Paliques

dieux jumeaux des mythologies grecques et romaines

Les Paliques sont des dieux jumeaux siciliens, vénérés par les Sicules, puis objet d'un culte chthonien par les Siciliotes.

Fils d'Adranos pour les Sicules, ils sont, dans la mythologie grecque, le fruit de l'union de Zeus et de la nymphe de l’Etna Thalie, fille d’Héphaïstos, où les enfants d’Héphaïstos et de la nymphe Etna, fille d’Ouranos et de , parfois sœur du roi Sicanos[1].

Proches des Dioscures et les Cabires, ils sont des dieux de l’abondance, protègent les marins, et possèdent des pouvoirs divinatoires[1].

Macrobe les évoque dans ses Saturnales (livre V, 19, 15-31), Diodore de Sicile dans sa Bibliothèque Historique et Virgile dans l'Enéide (9, 584 sq)[1].

Sanctuaire des Paliques en SicileModifier

Un sanctuaire des dieux Paliques se trouvait en Sicile orientale, sur le territoire de l'actuelle commune de Mineo, au lieu-dit Rocchicella, sur les rives du lac de Naftia[1], aujourd'hui asséché, d'où s'élevaient des vapeurs méphitiques. Il comprenait des rites de divination et d'ordalie.

« Suivant la tradition, le temple des dieux Paliques se distingue des autres par son antiquité, sa sainteté et les choses curieuses qu'on y observe. D'abord on y voit des cratères d'une largeur, il est vrai, peu considérable, mais qui lancent, d'une immense profondeur, d'énormes étincelles; on dirait des chaudières posées sur un grand feu et pleines d'eau bouillante. L'eau qui jaillit de ces cratères a l'apparence de l'eau bouillante; mais on n'en a pas la certitude, car personne n'a encore osé y toucher, et la terreur qu'inspire cette éructation aqueuse semble y attacher quelque chose de surnaturel et de divin. Cette eau répand une forte odeur de soufre, et l'abîme d'où elle s'échappe fait entendre un bruit effroyable. Ce qu'il y a de plus surprenant, c'est que cette eau ne déborde jamais, ne cesse jamais de couler, et est lancée avec force à une hauteur prodigieuse. Le temple est si vénéré qu'on y prononce les serments les plus sacrés, et les parjures reçoivent aussitôt le châtiment divin : quelques-uns sont sortis aveugles de ce temple. Enfin, la crainte superstitieuse attachée à ce lieu est telle que l'on termine des procès difficiles par les serments que l'on y fait prononcer. […] Ce temple est situé dans une plaine digne de la majesté des dieux; il est entouré de portiques et d'autres ornements convenables[2]. »

À proximité immédiate, le chef Doukétios fonda en 453 av. J.-C. la cité de Palikè (Diodore de Sicile, livre XI, 88-90), qui fut la capitale éphémère du koinon des Sicules, utilisant ainsi les jumeaux pour unir les indigènes contre les Grecs[1].

Le sanctuaire a servi d’asile aux Sicules de Doukétios puis aux esclaves lors de la guerre servile[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f Pierre Lévêque, « L’Etna », La Sicile, Presses Universitaires de France, « Nous partons pour », 1989, p. 249-260. [lire en ligne]
  2. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne], XI, 89.

BibliographieModifier

  • Alain Meurant, Les Paliques, dieux jumeaux siciliens, Peeters, « Bibliothèque des Cahiers de l'institut de linguistique de Louvain », 1998. [extraits]
  • (it) N. Cusumano, « Ordalia e Soteria nella Sicilia antica. I Palici in Mythos », Rivista di Storia delle religioni, 2, p. 9-186, 1990.
  • (it) Laura Maniscalco (a cura di), Il santuario dei Palici. Un centro di culto nella Valle del Margi, Palerme, 2008.
  • (it) Laura Maniscalco, Alla scoperta della terra dei Siculi. Il santuario dei Palici nell'area archeologica di Rocchicella, Palerme, 2009.
  • (en) Brian E. McConnell and Laura Maniscalco, « The Sanctuary of the Divine Palikoi (Rocchicella di Mineo, Sicily). Fieldwork from 1995 to 2001 », American Journal of Archaeology, 107, 2003, p. 145-180.