Parc national des Virunga

parc national de la République démocratique du Congo

Le parc national des Virunga a été créé en dans l'Est de la République démocratique du Congo, ce qui en fait le plus ancien parc national du continent africain. Son objectif était initialement de protéger le Gorille de Montagne. À l'origine, il était désigné sous le nom de parc Albert, son nom actuel date de . Il a ensuite été agrandi en , puis en , pour atteindre sa superficie actuelle.

Parc national des Virunga
Virunga 01.jpg
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
790 000 ha
Administration
Type
Catégorie UICN
Identifiant
Création
1925
Patrimonialité
Administration
Site web
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial
Date d'entrée
Identifiant
Critères
Localisation sur la carte de la République démocratique du Congo
voir sur la carte de la République démocratique du Congo
Green pog.svg

Le parc couvre 7 900 km2 depuis les montagnes des Virunga au sud, jusqu'au montagnes du Rwenzori au nord, il comprend une grande partie du lac Edouard et les plaines de la Rwindi. Cette diversité de paysages a permis l'existence de la biodiversité la plus importante de toutes les aires protégées d'Afrique. Plusieurs espèces emblématiques y trouve un habitat favorable, des lions (Panthera leo), des hippopotames (Hippopotamus amphibius) ainsi que trois taxons de grands singes : le Gorille de montagne (Gorilla beringei beringei), le Gorille de Grauer (Gorilla beringei graueri) et le Chimpanzé de l’est (Pan troglodytes schweinfurtii).

En , il est consacré patrimoine mondial[1], mais rejoint la Liste du patrimoine mondial en péril en . Il est également désigné site Ramsar depuis [2].

Au fil de son histoire mouvementé le parc national des Virunga a dû faire face à plusieurs conflits armés et il a longtemps été une zone de repli pour des milices armées. Ainsi, ce sont plus de 200 rangers qui ont payé de leur vie la protection de ce site exceptionnel, en date de .

GéographieModifier

LocalisationModifier

Le parc national est situé dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo, à la frontière avec le Rwanda et l'Ouganda, au centre de la région du rift Albertin.

L'extrémité sud du parc se trouve à quelques kilomètres de la ville de Goma, le chef-lieu de la province.

ClimatModifier

La pluviosité varie de manière importante selon les zones du parc. Les savanes immédiatement au nord et au sud du lac Edouard sont les zones les moins arrosées, à raison de 30-40 mmde pluie par mois en moyenne[3].

Description générale : trois secteurs du nord au sudModifier

Le parc national des Virunga peut être découpé en trois secteurs principaux[4] :

Au sud : les Montagnes des VirungaModifier

Au sud se trouve les montagnes des Virunga, avec une altitude maximale de 4 500 mètres, on y trouve sept des huit volcans qui forment le massif dont les deux volcans les plus actifs d'Afrique, le Nyiragongo et le Nyamuragira ; le mont Mikeno est lui un volcan endormi. C'est le premier secteur à avoir été protégé en . Le paysage est couvert par la forêt afromontane.

Le centre de gestion administrative du parc national se situe dans le village de Rumangabo (en), à proximité de la zones de présence des gorilles. L'hôtel du mont Mikeno est l'un des principaux équipements touristiques du parc.

Ce secteur sud forme avec le Parc national des volcans (Rwanda) et le Parc national des gorilles de Mgahinga, un ensemble écologique appelé, en anglais, le Virunga volcanoes greater ecosystem.

Au centre : le lac Édouard et les plainesModifier

Le parc s'étend sur les plaines alluviales des rivières Rutshuru et Ruindi. Ces deux cours d'eau se jettent au sud du lac Édouard, dont la majeure partie, ainsi que les berges font partie intégrante du parc.

Le parc est limité à l'est par la rivière Ishasha, qui marque la frontière avec l'Ouganda

Au nord : le bassin de la Semliki et les RwenzoriModifier

 
Monts Rwenzori.

La Semliki prends sa source dans le lac Édouard, puis s'écoule vers le Nord.

L'Est des Rwenzori est également dans les frontières du parc, sur une surface qui représente 20 % du massif. Le relief y est très accentué avec des falaises abruptes, des vallées profondes et des sommets sont couverts par des neiges éternelles. Le point culminant s'élève à 5 119 m. C'est l'unique massif véritablement alpin d'Afrique et sa plus vaste région glaciaire.

Patrimoine naturelModifier

La biodiversité du parc national des Virunga est, selon l'UNESCO, la plus importante d'Afrique[réf. nécessaire].

