Parc naturel régional de Corse

Le parc naturel régional de Corse (Parcu di Corsica) est une aire protégée de France qui couvre une superficie de 350 510 hectares, soit près de 40 % de l'« Île de beauté ».

Parc naturel régional de Corse
Corsica - Nino.jpg
Paysage du parc
Géographie
Adresse
Coordonnées
Superficie
3 750 km2
Administration
Type
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
Identifiant
Création

Révision
Administration
Fédération des parcs naturels régionaux de France
Site web
logo du PNR

La situation insulaire, dans le point chaud de biodiversité de la Méditerranée a permis à une biodiversité exceptionnelle de s'y installer : le taux d'endémisme y est particulièrement élevé pour l'Europe, avec des espèces comme la Sittelle corse, des sous-espèces comme le mouflon corse, la truite corse ou le Discoglosse. Chez les plantes se sont par exemple le pin Laricio ou l'ail corse.

La culture particulière de l'île reste vivace au travers de l'élevage, du patrimoine bâti et de la langue corse.

Le Parc naturel régional s'étend sur 178 communes, depuis le renouvellement de sa charte en 2018, principalement dans la montagne Corse, il administre deux sites d'importance majeure pour le patrimoine , à savoir la réserve de biosphère de la Vallée du Fango qui descend jusqu'au golfe de Galéria et la réserve naturelle de Scandola sur la côte ouest.

Aménagement et gestionModifier

Syndicat mixte de gestionModifier

La gestion du PNR est assurée par un syndicat mixte, ses objectifs sont transcrits en actions concrètes grâce à une équipe salariée, qui comptait en 2020 131 agents[1].

Le syndicat de gestion du PNR est constitué de représentant :

PartenairesModifier

Ses principaux partenaires institutionnels ou associatifs sont :

Association des amis du parc naturel régional de CorseModifier

L'Association des amis du PNRC[3] a pour mission de soutenir et faire connaître les actions du PNRC et œuvre pour la conservation du patrimoine naturel et culturel de la Corse. Elle regroupe le Conservatoire des Sites de Corse (affilié au réseau des Conservatoires d'espaces naturels[4]) et le groupe ornithologique de Corse[5].

Fédération des parcs naturels régionaux de FranceModifier

La Fédération des Parcs naturels régionaux de France[6] est le porte-parole du réseau des parcs naturels régionaux. Ses objectifs sont de faciliter les échanges d'expériences entres les PNR, de les représenter nationalement dans la définition des politiques en faveur des espaces ruraux ou internationalement pour montrer un exemple de gestion d'aire protégée par les acteurs locaux.

L'association Europarc a la même fonction au niveau européen.

ActionsModifier

Protection du patrimoineModifier

Le parc naturel régional participe à plusieurs programme de sauvegarde du patrimoine naturel : notamment pour la faune, avec les programmes LIFE de protection du Mouflon corse et du cerf élaphe de Corse, et le INTERREG Balbuzard pêcheur. Un programme de renforcement des populations de Gypaète barbu « Altore » en Corse, est en cours coordonné par le PNR, les premier lâchés ont eu lieux en 2013[7].

Un des autres objectifs majeurs du parc est la protection des lacs de montagnes, le NR a contribué à l'amélioration de la connaissance de ces milieux à partir des années 1980, et le PNR participe à la régulation des flux de visiteurs sur ses sites, surveille l'application de l'interdiction de camper et organise le ramassage des déchets.

Le parc participe à la sauvegarde du patrimoine bâti rural, comme les moulins, fermes et bergeries, ainsi que les chapelles romanes qui abritent des fresques. Concernant le patrimoine immatériel le PNR s'implique en recueillant des témoignages de la culture populaire.

Gestion de la randonnée et du tourismeModifier

Le parc naturel régional est le premier opérateur de randonnée de Corse, plus de 1500 Km ont été balisés, le GR 20, les Mare a mare, et Mare e monti sont des exemples connus. Trois accompagnateurs de montagne sont labellisés « Marque Parc », Le parc gère également un certain nombre de refuges. Parallèlement, il participe au développement des activités de VTT.

GéographieModifier

Le parc naturel régional occupe principalement les montagnes du centre de la Corse.

Il couvre 178 communes, dont huit en partie seulement, depuis la révision de la charte, et le décret du 21 novembre 2018[8].

La charte de 1999, concernait 145 communes, le parc s'est donc agrandi. Il était découpé en 11 territoires de vie.

Principaux sitesModifier

Réserve de biosphère de la Vallée du FangoModifier

 
La vallée du Fango avec au fond la Paglia Orba.

La réserve de biosphère de la vallée du Fango[9] a été créée en 1977 pour la conservation de sa biodiversité et la promotion du développement économique et social, dans le cadre du programme sur l'homme et la biosphère (MAB) de l'UNESCO.

D'une surface de plus de 23 000 ha, la réserve de biosphère couvre le bassin versant du Fango, depuis les hautes montagnes où le fleuve prend sa source, tout son parcours à travers les forêts du Fango, jusqu'à son embouchure dans le golfe de Galéria, le delta du Fango. Elle correspond à la Filosorma

Réserve naturelle de ScandolaModifier

 
Scandola

À la fois terrestre et marine, cette réserve naturelle de Corse est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO. Elle est classée pour la beauté de ses formations géologiques volcaniques et coralligènes, ces plantes endémiques et les oiseaux marins qui y nichent. Elle est particulièrement renommée pour la présence du balbuzard pêcheur.

Village des Tortues de MoltifauModifier

 
Village des Tortues

Le village des Tortues (U Paese di e Cuppulate en langue corse) est situé sur la commune de Moltifao au lieu-dit Tizzarella, à l'entrée des Gorges de l'Asco.

Sites archéologiques de Cucuruzzu et CapulaModifier

 
Vestiges de Cucuruzzu

Cucuruzzu[10] et Capula sont deux vestiges de casteddi (forteresses) voisins sur la commune de Livia. Ils sont accessibles depuis le sentier GR Mare a Mare.

Ces deux Casteddi (ou castelli) sont des habitats fortifiés de l'âge du bronze. Divers objets découverts lors de fouilles sont conservés au musée de l'Alta Rocca à Lévie. Au pied de la forteresse de Capula, une statue-menhir de l'âge du bronze.

Monuments historiques, ils sont la propriété de la Collectivité de Corse depuis leur transfert par l'État (décret du ).

Autres sites touristiques ou muséesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

NotesModifier