Ouvrir le menu principal

Parti de la loi naturelle

parti politique français actif dans les années 1990

Parti de la loi naturelle
Image illustrative de l’article Parti de la loi naturelle
Logotype officiel.
Présentation
Président Benoît Frappé
Fondation
Disparition 2009
Positionnement Inclassable
Idéologie Méditation transcendantale
Politique écologique
Couleurs Arc-en-ciel

Le Parti de la loi naturelle (PLN) est un parti politique français issu du mouvement de la méditation transcendantale, actif de 1992 à 2009.

En France, le Parti de la loi naturelle est dirigé par Benoît Frappé[1]. Il participe à différentes élections de 1993 à 1999. Né sous l'impulsion du penseur indien Maharishi Mahesh Yogi, le parti est également présent dans quatre-vingts autres pays[2], dont l'Australie, les États-Unis, l'Inde ou l'Italie.

Sommaire

ProgrammeModifier

FranceModifier

Benoît Frappé, ancien président du PLN en France, présentait la motivation de son parti de cette façon :

« C'est en raison de la constatation de l'ampleur des bienfaits obtenus par la pratique individuelle et collective de la méditation transcendantale et des techniques de MT-Sidhis (et de Vol Yogique) par les recherches scientifiques que nous avons décidé de fonder ce parti. Il faut introduire la lumière de la science dans le champ de la politique[3]. »

Le slogan était « Seule une nouvelle graine peut donner une nouvelle récolte » et son programme prétendait s'appuyer sur des bases scientifiques.

Le parti proposait la pratique de la méditation transcendantale comme solution à la réhabilitation des détenus et au malaise des prisons et une alternative dynamique au système de santé actuel, un système que les candidats du parti nomment « système de maladies » :

« Au lieu de verser des millions de dollars chaque année pour la création de médicaments destinés à gérer les maladies, le Parti de la loi naturelle veut promouvoir l'éducation à la santé et la gestion du stress avec la Méditation transcendantale, comme moyens pour éviter l'apparition des maladies[4]. »

Le Parti de la loi naturelle prétendait « que la technologie du programme de MT-Sidhis (et de Vol yogique) serait la seule technologie capable de générer une cohérence dans la conscience nationale et internationale. »[réf. nécessaire]

Une autre ambition du parti était la paix mondiale, en arguant que si la racine carrée de 1 % de la population mondiale (soit 8 000 personnes environ) pratiquaient collectivement le « vol yoguique », il se produirait une « vague de paix » dans le monde entier[5]. Cette revendication s'appuyait sur l'affirmation que les catastrophes naturelles, les conflits régionaux, le taux de criminalité et de mort violente, auraient diminué par cette méthode[6].

Le Parti de la loi naturelle explique ses prétentions dans son manifeste de la façon suivante :

« Le meilleur gouvernement est le gouvernement de la nature. La loi naturelle régit notre univers avec un ordre parfait et sans aucun problème. La loi naturelle régit toute la vie, des galaxies à notre planète Terre, jusqu’à nos propres vies, tout est régi par les lois naturelles. Le Parti de la loi naturelle a les connaissances nécessaires pour apporter le soutien de la loi naturelle à chaque individu et à l'ensemble de la nation. Notre vie nationale sera en harmonie avec la loi naturelle, et tout le monde jouira de la paix, du bonheur et de la prospérité. Nous avons la connaissance scientifique qui permettra de créer un gouvernement aussi efficace et satisfaisant que le gouvernement de la nature[7]. »

États-UnisModifier

Aux États-Unis, le Natural Law Party est représenté par John Hagelin, professeur en physique quantique. Il s'est présenté à trois élections présidentielles en 1992, 1996 et 2000.

En 1996, Hagelin a été l'un des cinq candidats à la présidentielle qui présentait suffisamment de votes pour prétendre remporter l'élection dans le collège électoral (qui est un corps d'électeurs choisis pour élire le président et le vice-président des États-Unis)[8],[4]. En raison de leurs résultats, John Hagelin, H. Ross Perot et le candidat Harry Browne, ont cherché à participer aux débats nationaux télévisés présidentiels. Toutefois, la Commission sur les débats présidentiels, une organisation privée à but non-lucratif formée par les Comités nationaux démocrate et républicain, a conclu que ni Hagelin, ni Perot, ni Browne n’avaient de réelle chance de remporter l'élection, et a exclu les trois candidats des débats. Hagelin a remporté 113.667 voix dans cette élection nationale, soit environ 0,12 %[4].

Interrogé en 2012 par la journaliste Lilou Mace (en) sur sa motivation à s'investir dans le Parti de la loi naturelle, Hagelin répond :

« L'idée était de commencer à injecter dans le dialogue, de nouvelles idées importantes. Tout, des énergies renouvelables à la médecine préventive, la promotion de la santé pour la prévention de la maladie, à l'éducation qui développe ce potentiel total du cerveau ! Ce sont des idées importantes qui vont de plus en plus remodeler la société et ce fut pour moi la raison d'entrer dans la politique, non pas pour être élu ; les petits partis ne gagnent jamais mais sont responsables des changements les plus importants. Aux États-Unis, des choses comme le droit de vote des femmes ; l'abolition de l'esclavage ; les lois sur le travail des enfants et tout ce qui est important sont venues des voix des tiers partis, et finalement, elles font leur chemin à l'intérieur du courant dominant, elles sont absorbées par les deux partis monolithiques, donc, c'est la raison d'existence politique des tiers partis aux États-Unis, aussi impossible que la tâche puisse paraître[9] ! »

Les membres de ce parti, depuis sa dissolution, se sont constitués en un US Peace Government, une forme de gouvernement fictif parallèle, reprenant les mêmes thèses[4].

Perception par les médiasModifier

Le programme de MT-Sidhi inclut une pratique que le mouvement appelle « vol yogique »[10] et qui se manifeste par des méditants assis en tailleur et faisant des bonds sur des matelas. Ces bonds sont présentés par le parti comme les prémices de la lévitation. Les spots de campagne du Parti de la loi naturelle faisant cette démonstration[11] n'ont pas été pris au sérieux.

Benoit Frappé déclare avoir une preuve de l'effet du vol yogique : « Regardez les résultats d'une expérience grandeur nature en juillet 93 à Washington[12], où 4000 experts en vol yogique ont fait baisser la criminalité de 29 %, redresser la politique du Président, et amorcer la relance économique. Non, ce n'est pas l'effet du hasard, mais le résultat annoncé de l'application de nos technologies »[13].

ControverseModifier

Le fait que ce parti (ainsi que le Parti humaniste) aient eu un temps de parole égal aux partis traditionnels a soulevé quelques controverses. Certains y voyaient une « publicité gratuite » pour les faux nez de sectes et un « racket de fonds publics », mais leur inscription était légale et le Parti de la loi naturelle avait ainsi reçu 123 488,87 francs (18 825,62 ) de l'État aux législatives de 1997[14].

Le Parti de la loi naturelle, en France comme aux États-Unis[15], est par plusieurs fois décrit comme un mouvement sectaire[16],[17],[18]. Il est notamment cité dans le rapport parlementaire « Les sectes et l'argent » publié en 1999[19],[20].

SoutiensModifier

Le lundi 6 avril 1992, George Harrison donne un concert de soutien au Parti de la loi naturelle lors de sa création au Royal Albert Hall de Londres[21],[22].

Résultats électorauxModifier

En FranceModifier

En France, le Parti de la loi naturelle, après de faibles résultats électoraux[23], cesse ses activités en 2001 ou en 2009[24],[19]. Aux élections législatives de 1993, il réalise plus de 0,5 % avec 125 candidats et bénéficie par conséquent d'une aide de l'État de 293 000 francs par an jusqu'en 1997[25]. De la même façon, il recueille 123 000 euros de 1998 à 2002[26].

Élections législativesModifier

Année Premier tour Sièges
Voix % Rang
1993[27] 26 254 22e
0 / 577
1997[28] 11 329 24e
0 / 577

Élections européennesModifier

Année Voix % Sièges Rang Tête de liste
1994[29] 103 261 00,53 0 14e Benoît Frappé
1999[30] 71 409 00,40 0 15e

À l'internationalModifier

États-UnisModifier

Aux États-Unis, le Parti de la loi naturelle a participé aux élections présidentielles de 1992, 1996 et 2000.

CanadaModifier

Le Parti de la loi naturelle du Canada (en) a existé de 1992 à 2003 sur la scène fédérale, et a présenté des candidats aux élections générales de 1993, 1997 et 2000. Des branches provinciales ont existé en Ontario et au Québec, cette dernière présentant des candidats aux élections générales de 1994 et 1998.

Notes et référencesModifier

  1. (Vidéo de campagne électorale) INA : message de Benoît Frappé lors de la campagne électorale officielle des élections européennes - 02/06/1994.
  2. Luc Debraine, « Maharishi Yogi est retourné à la lumière », sur Le Temps, (consulté le 8 mai 2019).
  3. Le Parti de la loi naturelle de monsieur Benoît Frappé.
  4. a b c et d (en) Des citoyens de Fairfield, Iowa, ont créé le Natural Law party en avril 1992.
  5. Jean-François Mayer, Les nouvelles voies spirituelles : enquête sur la religiosité parallèle en Suisse, L'âge d'homme, coll. « Programme national de recherche » (no 21), , 427 p. (ISBN 9782825104125, lire en ligne), p. 301.
  6. Jean-René Chenard, Les Relaxations : Théories et pratiques de quelques solutions de rechange aux médications, PUQ, , 310 p. (ISBN 9782760520493, lire en ligne), p. 49.
  7. « UK Manifesto, Natural Law Party ».
  8. A body of electors chosen to elect the President and Vice President of the United States
  9. Transcription de l'interview de John Hagelin par la journaliste Lilou Macé du 12 juillet 2012 aux Pays-Bas.
  10. Vol Yogique, Technologie pour la paix.
  11. ('Vidéo de campagne électorale') Spot télévisé du Parti de la loi naturelle pour les Élections européennes de 1994 en France.
  12. (en) Effects of Group Practice of the Transcendental Meditation Program on Preventing Violent Crime in Washington, DC: Results of the National Demonstration Project, June-July 1993
  13. « 'Vidéo de campagne électorale' du parti de la loi naturelle aux élections européennes de 1994. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  14. Le Parisien Eric Giacometti 9 juin 1999, « Humanisme et vols yogiques désarment la République », sur prevensectes.com (consulté le 13 octobre 2010).
  15. Marguerite Chabrol, « Autoportrait de l'artiste en méditation », sur Nonfiction.fr, (consulté le 8 mai 2019).
  16. « [Politique] Parti de la loi naturelle : (l)'évitons-le », sur Clicanoo, (consulté le 8 mai 2019).
  17. Noémie Mayaudon, « Cartographie des micro-partis politiques », sur Slate, (consulté le 8 mai 2019).
  18. Cyril Le Tallec, Les Sectes politiques, 1965-1995, Éditions L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », , 154 p. (ISBN 2-296-00347-8).
  19. a et b Laurent de Boissieu, « Parti de la Loi Naturelle (PLN) », sur France politique (consulté le 8 mai 2019).
  20. Rapport fait au nom de la commission d'enquête sur la situation financière, patrimoniale et fiscale des sectes, ainsi que sur les activités économiques et leurs relations avec les milieux économiques et financiers, Assemblée nationale, , 338 p. (lire en ligne).
  21. (en) Jeff Giles, « 25 years ago: George Harrison plays his final full concert », Ultimate Classik Rock,‎ (lire en ligne)
  22. (en) Andy Greene, « Flashback: George Harrison Pays Tribute to Bob Dylan », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  23. « Transcendantal : « Le Parti de la loi naturelle rapplique pour les Européennes » », sur L'Humanité, (consulté le 8 mai 2019).
  24. « La « France forte », version Parti de la loi naturelle », sur Le Lab, (consulté le 8 mai 2019).
  25. Sabine Gignoux, « Élections législatives 97 », sur La Croix, (consulté le 8 mai 2019).
  26. Éric Phélippeau, « Partis politiques : Financement », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 8 mai 2019).
  27. Laurent de Boissieu, « Élections législatives 1993 », sur France politique (consulté le 8 mai 2019).
  28. Laurent de Boissieu, « Élections législatives 1997 », sur France politique (consulté le 8 mai 2019).
  29. Laurent de Boissieu, « Élections européennes 1994 », sur France politique (consulté le 8 mai 2019).
  30. Laurent de Boissieu, « Élections européennes 1999 », sur France politique (consulté le 8 mai 2019).

Articles connexesModifier