Parti progressiste des Maldives

parti politique maldivien

Parti progressiste des Maldives
(dv) ޕްރޮގްރެސިވް ޕާރޓީ އޮފް މޯލްޑިވްސް: ޕީ.ޕީ.އެމް
Image illustrative de l’article Parti progressiste des Maldives
Logotype officiel.
Présentation
Leader Abdulla Yameen
Fondation
Scission de Parti du peuple maldivien
Siège Malé, Maldives
Porte-parole Ali Arif
Religion Islam sunnite
Idéologie Islamisme
Démocratie islamique
Conservatisme Social
Nationalisme
Présidentialisme
Libéralisme économique
Affiliation nationale Alliance des conservateurs et réformistes européens (partenariat régional)
Adhérents 49 416 (été 2018)
Couleurs Rose
Site web www.ppm.mv
Représentation
Députés
5  /  87

Le Parti progressiste des Maldives (divehi : ޕްރޮގްރެސިވް ޕާރޓީ އޮފް މޯލްޑިވްސް: ޕީ.ޕީ.އެމް, PPM) est un parti politique maldivien.

HistoireModifier

FondationModifier

Fondé en à Malé, il est alors dirigé par Maumoon Abdul Gayoom, président de la République de 1978 à 2008. Celui-ci avait alors quitté le Parti du peuple maldivien, qu'il a fondé en 2005[1].

Le , Abdulla Yameen, demi-frère de Gayoom, remporte, à la surprise générale, le second tour de l'élection présidentielle avec 51,3 % des voix face à Mohamed Nasheed[2],[3], président de la République de 2008 à 2012. Yameen met en place un régime autoritaire.

Le parti est en coalition avec le Parti républicain et l'Alliance pour le développement des Maldives pour les élections législatives maldiviennes de 2014[4].

Oppositions internesModifier

En , Gayoom est évincé de la direction du parti et remplacé par Yameen.

Le , Gayoom rejoint l'opposition à son demi-frère Abdulla Yameen, devenu président en 2013, et noue une alliance avec son ancien rival Mohamed Nasheed[5]. Le parti se divise en deux factions, l'une soutenant Yameen et l'autre soutenant Abdul Gayoom[6],[7],[8]. La faction pro-Gayoom prend le nom de Maumoon Reform Movement[9].

Le , Abdulla Yameen Abdul Gayoom refuse d'appliquer un jugement de la Cour suprême relatif à des libérations de prisonniers politiques, dont Faris, le propre fils de Maumoom[10], malgré la demande de l'ONU[11], puis assiège les bureaux de la Cour suprême, suspend le parlement, fait arrêter Maumoon Abdul Gayoom et décrète l'état d'urgence[12]. L'ONU dénonce alors une « attaque contre la démocratie »[13]. Le , Abdul Gayoom est condamné à 19 mois de prison pour « obstruction à la justice », pour avoir refusé de parler aux juges après son arrestation[14].

Élection présidentielle de 2018Modifier

Durant la campagne présidentielle de 2018, les médias ne couvrent pas la campagne électorale du candidat d'opposition Ibrahim Mohamed Solih, de crainte de représailles[15]. Malgré cela, celui-ci sort largement vainqueur[16],[17],[18]. Abdulla Yameen reconnaît publiquement sa défaite le , et félicite son adversaire[17]. Selon Olivier Guillard, chercheur associé à l'IRIS, « Abdulla Yameen passe pour un autocrate, il a une très mauvaise image à l'étranger et la communauté internationale avait peur qu'il truque le scrutin, ce qui n'a pas été le cas. La velléité démocratique l'a emporté aux Maldives, sur l'exemple d'autres États de la région »[19]. Pour Gulbin Sultana, de l'Institute for Defence Studies and Analyses (en) de New Delhi, « Le ralliement de Maumoon Abdul Gayoom a été décisif, il a entraîné avec lui sa faction au sein du parti au pouvoir, le Parti progressiste des Maldives »[20].

Le , Yameen est élu à la tête du parti[21].

Le , Maumoon est libéré sous caution[22]. Le , il est acquitté[23].

Élections législatives de 2019Modifier

Lors des élections législatives maldiviennes de 2019, le Parti progressiste, chute de 33 à 5 sièges[24].

Résultats électorauxModifier

Élections présidentiellesModifier

Année Candidat 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Rang
2013 Abdulla Yameen 61 278 29,72 % 2e 111 203 51,39 % Élu
2018 Abdulla Yameen 96 052 41,62 % Battu

Élections législativesModifier

Année Voix % Sièges Gouvernement
2014 51 424 27,72
33  /  85
Gouvernement
2019 19 176 9,12
5  /  87
Opposition

Notes et référencesModifier

  1. Shaheeda Saeed, « Gayoom resigns from DRP », Miadhu,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 21 juin 2014)
  2. « Maldives : Abdulla Yameen remporte l'élection présidentielle », RFI, 17 novembre 2013
  3. Frédéric Bobin, « Maldives : un nouveau président, trois incertitudes sur l'avenir », sur Le Monde, (consulté le 11 novembre 2015)
  4. « Political Handbook of the World 2016-2017 », sur Google Books (consulté le 8 avril 2019)
  5. (en) Suhasini Haidar, « Maldivian arch-rivals Mohammad Nasheed and Maumoon Abdul Gayoom join forces. », sur The Hindu (consulté le 6 février 2018).
  6. MaldivesUprising, « Take a Bold Stand Against “Sale of Faafu Attol and Islands” to... », sur Maldives Uprising (consulté le 24 septembre 2018)
  7. MaldivesUprising, « Bringing the “Maldives – Saudi Arabia” corruption out from “under the carpet” », sur Maldives Uprising (consulté le 24 septembre 2018)
  8. « Maldives ruling Party warns of legal action if their name is not removed from statement – Maldives Times » (consulté le 24 septembre 2018)
  9. « Raajjemv News », sur Maumoon Reform Movement (consulté le 26 septembre 2018)
  10. « 'Don't support a dictator,' Maldives opposition urges army, police », sur Avas.mv (consulté le 5 février 2018)
  11. « ONU Info - Maldives : l'ONU appelle les autorités à respecter la décision de la Cour suprême », sur Centre d'actualités de l'ONU (consulté le 5 février 2018)
  12. « Maldives: état d'urgence déclaré pour 15 jours », sur Le Figaro (consulté le 5 février 2018)
  13. « L'ONU parle pour les Maldives d'«attaque contre la démocratie» », sur Le Figaro (consulté le 7 février 2018)
  14. Le Point, magazine, « Maldives: 19 mois de prison pour l'ex-président Gayoom », sur Le Point (consulté le 13 juin 2018)
  15. « Présidentielle aux Maldives: sous la plage, la répression », sur Libération.fr (consulté le 21 septembre 2018).
  16. « Maldives/présidentielle: le candidat de l'opposition revendique la victoire », Agence France-Presse, 23 septembre 2018
  17. a et b (en) "Live blog: Victory for Ibu", The Maldives Independent, 23 septembre 2018
  18. « Maldives : le leader de l’opposition remporte l’élection présidentielle », sur Le Monde.fr (consulté le 24 septembre 2018)
  19. La-Croix.com, « Aux Maldives, la victoire d’un opposant marque « un premier pas vers la démocratie » », sur La Croix (consulté le 25 septembre 2018)
  20. « Le candidat pro-démocratie remporte les élections aux Maldives », sur Le Monde.fr (consulté le 25 septembre 2018)
  21. Le Point, magazine, « Présidentielles aux Maldives: confirmation de l'élection de l'opposant Ibrahim Solih », sur Le Point (consulté le 7 février 2019)
  22. « L'ex-dirigeant des Maldives Maumoon Abdul Gayoom libéré sous caution (officiel) » (consulté le 1er octobre 2018)
  23. https://www.voaafrique.com/a/l-ex-président-maumoon-abdul-gayoom-acquitté-en-appel-aux-maldives-/4618763.html
  24. Législatives aux Maldives : l'ancien président des Maldives fait un retour en force