FauneModifier

La faune du parc national des Virunga compte 2018 espèces de mammifères, parmi lesquels 22 de primates, 706 espèces d'oiseaux, 109 de reptiles et 78 d'amphibiens. 21 espèces de mammifères, 23 espèces d'oiseaux et 11 de reptiles sont endémiques de la région du rift albertin[5].

Le Gorille des montagnes (Gorilla beringei beringei) est une sous-espèce de gorilles dont l'aire de répartition est restreinte aux Montagnes des Virunga. Environ un tiers de la population vit en République démocratique du Congo, le reste étant répartie sur le Rwanda et l'Ouganda.

Après le départ des populations humaines riveraines du Lac, les grands mammifères ont pû se multiplier. Dans les années 1950-1960, leur abondance atteint son apogée, la biomasse en grands mammifères atteint les 31,4 tonnes par km2 dans le secteur central du parc national des Virunga. La concentration des animaux sous l'effet de l'augmentation de la pression humaine sur les zones alentours explique peut-être en partie ces chiffres[3]. Plus jamais dans l'histoire une telle abondance animale ne sera enregistrée où que ce soit. On estimait la biomasse, à environ 1,5 tonnes dans les savanes centrales du PN des Virunga en 2006.

 
Pour illustrer ces évolutions de populations, on prendra le cas des hippopotames : 30 000 individus du côté RDC en 1960 ; 22 000, vers 1990 ; il n'en restait que 1200 en 2010[3].

Dans ces mêmes années 1950-1960, la décision est prise dans le parc national Queen Elizabeth, en Ouganda de l'autre côté du lac Edouard, de tuer des hippopotames pour "réduire leur impact sur la végétation". Puis dans les années 1970, sous le régime de Idi Amin Dada la gestion des parcs nationaux ougandais est quasiment abandonnées ce qui a conduit à une diminution catastrophique des populations de grands mammifères, une grande partie s'est probablement déplacer vers le parc national des Virunga à cette période[3].

En 1996, puis de nouveau en 1996, avec les guerres civils en RDC, un mouvement inverse s'est effectué et les populations animales se sont réfugées en Ouganda[3].

En , pour la première fois en quarante-cinq ans, un immense troupeau de plus de 500 éléphants a réinvesti cet espace naturel qu’ils avaient fui[6]. Le troupeau a traversé la frontière entre la RDC et l'Ouganda au début de l'été 2020. Pendant des années, une migration pendulaire de ces éléphants s'effectuait entre la RDC et le parc national Queen Elizabeth en Ouganda. Elle s'était progressivement interrompue à la fin du 20e siècle, au fil des guerres incessantes qui on ravagé la région, particulièrement le génocide des Tutsi au Rwanda en [6]. Plusieurs causes possibles sont avancées pour expliquer cette soudaine migration d'éléphants : un braconnage intensif, ou bien la perturbation de leur habitat par des mouvements militaires de l'armée ougandaise, ou encore un retour à un chemin ancestral des éléphants dont le souvenir serait revenu. Le nombre exceptionnel d'individus pourrait être expliqué par un phénomène de stress[6].

FloreModifier

Végétation montagnarde

Dans les monts Virunga et les monts Ruwenzori, la végétation forme des ceintures étagées selon l'altitude[7] :

  • entre 1 600 et 2 500 m d'altitude, la forêt Afro-montane est la végétation naturelle dominante (elle représenterait environ 15 % de la végétation du parc) ;
  • 2 500 à 2 800 m : zone à bambous (Arundinaria alpina) ;
  • 2 800 à 3 200 m : zone à Hagenia-Hypericum ;
  • une zone à Éricacées, avec des espèces comme Erica arborea, Dendrosenecio johnstonii et des Lobelia géantes
  • au dessus de 3 800 m : La ceinture alpine est caractérisée par la présences d'espèces des genres Lobelia et Senecio

La flore du parc national des Virunga compterait au minimum 2 077 espèces de plantes à fleurs, dont 230 endémiques. Cette diversité spécifique exceptionnelle est due en partie à la variété des écosystèmes présents : forêts tropicales humides, forêts sèches et savanes, zones humides et montagnes... Rien que dans le massif du Ruwenzori, 548 espèces végétales sont recensées avec un taux d'endémisme de 13 % (soit 75 espèces).

Entre 1950 et 2006, le couvert boisé (forêts et broussailles) a globalement augmenté dans le parc, au détriment des prairies. Cependant cette évolution globale cache des disparités selon les zones du parc, au total 558 km² de surface boisées ont été gagnés et 74 km² ont été perdus[3].

