Pantophilie

La pantophilie est un terme dérivé du grec ancien, πᾶν (pãn) signifiant « tout » et φιλία (philie) « amour », celui qui aime tout[1], dans le sens de s'intéresser à tout, par extension, déviation psychologique.

OrigineModifier

Voltaire (1694-1778) surnomma le grand encyclopédiste Diderot (1713-1784) le « Pantophile », l'ami de toutes choses[2],[3], alors que par dérision il l'appelait « Frère Tonpla », Platon prononcé à l’envers, ce qui lui valut d'être soupçonné de précursage du verlan.

Notes et référencesModifier

  1. Alain Duchesne et Thierry Leguay, Dictionnaire insolite des mots oubliés, Paris, Larousse, , 288 p. (ISBN 9782035885869)
  2. Œuvres complètes de Voltaire, Edition Mme ve Perronneau, Cerioux aîné, Imprimerie de Fain, 1817, Tome 10, p 301, Lettre à Thierot, 19 novembre 1760, « J'attends avec impatience les réflexions de Pantophile-Diderot sur Tancrede. »
  3. Dictionnaire de la pensée de Voltaire par lui-même, André Versaille, Editions Complexe, 1994, p. XXXV, (ISBN 9782870275306)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :