Parti conservateur du Québec (2009-)

Parti conservateur du Québec
Image illustrative de l’article Parti conservateur du Québec (2009-)
Logotype officiel.
Présentation
Chef Adrien D. Pouliot (Intérimaire)
Fondation
Siège CP 133 Suc. Mont-Royal,
Montréal, Québec
Président Patrice Raza
Positionnement Centre droit à droite
Idéologie Conservatisme fiscal
Libertarianisme
Fédéralisme
Couleurs Bleu et Rouge
Site web particonservateurquebec.org
Représentation
Assemblée nationale
0 / 125

Le Parti conservateur du Québec (PCQ) est un parti politique québécois, œuvrant sur la scène provinciale au Québec. Sur le plan économique, il est le parti le plus à droite de l'échiquier politique du Québec[1], préconisant une baisse d'impôts des particuliers et une réduction de la taille de l'État, éléments qui représentent une grande partie de sa plateforme électorale. Ses orientations sociales sont caractérisées par la mise en valeur des libertés individuelles et de la responsabilité individuelle[2].

PolitiquesModifier

Après être devenu chef du parti le , Adrien D. Pouliot a modifié la charte du parti pour en retirer les éléments de « droite morale », plaçant le parti au centre sur ce plan. Le parti plaide pour la liberté individuelle et la réduction du rôle de l'État, autant sur le plan économique que social. En termes économiques, il préconise l'utilisation des mécanismes de marché dans l'élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques[3].

Bureau exécutif nationalModifier

Haute direction[4]Modifier

  • Chef intérimaire : Adrien D. Pouliot
  • Président: Patrice Raza
  • Secrétaire général : Mikey Colangelo Lauzon
  • Vice-présidente (Régions du Bas-Saint-Laurent, Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et Côte-Nord) : Vacant
  • Vice-président (Régions de la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches) : Anne DeBlois
  • Vice-président (Régions de Mauricie, Centre-du-Québec et Saguenay-Lac-Saint-Jean) : Jimmy Voyer
  • Vice-président (Régions de Montréal et Laval) : Vacant
  • Vice-président (Régions de Montérégie et Estrie) : Vacant
  • Vice-président (Régions de Nord-du-Québec, Abitibi-Témiscamingue, Outaouais, Laurentides et Lanaudière) : Jean-Philippe Chaussé
  • Représentant officiel (DGEQ) : Patrice Raza

Commissions[4]Modifier

  • Communication : André Valiquette
  • Constitution : Mikey Colangelo-Lauzon
  • Organisation : Patrice Raza

HistoriqueModifier

 
Adrien D. Pouliot est Chef du Parti depuis 2013

Il a été autorisé en par le directeur général des élections[5].

En , Serge Fontaine propose à Éric Caire – qui rompt alors avec l'ADQ – de rejoindre les rangs de son parti, quitte à lui laisser sa place de chef[6]. Le député ne donne cependant pas suite et siège en tant qu'indépendant.

En , le chef du parti, Serge Fontaine, quitte le parti pour joindre la Coalition avenir Québec de François Legault[7].

En , le parti, qui existait toujours sur papier, est redémarré et présidé par l'animateur de radio et analyste politique Jeff Plante qui avec l'aide de son équipe en établit les bases et la constitution et en confie le leadership intérimaire à l'ancien député conservateur fédéral de Louis-Hébert Luc Harvey. Le 26 et à Drummondville a eu lieu le congrès de fondation du parti. À la suite de l'élection provinciale de où le parti a obtenu 0,18 % des suffrages exprimés, Luc Harvey démissionne de son poste de chef[8]. Par la suite, l’ex-député adéquiste du comté de Huntingdon, Albert De Martin, est nommé chef intérimaire du parti[9].

En , se déroule une course à la chefferie entre deux candidats : Daniel Brisson et Adrien D. Pouliot[10]. Adrien D. Pouliot était alors bien connu dans le milieu du conservatisme fiscal de par sa participation à la fondation de l'Institut économique de Montréal[11]. Il était vice-président de la commission politique de l'Action démocratique du Québec alors que celle-ci a fusionné avec la Coalition avenir Québec de François Legault. Adrien D. Pouliot s'était d'ailleurs prononcé contre la fusion en public et a participé à une tournée du Québec dans le but de convaincre les membres de l'ADQ de rejeter la fusion avec le président de la commission politique de l'ADQ, Claude Garcia[12]. Adrien D. Pouliot argumentait que, après une rencontre avec François Legault, que la CAQ n'était en fait pas un parti à droite mais un parti faisant la promotion de ce qu'il appelait la gauche efficace, et que notamment François Legault était opposé à plusieurs des politiques revendiquées par l'ADQ de l'époque[13]. Déçu de la fusion, Adrien D. Pouliot ne se joindra pas à la CAQ et se déclarera publiquement comme étant "un orphelin politique"[14]. Après plusieurs mois de réflexion, et après avoir considéré se présenter à la chefferie du Parti libéral du Québec dans le but d'amener ce parti plus à droite dans les dossiers économiques, il décide en de se présenter comme chef du Parti conservateur du Québec[15]. Le , Daniel Brisson retire sa candidature[16] et le , Adrien D. Pouliot devient chef du Parti lors du Conseil Général[17]. Les 19 et , les membres adoptent la nouvelle plateforme officielle du Parti lors du congrès national 2013 [18].

Le , le parti annonce sur sa page Facebook la démission de son chef Adrien D. Pouliot et la tenue d'une course à la chefferie[19]. Adrien Pouliot assure lui-même l'intérim jusqu'à la nomination d'un nouveau chef.

ChefferieModifier

Chefs du Parti Conservateur du Québec
Nom Chef
Serge Fontaine mars 2009 - novembre 2011
Luc Harvey janvier 2012 - septembre 2012
Albert De Martin (Intérimaire) septembre 2012 - février 2013
Adrien D. Pouliot février 2013 - octobre 2020
Adrien D. Pouliot (Intérimaire) octobre 2020 - en cours


Participations aux électionsModifier

Avant les élections générales de 2012, le parti n'a pas encore pu présenter de candidats à une élection générale. Il a cependant présenté deux candidats aux élections partielles d'Argenteuil et de LaFontaine en 2012, allant récolter 1,12 % des votes[20].

Le parti présente 27 candidats aux élections générales québécoises de 2012[21].

Le parti présente 59 candidats à l'élection générale québécoise de 2014[22].

Le parti présente son chef, Adrien D. Pouliot à l'élection partielle de Lévis en 2014. Il obtient 2,3 % des votes.

Le parti présente Daniel Gaudreau à l'élection partielle de Richelieu de [23]. Ce dernier récolte 103 votes[24].

Pour les élections partielles du , le Parti conservateur présente Sylvain Rancourt dans Jean-Talon et son chef, Adrien Pouliot dans Chauveau. Ce dernier obtient près de 5 % des voix.

Aux élections partielles du 9 novembre 2015, Christian Hébert finit dernier dans Saint-Henri–Sainte-Anne, Jérémy Dohan et Eric Sirois finissent avant-dernier dans Fabre et René-Lévesque, mais Milan Jovanovic termine quatrième, devant Québec solidaire avec environ 3 % des voies.

Aux élections partielles du 5 décembre 2016, le parti présente des candidats dans les quatre circonscriptions en jeu. Dans Saint-Jérôme, Sébastien Roy termine 7e avec 0,34 % des voix. Hoang Nam Nguyen obtient 0,75 % des voix dans Marie-Victorin, David Girard 0,65 % dans Verdun et Guy Morin 4,7 % dans Arthabaska.

Aux élections partielles québécoises du , le parti présente Samuel Filion-Doiron. Il obtient 0,49 % des voix dans la circonscription de Gouin.

Lors de l’élection partielle de Louis-Hébert le , le parti investit beaucoup dans la candidature de Sylvie Asselin. Malgré cela, le PCQ ne parvient pas à sortir de l’ombre et obtient un faible 4,12%.

Résultats électorauxModifier

Résultats électoraux du Parti conservateur du Québec
Élection Sièges Voix
Candidats /
Circonscriptions
en élection
Sièges
obtenus
Nombre Pourcentage
Septembre 2012 27 / 125 0 7 654 0,18 %
Avril 2014 59 / 125 0 16 525 0,39 %
Octobre 2018 101 / 125 0 59 053 1,46 %

Notes et référencesModifier

  1. « Le parti conservateur du Québec dit être la véritable droite provinciale », La Presse,‎ (lire en ligne).
  2. « contrepoids.com/tag/adrien-pou… »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  3. [vidéo] Adrien Pouliot est en entrevue avec Michel C. Auger sur YouTube.
  4. a et b (en) « Le Bureau Exécutif National », sur Parti conservateur du Québec (consulté le 26 mai 2019)
  5. « Élections Québec », sur Élections Québec (consulté le 4 octobre 2020).
  6. « Le Parti conservateur du Québec tisse des liens », sur canada.ca, Radio-Canada, (consulté le 4 octobre 2020).
  7. http://www.lanouvelle.net/Actualites/Politique/2012-01-17/article-2866678/La-CAQ-veut-s%26rsquoancrer-dans-Arthabaska/1
  8. « Le parti conservateur du Québec n'a plus de chef », La Presse,‎ (lire en ligne).
  9. http://www.hebdosregionaux.ca/monteregie/2012/10/02/albert-de-martin-devient-chef-interimaire
  10. « Les conservateurs du Québec croisent le fer », sur TVA Nouvelles (consulté le 4 octobre 2020).
  11. « Virage à droite - Montréal Campus », sur Montréal Campus, (consulté le 4 octobre 2020).
  12. « Fusion avec la CAQ, L'ADQ divisée », La Presse,‎ (lire en ligne).
  13. « Adrien Pouliot devient chef du Parti conservateur du Québec », sur TVA Nouvelles (consulté le 4 octobre 2020).
  14. https://www.youtube.com/watch?v=J1EJKQV5fBY
  15. « Adrien Pouliot souhaite diriger le parti conservateur du Québec », La Presse,‎ (lire en ligne).
  16. http://www.newswire.ca/en/story/1114849/retrait-de-la-candidature-de-m-daniel-brisson
  17. « Adrien Pouliot devient chef : premier congrès à Trois-Rivières », sur Le Journal de Montréal (consulté le 4 octobre 2020).
  18. « Les conservateurs québécois mobilisés à Québec », sur canada.ca, Radio-Canada, (consulté le 4 octobre 2020).
  19. « Le Président national du Parti annonce qu’il a reçu une lettre du Chef... », sur Facebook - Parti conservateur du Québec, (consulté le 21 octobre 2020)
  20. « Élections partielles », sur Élections Québec (consulté le 4 octobre 2020).
  21. http://www.monvote.qc.ca/fr/candidat_liste_pp.asp?order_Recordset1=CIRCONSCRIPTION&parti=31&circ=0&=Rechercher
  22. http://www.monvote.qc.ca/fr/candidat_liste_pp.asp?parti=00079&circ=&bntSubmit=Rechercher
  23. http://www.soreltracyregion.net/actualite/page/election/article/h/16076
  24. http://www.soreltracy.com/adm/ELECTIONS/2015/index.html