Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Pancho Gonzales.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gonzalez.

Pancho Gonzalez
Image illustrative de l’article Pancho Gonzalez
Pancho Gonzalez Legend
Biographie
Nom César Héctor Gonzalez
Nationalité Drapeau : France Française
Drapeau : Argentine Argentine
Naissance
Lieu Buenos Aires
Décès (à 89 ans)
Lieu Nice
Taille 1,74 m (5 9)
Poste Défenseur puis entraîneur
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1948-1951Drapeau : Argentine Boca Juniors
1951-1961Drapeau : France OGC Nice 359 0(3)
1961-1963Drapeau : France FC Nantes 076 0(0)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1963-1964Drapeau : France SC Draguignan
1964-1969Drapeau : France OGC Nice
1972-1973Drapeau : France FC Bourges
1973-1974Drapeau : France SCO Angers
1976-1978Drapeau : France FC Rouen
1981-1982Drapeau : France AAJ Blois
1986Drapeau : Côte d'Ivoire Côte d’Ivoire
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 5 mars 2016

César Héctor « Pancho » Gonzalez est un footballeur puis entraîneur franco-argentin, né le à Buenos Aires et mort le à Nice[1]. Il évolue au poste de défenseur central du début des années 1950 au début des années 1960.

Formé au Tallares Buenos Aires, il rejoint l'OGC Nice en 1951 et remporte avec ce club trois championnats de France en 1952, 1956 et 1959 ainsi que deux coupes de France en 1952 et 1954. Après 10 ans à l'OGC Nice il termine sa carrière de joueur au FC Nantes.

Devenu entraîneur, il dirige notamment l'OGC Nice, le SCO Angers, le FC Rouen et la sélection de Côte d'Ivoire avec qui il termine troisième de la Coupe d'Afrique des nations 1986. Après sa carrière d'entraîneur, il fait partie de l'équipe dirigeante de l'OGC Nice.

Sommaire

BiographieModifier

Pancho Gonzalez, n'était pas un Sud américain comme les autres "ouvert", calme, pondéré les cheveux à la fois clairs et foncés, au regard malin et coquin, les yeux verts-bleus, le sourire charmeur et des petites pommettes rouges inspirant aussitôt la sympathie.

Né d'un père espagnol et d'une mère basque émigrés en Argentine.

Il est le cadet d'une famille nombreuse (cinq frères et trois soeurs), la perte de sa maman à l'age de trois ans l'a obligé à se débrouiller par lui même.

Enfant aux mille métiers, de livreur de viande à tailleur en plus d'aider le patriarche.

Son destin bascule à l'adolescence grâce au football, il débute sa carrière en Argentine au Talleres Buenos-Aires il signe son premier contrat de joueur professionnel à l'age de seize ans en Uruguay au Cerro Montevidéo, de retour en Argentine au San Lorenzo grand rival du Huracán pour y faire son service militaire, de nouveau en Uruguay au Penarol Montevidéo il joue avec Yeso Amalfi avant de s'envoler pour Sao Paulo au Brésil, avant de partir pour la France à l'age de vingt quatre ans sur les conseils d'Arthur Boghossian un Arménien bien ancré dans le milieu du foot, qui avait déjà conseillé à Yeso Amalfi de venir en Europe.

Le 3 Mai 1951 après 15 jours de bateau Pancho Gonzalez posait le pied en France.

Le Racing Club de Paris l'attendait et en débarquant à Villefranche, pas un instant il n'aurait pu s'imaginer qu'il ne quitterait plus jamais des yeux cette magnifique baie.

C'était sans compter sur son partenaire Sud Américain Yeso Amalfi qui l'attendait sur le quai avec lequel il échangea quelque mots avant de s'entendre dire "restes ici, tu verras c'est mieux". Yeso proposa les services de Pancho au président de l'OGC Nice de l'époque François Sattegna ainsi qu'à son entraîneur Numa Andoire.

Le lendemain la vie de Pancho allait changer en entrant en cours de jeu lors du match amical de l'OGC Nice contre les écossais d'Hibernian

Pancho a eu la chance et l'honneur de participer à tous les grands moments du Gym notamment en tant que capitaine emblématique de l'équipe, entraîneur puis dirigeant.

A la demande du Ministère de la Jeunesse et des Sports dont il était médaillé d'or il est parti en mission dans différents pays africains et en Corée du Sud sans jamais vraiment quitter Nice, y retournant dès qu'il pouvait.

Son plus grand regret aura été de ne pas avoir été international français à part entière en 1958.

L'un de ses souvenirs les plus précieux aura été la chevalière remise par la ville de Nice lors du doublé de 1952 qu'il conserva religieusement jusqu'au bout.

ClubsModifier

JoueurModifier

  Cerro Montevidéo

  San Lorenzo

  Penarol Montevidéo

  Sao Paulo

  • 1951-1961 :   OGC Nice (D1, capitaine de 1955 à 1961)
  • 1961-1963 :   FC Nantes (D2, capitaine les 2 saisons)

EntraîneurModifier

PalmarèsModifier

JoueurModifier

EntraîneurModifier

StatistiquesModifier

JoueurModifier

EntraîneurModifier

  • 200 matchs dirigés en 1re division
  • 132 matchs dirigés en 2e division
  • 6 matchs dirigés en Coupe de l'UEFA

RéférencesModifier

[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11]

  1. « Nice : «Pancho» Gonzalez est décédé », sur lequipe.fr, (consulté le 5 mars 2016)
  2. « Pancho Gonzales - Fiche de stats du joueur de football », sur pari-et-gagne.com (consulté le 5 mars 2016)
  3. « PORTRAIT. Quand Pancho Gonzalez nous racontait son histoire d'amour avec l'OGC Nice », Nice-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2018)
  4. « Pancho Gonzalez, incarnation de l’âge d’or du football niçois, est mort », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2018)
  5. L'équipe, « Nice : «Pancho» Gonzalez est décédé », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2018)
  6. OGC Nice, « Hommage à Pancho Gonzalez », (consulté le 23 novembre 2018)
  7. « Adios Pancho, légende du foot niçois », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2018)
  8. « Football : mort de Pancho Gonzalez, ancien joueur emblématique de l’OGC Nice », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2018)
  9. « Pluie d'hommages après l'annonce du décès de Pancho Gonzalez, légende de l'OGC Nice », Nice-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2018)
  10. « Des centaines de personnes rassemblées pour un dernier adieu à Pancho Gonzalez », Var-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2018)
  11. « L’adieu à Pancho », OGC Nice,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2018)

Liens externesModifier