HistoriqueModifier

Avant le parcModifier

Historiquement avant la création du parc les abords du lac Edouard étaient habités. Vers 1880, cependant, la majorité de la population a quitté la région à cause d'une épidémie de peste bovine et de la maladie du sommeil[3].

Découverte par les Européens et premières explorations scientifiquesModifier

Le parc national des Virunga doit sa création à deux faits marquants qui l'ont précédée : la préexistence des réserves de chasse de l'État indépendant du Congo, créées par le Roi Léopold II dès pour protéger les éléphants contre les destructions inconsidérées ; et l'idée du naturaliste américain Carl Akeley (dont la tombe est située dans le parc même) de créer un sanctuaire aux Virunga, à l'issue de sa mission d'exploration au Kivu en [8]. Créé le sous le nom de parc Albert, le parc national des Virunga est le premier parc d'Afrique du point de vue ancienneté[9].

L'exploration scientifique du parc a débuté en 1933 avec les missions dirigées par Gaston-François de Witte[10] et par Peter Schumacher[11]. Elle s'est poursuivie avec les missions d'Hubert Damas en 1935-1936[12], de Louis van den Berghe en 1936[13], de Jean Lebrun[14] et de F. Bourlière et Jacques Verschuren de 1957 à 1959[15].

Gestion coloniale et post-coloniale du parc nationalModifier

La « mise sous cloche » de la nature est un outil de domination territorial pour les pouvoirs coloniaux[16]. Après sa création en 1925, sous le règne de Albert 1er, le parc national est rapidement agrandi, en 1935, par Léopold III, ainsi il passe d'une superficie de 24 000 ha à 780 000 ha.

Pendant la seconde guerre mondiale, le parc n'existe plus qu'en théorie, la liaison avec la Belgique étant interrompu. Les populations se réinstallent sur le territoire. Puis en 1947, l'institut pour la protection de la nature du Congo Belge en reprend le contrôle, jusqu'en 1960, année de l'indépendance du Congo Belge. L'administration du parc national passe aux nouvelles institutions du pays sans véritable changement de stratégie.

Puis en 1968 Mobutu prend le pouvoir, il rebaptise plus tard le pays « Zaïre » (voir l'article Histoire de la république démocratique du Congo pour plus de détails). Le parc national des Virunga devient un symbole du patrimoine naturel du pays et de la politique de zaïrianisation dans cette région éloignée de la capitale. Mobutu fait construire un hôtel particulier dans la localité de Rwindi et s'y rend régulièrement. Jacques Verschuren est nommé directeur, ce belge officiait déjà à Virunga du temps des colonies, le parc est, alors, géré de façon très stricte, avec une discipline quasi-militaire. Les gardes organisaient des patrouilles le long des limites du parc et étaient autoriser à utiliser la force contre les éventuels braconniers[17].

Dans le milieux des années 1970, le régime de Mobutu a commencé à se déliter et avec lui le pouvoir de l'Institut Congolais de Conservation de la Nature. Les gardes du parc, habitués à des méthodes violentes, mais désormais soumis à moins de contrôle et payé irrégulièrement sont devenus eux-mêmes parfois braconnier ou producteurs de charbon[18].

De 1990 à 2020 : conflits internationaux répétés et migrationsModifier

À partir du début des années 1990, plusieurs groupes armés du nord-est du Congo attaquent les postes de patrouilles du secteur nord du parc national des Virunga. Plusieurs gardes sont tués dans ces attaques. Le braconnage augmente.

En 1994, génocide des Tutsi au Rwanda provoque le déplacement de plus de deux millions de personnes. La majorité des réfugiés s'installent à distance de marche du parc national. Les ressources naturelles sont alors indispensables à la survie de cette nouvelle population. La déforestation et l'usage incontrôlé des ressources piscicoles oblige l'UNESCO à inscrire le site sur la liste du patrimoine mondial en péril.

En 1996-1997, la guerre civil porte Laurent Désiré Kabila à la tête de la République Démocratique du Congo. Des forces armées s'installent pour longtemps dans l'est du pays, notamment dans le parc national des Virungas. En 2003 un accord de paix est signé entre les rebelles et le gouvernement, cependant il ne met pas fin à la présence de forces militaires rebelles dans le parc. En 2007 et 2008 des forces armées occupent le centre de contrôle du parc à Rumangabo (en).

En 2012, rébellion du M23 éclate. Les rangers du parc national des Virunga sont pris dans les combats militaires congolais et le M23. L'accès à la zone pour les touriste est alors interrompu. Fin juillet de la même année un cessé le feu permet au personnel du parc de reprendre la surveillance des gorilles, quatre familles sont retrouvées en bonne santé.

En 2014, le parc rouvre ses portes au tourisme.

Le directeur du parc, Emmanuel de Merode, a été victime d'une embuscade armée sur la route entre Goma et Rumangabo, le , lors de laquelle il a été très grièvement blessé par balles. Certains y voient une conséquence du conflit latent avec la société d'exploration pétrolière basée à Londres, Soco International, contre laquelle Emmanuel de Merode venait de déposer un dossier, résultant d'une longue enquête, auprès du procureur de la République à Goma[19],[20]. Le jeudi , il a annoncé son retour à la tête du parc, lors d'une conférence de presse au siège de l’ICCN à Rumangabo[21].

Le 23 mars 2020, alors que la pandémie de Covid-19 a finalement atteint la RDC, le parc décide de fermer ses portes aux touristes jusqu'en juin, afin de protéger les gorilles contre le nouveau coronavirus, ces animaux étant sensibles aux maladies respiratoires des humains selon le WWF[22].

Le 24 avril 2020, alors que le parc est fermé aux visiteurs, douze rangers et cinq civils sont tués au cours d'une attaque par des rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda[23]. Un treizième décès est comptabilisé parmi les rangers qui venaient en aide à la population locale[24] ; c'est l'une des attaques les plus meurtrières connues par le parc[25].

GestionModifier

En 2008, un partenariat public-privé est signé entre l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) et « The Africa Conservation Foundation » pour la gestion du parc national. Le , le belge Emmanuel de Merode est engagé par le gouvernement congolais comme directeur du Parc national des Virunga[26].

À partir de 2011, « l'Alliance Virunga » intègre la société civil, les autorités locales et les acteurs du secteur privé.

Le personnel comptait, en 2020, 689 rangers dont le rôle est de protéger la biodiversité et les habitants du parc et des zones avoisinantes.

Réserves pétrolièresModifier

D'importantes réserves pétrolières pourraient se trouver dans le sous-sol du parc des Virunga. L'État a octroyé, depuis 2009, des permis d'exploration couvrant 85 % de la superficie du parc au bénéfice de Total, ENI et Soco (Royaume-Uni), alors que la loi congolaise interdit toute exploration dans les Virunga. Les deux premières compagnies ont assuré qu'elles ne s'aventureraient pas dans la réserve, mais la troisième, qui a déjà mené des prospections par voie aérienne, paraît décidée à y pénétrer. Face à la levée de boucliers des ONG (Greenpeace, WWF...), l'État congolais fait ses calculs : redevances du pétrole ou dollars des touristes et des institutions internationales (l'Union européenne finance la renaissance du parc à hauteur de cinq à six millions d'euros par an)[27]. Soco a par ailleurs été accusé de corrompre des employés du parc, comme le montre un enregistrement vidéo ; Virunga, documentaire sorti en 2014, raconte ces manœuvres[28].

Soco annonce pour le samedi le démarrage de son projet d’exploration pétrolière du lac Édouard, situé à l’intérieur du parc. Le WWF condamne fermement cette décision qui contrevient aux lois nationales et internationales[29]. Le , Soco s’est engagée auprès de cette association à cesser toute opération pétrolière au sein du parc en échange du retrait de la plainte déposée en octobre 2013 auprès de l’agence britannique de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) concernant des violations présumées des droits de l’Homme et des protections environnementales[30].

D'après le Creddho (Centre de recherche sur l'environnement, la démocratie et les droits de l’Homme – organisation environnementale), « les meurtres, les enlèvements, les menaces sont fréquents pour tous ceux qui s’opposent à ces projets ou défendent leurs droits ancestraux[31] ».

Notes et référencesModifier

  1. « Parc national des virunga », sur Unesco (consulté le 6 mars 2015)
  2. (en) « Parc national des Virunga », sur Ramsar Sites Information Service (consulté le 6 mars 2015)
  3. a b c d e f et g (en) A.J.Plumptre, D. Pomeroy, J. Stabach, N.Laporte, M. Driciru, G. Nangendo, F. Wanyama et A. Rwetsiba, « The effects of environmental and anthropogenic changes on the Savannas of the Queen Elizabeth and Virunga National parks », dans Avant-propos : Elizabeth Chadri ; Préface : Andrew Plumptre, Long Term changes in Africa’s Rift Valley: impacts on biodiversity and ecosystems., , 88-104 p. (lire en ligne)
  4. « site officiel - À propos du parc - 02 Explorez Le Parc National des Virunga » (consulté le 8 novembre 2020)
  5. « site officiel - À propos du parc - 01 Bienvenu au Parc National des Virunga (la biodiversité en bref) » (consulté le 8 novembre 2020)
  6. a b et c Vincent Jolly, « En République démocratique du Congo, le grand retour des éléphants », Le Figaro magazine, no 80,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2020)
  7. (en) I.Owiunji et al., the biodiversity of the Virunga Volcanoes, WCS, DFGFI, ICCN, ORTPN, UWA, IGCP, 2004 ? (lire en ligne), p. 12
  8. Cosma Wilungula, Patrimoine naturel et conflit armés : cas des parcs nationaux sites du patrimoine mondial en RDC, Paris, l'Harmattan, , p. 195
  9. LANGUY M. et DE MERODE E., Virunga, survie du premier parc d'Afrique, Lanno, Tielt, Belgique, 2006, p. 299.
  10. Exploration du Parc national Albert, Mission G.F. de Witte, 1933-1935, Bruxelles, Institut des Parcs nationaux du Congo, 1937-1972.
  11. Exploration du Parc national Albert. Mission P. Schumacher (1933-1936), Bruxelles, Institut des Parcs nationux du Congo, 1939-1943.
  12. Exploration du Parc national Albert, Mission H. Damas, 1935-1936, Bruxelles, Institut des Parcs nationaux du Congo, 1937-1949.
  13. Exploration du Parc national Albert. Mission H. Damas (1936), Bruxelles, Institut des Parcs nationaux du Congo, 1942-1943.
  14. Exploration du Parc national Albert, Mission J. Lebrun, 1937-1938, Bruxelles, Institut des Parcs nationaux du Congo, 1947-1948.
  15. Exploration du Parc national Albert. Mission H. Bourlière et J. Verschuren (1957-1959), Bruxelles, Institut des Parcs nationaux du Congo, .
  16. Outils de contrôle : Parcs et pouvoir (in Marijnen 2018), p. 5
  17. Exercices de contrôle: la vie d'une aire protégée (in Marijnen 2018), p. 10-11
  18. Exercices de contrôle: la vie d'une aire protégée (in Marijnen 2018), p. 10-11
  19. « Emmanuel de Merode, le directeur du parc des Virunga, blessé dans une attaque », Le Soir, 16 avril 2014 [1]
  20. «Le directeur belge du parc des Virunga toujours en soins intensifs», La Libre Belgique, 16 avril 2014 [2]
  21. « RDC: le directeur du parc des Virunga de retour au Nord-Kivu», Metro, 22 mai 2014 [3]
  22. Jacques Deveaux, « Coronavirus : des parcs naturels de RDC ferment leurs portes aux touristes pour protéger les gorilles du virus », sur francetvinfo.fr,
  23. (en) Jason Burke, « Twelve rangers among 16 killed in ambush at DRC gorilla park », sur The Guardian, (consulté le 28 avril 2020).
  24. (en) Keme Nzerem, « Thirteen rangers killed in attack on DR Congo national park famous for its mountain gorillas », sur channel4.com, (consulté le 28 avril 2020).
  25. (en) « DR Congo's Virunga National Park hit by 'deadliest' attack », sur BBC News, (consulté le 28 avril 2020).
  26. (en) Nick Wadhams, « Belgian Named New Warden of Troubled Gorilla Park », sur National Geographic News, (consulté le 18 avril 2014)
  27. GEO N°403 de septembre 2012 p.102
  28. Mélanie Gouby, « Le trésor menacé du parc des Virunga », Le Figaro, 24 avril 2014, page 16.
  29. « RDC-Parc des Virunga : Soco dans le viseur du WWF », sur afrik.com, (consulté le 26 avril 2014)
  30. « Pétrole des Virunga – Soco capitule »
  31. « Droits humains. Pour quelques barils de plus, l’appât du gain n’a pas de limites », sur L'Humanité,

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (en) Esther Marijnen, « Public Authority and Conservation in Areas of Armed Conflict: Virunga National Park as a ‘State within a State’ in Eastern Congo », Development and Change, La Hague, Institute of social studies, no 0,‎ , p. 1-25 (DOI 10.1111/dech.12380, lire en ligne)
  • Siradiou Diallo (et J. J. Arthur Malu-Malu), « Parc des Virunga », in La République démocratique du Congo aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2006, p. 184-187 (ISBN 2-86950-389-X)
  • Marc Languy, Texte légal délimitant le Parc National des Virunga, Fonds Mondial pour la Nature (WWF), , 14 p. (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier