Ouvrir le menu principal

Parti égalité et justice

parti politique français

Le Parti égalité et justice (abrégé en PEJ) est un parti politique français islamo-conservateur fondé en 2015. Il est présidé par Sakir Colak et a son siège Obernai.

Sommaire

PrésentationModifier

CréationModifier

Le Parti égalité et justice, islamo-conservateur[1], est considéré comme une officine officieuse du Parti de la justice et du développement (AKP) (parti islamo-conservateur turc) en France, sur le modèle de Denk aux Pays-Bas, destinée à recueillir des voix dans la diaspora turque en France[2].

Le Parti communiste français (PCF) dénonce son processus de fondation dans une lettre au ministère de l'Intérieur, affirmant qu'« il faut y mettre un terme »[3]. Le PEJ rejette ces accusations[4], qui sont pourtant confirmées[5].

ProgrammeModifier

Si le programme du Parti égalité et justice présente des propositions d'ordre général, plusieurs dispositions relaient les idées de l'islam militant[6].

Le parti dit s'adresser « aux classes populaires, aux populations issues de la diversité et aux déçus du système »[7].

La « priorité 2 » du chapitre « éducation » annonce qu'il faut « adapter les manuels d’histoire et d’éducation civique en y intégrant une vision multiculturelle et plurielle », notamment par « l’introduction dans le programme d’enseignement scolaire de l’Empire arabo-musulman et de l’Empire asiatique ainsi qu’africain »[8]. Le PEJ réclame la prise en compte de l'identité musulmane « qui n'existait pas en 1905 ». Le chapitre « laïcité » demande « un moratoire sur la laïcité »[8] afin d'appliquer l'esprit de la loi de 1905, c'est-à-dire avec « un État qui ne reconnaît aucun culte, mais les laisse s’exprimer librement »[9]. Son président, Sakir Colak, pense que « la Turquie est plus démocratique qu’on ne le croit »[10].

En mai 2017, le magazine Marianne indique qu'en vue des élections législatives de 2017, « de Valenciennes à Marseille, le parti investit barbus et voilées en réclamant la refonte de la loi de 1905 sur la séparation de l'Église et de l'État au nom des « accommodements raisonnables concernant les musulmans » »[11].

Présence aux électionsModifier

Départementales de 2015Modifier

Le PEJ a présenté 10 binômes lors des élections départementales de 2015, principalement en Alsace[12],[13].

Législatives de 2017Modifier

En mai 2017, le PEJ indique vouloir présenter 68 candidatures aux élections législatives de juin[11]. Il parvient finalement à en déposer 52 sur 28 départements[14]. Toutefois, les près de 10 000 voix totalisées en France ne permettent pas au parti d’accéder au financement public[15]. En effet, le PEJ n’a atteint le seuil des 1 % d’électeurs que dans sept des circonscriptions où il était présent[15].

Notes et référencesModifier

  1. « Départementales : un parti créé pour défendre «les valeurs des musulmans », sur lefigaro.fr, .
  2. « Comment le parti d’Erdogan s’infiltre en France », sur nouvelobs.com, .
  3. « Erdogan s’invite en France pour les législatives françaises. Le PCF dénonce », sur humanite.fr, .
  4. « France – Avenir des partis alternatifs : le PEJ comme modèle », sur aa.com.tr, (consulté le 8 juin 2017).
  5. « La Turquie s'invite-t-elle dans les législatives par le biais de candidats », sur liberation.fr, (consulté le 8 juin 2017).
  6. Samir Amghar, L'islam militant en Europe, Infolio, .
  7. Le Progrès, « Le Parti Egalité Justice a dévoilé ses candidats pour les législatives », Quotidien,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mai 2017).
  8. a et b « Le Parti », sur parti-egalite-justice.fr (consulté le 8 juin 2017).
  9. Lyonne.fr, « Législatives - Le Parti égalité justice a investi trois candidats », quotidien,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mai 2017).
  10. Arthur Laffargue, « Les Turcs de France divisés sur le référendum en Turquie », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  11. a et b « La main d'Erdogan dans les urnes de France : 68 candidats du PEJ aux législatives », sur marianne.net, (consulté le 8 juin 2017).
  12. « Égalité et Justice, le parti islamo-turc qui se lance aux départementales », sur lexpress.fr, .
  13. « Des candidats du Parti Égalité et Justice un peu partout en Alsace », sur lalsace.fr, .
  14. « Combien y a-t-il de partis politiques en France ? », sur europe1.fr, (consulté le 8 juin 2017).
  15. a et b « Législatives : pari perdu pour le Parti Egalité Justice », sur Rue89, (consulté le 22 décembre 2017).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Charlotte Belaich, « La Turquie s'invite-t-elle dans les législatives par le biais de candidats ? », Libération,‎ (lire en ligne).

Articles connexesModifier