Pandémie de Covid-19 en Ukraine

Pandémie de Covid-19 en Ukraine
COVID-19 Outbreak Cases in Ukraine.svg
Nombre de cas confirmés par oblast (au ) :
  • 1000–2499 cas confirmés
  • 400–999 cas confirmés
  • 150–399 cas confirmés
  • 70–149 cas confirmés
  • 30–69 cas confirmés
  • 10–29 cas confirmés
  • 4–9 cas confirmés
  • 1–3 cas confirmés
  • N/A
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Premier cas
Date d'arrivée
Depuis le
(2 ans, 8 mois et 29 jours)
Bilan
Cas confirmés
5 096 397 (au )[1],[2]
Cas soignés
4 944 151 (au )[1],[2]
Morts
108 955 (au )[1],[2]

La pandémie de Covid-19 est une crise sanitaire majeure provoquée par une maladie infectieuse émergente apparue fin 2019 en Chine continentale, la maladie à coronavirus 2019, dont l'agent pathogène est le SARS-CoV-2. Ce virus est à l'origine d'une pandémie[note 1], déclarée le par l'Organisation mondiale de la santé.

La pandémie de Covid-19 en Ukraine démarre officiellement le . À la date du , le bilan est de 108 955 morts.

ContexteModifier

Le , l'Organisation mondiale de la santé (OMS) confirme qu'un nouveau coronavirus est à l'origine d'une maladie respiratoire chez un groupe de personnes de la ville de Wuhan, dans la province du Hubei en Chine, qui avait déjà attiré l'attention de l'OMS le [3],[4].

Contrairement au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003, le taux de létalité de la Covid-19 est beaucoup plus faible, mais la transmission est significativement plus élevée, avec un nombre total de décès important[5].

DéroulementModifier

Début 2020, alors que l'épidémie de Covid-19 a commencé dans la province du Hubei, en Chine, les autorités ukrainiennes organisent le rapatriement de leurs ressortissants, comme de nombreux autres États. 45 Ukrainiens et Ukrainiennes, accompagnés de 27 de leurs proches d'autres nationalités, sont transportés en avion depuis Wuhan le 20 février, et conduits au sanatorium de la garde nationale de l'Ukraine à Novi Sanzhary où ils doivent observer une quarantaine de deux semaines. Leur arrivée rencontre les protestations des habitants qui donnent lieu à des scènes de violence[6].

Le premier cas de contamination en Ukraine est détecté le [7].

L'Ukraine ferme alors tous ses établissements scolaires[8]. Le , alors que le pays compte un mort et trois cas et que ses structures hospitalières sont insuffisantes, le gouvernement décide de fermer ses frontières à tous les étrangers[9]. Les Ukrainiens voulant rentrer doivent se soumettre à une quarantaine s'ils ont séjourné dans un pays à risque. Le gouvernement décide le même jour de suspendre toutes les liaisons aériennes à partir du [10].

La laure des Grottes de Kiev, important monastère orthodoxe d'Ukraine, devient l'un des principaux foyers de contamination du pays avec plusieurs dizaines de moines infectés. En mars, alors que des mesures de confinement étaient imposées par les autorités, le métropolite Paul, supérieur du monastère, avait appelé les fidèles à « se précipiter dans les églises », à n’avoir « peur de rien » et à se donner des « accolades »[11].

Propagation et lutteModifier

 
Personnel contrôlant la température corporelle des passagers d'un avion à l'aéroport de Kiev-Boryspil.

Le , les centres commerciaux, salles de sport, restaurants et cafés sont fermés[12].

Le transport routier interurbain et interrégional est suspendu. Les points de passage pour les services publics, ferroviaires et de bus sont fermés le . Le retour au pays se fait pour les citoyens ukrainiens en voiture, à pied, ou grâce à certains vols occasionnels spécialement affrétés[12].

Le , l'Ukraine déclare le mode d'urgence national de trente jours et prolonge les mesures de quarantaine jusqu'à la même date[12].

Le gouvernement ukrainien instaure de nouvelles mesures préventives le pour lutter contre la propagation du coronavirus : obligation de mettre le masque dans les espaces publics, interdiction de sortie hors de la demeure pour les moins de 16 ans sauf accompagnés par un tuteur, et sauf en cas d'urgence, il est interdit de se déplacer en binôme. Les rassemblements de plus de dix personnes sont interdits et les promenades dans les espaces verts de récréation ou dans les forêts et côtes maritimes sont abolies sauf pour promener des animaux de compagnie[13].

Le , alors que le pays dénombre 3 102 malades déclarés depuis le début de la pandémie et 93 décès, le président Volodymyr Zelensky promet un million de dollars aux scientifiques ukrainiens si ces derniers trouvent un vaccin contre la Covid-19[14].

Le ministère de la Santé avertit en novembre que le pays est « proche d'une catastrophe » sanitaire en raison de la propagation rapide du virus. Le système de santé ukrainien est délabré et manque de personnel[15].

Le gouvernement décide en février 2021 d'interdire l'utilisation du vaccin russe Spoutnik V[16].

L'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022 affecte la pandémie de Covid-19 en Ukraine. Le , six jours après le début de la guerre, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur ses conséquences sur la pandémie. Les déplacements de population fuyant les combats sont de nature à accroître les risques de transmission du virus. Des hôpitaux ont été pris pour cible par les forces armées russes, et certaines villes ne sont plus approvisionnées. En particulier, le pays fait face à une pénurie d'oxygène médical, avec au moins trois usines de production mises à l'arrêt par la guerre[17].

StatistiquesModifier

 
Nombre de cas en Ukraine depuis le début de l'épidémie.
 
Nombre de morts en Ukraine depuis le début de l'épidémie.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c (uk) « Оперативна інформація про поширення коронавірусної інфекції Covid-19 », sur moz.gov.ua (consulté le ).
  2. a b et c « Coronavirus Update (live) - Worldometer », sur www.worldometers.info.
  3. (en) « Novel Coronavirus Information Center », sur elsevier.com, (consulté le ).
  4. (en) Matt Reynolds, « What is coronavirus and how close is it to becoming a pandemic? », sur wired.co.uk, (ISSN 1357-0978, consulté le ).
  5. (en) « World Federation Of Societies of Anaesthesiologists - Coronavirus », sur wfsahq.org, (consulté le ).
  6. (de) « Ausschreitungen vor Quarantänestation in der Ukraine », Der Spiegel, 20 février 2020.
  7. « Coronavirus : un premier cas enregistré en Ukraine », sur ukrinform.fr, (consulté le ).
  8. (en) « Ukraine: Government closes all schools and universities due to COVID-19 March 12 /update 2 », sur GardaWorld (consulté le ).
  9. « L'Ukraine ferme ses frontières après un premier mort du coronavirus », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  10. « Coronavirus - L'Ukraine suspend ses liaisons aériennes », sur lesoir.be, (consulté le ).
  11. « Coronavirus : le principal lieu saint orthodoxe de Kiev, foyer de contamination », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  12. a b et c « L'Ukraine déclare le mode d'urgence national en raison du coronavirus », sur french.xinhuanet.com (consulté le ).
  13. (en) « Ukraine: Additional domestic measures introduced April 1 /update 7 », sur GardaWorld (consulté le ).
  14. « Ukraine : le président promet un million de dollars pour un vaccin contre le coronavirus », Le Parisien, (consulté le ).
  15. « Covid-19 : l'Ukraine « proche d'une catastrophe » », Le Figaro, .
  16. « Covid-19: l'Ukraine interdit l'utilisation du vaccin russe Spoutnik V », sur Radio France internationale, .
  17. (en) « WHO says war in Ukraine will increase Covid transmission, putting large numbers of people at risk of severe disease », CNBC, 2 mars 2022.