Parc national de Kerama Shotō

Parc national du Japon
Parc national de Kerama Shotō
慶良間諸島国立公園
Vue du littoral de l'île Zamami, depuis le mont Takatsuki[l 1]
Géographie
Pays
District
Préfecture
Coordonnées
Superficie
939,95 km2
Administration
Type
Catégorie UICN
II
WDPA
Création
Administration
Site web
Localisation sur la carte du Japon
voir sur la carte du Japon
Green pog.svg

Le parc national de Kerama Shotō (慶良間諸島国立公園, Kerama Shotō kokuritsukō-en?) est un parc national fondé en 2014 dans la préfecture d'Okinawa, au Japon.

SituationModifier

Le parc national de Kerama Shotō s'étend sur 939,95 km2 (dont 904,75 km2 de zones marines), à environ 40 km à l'ouest de Naha, capitale de la préfecture d'Okinawa, au Japon. Il comprend les îles Kerama, un ensemble d'ilôts et de récifs de roches faisant partie de l'archipel Ryūkyū, et des écosystèmes marins propres à la mer de Chine orientale[2].

ToponymieModifier

Le nom du parc national fait référence au toponyme « Kerama Shotō » (« 慶良間諸島 »), dénomination de l'archipel Kerama qui forme la partie terrestre du parc. L'aire protégée est aussi appelée « Kerama Blue »[l 2], en raison de la couleur et de la transparence des eaux marines littorales des îles Kerama[3],[4],[5].

HistoireModifier

En 1978, les îles Kerama et les zones marines de la mer de Chine orientale qui les entourent sont incluses dans le parc quasi national d'Okinawa Kaigan, officiellement créé six ans plus tôt[6]. Le , « jour du corail »[l 3], cette aire protégée devient le parc national de Kerama Shotō, 31e parc national du Japon[4].

Faune et floreModifier

 
Cerf sika de Kerama.

Le parc national de Kerama Shotō est un biotope marin qui accueille une biocénose incluant des récifs coralliens typiques des régions subtropicales[4]. Dans l'étendue du parc, 3,53 km2 de récifs coralliens sont classés site Ramsar, depuis le , un total de 82,9 km2 depuis 2015[8]. Le littoral des îles Kerama abrite près de 250 espèces de coraux bâtisseurs de récifs[8]. La zone marine d'importance internationale constitue un réservoir de nourriture et une frayère pour la demoiselle bleue et plusieurs familles de poissons-clowns, de poissons-papillons et de labres[8],[2].

Le parc est un lieu d'accouplement et de reproduction des baleines à bosse[4],[2]. Ses plages accueillent, durant la période des pontes estivales, des tortues de mer, telles que la tortue verte, la tortue imbriquée et la caouanne, dont les populations diminuent[8].

Geruma-jima, Aka-jima et Yakabi-jima (ja), une île inhabitée, abritent une population de cerfs sika de Kerama (en), une sous-espèce menacée du cerf Sika, endémique de ces îles et classée monument naturel national depuis 1972[2],[9].

Plusieurs espèces vivantes, telles que la roussette des Ryūkyū et la tortue-feuille à poitrine noire des Ryūkyū sont des espèces endémiques de l'archipel Nansei, dont les îles Ryūkyū font partie[2]. Comme le rossignol komadori et Goniurosaurus orientalis, qui habitent aussi l'archipel, elles sont des espèces menacées[2].

Soumis à un climat subtropical océanique, le parc abrite 46 espèces d'arbres, dont des palmiers formant des forêts, et plus de 620 espèces végétales indigènes[2].

Traditions culturellesModifier

Des sites historiques, notamment des amas coquilliers, et des lieux de culte dédiés aux dieux de la mer témoignent de l'importance de l'espace maritime pour les populations des îles Kerama et, plus largement, de la préfecture d'Okinawa[2]. Chaque année, le troisième jour du troisième mois du calendrier lunaire, alors que le pays honore les filles pendant hina matsuri, des Okinawaïens prient, lors de hamauri[l 5], pour une pêche abondante et des voyages en mer en toute sécurité[2],[10]. Hamauri est une fête traditionnelle dont l'origine est une légende rapportant l'histoire d'une femme fécondée par un serpent et dont le corps est purifié grâce à une baignade abortive dans l'eau de mer[2],[11]. Au cours de cette fête, il est de coutume, pour les femmes, de pratiquer un rite de purification qui consiste à se rendre sur une plage et tremper mains et pieds dans l'eau de mer[10]. Au début du XXIe siècle, des familles se rassemblent au bord de la mer pour ramasser de palourdes et pique-niquer[10],[11].

Sur Geruma-jima, la résidence Takara[l 6] est un bâtiment historique construit au XIXe siècle et classé bien culturel important national, en 1988. Elle est un symbole d'une période durant laquelle elle marquait une étape des liaisons maritimes entre la Chine et le royaume de Ryūkyū[12],[2].

AdministrationModifier

Le parc national de Kerama Shotō est administré par le ministère japonais de l'Environnement. La Commission mondiale des aires protégées le classe dans la catégorie UICN II, ce qui correspond à une aire protégée qui a rang de parc national[1].

Notes et référencesModifier

Notes lexicales bilinguesModifier

  1. Mont Takatsuki (高月山, Takatsuki-yama?).
  2. « Kerama Blue » (ケラマブルー, Kerama burū?).
  3. Jour du corail (珊瑚の日, Sango no hi?), s'écrit aussi サンゴの日.
  4. Plage Aharen (阿波連ビーチ, Aharen bīchi?).
  5. Hamauri ou hamaori (浜下り/浜降り?, litt. « descendre sur la plage »).
  6. La résidence Takara (高良家住宅, Takara kejūtaku?).

RéférencesModifier

  1. a et b (en) « Keramashoto in Japan », World Database on Protected Areas, (consulté le ).
  2. a b c d e f g h i j et k (en) Ministère de l'Environnement du Japon, « Keramashoto National Park : Characteristics » [« Caractéristiques du parc national de Kerama Shotō »], sur www.env.go.jp, (consulté le ).
  3. (ja) Asahi Shinbun, « 慶良間諸島国立公園 » [« Parc national de Kerama Shotō »], sur Kotobank,‎ (consulté le ).
  4. a b c et d Office du tourisme d'Okinawa, « Le parc national de Kerama Shoto », (consulté le ).
  5. (ja) Préfecture d'Okinawa, « 沖縄海岸国定公園 » [« Parc quasi national d'Okinawa Kaigan »], sur www.pref.okinawa.jp,‎ (consulté le ).
  6. (ja) Asahi Shinbun, « 沖縄海岸国定公園 » [« Parc quasi national d'Okinawa Kaigan »], sur Kotobank,‎ (consulté le ).
  7. (ja) Ministère de l'Environnement du Japon (antenne de Kyūshū), « 慶良間諸島国立公園の指定の概要 » [« Présentation de la création du parc national de Kerama Shotō »] [PDF], sur kyushu.env.go.jp,‎ (consulté le ), p. 1.
  8. a b c et d Ramsar Sites Information Service, « Keramashoto Coral Reef », sur rsis.ramsar.org, Convention de Ramsar, (consulté le ).
  9. (ja) Asahi Shinbun, « ケラマジカ » [« Cerf sika de Kerama »], sur Kotobank,‎ (consulté le ).
  10. a b et c (en) Office du tourisme d'Okinawa, « The Old Calendar Culture That Continues into Modern Times » [« La culture de l'ancien calendrier qui se perpétue dans les temps modernes »], sur Visit Okinawa Japan, (consulté le ).
  11. a et b (ja) Asahi Shinbun, « 浜降りは » [« Hamaori »], sur Kotobank,‎ (consulté le ).
  12. (ja) Agence pour les Affaires culturelles, « 高良家住宅 » [« Résidence Takara »], sur Cultural Heritage Online (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :