Ouvrir le menu principal

Paolo Baratta (peintre)

peintre italien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paolo Baratta et Barrata.
Paolo Baratta
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
ParmeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Paolo Baratta (Ghiare di Noceto, - Rome, ) est un peintre italien qui fut actif à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Sommaire

BiographieModifier

Paolo Baratta a été l'élève du peintre Cecrope Barilli auprès du Regio Istituto d'Arte (it) de Parme. Il compléta sa formation artistique à Rome.

À seulement 15 ans, il avait déjà une prédilection forte pour le dessin. En 1892, il remporta le premier prix du cours spécial de figures de l'Istituto d'Arte et exposa à Gênes Povera Mamma et l'année suivante il exposa à Parme Visita al convento, Orfani, Approfittando et L'attesa.

En 1896, il postula au pensionnat romain avec le tableau So che tu credi et remporta la bourse d'étude qui lui permit de fréquenter La libre Académie du nu de Rome.

Il fréquenta l'atelier de Ludovico Seitz où il côtoya des peintres tels que Luigi Serra (it), Cesare Maccari et Giulio Aristide Sartorio ainsi que ceux du mouvement nazaréen auquel participait Seitz.

Paolo Baratta rentra à Rome en 1899.

En 1911, à la mort de son maître Cecrope Barilli, il remporta le concours de la chaire de dessin qu'il occupa pendant 35 ans. En outre il a été doyen à l'Académie des Beaux-Arts de Parme.

En 1913 il participa à la décoration du Palazzo delle Poste de Parme.

Il fut aussi conseiller et assesseur communal à Parme. Dans ces postes il s'employa à protéger le patrimoine artistique et monumental menacés par des projets de modernisation.

Ses peintures sont conservées dans les collections privées de ses héritiers, dans la Galleria Nazionale de Parme, la Pinacothèque Stuard et dans des églises (Capucins, Sant'Alessandro) de Parme. Ses fresques se trouvent dans les oratoires des Missions, au conservatoire des Maestre Luigine, dans les églises San Leonardo et San Quintino et au Palazzo delle Poste de Parme (Allégories de la Musique, de l'Agriculture, du Travail et du Commerce) et dans la basilique de Padoue.

En 1954 Parme lui dédia une rue.

ŒuvresModifier

  • Povera Mamma (« Pauvre maman »),
  • Visita al convento (« Visite au couvent »),
  • Orfani (« Orphelins »),
  • Approfittando (« En profitant »)
  • L'attesa (« L'Attente »).
  • So che tu credi (« Je sais que tu crois »),
  • Allégories de la Musique, dell'Agriculture, du Travail et du Commerce (fresque), Palazzo delle Poste, Parme.

Notes et référencesModifier


BibliographieModifier

  • Roberto Lasagni, Dizionario biografico dei parmigiani, I, Parme, 1999.

SourcesModifier