Parc naturel de Jandía

Le parc naturel de Jandía (en espagnol : parque natural de Jandía) est un parc naturel espagnol créé le au sud de l'île de Fuerteventura dans les îles Canaries.

Parc naturel de Jandía
Image dans Infobox.
Vue du parc et du pic de la Zarza.
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
149,73 km2[1]
Population
69
Administration
Type
Catégorie UICN
Identifiant
Création
Administration
Géolocalisation sur la carte : Îles Canaries
(Voir situation sur carte : Îles Canaries)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Fuerteventura
(Voir situation sur carte : Fuerteventura)
Point carte.svg

GéographieModifier

Le parc de 14 973 hectares s'étend sur pratiquement la totalité de la péninsule de Jandía – à l'exception des stations balnéaires de Costa Calma et Morro Jable –, située au sud-ouest de l'île de Fuerteventura dans l'archipel des îles Canaries[2]. Il inclut le plus haut sommet de l'île, le pic de la Zarza (également appelé pic de Jandía), culminant à 807 mètres.

Le parc englobe huit localités pour un total de 69 habitants permanents : El Puertito (6 habitants), Mal Nombre (28 habitants), Esquinzo (8 habitants), Cofete (25 habitants), Valluelo (2 habitants) et Los Canarios de Arriba (6 habitants)[2].

HistoireModifier

Créé en 1987, sur 143,185 km2 comme « espace naturel » par le gouvernement des Canaries, le site est reclassé en parc naturel par la loi du [2]. L'Union européenne y institue par la suite une Zone importante pour la conservation des oiseaux pour les oiseaux[2]. Par la suite, d'autres secteurs sont inclus dans le parc portant à 149,73 km2 sa superficie totale[1].

Flore et fauneModifier

Le parc accueille deux espèces officiellement symboles de l'île : l’Euphorbia handiensis (ou cardón de Jandía) et l'Outarde houbara (Chlamydotis undulata).

À cela s'ajoutent pour les végétaux Echium handiense, Hemum winterii et Bupleurum handiense ; et pour les animaux 28 espèces d'oiseaux nidificateurs (comme Charadrius alexandrinus, Charadrius dubius, l'Ibis Threskiornis aethiopicus, Neophron percnopterus majorensis), trois espèces de reptiles (dont Chalcides simonyi et la Tortue luth ou Dermochelys coriacea) et douze de mammifères (dont des cétacés en période de reproduction tels que des Globicephala et des Cachalots.

Enfin, le parc est l'ultime lieu de préservation d'une espèce de gastéropode en voie d'extinction, Hemicycla paeteliana, classée sur la liste des 100 espèces les plus menacées.

AccèsModifier

Par la route FV-2 depuis la commune de La Lajita.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier