Ouvrir le menu principal

Palais Grassi

Palais et musée d'art italien
(Redirigé depuis Palazzo Grassi)
Palais Grassi
Palais Grassi.jpg
Présentation
Type
Musée, city ​​palace (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Style
Architecte
Construction
Surface
5 000 m²
Propriétaire
Site web
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Baigné par
Coordonnées

Le palais Grassi est un des plus importants et derniers palais construits à Venise au XVIIIe siècle au cœur de la ville, au bord du Grand Canal. Il est la propriété du milliardaire français François Pinault depuis 2005 qui l'a transformé en musée, contenant sa Collection Pinault d'art moderne et d'art contemporain, et en siège de sa fondation.

Sommaire

HistoireModifier

Famille GrassiModifier

Le palais Grassi est un des fleurons du patrimoine de la cité des Doges et un des plus importants et derniers palais construits entre 1748 et 1772 à Venise par l'architecte italien Giorgio Massari pour la riche famille bolonaise des Grassi, qui s'est acheté une place dans le livre des grandes familes de la ville en 1718. En 1732, la famille Grassi rachète les bâtiments du campo San Samuele qu'ils font raser pour construire le palais. Paolo Grassi meurt en 1772, année de fin des travaux[1].

Après l'abolition de la République de Venise par le général Napoléon Bonaparte en 1797, la famille Grassi est ruinée. Le bâtiment est vendu en 1840 à la Societa Veneta Commerciale qui en fait son siège social, puis racheté par divers propriétaires (dont la baronne de Sin, le ténor Angelo Poggi, le peintre Giuseppe Schöff). Sous l'impulsion de l'un d'entre eux, Giovanni Stucky, le Palais Grassi devient un musée des arts du costume en 1951 et présente de nombreuses expositions artistiques[1].

Gianni AgnelliModifier

Article détaillé : Giovanni Agnelli (1921-2003).

En 1983, le palais est acheté par Giovanni Agnelli (1921-2003) (président du Groupe Fiat et petit-fils de Giovanni Agnelli (1866-1945) président fondateur du groupe) qui le fait moderniser et transformer en « Centre d'exposition international » par les architectes Gae Aulenti et Antonio Foscari. En 1986, l'exposition Futurismes lance la popularité du site[1].

François PinaultModifier

Article détaillé : François Pinault.

En 2005, François Pinault acquiert le Palazzo Grassi de Venise pour 29 millions € et crée une société de droit italien, Palazzo Grassi SPA (co-détenue avec la mairie de Venise) pour gérer l'ensemble[2]. La rénovation du palais est confiée à l'architecte japonais Tadao Andō, et la mise en lumières du bâtiment au Danois Ólafur Elíasson[3].

Le palais est aménagé en un musée de 40 salles d'exposition sur 5 000 m2. La direction générale du musée échoit à Jean-Jacques Aillagon (ancien directeur du centre national d'art et de culture Georges-Pompidou et ancien ministre de la Culture français entre 2002 et 2004) et la direction artistique est confiée à la commissaire d'exposition américaine Alison Gingeras (ex-conservateur du Centre Pompidou entre 1999 et 2004).

Le musée est inauguré en avril 2006 avec l'exposition Where Are We Going? (Où allons nous ?) avec de nombreux invités étrangers venant d'horizons variés. En avril 2007, François Pinault annonce sa volonté de poursuivre l'extension du musée et conclut un accord avec la mairie de Venise pour investir et aménager la Punta della Dogana, coiffant sur le fil un projet concurrent de la fondation Guggenheim pour le même bâtiment[4].

En 2013, le Teatrino, bâtiment annexe au Grassi, est rénové par Tadao Andō qui le transforme en espace d'exposition aux courbes modernistes, et disposant d'un auditorium de 220 places[5],[6].

CollectionModifier

 
"Very Hungry God" de Suboth Gupta. Palazzo Grassi, Venise mai 2007.

La collection est constituée des œuvres des artistes de renom tels que : Mark Rothko, Piero Manzoni, Donald Judd, Pierre Huyghe, Damien Hirst, Maurizio Cattelan, Bernard Frize, Urs Fischer, Rudolf Stingel, Andy Warhol, Carl André, Jeff Koons, Piotr Uklanski, Lucio Fontana, Mario Merz, Bertrand Lavier, Dan Flavin, Cy Twombly, Tetsumi Kudo, Nancy Spero, Tadashi Yamaneko, Charles Ray, Takashi Murakami. Le musée organise également de nombreuses et importantes expositions temporaires (Pablo Picasso, etc.).

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Le palazzo Grassi », sur LExpansion.com, (consulté le 20 juin 2019)
  2. « François Pinault s'offre le Palazzo Grassi à Venise », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juin 2019)
  3. Madame Figaro, « François Pinault électrise Venise », sur Madame Figaro, (consulté le 20 juin 2019)
  4. François Pinault gagne la bataille de Venise Le Figaro du 6 avril 2007 « Copie archivée » (version du 29 septembre 2007 sur l'Internet Archive)
  5. (en) « The Teatrino of Palazzo Grassi by Tadao Ando », sur Dezeen, (consulté le 20 juin 2019)
  6. (en) « The Teatrino of Palazzo Grassi by Tadao Ando », sur aasarchitecture, (consulté le 20 juin 2019)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Palazzo Grassi - François Pinault Foundation, Beaux Arts éditions, 52 pages - 27 juin 2012 - Relié - 22 × 28,5 cm - (ISBN 9782842789206)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier