Ouvrir le menu principal
Palais présidentiel al-Maachiq
القصر الرئاسي المعاشيق
Présentation
Type
Destination actuelle
Propriétaire
État yéménite
Localisation
Pays
Gouvernorat
Ville
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Asie

(Voir situation sur carte : Asie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Yémen

(Voir situation sur carte : Yémen)
Point carte.svg

Le palais présidentiel al-Maachiq (arabe : القصر الرئاسي المعاشيق, « palais des amoureux[1] »), est le siège et la résidence du président de la République du Yémen. Il est aménagé sur le front de mer à Aden, dans le quartier du Cratère[2].

HistoireModifier

De 1970 à 1986, le palais fait office d'édifice de réception, puis en 1986, Ali Salem al-Beidh, secrétaire général du Parti socialiste yéménite et dirigeant de fait du Yémen du Sud, décide de l'utiliser comme palais présidentiel[3].

Après, l'unification du pays, le palais devient la résidence du président Abdrabbo Mansour Hadi après son départ pour Aden dans le cadre de la guerre civile yéménite.

En avril 2015, dans le cadre de la bataille d'Aden, le palais est brièvement conquis par les Houthis, qui ont fini par se replier avec des raids de l'opération Tempête décisive[4].

En octobre 2015, le palais est rénové par les Émirats arabes unis, après avoir été endommagé par les combats[5].

Les 28[6] et [7], le groupe EI au Yémen revendique une série d'attentats qui visent le palais.

Le , peu après l'expiration d'un ultimatum visant à limoger le gouvernement, les séparatistes sudistes prennent le contrôle de secteurs de la ville d'Aden[8]. Dans la soirée du 29 janvier, les séparatistes assiègent le palais présidentiel al-Maachiq, dans lequel est retranché le gouvernement[9]. Avec cette prise, les séparatistes contrôlent la quasi totalité de la ville. Le 30 janvier, les forces fidèles au STC contrôlent la quasi totalité de la ville[9]. En fin de journée, les combats cessent, après une médiation de la coalition[10]. À l'issue de ces négociations, les séparatistes rendent trois bases militaires à l'armée, et lèvent le siège du palais[11].

Notes et référencesModifier