Paranthrope

genre de mammifères

Les paranthropes (Paranthropus) forment un genre éteint d'hominines ayant vécu en Afrique il y a 2,6 à 0,6 million d'années. Il regroupe deux espèces largement acceptées P. boisei et P. robustus, parfois qualifiées d'« australopithèques robustes ». Cependant, la validité de Paranthropus est contestée, et il est parfois considéré comme synonyme d'Australopithecus.

Paranthropus est caractérisé de par la disposition de crânes robustes, avec une crête sagittale proéminente semblable à celle des gorilles le long de la ligne médiane - ce qui suggère de puissants muscles masticateurs - et de larges dents d'herbivores utilisées pour le broyage. Cependant, ils préféraient probablement les aliments mous aux aliments durs. Les espèces de Paranthropus étaient des mangeurs généralistes, mais P. robustus était probablement un omnivore, tandis que P. boisei était probablement herbivore et mangeait principalement des bulbotubercules. Ils étaient bipèdes. Malgré leurs têtes robustes, ils avaient des corps relativement petits. Le poids et la taille moyennes sont estimés à 40 kg à 132 cm pour les mâles P. robustus, 50 kg à 137 cm pour les mâles P. boisei, 32 kg à 110 cm pour les femelles P. robustus et 34 kg à 124 cm pour les femelles P. boisei.

Ils étaient peut-être polygames et patrilocaux, mais il n'y a pas d'analogues modernes pour les sociétés australopithèques. Ils se sont associés à des outils en os et contestés comme la première preuve de l'utilisation du feu. Ils habitaient généralement les forêts et coexistaient avec certaines des premières espèces d'hominines, à savoir A. africanus, H. habilis et H. erectus. Ils étaient la proie des grands carnivores de l'époque, en particulier les crocodiles, les léopards, les machairodontes et les hyènes.

TaxonomieModifier

EspècesModifier

P. robustusModifier

P. boiseiModifier

P. aethiopicusModifier

AutresModifier

Pertinence du genreModifier

Le débat n'est pas encore tranché dans la communauté scientifique sur la pertinence du genre Paranthropus. Il y a encore une dizaine d'années, les trois espèces rattachées à ce genre étaient incluses dans le genre Australopithecus par la plupart des auteurs.

Il existe des différences significatives entre Paranthropes et Australopithèques au niveau du crâne, les restes post-crâniens demeurant relativement similaires. Chez les Paranthropes, le dimorphisme sexuel est très marqué et les mâles présentent au sommet du crâne une crête sagittale analogue à celle des gorilles, permettant l'insertion de puissants muscles actionnant les mandibules. Le contraste entre Paranthropus et Homo est très marqué, et il est évident que le premier ne s'inscrit pas dans l'ascendance du second.

Position phylogénétiqueModifier

Ce taxon regroupe des hominidés bipèdes descendant probablement d'une forme gracile d'australopithèque. Toutes les espèces de Paranthropus étaient contemporaines de formes archaïques du genre Homo telles que Homo habilis, Homo rudolfensis ou même Homo ergaster. Les Paranthropes ont donc poursuivi leur évolution indépendamment du genre Homo, lui-même issu d'Australopithecus ou de Kenyanthropus.

DescriptionModifier

CrâneModifier

Membres et locomotionModifier

Taille et poidsModifier

PathologieModifier

PaléobiologieModifier

Régime alimentaireModifier

TechnologieModifier

Structure socialeModifier

Histoire de la vieModifier

PaléoécologieModifier

HabitatModifier

PrédateursModifier

ExtinctionModifier

DécouverteModifier

Le premier fossile attribué à Paranthropus robustus (TM 1517) a été découvert en Afrique du Sud en 1938 puis nommé et décrit par Robert Broom. Paranthropus boisei a ensuite été découvert par Mary et Louis Leakey en 1959 à Olduvai en Tanzanie (spécimen OH5). L'espèce a tout d'abord été nommée Zinjanthropus boisei par les Leakey. Elle fut ensuite rattachée au genre Paranthropus puis à Australopithecus par certains auteurs.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier