du nouveau chef d'Option nationale, Sol Zanetti (31 ans), un mois plus tard.

Suivant l'élection d'Alex Tyrrell, des mesures sont prises pour renouveler l'image du parti, son unité et clairement camper le parti à gauche avec un programme éco-socialiste[11].

En , le groupe Réforme PVQ lance une pétition demandant la tenue d’une assemblée générale où aurait lieu un vote de confiance quant à la chefferie d'Alex Tyrrell. Les militants lui reprochent de s’être voté un salaire et de ne pas s’être soumis à un vote de confiance[12]. En , six membres de l'Exécutif national du parti retirent leur confiance en Alex Tyrrell et demandent sa démission, l'accusant de mal préparer le parti en vue des élections de 2022 et d'être responsable des mauvaises relations du parti avec son équivalent fédéral, le Parti vert du Canada[13]. Alex Tyrrell obtient 64,6 % (taux de participation de 65,5 %) lors de son vote de confiance et le , cinq membres de l'Exécutif démissionnent en bloc, affirmant que le résultat n'est pas unificateur, que le processus a été entaché de multiples problématiques et que le chef aurait fait preuve d’une mauvaise foi continue tout au long du processus[14]. En , Alex Tyrrell expulse du parti cinq membres de l'Exécutif national et les militants Chad Walcott et Catherine Polson, les accusant de nuire à l'avancement du parti[15].

ChefsModifier

Liste des chefs du Parti vert du Québec
Chef Mandat
Yves Blanchette (intérim) 1987 - 1989
Jean Ouimet 1989 - 1993
Marian Lé Grant 1993 - 1994
Éric Ferland 1994 - 1996
Saloua Laridhi 1996 - 1998
Vacant 1998 - 2001
Richard Savignac 2001 - 2006
Scott McKay 2006 - 2008
Guy Rainville 2008 - 2010
Claude Sabourin 2010 - 2013
Alex Tyrrell 2013 - Présent

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Identité visuelleModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

IdéologieModifier

EnvironnementModifier

Le chef actuel, Alex Tyrrell, participe beaucoup aux mouvements d’opposition aux pipelines. Dans un panel appelé « No Pipelines : What’s Next? » qui s’est déroulé à l’Université Concordia en , il s’est opposé à toute nouvelle infrastructure d’exploitation des énergies fossiles au Québec[16].

Contamination des solsModifier

Alex Tyrrell est très mobilisé par rapport aux enjeux de contamination des sols, notamment par rapport à la question des sols contaminés au BPC à Pointe-Claire[17]. Les résidents et les environnementalistes de la région attendent depuis quelques années que le sol soit décontaminé ou que, du moins, des tests soient conduits afin de déterminer si la contamination s'est répandue ou pas[17]. Depuis l'annonce d'un déversement en 2013, Alex Tyrrell a fait de nombreuses pressions pour que l'ancien site de la compagnie Reliance Power Equipment Ltd. ainsi que les sols résidentiels et industriels avoisinants soient examinés de près[18]. En , Montreal Gazette annonçait que des tests avaient été conduits sur les sols contaminés[18].

Campagnes électoralesModifier

Résultats électorauxModifier

Résultats électoraux du Parti vert du Québec[19]
Élections Chef Sièges Voix Gouvernement Slogan
Candidats Obtenus +/- Votes % +/-
1985 Vacant
 
10 / 125 (8 %)
 
 
 
0 / 125 (0 %)
 
 
  0 4 613
 
0,14 %
 
 
  8e Extra-parlementaire -
1989 Jean Ouimet
 
46 / 125 (36,8 %)
 
 
 
0 / 125 (0 %)
 
 
  0 67 675
 
1,99 %
 
 
  4e Extra-parlementaire Le progrès, oui, mais pas à n’importe quel prix!
1994 Éric Ferland
 
11 / 125 (8,8 %)
 
 
 
0 / 125 (0 %)
 
 
  0 5 499
 
0,14 %
 
 
  8e Extra-parlementaire -
1998 Le parti perd sa reconnaissance officielle de 1994 à 2001
2003 Richard Savignac
 
37 / 125 (29,6 %)
 
 
 
0 / 125 (0 %)
 
 
  0 16 975
 
0,44 %
 
 
  6e Extra-parlementaire Pour nous et pour nos enfants
2007 Scott McKay
 
108 / 125 (86,4 %)
 
 
 
0 / 125 (0 %)
 
 
  0 152 885
 
3,85 %
 
 
  4e Extra-parlementaire Je vote
2008 Guy Rainville
 
80 / 125 (64 %)
 
 
 
0 / 125 (0 %)
 
 
  0 70 393
 
2,17 %
 
 
  5e Extra-parlementaire Votons pour l'avenir
2012 Claude Sabourin
 
66 / 125 (52,8 %)
 
 
 
0 / 125 (0 %)
 
 
  0 43 394
 
0,99 %
 
 
  6e Extra-parlementaire Se donner une voix
2014 Alex Tyrrell
 
44 / 125 (35,2 %)
 
 
 
0 / 125 (0 %)
 
 
  0 23 163
 
0,55 %
 
 
  6e Extra-parlementaire L'option éco-socialiste pour le Québec!
2018
 
97 / 125 (77,6 %)
 
 
 
0 / 125 (0 %)
 
 
  0 67 870
 
1,69 %
 
 
  5e Extra-parlementaire Bien plus qu'une couleur
2022 Élections prévues le 3 octobre 2022

1989Modifier

[style à revoir]

Lors de l'élection générale de 1989, le Parti vert du Québec recueille 1,99 % des votes[20]. Il présente 46 candidats et obtient une moyenne de 5,56 % des votes dans ces 46 circonscriptions[21]. Il obtient même des résultats significatifs de 15,45 % dans Saguenay et de 10,28 % dans Beauce-Sud[21]. Dans la plupart des circonscriptions (32 des 46), il arrive troisième directement derrière le Parti québécois et le Parti libéral du Québec[21]. Avec Jean Ouimet à sa tête, le PVQ connait donc une montée considérable sur la scène provinciale cette année-là[22]. Ce succès survient parallèlement à la montée des Verts en Europe et est habituellement vu comme une prise de conscience de l'importance des problèmes environnementaux[22]. D'ailleurs, une partie de la campagne électorale du PVQ en 1989 était fondée sur la saga des BCP envoyés en Grande-Bretagne, puis ramenés au Québec et entreposés à Baie-Comeau[23] — qui se situe dans la circonscription de Saguenay, où le Parti vert a connu le plus grand succès[22].

2007Modifier

Les Verts ont présenté 108 candidats (sur une possibilité de 125) lors des élections générales de 2007[24]. Il s'agit du plus grand nombre de candidats dans l'histoire du PVQ. C'est Scott McKay qui est alors à la tête du Parti vert du Québec.

Selon la plateforme, le Parti vert du Québec s'engage à[25] :

  • Exiger des résultats concrets du gouvernement en matière d'environnement
  • Prévenir la crise imminente des changements climatiques
  • Arrêter la destruction du patrimoine écologique
  • Prendre nos responsabilités envers les générations futures

Dans son programme électoral « Avançons, c'est vert! », le PVQ souligne l'importance d'une approche préventive plutôt que l'approche curative des gouvernements précédents, en plus de mettre l'accent sur l'équité entre les Québécoises et Québécois de toute origine, toute condition et toute génération[26].

2008Modifier

Le PVQ présente 80 candidats lors de cette élection et remporte 70 393 votes (moins de la moitié que le nombre de vote obtenu à l'élection de 2007), ce qui représente 2,17 % des voix[27]. Guy Rainville, alors chef du parti, obtient 4,21 % des voix dans la circonscription de Deux-Montagnes[28]. La meilleure performance est une fois de plus dans Notre-Dame-de-Grâce, où le candidat Peter McQueen obtient 14,39 % des voix, arrivant en deuxième position, derrière le Parti libéral du Québec[28]. Le Parti vert du Québec arrive également en deuxième place dans les circonscriptions de Jacques-Cartier et D'Aray-McGee[28].

Il propose un projet de société basé sur le développement durable. Les propositions exposées dans la plateforme incluent, entre autres[29] :

  • une réforme du mode de scrutin
  • une décentralisation des pouvoirs vers les régions
  • réaliser un plan de transport québécois de 40 milliards de dollars étalés sur une période de 20 ans
  • miser sur un fonds négaWatt
  • réformer le régime forestier
  • miser sur un système de coopératives de services de santé
  • réduire le nombre d’élèves par classe dans les écoles publiques

2012Modifier

Le Parti vert du Québec n’obtient que 0,99 % des voix à l'élection générale de 2012, c’est-à-dire 43 394 votes, alors qu’il a présenté 66 candidats[30]. Il affiche donc, une fois de plus, une diminution des appuis depuis les élections précédentes. Les meilleures performances se font dans Notre-Dame-de-Grâce, où le chef de l’époque, Claude Sabourin, obtient 5,72 % des voix et dans Jacques-CartierAlex Tyrrell arrive en troisième position avec 4,54 % des voix[31].

2014Modifier

Disposant d'environ quatre mois pour organiser l'élection générale, à la suite d'une course à la chefferie mouvementée, le PVQ est aux prises avec des luttes internes qui nuisent à sa préparation électorale. Aux élections de 2014, le Parti vert du Québec connait donc une autre diminution des voix remportées. Alors qu’il présente 44 candidats, il recueille 23 163 voix, pour un total de 0,55 % des votes[32]. Seuls le chef, Alex Tyrrell, et Lisa Julie Cahn remportent plus de 3 % des votes, soit respectivement 4,52 % dans Notre-Dame-de-Grace et 4,02 % dans Westmount-Saint-Louis[33]. Le parti, sous la chefferie d'Alex Tyrrell s'établit clairement comme étant à gauche, écosocialiste et se détache des modèles passés, plus centristes[34].

Le parti présente sa plateforme « L'option éco-socialiste pour le Québec » qui vise surtout à replacer le parti à gauche sur l'échiquier politique tout en proposant des moyens de luttes aux changements climatiques, en proposant, entre autres : le revenu minimum garanti, la gratuité du transport en commun, hausser les impôts des grandes entreprises, une assurance médicament universelle et une réforme du mode de scrutin[35].

Le parti manifeste également son opposition au projet de Charte des valeurs québécoises du gouvernement Marois[36].

2018Modifier

Les élections d' marquent un retour du parti sur la scène politique québécoise, après un recul marqué, non seulement en termes de candidatures, mais également d'attention médiatique. Le parti assemble une équipe de 97 candidats, la deuxième plus grande de son histoire, aux quatre coins de la province et dans des circonscriptions où il n'y avait jamais eu de candidat vert auparavant. Le parti présente d'ailleurs, malgré une équipe réduite, le pourcentage le plus élevé de candidate, tous partis confondus, à 58 % et l'un des plus grands nombres de candidatures féminines, avec 56 candidates (en plus de deux agenres, donc qu’ils ne s’identifient à aucun des deux genres traditionnels), dépassant ainsi le Parti libéral du Québec (55) et le Parti québécois (51)[37].

Le PVQ présente une nouvelle plateforme : « Le Nouveau Plan Vert pour le Québec », proposant et prônant une transition écologique, une lutte plus efficace aux changements climatiques, la défense du système public, des investissements massifs en santé, éducation et dans les services publics.

Le parti propose notamment :

  • La gratuité du transport en commun[38].
  • Une taxe sur le carbone à 200 $ la tonne dès 2019[39].
  • Atteindre la carboneutralité d'ici 2050[40].
  • La construction d'un réseau de trains à grande vitesse[38].
  • Une cible de réduction de la consommation de viande[41].
  • Une réforme du mode de scrutin et des réformes démocratiques (vote à 16 ans, vote par anticipation sur internet, cours de participation civique, etc.)[42].

Le PVQ profite également de l'élection pour présenter une nouvelle plateforme concernant le droit des animaux, plus moderne, inspiré par les propositions du milieu activiste. Le programme propose des réformes de fond massives, l'ajout de plus d'inspecteur, l'interdiction de la vente de chiens et de chats en animalerie, la protection juridique des animaux destinés à la consommation, etc.[43] Le programme est d'ailleurs déclaré le meilleur par la SPCA Montréal[44].

Le parti dénonce également son exclusion des débats publics. Avec le chef du Parti conservateur du Québec, Adrien D. Pouliot, Alex Tyrrell demande une formule qui permettrait d'inclure les deux formations politiques, étant donné qu'elles présentent plus de 90 candidats[45].

Le PVQ obtient 1,70 % des voix, avec 67 870 votes. Dans Jacques-Cartier, Catherine Polson termine troisième avec 6,73 %, dans Notre-Dame-de-Grâce Chad Walcott termine quatrième avec 6,67 % et dans Mont-Royal–Outremont, Vincent J. Carbonneau termine cinquième avec 4,31 %. Plusieurs autres candidats dépassent les 1 000 voix dans leur circonscription : Valérie Fortier dans Blainville, Giuseppe Cammarrota dans Nelligan, Jean-Pierre Duford dans Saint-Henri–Sainte-Anne et Kimberly Salt dans Marquette, entre autres.

Le chef du parti, Alex Tyrrell, termine cinquième dans Verdun avec 3,72 %, soit 1 157 votes. Il affrontait notamment Isabelle Melançon, députée sortante et ministre de l'environnement sous le gouvernement Couillard. C'est également la première fois dans l'histoire du parti qu'un chef est à la tête de la formation pour plus d'une élection générale.

Élections partiellesModifier

Depuis la nomination d'Alex Tyrrell à la tête du Parti vert du Québec en , le PVQ a participé à plusieurs élections partielles. Les résultats affichent une augmentation de la popularité du parti après les élections de 2014. En effet, dans huit des neuf circonscriptions où le PVQ participe à des élections partielles à partir de 2015, les résultats obtenus sont supérieurs à 2 %. Après les 0,55 % des voix obtenus aux élections générales de 2014, il s'agit d'une remontée pour le parti, qui atteint même jusqu'à 3,5 et 4 % dans certaines circonscriptions. Présentant leur chef, Alex Tyrrell, comme candidat dans une majorité de ces partielles, notamment en région, les verts tentent de faire connaître leur chef, encore méconnu du grand public ainsi que développer le parti dans des régions où il est moins actif ou inactif.

Résultats du Parti vert du Québec aux élections partielles depuis 2013[46]
Année Circonscription Candidat Résultats (%)
2013 Outremont Alex Tyrrell 3,79
Viau Morgan Crockett 1,67
2014 Lévis Alex Tyrrell 1,10
2015 Richelieu Vincent Pouliot 1,74
Jean-Talon Elodie Boisjoly-Dubreuil 2,40
Fabre Kim Raymond 3,67
Saint-Henri–Sainte-Anne Jiab Zuo 3,54
2016 Chicoutimi Alex Tyrrell 2,47
Arthabaska 2,11
Marie-Victorin Vincent J. Carbonneau 2,62
Saint-Jérôme Émilianne Lépine 2,06
Verdun David Cox 4,28
2017 Gouin Alex Tyrrell 4,57
Louis-Hébert 2,07
2018 Roberval 0,52
2019 Jean-Talon Émilie Coulombe 2,80
2022 Marie-Victorin Alex Tyrrell 0,87

Notes et référencesModifier

  1. « Les deux nouveaux visages du PVQ », sur pvq.qc.ca (consulté le ).
  2. « Le Parti vert du Québec sera éco-socialiste », sur journalmetro.com (consulté le ).
  3. « Le Parti vert du Québec : entre environnement et fédéralisme », sur ici.radio-canada.ca (consulté le ).
  4. « ÉLECTIONS 2018 ET ANIMAUX : LES PARTIS SE POSITIONNENT », sur spca.com (consulté le ).
  5. « POUVOIR AUX MUNICIPALITÉS », sur pvq.qc.ca (consulté le ).
  6. Parti vert du Québec, « Rapport du Vote de Confiance 2020 », sur https://pvq.qc.ca.
  7. (en) « Global Greens Charter English », sur globalgreens.org (consulté le ).
  8. a b et c « Parti vert du Québec », sur quebecpolitique.com.
  9. a et b « Le Parti vert du Québec a choisi son nouveau chef: Alex Tyrrell », sur newswire.ca, .
  10. « Le chef du Parti vert du Québec quitte son poste en plein congrès », Radio-Canada,‎ .
  11. « Le Parti vert du Québec sera éco-socialiste », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Une fronde s’organise contre le chef du Parti vert du Québec », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « L’exécutif du Parti vert du Québec réclame la démission de son chef, Alex Tyrrell », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Démissions en bloc au Parti vert du Québec », Le Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Purge au Parti vert du Québec », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. (en) « Concordia Students Organize Panel on Pipeline Resistance », The Link,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. a et b (en) Navneet Pall, « No timeline on PCB cleanup in Pointe-Claire », Global News,‎ (lire en ligne).
  18. a et b (en) Kathryn Greenaway, « Environment minister commits to testing of residential properties », Montreal Gazette,‎ (lire en ligne).
  19. « Élections générales », sur electionsquebec.qc.ca.
  20. « Élections générales », sur electionsquebec.qc.ca (consulté le ).
  21. a b et c « Élections générales », sur electionsquebec.qc.ca (consulté le ).
  22. a b et c Pierre Drouilly, « L'élection du 25 septembre 1989 : une analyse des résultats », sur pum.umontreal.ca (consulté le ).
  23. « Rapport d'enquête et d'audience publique : L'élimination des BPC dont le MEF a la garde » [PDF], sur bape.gouv.qc.ca (consulté le ), p. 8.
  24. « Élections générales », sur electionsquebec.qc.ca (consulté le ).
  25. « Nous sommes tous verts », Radio-Canada,‎ (lire en ligne).
  26. Secrétariat du Parti vert du Québec 2007, « Avançons, c'est vert! : Programme électoral 2007 » [PDF], sur poltext.org (consulté le )
  27. « Élections générales », sur electionsquebec.qc.ca (consulté le ).
  28. a b et c « Élections générales », sur electionsquebec.qc.ca (consulté le ).
  29. Parti vert du Québec, « « Votons pour l'avenir », Plate-forme électorale 2008 » [PDF], sur poltexte.org (consulté le ).
  30. « Élections générales », sur electionsquebec.qc.ca.
  31. « Élections générales », sur electionsquebec.qc.ca.
  32. « Élections générales », sur electionsquebec.qc.ca.
  33. « Élections générales », sur electionsquebec.qc.ca.
  34. « Le Parti vert du Québec sera éco-socialiste », sur journalmetro.com, (consulté le ).
  35. « Élection générale de 2014 Programme électoral », sur http://www.bibliotheque.assnat.qc.ca (consulté le ).
  36. « Élections 2014 - Parti vert du Québec : Contre la Charte et pour l'éco-socialisme », sur https://quebec.huffingtonpost.ca, .
  37. Philippe Langlois, « Pas facile d’être paritaire pour les petits partis politiques », sur journaldequebec.com, .
  38. a et b (en) « Transport et mobilité durable », sur pvq.qc.ca (consulté le ).
  39. « Le Parti vert du Québec, pour un coup de barre majeur en environnement », sur huffingtonpost.ca, .
  40. (en) « Changements climatiques », sur pvq.qc.ca (consulté le ).
  41. (en) « Réduction de la consommation de viande », sur pvq.qc.ca (consulté le ).
  42. (en) « Relancer la participation démocratique », sur pvq.qc.ca (consulté le ).
  43. « ÉLECTIONS 2018 :QUESTIONS POUR LES PARTISPARTI VERT DU QUÉBEC » [PDF], sur https://www.spca.com, (consulté le ).
  44. « ÉLECTIONS 2018 ET ANIMAUX : LES PARTIS SE POSITIONNENT », sur https://www.spca.com, (consulté le ).
  45. (en) « Relancer la participation démocratique » (consulté le ).
  46. « Élections partielles », sur electionsquebec.qc.ca (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier