Ouvrir le menu principal

Palme d'or du cyclisme

La Palme d'or du cyclisme est un challenge annuel qui a récompensé, en France un coureur "amateur" ayant au long d'une année accumulé le plus grand nombre de points au cours d'un certain nombre d'épreuves cyclistes. Ce challenge annuel, créé en 1971, prend la suite d'un classement similaire créé en 1963, le Mérite Veldor. Il est sponsorisé par une société de promotion immobilière, qui lui donne son nom : les Palmes d'or Merlin-Plage. Un trophée est attribué au vainqueur de ce classement, au terme de chaque saison. Le vainqueur des Palmes d'or Merlin plage est considéré par beaucoup d'observateurs du cyclisme comme un officieux champion de France[1]Le Trophée national établi sur des compétitions organisées en France est mis en compétition jusqu'en 1985.

En 1980, selon le même principe, est créé un Trophée international. Puis en 1981 un Trophée féminin est mis en place. Leur durée d'existence est brève.

En 1986, succédant à la Palme d'or est mis en compétition par la marque de pneumatique Wolber, le Wolber d'or, lié au mensuel cycliste Vélo magazine.

Le premier Trophée des amateurs : le Mérite VeldorModifier

C'est en 1963 qu'un trophée pour le cyclisme amateur en France est mis en compétition, en prenant exemple sur le Challenge Pernod des coureurs professionnels. Il prend le nom de Mérite Veldor. Veldor est le nom d'une maison de commercialisation de vins, faisant partie d'une société dont les activités sont très diverses (matériel de chauffage, distribution de combustibles, etc.), les établissements Sellier-Leblanc. En 1963, aucune loi n'interdit aux marques de boissons alcoolisées de faire de la promotion commerciale. Les cyclistes professionnels portent les couleurs des marques d'apéritif (Saint-Raphaël, Carpano), de vins (Margnat) et participent aux challenges organisés par la maison apéritive Pernod. Il n'est donc pas anormal que le cyclisme amateur soit couvert par les vins Veldor, dont le nom est ambivalent. Le trophée Veldor est mis en compétition jusqu'en 1970, et passe très officieusement le relais à un autre sponsor[2]. Certains reproches sont faits à l'encontre du classement. Ainsi en 1969, Jean-Pierre Danguillaume, vainqueur d'une probante Course de la Paix, n'est que second du Veldor, car moins constant en saison que Daniel Proust. Mais celui-ci ne démérite pas car il a été présent de mars à fin septembre. De fait les clubs et les coureurs orientent leur stratégie de l'année en fonction des épreuves françaises inscrites au Veldor, et les sélectionneurs nationaux ont du mal à monter des équipes pour les épreuves internationales, non cotées. Comme tout challenge, il est victime de son succès et la pérennisation passe par une organisation rigoureuse, demandant plus d'investissement.

Palmarès du Mérite VeldorModifier

Année Vainqueur Club[3] âge[4] Deuxième Troisième
1963   Aimable Denhez V.C. Pont-Audemer 22 ans ? ?
1964   Raymond Huguet V.C. Vendôme 26 ans   Désiré Letort   Michel Goeury
1965   Daniel Salmon V.C. 12e (Paris) 25 ans   Jean-Yves Roy   Gérard Demont
1966   Bernard Guyot U.S. Créteil 20 ans   Jean Sadot   Robert Hiltenbrand
1967   Claude Guyot U.S. Créteil 19 ans   Robert Bouloux   Christian Robini[5]
1968   Jean-Pierre Parenteau A.S. Nérac 24 ans   Bernard Dupuch   Bernard Thévenet
1969   Daniel Proust A.C.B.B. 22 ans   Jean-Pierre Danguillaume   William Bisland
1970   Yves Hézard C.S.M. Puteaux 22 ans   Marcel Duchemin   Claude Lechatellier

Les Palmes d'or Merlin PlageModifier

En 1971, c'est l'entreprise des promoteurs immobiliers, Guy et Bernard Merlin, qui prend la suite du Mérite Veldor. Le boom de la construction de "résidences secondaires", à la mer, à la montagne, dope l'entreprise familiale, pour qui le cyclisme et ses épreuves multiples, constituent un vecteur de publicité important. Cette publicité est mise en orchestre chaque fin de saison au moment de la remise des Palmes. Ainsi pour l'année 1972, constate-t-on dans un magazine a priori moins ouvert à ce style de capitalisme, le Miroir du cyclisme, une pleine page de publicité "Merlin", en novembre[6] Deux chapeaux introduisent la page. Le premier, photo de celui qui est surnommé "Duduche" à l'appui, annonce Marcel Duchemin-Lauréat 1972 "Palme d'or" MERLIN-PLAGE. Puis l'œil gagne la droite de la page pour voir le dessin d'une "résidence marine" en Normandie. Le numéro suivant[7] inclut la remise du trophée dans sa rubrique "nouvelles du mois", avec photo des lauréats, en compagnie des frères Merlin et d'Eddy Merckx, invité haut-de-gamme. La cérémonie se déroule à... Courseulles-sur-Mer, objet de la publicité précédente. Il est normal que le sponsor se sponsorise, il le fait bien, car le magazine concurrent L'Équipe cyclisme magazine[8] consacre une page entière au même événement, sous le titre : Les trophées amateurs. Duchemin lauréat de la Palme d'or Merlin-Plage, fêté à Courseuilles(sic)[9]. De plus l'intérêt pour le cyclisme des deux frères est indéniable. C'est sans doute cet intérêt, dans le but d'aider et d'encourager le cyclisme amateur, plus que des motivations pécuniaires, qui leur fait créer en 1980 des Palmes d'or internationales, et, l'année suivante, des Palmes d'or féminines. Mais si chaque année davantage d'épreuves nationales et internationales, en ligne, par étapes et contre-la-montre[10], si le nombre des épreuves retenues pour le trophée national (est) sensiblement augmenté, afin de répondre aux sollicitations des organisateurs, le trophée devient une entreprise à lui seul. Et il revient de plus en plus cher. Il convient d'en donner un aperçu.

Les épreuvesModifier

L'aperçu donné ici est celui du trophée Merlin-Plage, pour la saison cycliste 1982. Il y a pour cette année-là trois trophées.

La remise du trophée et les prix distribuésModifier

Comme il a été déjà noté, le temps fort de la Palme d'or est le classement final et la cérémonie de remise des prix. En cela les frères Merlin n'innovent pas. Chez les amateurs, la remise du Mérite Veldor a lieu selon le même décorum. De même la remise des trophées Pernod chez les professionnels donnent lieu à une mise en scène dont le but est sûrement de fêter le ou les vainqueurs. Aussi sûrement elle est une opération de relations publiques du sponsor. Le trophée des amateurs a une couverture médiatique moindre, mais son évolution est remarquable. Ainsi en 1965, dans la revue cycliste prise en exemple Miroir du cyclisme, où la remise des prix, comme le classement n'ont eu aucun écho lors des deux premières éditions, une petite photo, perdue au milieu d'autres fait connaître au lecteur, assez lapidairement que Daniel Salmon, lauréat du mérite Veldor est félicité par Annie F. et Janique A.[16]. L'année suivante au même mois de décembre la remise du Vedor tient un quart de page avec photo visible et texte, sans compter un autre cliché présentant le lauréat Bernard Guyot aux côtés de "Miss Paris", les deux tenant le trophée, une coupe rutilante. Le quart de page donne plutôt dans l'autopromotion du groupe des Établissements Sellier-Leblanc, dont est énuméré l'état-major, sous la houlette du PDG Maurice Leblanc, que dans le compte-rendu journalistique[17] Tout juste est-il remarqué que " le trophée réservé aux cyclistes amateurs a été créé par les vins Veldor, l'un des nombreux départements de la Société Sellier-Leblanc".

Mais le trophée est connu et en 1967, le journaliste[18] traitant la saison amateurs intègre en fin d'article que Claude Guyot, lauréat du "Mérite Veldor" (les caractères gras sont dans l'article) termine ainsi sa dernière année amateur avec le titre de meilleur amateur français. Le numéro suivant[19] rend compte sobrement de la remise du Mérite Veldor. Invité d'honneur c'est Raymond Poulidor qui officie à la remise d'une coupe, sous le patronage souriant du PDG M. Leblanc. Il reste à savoir si la vente des vins Veldor" bénéficie de cette audience...
Merlin-Plage prend le relais, bien transmis puisque celui-ci est annoncé lors de la remise du dernier Mérite Veldor. Pourtant, comme on dit en cyclisme, il « change de braquet » et dès la première année paie une demi-page de « publi-reportage » dans la revue[20]. Il y annonce que le Tour de France fera étape en ses terres, et que le Tour de l'Avenir y fera le départ d'une étape. Merlin-plage est reconnu d'emblée comme partenaire et deux photos appuient le trait. En ce début 1972, c'est Cyrille Guimard, « venu en voisin », qui remet le prix à Régis Ovion. Le prix lui-même n'est plus la classique coupe mais un objet d'art, ou tenu pour tel. Les cinq premiers de la Palme d'or, comme les journalistes, ont été acheminés depuis Paris par un vol "Paris-Nantes" en Viscount, puis un car du Pays nantais les a amenés à Saint-Jean-de-Monts. Durant quatorze saisons cyclistes, la Palme d'or Merlin-Plage tient certes un créneau publicitaire, mais il permet un réel étalonnage des coureurs amateurs.
Le prix lui-même consiste en "un objet d'art[21]" et une somme d'argent. En 1983, pour exemple, les 12(es) Palmes d'or récompensent les trois premiers du Trophée international (10 000 Frs, 6000 Frs, 4000 Frs), les cinq premiers du Trophée national (5000 Frs, 3000 FRs, etc.) et les deux premières du Trophée féminin (2000 Frs et 1000 Frs).

Palmarès des Palmes d'or Merlin Plage, trophée nationalModifier

Année Vainqueur Club âge Deuxième Troisième
1971   Régis Ovion A.C.B.B.- Peugeot 22 ans   Marcel Duchemin   Claude Aigueparses
1972   Marcel Duchemin O.C.C. Laval 28 ans   Jean-Pierre Guitard   Claude Aigueparses
1973   Bernard Bourreau C.A. Civray 22 ans   André Corbeau   Patrick Béon
1974   Hubert Arbès C.C Béarnais -La Hutte 24 ans   Christian Seznec   Michel Laurent
1975   Bernard Vallet S.C. Nice 21 ans   Rachel Dard (en)   Bernard Quilfen
1976   Jean-Raymond Toso A.C.B.B 24 ans   Hubert Linard   Christian Muselet
1977   Patrick Friou Royan O.C. 22 ans   Paul Sherwen   Jean-René Bernaudeau
1978   Graham Jones A.C.B.B. 21 ans   Joël Soudais   Gérard Le Dain
1979   Robert Millar A.C.B.B 21 ans   Phil Anderson   Francis Castaing
1980   Francis Castaing C.C. Marmande 21 ans   Bernard Pineau   Frédéric Vichot
1981   Étienne Néant V.C. Annemasse 21 ans   Marc Gomez   Claude Moreau
1982   Bernard Pineau[22] C.C. Marmande 28 ans   Philippe Saudé   Vincent Barteau
  Éric Caritoux
1983   Bernard Pineau CC. Marmande 29 ans   Denis Roux   Yvon Madiot
1984   Thierry Marie E.S. Livarot 21 ans
1985   Jean-Jacques Philipp[23] A.C.B.B. 24 ans   Bernard Richard   Christian Chaubet

Palmarès des Palmes d'or Merlin Plage, trophée internationalModifier

Année Vainqueur âge Deuxième Troisième Quatrième Cinquième
1980   Sergueï Soukhoroutchenkov[24] 24 ans   Youri Barinov   Czesław Lang   Jiří Škoda   Olaf Ludwig
1981   Sergueï Soukhoroutchenkov[25] 25 ans   Youri Barinov   Andreï Vedernikov   Charkid Zagretdinov   Ivan Mitchenko
1982   Ivan Mitchenko[26] 22 ans   Bernd Drogan   Cristóbal Pérez   Helmut Wechselberger &
  Luis Herrera
1983   Olaf Ludwig[27] 23 ans   Jan Krawczyk   Falk Boden   Viktor Demidenko   Bernd Drogan &
  Andrzej Serediuk

Les Palmes d'or, Trophée fémininModifier

Année Vainqueur Deuxième Troisième
1981   Jeannie Longo   Isabelle Gautheron ?
1982   Jeannie Longo   Isabelle Gautheron   Martine L'Haridon
1983   Jeannie Longo   Isabelle Gautheron   Isabelle Nicoloso

Les "Wolber d'or"Modifier

En 1986, la société des pneumatiques Wolber, presque centenaire[28], prend le relais de Merlin-plage et attribue un Wolber d'or. Le principe est semblable aux "Palmes", mais la notoriété du nouveau trophée est moindre. À tel point que peu des revues cyclistes donnent en fin d'année le classement[29] De fait aux classements nationaux des trophées Merlin et Wolber, s'ajoutent au cours des années 80 plusieurs classements régionaux, sponsorisés par des entreprises proches du terrain.
De plus, au niveau national existe un autre challenge, la Coupe "Mavic", qui est attribuée au club français ayant marqué le plus de points dans un nombre d'épreuves dont la quantité recoupe les trophées individuels. Ainsi pour l'année 1990, le sponsor, partenaire de la Coupe Mavic, La Poste, livre sur une demi-page du mensuel Vélo sprint 2000[30] dans le numéro bilan de fin de saison, le résultat de ladite Coupe[31], remporté par ... l'ASPTT Paris, mais on cherche en vain le résultat annuel du "Wolber".

Palmarès du Wolber d'orModifier

Année Vainqueur Club âge Deuxième Troisième
1986   Gilles Sanders 22 ans   Claude Carlin   Laurent Masson
1987   Jean-François Laffillé CC Wasquehal 25 ans   Laurent Bezault   Claude Carlin
1988   Laurent Bezault 22 ans   Pascal Lance   Patrick Bonnet
1989   Christophe Manin 23 ans   Jean-François Laffillé   Éric Pichon
1990   Jean-Philippe Dojwa VC Lyon-Vaulx-en-Velin 23 ans
1991   Hervé Garel AS-PTT Paris 24 ans

Notes et référencesModifier

  1. La plus complète information sur ce trophée se trouve dans Vélo 81, pages 156-157, et l'année suivante dans Vélo 82, article de 3 pages, (p. 122-124), parus aux éditions les guides de L'Équipe : ils livrent le règlement, le barème des points, les épreuves inscrites à ce challenge, les prix et son palmarès (liste des vainqueurs)
  2. Cf Miroir du cyclisme, n° 137, décembre 1970. En page 37, une photographie montre le président-directeur général des établissements Sellier-Leblanc remettant le trophée Veldor à Yves Hézard, entouré des quatre autres classés immédiats, Marcel Duchemin, Paul Combes, Claude Lechatellier et André Mollet. Elle est accompagnée du commentaire suivant : Après huit ans d'existence, le Mérite Veldor disparaîtra la saison prochaine, mais sera remplacé pour les amateurs par la Palme d'Or Merlin-Plage.
  3. Il s'agit du club du vainqueur, dont l'importance est équivalente à celle d'une équipe chez les "professionnels".
  4. L'âge du vainqueur se réfère à l'année civile de naissance. Sources : Pascal Sergent, Encyclopédie illustrée des coureurs français depuis 1869, Eeklo, Editions de Eecloonaar, , 768 p. (ISBN 9074128157).
  5. C. Robini remporte le Tour de l'Avenir en 1967.
  6. N° 163, novembre 1972, page 42.
  7. N° 165, décembre 1972 (le N° 164 est un "spécial Eddy Merckx").
  8. N° 57, 13 décembre 1972
  9. La faute d'orthographe ne figure pas dans le corps de l'article.
  10. Les citations de ce paragraphe sont reprises du texte d'introduction de la présentation des Palmes, dans L'Équipe-Vélo 1982, p. 122.
  11. L'anglicisme "Open", désigne des courses amateurs, selon les catégories de l'époque, ouvertes aux coureurs professionnels et (théoriquement) l'inverse.
  12. soit 760 €, si on effectue un conversion, très théorique en raison de l'évolution du coût de la vie
  13. Cette date de 1983 est donnée sous réserve. Les magazines cyclistes français 'Miroir du cyclisme, Sprint international ne publient aucun classement de cette Palme d'or. Le magazine Vélo magazine ne livre pas les résultats 1982. Quant aux guides L'Équipe-Vélo, trois années de parution, ils livrent les résultats de la 11e édition nationale pour l'année 1980 (Guide 1981) et ceux de la 12e édition, année 1981 (guide 1982). Seul l'annuaire belge Velo, publie les résultats (rubrique "I", "compétitions d'ensemble" pour les années 1981, 1982, 1983, mais en rubrique "L", au niveau des résultats en France les résultats 1980). Aucun site internet ne livre de résultats, mais dans le domaine des "amateurs" ces sites sont d'une grande pauvreté générale.
  14. L'Équipe Vélo 1981, p. 157.
  15. L'Équipe vélo 1982, p. 124.
  16. N° 66, décembre 1965, p.31
  17. N° 80, décembre 1966, p. 31
  18. Il s'agit de Jean-Guy Modin, qui exerce également à l'Humanité où il rend compte des compétitions de la FSGT, journal pour lequel il a suivi plusieurs Courses de la Paix. N° 93, novembre 1967.
  19. N° 94, décembre 1967.
  20. N° 153, janvier 1972 de Miroir du cyclisme
  21. Présentation du prix dans les guides L'Équipe-Vélo.
  22. Bernard Pineau, seul double lauréat de la Palme d'or Merlin, est né le 30 juin 1954 à Agen. Il débute en 1970 au "Guidon agenais" puis il a longtemps couru sous les couleurs du club de la banlieue bordelaise, l'US Talence. Cf. la présentation du coureur dans les pages "Vélo-France" du numéro 125/nov. 1978 du magazine France velo (page 27).
  23. J.-J. Philipp est né le 10 mars 1961. Cf site Mémoire du cyclisme. Les années précédentes il était licencié au CSM Persan, dans le département du Val-d'Oise
  24. En 1980, "Soukho" est Champion olympique, 2e du Tour de l'Avenir
  25. En 1981, Sergueï est 2e de la Course de la Paix et 2e du Tour de l'Avenir
  26. Ivan Mitchenko remporte en 1982 le Circuit de la Sarthe, le Tour des Régions italiennes et termine 5e de la Course de la Paix
  27. O. Ludwig est vainqueur du Tour de l'Avenir en 1983
  28. Claude Sudres, Dictionnaire international du cyclisme, édition de 2003, article "Wolber". L'entreprise a été créée en 1894. Elle a organisé notamment un Grand Prix Wolber (de 1922 à 1931), course classique dont le bref palmarès livre le nom de quelques champions "historiques, tels Costante Girardengo, Francis Pélissier, Georges Ronsse.
  29. Seule le magazine mensuel Le Cycle renseigne les trois premiers des premières éditions dans ses très complètes pages "palmarès de la saison.
  30. Vélo sprint, N° 290, novembre 1990
  31. 123 épreuves servent au classement de la Coupe Mavic, pour laquelle 104 clubs ont participé