Ouvrir le menu principal

Michel Parreau

mathématicien français, président d'université
(Redirigé depuis Parreau)
Michel Parreau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Université des sciences et technologies de Lille
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Michel Parreau, né le à Paris et décédé le à l'âge de 87 ans, à La Madeleine (Nord), est un mathématicien français.

BiographieModifier

Michel Parreau fut étudiant à l’École Normale supérieure de Paris. Il obtient l’agrégation de mathématiques en 1946, et est recruté par le CNRS pour faire de la recherche. En 1952, il soutient sa thèse intitulée Sur les moyennes des fonctions harmoniques et analytiques et la classification des surfaces de Riemann[1].

Après quelques années à Toulouse, il devient professeur à la faculté de Lille à partir de 1956. Avec ses collègues normaliens Georges Poitou, Roger Descombes et Christiane Chamfy, il fait évoluer rapidement les formations[2]. Il exerce la charge de Doyen de la faculté des Sciences de Lille de 1961 à 1964. La faculté bénéficie alors d’importants moyens en poste et équipement et commence son déménagement vers la cité scientifique à Villeneuve d’Ascq avec le soutien du recteur Guy Debeyre

Il crée également un Collège Scientifique Universitaire à Calais (1963) et à Valenciennes (1964). Ce dernier deviendra l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.

Il est le second président de 1973 à 1975 de l'université de Lille I, créée en 1971. EN 1975 il est gravement malade. Il reprend ensuite ses recherches et s’implique dans la vulgarisation scientifique jusqu’à sa retraite en 1987.

À partir de 1990, il s’implique dans la création de l’université du Littoral-Côte-d'Opale dont il devient l’administrateur provisoire en 1992 et 1993[3].

RéférencesModifier

  1. Archicube 2012.
  2. « LES MATHEMATIQUES A LILLE de 1854 à 1970 »
  3. « Michel PARREAU, 1er administrateur de l’ULCO, nous a quittés », L'Esprit de la Côte, no 50,‎ (lire en ligne).

BibliographieModifier

Liens externesModifier