Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Palette.
Palette bois IPPP A1210

La palette de manutention est un accessoire destiné à rationaliser la manutention, le stockage et le transport de marchandises. L'idée pertinente de l’innovation fut de standardiser le mode de reprise de charge par le dessous en faisant une surélévation minimale d'un élément rigide plat. Cette innovation est intimement liée au domaine du matériel de manutention (par exemple les chariots élévateurs). Le premier échelon de ce métier est celui de cariste.

Les palettes sont très répandues dans l'emballage, le transport de charge et le stockage. La compatibilité amont et aval des palettes a des conséquences sur : les produits, les emballages, les packagings, les cartons, les contenants, les conteneurs, etc. Cela est donc forcément très étudié dans les caractéristiques de formes, de place du centre de gravité et de poids pour définir les gerbages possibles (nombre côte-à-côte et empilements).

Sommaire

TypologieModifier

HistoireModifier

 
Déchargement d'un camion de palettes neuves
 
Entrepôt de produits sur palettes
 
Palettiseur automatisé de pains manipulés par des robots industriels KUKA dans une boulangerie industrielle allemande
 
Palettes de fruits, ici en cale d'un navire polytherme
 
Exemple d'usage détourné (pont semi-flottant maintenu par deux câbles sur un petit canal non navigué)

La palette de manutention a été créée aux États-Unis au début des années 1940 par le dépôt des équipements de la Marine de Brooklyn. Ce service envisagea la construction des contenants, non pas en considérant la marchandise qu'il devait transporter mais le fait qu'il aurait à remplir complètement le wagon dans lequel ces marchandises seraient chargées. Cette idée nouvelle et sa mise en pratique sont dues au capitaine Charles D. Kirk et à son adjoint le lieutenant Walter T. Sheldon. Ils prirent pour base le plancher d'un wagon qui fut divisé en carrés de 1,20 mètre de côté. Ensuite ils commandèrent des cartons de dimensions telles qu'ils couvraient exactement la palette, selon différentes combinaisons[2]. C'est la Seconde Guerre mondiale et le Débarquement qui ont permis son essor, ininterrompu jusqu'à maintenant.

VocabulaireModifier

Une palette d'expédition peut-être perdue (usage unique) ou au contraire, consignée.
Une palette de manutention interne à un entrepôt est dite prisonnière.

CompositionModifier

La palette peut être construite, entre autres, en :

  • bois, généralement en planches de résineux (pin, épicea, douglas, sapin, etc.). Les palettes en bois sont les plus utilisées ;
  • matières plastiques (en plastique dit vierge et/ou issu du recyclage) ;
  • métal (acier galvanisé, aluminium, inox) ;
  • bois moulé à partir copeaux/déchets de bois;
  • carton ondulé.

Types de palettes en boisModifier

Selon le nombre d’entrée, on distingue[3] :

  • la palette à deux entrées : c'est la palette à chevrons qui autorise le passage des fourches de manutention uniquement sur deux côtés opposés de la palette ;
  • la palette à quatre entrées : ce sont la palette à dés et la palette à chevrons entaillés qui autorisent le passage des fourches de manutention sur les quatre côtés de la palette.

utilisationsModifier

Aujourd'hui le type de palette le plus utilisé en Europe est la « palette Europe » ou « EUR-EPAL », aux dimensions normalisées de 800 mm de largeur par 1 200 mm de longueur. La palette EUR-EPAL est protégée par deux marques déposées. Sa fabrication et sa réparation sont autorisées uniquement aux entreprises titulaires d'une licence d'utilisation de ces marques. La gestion du droit des marques (lutte anti-contrefaçon) et le contrôle de la qualité sont effectués sous contrôle de la European Pallet Association. Une palette EUR-EPAL fabriquée et réparée en respectant le cahier des charges est conçue pour transporter 1 500 kg

Le format 800 mm × 1 200 mm est aussi décliné en demi-palette (800 mm par 600 mm). Les demi-palettes sont généralement transportées par deux sur une « palette mère » de type EPAL.

D'autres formats de palettes existent, dont la palette américaine de 1 219 mm par 1 016 mm (48"×40") très utilisée au Canada. Un format voisin est généralement utilisé en grande distribution en France pour la manutention des liquides conditionnés en bouteille.

La palette supporte la marchandise et assure toutes les opérations de la chaîne de distribution. Son rôle est important puisqu'elle est présente du début à la fin de l'expédition.

ProductionModifier

 
La production de palette de bois au Québec a doublé en 8 ans[4].

En France, on en fabrique 60 millions par an[Quand ?], mais on en charge 600 millions soit 10 palettes par an et par Français[réf. nécessaire]. Sa consommation est l'un des indicateur d'activité marchande (à nuancer selon le degré de réutilisation/recyclage de chaque palette

L’industrie de la palette au Québec a doublé sa production au en 8 ans ; elle utilise principalement les feuillus durs et du peuplier et très très peu de résineux (Moins de 0,39 % du total des sciages de bois résineux seraient affectés à la production de palettes, alors que 40 % du total des sciages de feuillu dur du Québec sont destinés aux palettes. Vers l'an 2000, environ 80 entreprises québecquoise produisaient des palettes. 50% de d'entre elles étaient des petites entreprises[4]

TraitementsModifier

Pour éviter la dissémination dans le monde d'hôtes du bois susceptibles de devenir invasif hors de leur biotopoe, et/ou de ravageurs des arbres ou de décomposeur du bois (champignons, bactéries...) posant problème pour la durée de vie des palettes. De nombreuses palettes étaient traitées, parfois avec des produits chimiques rémanents et très toxiques, aggravant la toxicité des fumées et cendres en cas d'incendie, et pouvant notamment poser des problèmes d'allergies ou toxicité pour les manutentionnistes, et accidentellement des problèmes de contamination d'emballages alimentaires ou d'aliments, et au recyclage final du bois ou pour sa valorisation énergétique. pour remédier à ce problème, une législation récente a été validée par l'OMC, afin que tous les bois des palettes soient traités avec des produits ou méthodes ne menaçant pas l'environnement (Voir règles NIMP 15).

Location de palettesModifier

Avec le container, la palette s'est largement développée et répandue dans le monde, contribuant au développement du transport maritime, ferroviaire et routier et à celui d'un immense réseau de dizaines de milliers de zones et hubs logistiques[5].
Sa gestion s'est également complexifiée , invitant à la recherche de solutions nouvelles par les industriels et la grande distribution, pour réduire son coût d'utilisation tout en bénéficiant de sa solidité pour la réutilisation. Une des réponses est la location de palettes (s'inscrivant dans l'économie de la fonctionnalité, la qualité certifiée et supérieure limitant les risques de déchets liés aux manipulations (fourches de chariots élévateurs).

En progression constante depuis les années 1990-2000 ce domaine se structure. Deux grosses entreprises se partagent principalement ce marché en Europe CHEP et LPR. Les anglophones (australiens et autres) avaient dix ans d'avance et dominent financièrement ce secteur dans le monde. [réf. nécessaire]

RecyclageModifier

 
Marquage des palettes
 
Marquage palette

En France, la palette est assujettie au décret du 13 juillet 1994 qui précise que les détenteurs de déchets d'emballage doivent assurer leur recyclage. Cependant seuls 10 % des palettes (soit 100 000 tonnes) sont valorisés chaque année[6].

Certains particuliers recyclent également parfois des palettes en les démontant[7],[8] pour construire de petits meubles ou de petites constructions comme un poulailler par exemple. Certains les utilisent comme bois de chauffage mais cela est déconseillé car les palettes sont souvent traitées conformément à des procédés variant selon les pays[9] pour les rendre hydrofuges et imputrescibles et éviter l'importation d'insectes ou de champignons problématiques. Certains de ces traitements pouvant dégager des émanations toxiques au moment de la combustion. Dans les pays respectant la norme NIMP15 (qui inclut des directives de régulation du matériel d’emballage en bois destiné à l’exportation), ces traitements donnent lieu à un marquage (HT pour traitement Haute température, MB pour traitement par fumigation au bromure de méthyle).

Le traitement par fumigation au bromure de méthyle (marquage MB) étant hautement toxique, il est totalement interdit (depuis le 18 mars 2010). Seul le traitement thermique (marquage HT) reste autorisé dans l'Union Européenne.

Notes et référencesModifier

  1. Ce support et communément dénommé palette, mais n'ayant pas de "fond" on parle aussi de "skid" (dénomination anglophone)
  2. Source : Emballages catalogue, Paris, 1949, page 533 et 534, édité par la Compagnie française d'édition.
  3. http://www.logistiqueconseil.org/Articles/Entrepot-magasin/Palettes-types.htm
  4. a et b Belley D (2002) La consommation de sciages de sapin, épinettes, pin gris et mélèzes par l'industrie de la deuxième et troisième transformation du bois. Ministère des ressources naturelles, Direction du développement de l'industrie des produits forestiers. voir p 22-23
  5. Wemelbeke G (2008) Les zones logistiques se développent avec l’essor du transport par palettes. Notes de synthèse du SESP, (168), 15-25.
  6. Le circuit de recyclage des palettes.
  7. Récupération & démontage des palettes.
  8. Que faire avec des palettes ?
  9. EXIGENCES PHYTOSANITAIRES - BOIS D'EMBALLAGE.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Patrice Chanrion & N. Tant, Production et recyclage des palettes en bois, Paris, CTBA, 1993
  • Patrice Chanrion et P., Level O., Palettes et caisses en bois – Caractéristiques – Production – Reconditionnement – Recyclage, Paris, CTBA, 1999
  • Patrice Chanrion, X. Podevin, Palettes et caisses-palettes en bois – Référentiel qualité du fabricant, du reconditionneur et de l’utilisateur, Paris, CTBA, 2002
  • Patrice Chanrion & , D. Moncel, Les Emballages en bois. Modernité et réactivité face à des marchés très concurrentiels, Revue forestière française, p. 73-80, numéro spécial, 2004
  • T. Viotti & Patrice Chanrion, Management environnemental pour la fabrication et le reconditionnement des palettes et caisses en bois, Paris, CTBA, 2005
  • Patrice Chanrion, Le marché français préfère la palette recyclée, Recyclage Récupération Magazine, n°8, mars 2006
  • Patrice Chanrion & F. Hanza, Le livre blanc des réparateurs / reconditionneurs de palettes, Paris, CTBA, 2004