Ouvrir le menu principal

Paris-Tours 2018

112e édition d'une compétition de cyclisme
Paris-Tours 2018 Cycling (road) pictogram.svg
Généralités
Course112e Paris-Tours
CompétitionUCI Europe Tour 2018 1.HC
Date7 octobre 2018
Distance214,5 km
PaysFRA France
Lieu de départChartres
Lieu d'arrivéeTours
Équipes23
Partants160
Arrivants104
Vitesse moyenne46,31 km/h
Résultats
VainqueurDEN Søren Kragh Andersen (Sunweb)
DeuxièmeNED Niki Terpstra (Quick-Step Floors)
TroisièmeFRA Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale)
◀ 2017
Documentation Wikidata-logo S.svg

Le Paris-Tours 2018 est la 112e édition de cette course cycliste masculine sur route. Il a lieu le entre Chartres et Tours, sur une distance de 214,5 kilomètres, et fait partie du calendrier UCI Europe Tour 2018 en catégorie 1.HC. Le parcours subit des changements importants à l'occasion de cette édition, avec l'ajout de nouvelles côtes et de chemins de vignes non-goudronnés. Le coureur danois Søren Kragh Andersen, de l'équipe Sunweb, s'impose en solitaire, avec 25 secondes d'avance sur le Néerlandais Niki Terpstra (Quick-Step Floors) et le Français Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale).

Sommaire

PrésentationModifier

ParcoursModifier

Paris-Tours renouvelle son parcours à l'occasion de cette édition. Des chemins de vignes, ainsi que des côtes, sont ajoutés dans les 65 derniers kilomètres. Selon le directeur de course Thierry Gouvenou, le but de ces nouveautés, qualifiées de « révolution » par La Nouvelle République du Centre-Ouest[1], est de faire de Paris-Tours « une classique plus dynamique. L'épreuve a perdu, au fil des années, des côtes, l'avenue Grammont a été réduite avec le tramway. La course a besoin de piment[2]. »

Ce changement s'inscrit dans une tendance des courses cyclistes professionnelles à explorer des routes non goudronnées[3] et dans la recherche des organisateurs de routes adéquates pour créer un équivalent français aux Strade Bianche, course italienne empruntant les chemins blancs du Chianti[4]

Le départ est donné à Chartres à partir de cette année jusqu'en 2021[5]. Le début de parcours est conforme aux habitudes de la course, passant par Bonneval, Cloyes-sur-le-Loir, Vendôme, Herbault et Pocé-sur-Cisse. Passée cette commune, le parcours ne bifurque plus vers Amboise mais prend la direction des nouvelles difficultés. Les 65 derniers kilomètres comprennent neuf chemins de vignes non goudronnés, dans les vignobles du vouvray, pour un total de 12,5 km, auxquels s'ajoutent sept côtes[5].

La course arrive à Tours par le nord et n'emprunte donc plus les côtes de Beau-Soleil et de l'Épan. Elle longe la Loire sur les quais de Marmoutier, Paul-Bert et de Portillon, passe sur le pont Napoléon, puis par l'avenue Proudhon, les rues Léon-Boyer et Giraudeau et le boulevard Jean-Roye pour une arrivée sur l'avenue de Grammont[6].

ÉquipesModifier

Vingt-trois équipes sont au départ de la course : neuf équipes UCI WorldTeam, douze équipes continentales professionnelles et deux équipes continentales.

WorldTeams (9)
  1.   Quick-Step Floors
  2.   Team Sunweb
  3.   Lotto Soudal
  4.   AG2R La Mondiale
  5.   Groupama-FDJ
  6.   Team Lotto NL-Jumbo
  7.   Dimension Data
  8.   Katusha-Alpecin
  9.   EF Education First-Drapac p/b Cannondale
Équipes continentales professionnelles (12)
  1.   Wanty-Groupe Gobert
  2.   Cofidis, Solutions Crédits
  3.   Direct Énergie
  4.   Fortuneo-Samsic
  5.   Vital Concept Cycling Club
  6.   Sport Vlaanderen-Baloise
  7.   Delko-Marseille Provence-KTM
  8.   Roompot-Nederlandse Loterij
  9.   Vérandas Willems-Crelan
  10.   Israel Cycling Academy
  11.   Euskadi Basque Country-Murias
  12.   WB-Aqua Protect-Veranclassic
Équipes continentales (2)
  1.   Saint Michel-Auber 93
  2.   Roubaix Lille Métropole
 

Favoris et principaux participantsModifier

Sylvain Chavanel dispute son dixième et dernier Paris-Tours et sa dernière course. Il s'était illustré lors de sa première participation, en 2000, en prenant 33 minutes d'avance dans une longue échappée solitaire[7]. C'est également la dernière participation de Jérémy Roy qui, comme Chavanel, met fin à sa carrière à l'issue de cette saison[8].

Déroulement de la courseModifier

Six coureurs s'échappent en début de course : Sylvain Chavanel (Direct Énergie), Bernhard Eisel (Dimension Data), Thibault Guernalec (Fortuneo-Samsic), Dries De Bondt (Veranda's Willems-Crelan), Brian van Goethem (Roompot-Nederlandse Loterij) et Emiel Vermeulen (Roubaix Lille Métropole). Leur avance atteint rapidement six minutes, puis et réduite à deux minutes après deux heures de course. Alors que l'écart n'est plus que d'une minute, ils sont rejoints par Alex Dowsett (Katusha-Alpecin), Tom Devriendt (Wanty-Groupe Gobert) et Johan Le Bon (Vital Concept). Lorsqu'ils abordent la première côte, à 60 km de l'arrivée, leur avance est remontée à deux minutes. Elle diminue cependant rapidement ensuite et n'est plus que de dix secondes au premier chemin de vigne, dix kilomètres plus loin.

Dans les chemins, Søren Kragh Andersen (Sunweb) et Niki Terpstra (Quick-Step Floors) parviennent à s'isoler en tête. Ils sont rejoint ensuite par Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale). Lancés à leur poursuite, Oliver Naesen (AG2R La Mondiale), Sep Vanmarcke (EF-Drapac) et Valentin Madouas (Groupama-FDJ) ne parviennent pas à les rattraper. À dix kilomètres de l'arrivée, Kragh Andersen attaque. Profitant de la mésentente de Terpstra et Cosnefroy, il prend le large et part s'imposer seul, avec 25 secondes d'avance[9].

BilanModifier

À l'issue de la course, plusieurs coureurs critiquent le changement de parcours. Pour Benoît Cosnefroy, troisième, celle-ci est dénaturée. Philippe Gilbert, Thomas De Gendt la comparent à du cyclo-cross[10],[11],[12]. Patrick Lefévère affirme que l'équipe qu'il dirige, Quick Step, ne participerait plus à Paris-Tours[13].

Christian Prudhomme défend le nouveau format : « Ce sont les coureurs qui sont les principaux acteurs, mais si on n'offre pas plus de folie en dessinant nos parcours, alors le cyclisme ira droit dans le mur. On se plaint que tout est aseptisé, on se plaint de la monotonie de certaines courses. Nous avons choisi de sortir de l'ordinaire. Les réactions que j'entends ne vont pas dans le même sens que les coureurs. Depuis l'arrivée, j'ai reçu de nombreux messages de gens qui ne m'en envoient jamais habituellement. Tous pour me dire qu'on est dans le vrai[10]. » Thierry Gouvenou, directeur de course, concède toutefois que des ajustements sont nécessaires : « On a apporté quelque chose d’intéressant. J’ai rarement reçu autant de messages en ce sens qu’aujourd’hui. On a trouvé un vrai caractère punchy à Paris-Tours. [...] Par endroits, c’était limite. Je suis content du déroulement de la course même si j’ai bien conscience du rôle des crevaisons. Il y avait sans doute un peu trop de secteurs, un peu trop denses. On va réajuster les choses[11]. »

Classement finalModifier

 Classement général
CoureurPaysÉquipeTemps
1erSøren Kragh Andersen   DanemarkSunweb4 h 37 min 55 s
2eNiki Terpstra   Pays-BasQuick-Step Floors+ 25 s
3eBenoît Cosnefroy   FranceAG2R La Mondiale+ 25 s
4eOliver Naesen   BelgiqueAG2R La Mondiale+ 1 min 14 s
5eValentin Madouas   FranceGroupama-FDJ+ 1 min 14 s
6eTiesj Benoot   BelgiqueLotto-Soudal+ 1 min 14 s
7eSep Vanmarcke   BelgiqueEF Education First-Drapac+ 1 min 14 s
8ePhilippe Gilbert   BelgiqueQuick-Step Floors+ 1 min 14 s
9eTaco van der Hoorn   Pays-BasRoompot-Nederlandse Loterij+ 1 min 24 s
10eJos van Emden   Pays-BasLottoNL-Jumbo+ 1 min 24 s
Source : ProCyclingStats


Classements UCIModifier

La course attribue aux coureurs le même nombre de points pour l'UCI Europe Tour 2018 et le Classement mondial UCI.

Position[14] 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e à 30e 31e à 40e
Classement général 200 150 125 100 85 70 60 50 40 35 30 25 20 15 10 5 3
Classement
Pos Coureur Équipe Points
1
  Søren Kragh Andersen Sunweb 200
2
  Niki Terpstra Quick-Step Floors 150
3
  Benoît Cosnefroy AG2R La Mondiale 125
4
  Oliver Naesen AG2R La Mondiale 100
5
  Valentin Madouas Groupama-FDJ 85
6
  Tiesj Benoot Lotto-Soudal 70
7
  Sep Vanmarcke EF Education First-Drapac 60
8
  Philippe Gilbert Quick-Step Floors 50
9
  Taco van der Hoorn Roompot-Nederlandse Loterij 40
10
  Jos van Emden Lotto NL-Jumbo 35

Notes et référencesModifier

  1. « Paris-Tours : la révolution est en marche », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  2. « Fini l'Epan, Paris - Tours se convertit aux chemins ! », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  3. « Les chemins, nouvelle mode du circuit », sur lequipe.fr (consulté le 7 octobre 2018)
  4. « Le cyclisme à la conquête des chemins », sur lemonde.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  5. a et b « Paris - Tours : le nouveau parcours dévoilé », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  6. « Le parcours du Paris-Tours dévoilé », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  7. « Le Paris-Tours de Sylvain Chavanel », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  8. « Un Paris-Tours d’adieux pour Roy », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 7 octobre 2018)
  9. « Soren Kragh Andersen wins Paris-Tours », sur cyclingnews.com, (consulté le 9 octobre 2018)
  10. a et b « Paris-Tours : Prudhomme défend le parcours », sur sports.orange.fr, (consulté le 9 octobre 2018)
  11. a et b « Réactions mitigées au sujet des chemins caillouteux de Paris-Tours », sur ledauphine.com, (consulté le 9 octobre 2018)
  12. « Les coureurs furieux après Paris-Tours », sur sports.orange.fr, (consulté le 9 octobre 2018)
  13. « Quick Step ne reviendra plus sur Paris-Tours », sur lequipe.fr, (consulté le 9 octobre 2018)
  14. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre X, classement UCI - Article 2.10.008, Barème des points applicables, dispositions générales - version au 1er janvier 2018 » [PDF], sur uci.ch (consulté le 25 février 2018)

Liens externesModifier