Pandémie de Covid-19 en Tchéquie

La pandémie de Covid-19 en Tchéquie se propage à partir du , date à laquelle trois personnes, dont une vivant à Ústí nad Labem, ont été diagnostiquées porteuses du virus. Toutes revenaient d'Italie du Nord. Elles ont été prises en charge à l'hôpital Bulovka de Libeň[3].

Pandémie de Covid-19 en Tchéquie
COVID-19 Czech Republic - Cases per capita.svg
Cas confirmés pour 100 000 habitants par okres.
Woman sewing a face mask with a Singer machine 09.jpg
Une Tchèque réalise un masque de protection contre la pandémie, à la suite de l'obligation gouvernementale d'en porter. Elle utilise une machine à coudre d'une marque Singer (entreprise) en mars 2020.
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Premier cas
Date d'arrivée
Depuis le (2 ans, 2 mois et 25 jours)
Site web
Bilan
Cas confirmés
3 881 644 (au )[1],[2]
Cas soignés
3 813 488 (au )[1],[2]
Morts
39 980 (au )[1],[2]

En avril 2021, la Tchéquie enregistre le taux de contamination le plus élevé au monde.

DéroulementModifier

2020Modifier

Le lundi , l'état d'urgence est décrété dans le pays. Le nombre maximum de participants à des rassemblements est de 10 en intérieur et de 20 en extérieur[4].

Entre le et le , les bars, restaurants et écoles sont fermés afin d'éviter un scénario "à l'israélienne ou à l'italienne"[5].

Le gouvernement a imposé le port du masque dans les lieux publics, réduit le nombre de personnes autorisées dans les rassemblements et fermé les piscines, les zoos et les centres sportifs. Les événements sportifs ont été annulés, et les cinémas, théâtres, musées et galeries ont été fermés, tandis que les universités et les établissements d'enseignement secondaire donneront leurs cours à distance[6].

 
Nombre de cas déclarés (bleu) et décès (rouge) (échelle logarithmique). Les différences quotidiennes sont indiquées en pointillés.

2021Modifier

Très touchée par la pandémie, au début de 2021, Miloš Zeman, le président de la République et Andrej Babiš, le Premier ministre, affirment considérer le vaccin russe Spoutnik V comme une option sérieuse[7].

En avril 2021, la Tchéquie enregistre le taux de contamination le plus élevé au monde. Plusieurs causes expliquent cette situation. D’abord, le succès du premier confinement en mars 2020 : la population n’a pas constaté le danger et a considéré que les coûteuses restrictions n’étaient pas nécessaires. Puis, pendant les élections d’octobre 2020, les politiques n’ont pas voulu imposer de restrictions. Mais de nouvelles mesures restrictives ont dû être rapidement prises. Cependant, le gouvernement a décidé d’ignorer les indicateurs sur la propagation du virus pour permettre à la population de sortir, de réaliser leur achat de Noël et de laisser les familles se retrouver pour les fêtes (le même phénomène que pour le Portugal). De plus, le gouvernement a réagi trop tard face à l’arrivée des nouveaux variants plus contagieux en début d’année 2021[8].

En mai 2021, le pays présente le troisième taux de mortalité le plus élevé au monde en proportion de sa population après le Pérou et la Hongrie[9].

Dès mars 2021, le ministère de la Santé a approuvé l'utilisation de l'ivermectine (H2B1b) pour lequel le consentement du patient est requis[10] qui fait très vite baisser la courbe de contamination.[11] Au 14 juillet (source John Hopkins University) le nombre de nouveaux cas est de 328 et celui de décès de 2. Au 4 août, 227 nouveaux cas, 0 décès. Au 15 août, 142 nouveaux cas, 0 décès. Au 6 septembre, 138 nouveaux cas, 0 décès(source Johns Hopkins University).
En juillet, les jeunes de plus de 12 ans sont invités à la vaccination.

En août 2021, une étude à long terme réalisée par le centre de recherche de l'université Masaryk à Brno estime que plus de la moitié des adultes tchèques ont été infectés par le coronavirus. Selon les statistiques officielles, l'infection n'a été confirmée que chez 1,7 million de personnes dans le pays. Les chercheurs se sont concentrés sur la présence d'anticorps contre le virus SARS-CoV-2. Les résultats de la première phase de l'étude ont montré une augmentation rapide de la séropositivité démontrant une forte exposition de la population tchèque au SRAS-CoV-2 pendant la deuxième vague de la pandémie : alors qu'en octobre et novembre 2020, seuls 28 % des volontaires avait des anticorps, en février et mars 2021 le pourcentage était déjà 51 %. Les données indiquent que le pourcentage de la population exposée au virus du SRAS-CoV-2 jusqu'en mars 2021 était nettement supérieur à ce qui aurait été estimé à partir d'estimations directes basées uniquement sur les données des tests PCR. Fait intéressant, au moins un tiers des participants à l'étude ne présentaient aucun symptôme et 28 % des volontaires chez lesquels les anticorps ont été confirmés n'ont jamais subi de test PCR[12].

Mais en octobre la courbe des contamination remonte très vite et la République tchèque connait, à la fin de 2021, l'un des taux d'infection de Covid-19 les plus élevés au monde[13].

Le 26 novembre l'État déclare l'état d'urgence en République tchèque pour 30 jours, interdisant même les marchés de Noël[14].

En décembre, le gouvernement finissant d'Andrej Babiš prévoit de rendre le vaccin contre la Covid-19 obligatoire pour les personnes âgées de plus de 60 ans à partir du 1er mars 2022[15] et étend la campagne de vaccination, avec la version enfant du vaccin de Pfizer/BioNTech, aux enfants dès l'âge de 5 ans, l'autorisation des deux parents étant requise[16].

2022Modifier

Selon le ministère de la santé tchèque, en janvier 20222, 63% de la population est vaccinée et environ 31% des Tchèques ont reçu une troisième dose de vaccin.
Le nouveau gouvernement tchèque annule le projet de vaccination obligatoire de son prédécesseur[17].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (cs) « Site officiel de la République tchèque », sur onemocneni-aktualne.mzcr.cz (consulté le )
  2. a b et c « Coronavirus Update (Live) - Worldometer », sur www.worldometers.info.
  3. (cs) « V Česku jsou tři lidé nakažení koronavirem. Předtím byli v Itálii », sur ct24.ceskatelevize.cz, (consulté le ).
  4. « Coronavirus: nouvel état d’urgence en place en République tchèque », sur Communes, régions, Belgique, monde, sports – Toute l'actu 24h/24 sur Lavenir.net (consulté le )
  5. « La République tchèque, rattrapée par l’épidémie de Covid-19, prend des mesures drastiques », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Covid-19 – «La situation est très grave» en République tchèque », sur Tribune de Genève (consulté le )
  7. Covid-19: la République tchèque se tourne vers le vaccin russe Spoutnik V, rfi.fr, 28 février 2021
  8. https://edition.cnn.com/2021/02/28/europe/czech-republic-coronavirus-disaster-intl/index.html
  9. « Covid-19 : le Pérou affiche le plus mauvais bilan du monde », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  10. (cs) « Ministerstvo schválilo použití ivermektinu. Bude třeba souhlas pacienta », sur tn.nova.cz, (consulté le )
  11. (en) « Czechia - COVID-19 Overview - Johns Hopkins », sur Johns Hopkins Coronavirus Resource Center (consulté le )
  12. (cs) Koronavirem se nakazila více než polovina dospělých Čechů, tvrdí studie, novinky.cz, 18 août 2021
  13. « République tchèque: Petr Fiala nouveau Premier ministre », sur Le Point,
  14. https://francais.radio.cz/nouvelles-mesures-sanitaires-imposees-en-tchequie-ce-vendredi-avec-le-nouvel-8735046
  15. https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20211210-coronavirus-le-point-sur-la-pand%C3%A9mie-dans-le-monde
  16. Coronavirus: La République tchèque ouvre la campagne de vaccination des enfants âgés de 5 ans et plus, rtbf.be, 13 décembre 2021
  17. https://www.msn.com/fr-ch/actualite/monde/volte-face-le-gouvernement-tch-c3-a8que-annule-le-projet-de-vaccination-obligatoire/ar-AASWjdh

Liens externesModifier