Palais de Nestor

site archéologique situé en Grèce

Palais de Nestor
Ανάκτορο του Νέστορα
Image illustrative de l’article Palais de Nestor
Localisation
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Messénie, Péloponnèse
Type Palais mycénien
Coordonnées 37° 01′ 37″ nord, 21° 41′ 41″ est
Géolocalisation sur la carte : Péloponnèse
(Voir situation sur carte : Péloponnèse)
Palais de Nestor
Palais de Nestor
Géolocalisation sur la carte : Grèce
(Voir situation sur carte : Grèce)
Palais de Nestor
Palais de Nestor
Histoire
Époque Helladique récent (LH)

Le palais de Nestor est le nom donné à un palais mycénien, un type de bâtiments caractéristique de la civilisation mycénienne. Datant de l’Helladique récent (1600–1200 avant notre ère), il s'agit du palais le mieux conservé à ce jour. Il est situé à Ano Englianos dans la région de Messénie, en Grèce, à 17 km au nord de la ville moderne de Pylos. Il doit son nom à Nestor, roi de Pylos, un des principaux chefs achéens de l'Iliade.

Sa destruction violente par un incendie vers 1200-1180 avant notre ère a entraîné la préservation par cuisson de centaines de tablettes d'argiles portant des inscriptions Linéaire B, un syllabaire permettant l'écriture de la langue mycénienne. Leur étude par Alice Kober puis leur déchiffrement par Michael Ventris et John Chadwick ont permis d'établir que le mycénien était une forme de grec archaïque.

Histoire et Géographie du royaumeModifier

 
Guerriers sur un char. Fresque du palais de Nestor (période LHIIIA/B, vers 1350 av. J.-C.)

Au cours de l'âge du bronze (3000–1000 av. J.-C., se développe, en particulier dans le Péloponnèse, la civilisation mycénienne. Pylos devient alors la capitale d'un des plus grands centres humains de cette civilisation et d'un royaume puissant, également connu sous le nom de royaume de Nestor, qui est mentionné plus tard par Homère dans son Iliade et son Odyssée, qui le caractérise notamment de « sablonneux » (ἠμαθόεις)[1]. L'État mycénien de Pylos (1600–1200 av. J.-C.) est divisé en deux grandes provinces, la Déwera koraïya autour de la ville de Pylos sur la côte, et la Péra koraïya autour de la ville de Réoukotoro[2]. Il couvre une superficie de 2 000 kilomètres carrés et compte une population comprise entre 50 000 (selon les tablettes en linéaire B) et 80 000–120 000 habitants[3].

La Pylos homérique ne doit cependant pas être confondue avec la ville actuelle de Pylos, bien que la ville moderne actuelle consiste en un prolongement urbain continu de la ville antique. En effet, le centre urbain de la Pylos antique ne reste encore aujourd'hui que partiellement identifié. Les différents vestiges archéologiques de palais et d'infrastructures administratives et résidentielles retrouvés dans la région laissent penser actuellement aux chercheurs que la ville antique se serait développée sur une zone beaucoup plus étendue, celle de la Pylie en général[3]. Le point de référence typique de la ville mycénienne reste le Palais de Nestor, mais de nombreux autres palais de la période mycénienne ont été récemment mis au jour, comme ceux de Nichória et d'Iklaina, qui furent rapidement subordonnés à Pylos[3]. Son port et son acropole étaient vraisemblablement établis sur le promontoire Koryphasion (ou cap Coryphasium) commandant l'entrée nord de la baie, à 4 km au nord de la ville moderne et au sud du palais mycénien, mais il n'en subsiste pas de vestiges.

 
Foyer de la salle du trône du Palais de Nestor

Palais de NestorModifier

La colline d'Ano Englianos, près du village de Chóra, à 17 kilomètres de la ville moderne de Pylos, abrite l'un des plus importants palais mycéniens de la Grèce, connu sous le nom de « Palais de Nestor ». Ce palais reste aujourd'hui en Grèce le palais le mieux conservé et l'un des plus importants de toute la civilisation mycénienne[4]. Il est découvert en 1939 par archéologue américain Carl Blegen (1887–1971) de l'université de Cincinnati et de l'École américaine d'études classiques d'Athènes et par Konstantinos Kourouniotis (1872–1945) du service archéologique grec. Leurs fouilles sont interrompues par la Seconde Guerre mondiale, puis reprennent en 1952 sous la direction de Blegen jusqu'en 1966. Il met au jour de nombreux éléments architecturaux comme la salle du trône avec son foyer, une antichambre, des salles et des coursives toutes recouvertes de fresques d'inspiration minoenne, mais aussi des grands entrepôts, les murs externes du palais, des bains uniques, des galeries, et à 90 mètres a l’extérieur du palais, une tombe à tholos, ou chambre funéraire à coupole, parfaitement restaurée en 1957 (Tholos tomb IV).

 
Tablette en argile avec ses inscriptions en linéaire B, découverte à Pylos (Musée archéologique de Chóra).

Blegen y trouve également, en plus des vestiges archéologiques du palais, de nombreuses inscriptions en linéaire B, un syllabaire utilisé pour l'écriture de la langue mycénienne entre 1425 et 1200 av. J.-C. Pylos est la plus grande source de ces tablettes en Grèce avec 1 087 fragments trouvés sur le site du plais de Nestor. À la suite de son déchiffrement en 1952 par Michael Ventris et John Chadwick, le mycénien se révèle être une forme archaïque du grec, le plus ancien dialecte grec connu, dont certains éléments ont survécu dans la langue d'Homère grâce à une longue tradition orale de poésie épique[5],[6]. Ainsi, ces tablettes en argile, généralement utilisées à des fins administratives ou d'enregistrement des transactions économiques, démontrent clairement que le site était déjà appelé « Pylos » en grec mycénien :    (pu-ro).

 
Tombe à tholos du Palais de Nestor (Tholos tomb IV).

En 2015, l’équipe de Sharon Stocker et de Jack L. Davis de l'université de Cincinnati et sous l’égide de l'École américaine d'études classiques à Athènes, découvrent près de la tombe à tholos IV, une tombe à fosse (non-tholos, Shaft tomb) datée de l'Helladique récent IIA (LHIIA, 1600–1470 av. J.-C.), d'un individu de 30-35 ans et de 1,70 m appelé le « Guerrier Griffon » en raison de la créature mythologique, mi-aigle, mi-lion, gravée sur une plaque d'ivoire dans sa tombe[7]. Celle-ci contient également une armure, des armes, un miroir et de nombreux bijoux à perles et en or, dont des chevalières en or d'une facture et d'une minutie exceptionnelles. Les chercheurs pensent qu'il pourrait s'agir de la tombe d'un wanax, un roi tribal, seigneur ou chef militaire[8],[9]. C'est dans cette tombe qu'est aussi trouvée l'Agate du combat de Pylos[10], un sceau de l'époque minoenne en agate représentant un guerrier engagé dans un combat corps à corps, daté d'environ 1450 avant notre ère[11],[12],[13],[14]. En 2017, la même équipe découvre deux autres tombes à tholos exceptionnelles. Bien que leur coupoles se soient effondrées, ils découvrent qu'elles étaient tapissées de feuilles d'or et y retrouvent une multitude d'artéfacts culturels et des bijoux délicats, dont un pendentif en or représentant la tête de la déesse égyptienne Hathor, qui montrent que Pylos avait des relations commerciales, auparavant inconnues, avec l'Égypte et le Proche-Orient vers 1500 avant notre ère[15],[16].

Pylos est le seul palais de l'époque à ne pas posséder de murailles ou de fortifications. Il est détruit par le feu aux alentours de 1180 av. J.-C, de nombreuses tablettes d'argile en linéaire B en portant clairement les stigmates[17],[18],[19]. Ces archives, préservées par la chaleur de l'incendie qui a détruit le palais, mentionnent des préparatifs de défense précipités en raison d'une attaque imminente, sans donner cependant aucun détail sur la force d'attaque[20]. Le site de la Pylos mycénienne semble ensuite abandonné au cours des siècles obscurs (1100–800 av. J.-C.). Plus tard, la région de Pylos, avec celle de l'ancienne Messène, est asservie par Sparte.

 
Panorama du Palais de Nestor

Le Musée archéologique de ChóraModifier

 
Le musée archéologique de Chóra

Le musée archéologique se trouve dans le centre-ville de Chóra, située à 4 kilomètres au Nord du Palais de Nestor. Le musée a été construit en 1969 pour accueillir les artéfacts découverts dans le Palais de Nestor et dans le reste de la région. Cependant, une partie d'entre eux se trouvent actuellement au Musée national archéologique d'Athènes, dans la première salle consacrée a la civilisation mycénienne. Le musée de Chóra comprend trois salles. La première salle contient des trouvailles provenant presque exclusivement des tombes de la région : des pots, des armes et des bijoux. La deuxième salle contient des trouvailles de la région d’Englianos et du palais de Nestor. En plus des grandes jarres de rangement et autres céramiques provenant des entrepôts du palais, il s'y trouve quelques fresques murales, comme celle représentant une figure féminine appelée « La déesse blanche » ainsi que des scènes de guerre et des scènes de chasse. Dans la dernière salle, sont exposées d’autres trouvailles provenant de la colline d’Englianos et du palais de Nestor et notamment une partie du contenu des tombes de cette région, comme des vases géants, des tasses et des bijoux et des tablettes en argile avec leurs inscriptions en linéaire B. Le Musée archéologique de Chóra peut être visité tous les jours, sauf les mardis et jours fériés[21].

Notes et référencesModifier

  1. Vidal-Naquet 2000.
  2. René Treuil, Pascal Darcque, Jean-Claude Poursat et Gilles Touchais, Les Civilisations égéennes du Néolithique et de l'Âge du Bronze, Presses universitaires de France, Paris 2008 (2e édition refondue) (ISBN 978-2-13-054411-1), page 418
  3. a b et c Davis 1998
  4. « Il existe actuellement en Grèce continentale — et en particulier dans le Péloponnèse — trois palais connus de l'époque de la civilisation mycénienne : celui de Mycènes (fouilles de Chrístos Tsoúntas, Alan Wace et Georges Mylonas), celui de Tirynthe (fouilles de Heinrich Schliemann, Wilhelm Dörpfeld, Kurt Müller et Klaus Kilian) et celui de la colline de Ano Englianos (fouilles de Carl Blegen) situé à une distance de 3 km au nord-ouest du village de Chóra et à 21 km au nord de Pylos. Or, ce troisième palais est celui qui avait le plus grand foyer (diamètre de 4,02 m) dans la salle du trône, par rapport aux foyers respectifs des palais de Mycènes (4 m) et de Tirynthe (3,5 m). Cela montre, en plus de toute la structure du palais, de sa décoration et de son organisation, que le maître de la région détenait une grande puissance et provenait d'une grande famille » Source: article du professeur d'archéologie de l'université d'Athènes Georges S. Korrès, « Le Palais de Nestor d'Epano Englianos est l'un des monuments les plus importants de la Grèce mycénienne », I Kathimerini,‎ , p. 4-6.
  5. Chadwick 1972.
  6. Chadwick 1994.
  7. Davis et Stocker 2016.
  8. (en) MB Reilly, « UC team discovers rare warrior tomb filled with bronze age wealth and weapons », sur magazine.uc.edu (consulté le ).
  9. (en) Nicholas Wade, « Grave of ‘Griffin Warrior’ at Pylos Could Be a Gateway to Civilizations », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. Stocker et Davis 2017.
  11. Stéphanie Schmidt, « Ce chef-d’œuvre préhistorique pourrait réécrire l’histoire de l’art grec », sur trustmyscience.com,
  12. (en-US) « Unearthing a masterpiece », sur University of Cincinnati (consulté le )
  13. Harry Pettit, « Mystery of the incredibly detailed 3500-year-old sealstone that was found buried with an ancient Greek warrior - and was 1000 years ahead of its time », Daily Mail Online,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Sarah Gibbens, « Ancient Greek 'Masterpiece' Revealed on Thumb-Size Gem », sur National Geographic, (consulté le )
  15. (en) Rory Sullivan et Elinda Labropoulou, Archaeologists uncover treasure-filled 'princely' tombs in Greece, cnn.com, 18 décembre 2019
  16. (en) Archaeologists find Bronze Age tombs lined with gold, heritagedaily.com, 18 décembre 2019
  17. François Lefèvre, Histoire du monde grec antique, Librairie Générale française, .
  18. Eric H. Cline, 1177 B.C. The Year Civilization Collapsed : The Year Civilization Collapsed, Princeton, NJ, Princeton University Press, , 264 p. (ISBN 978-1-4008-4998-7, lire en ligne).
  19. Thomas F. Tartaron, Maritime Networks in the Mycenaean World, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-06713-4, lire en ligne).
  20. (en) Charles Freeman (2014). Egypt, Greece and Rome: Civilizations of the Ancient Mediterranean (3rd ed.). Oxford: Oxford University Press. (ISBN 9780199651924).
  21. Jours et horaires de visite sur le site du Ministère de la Culture et des Sports : Musée archéologique de Chóra (en anglais)

BibliographieModifier

  • (en) Carl W. Blegen et al., The Palace of Nestor at Pylos in Western Messenia, t. I-III, Princeton University Press, 1966-1973
  • (en) Jack L. Davis et al., Sandy Pylos : An Archaeological History from Nestor to Navarino, Austin, University of Texas Press, , 342 p.
  • (en) Jack L. Davis et Sharon R. Stocker, « The Lord of the Gold Rings: The Griffin Warrior of Pylos », Hesperia: The Journal of the American School of Classical Studies at Athens, vol. 85, no 4,‎ , p. 627-655 (DOI 10.2972/hesperia.85.4.0627, lire en ligne)
  • (en) Sharon R. Stocker et Jack L. Davis, « The Combat Agate from the Grave of the Griffin Warrior at Pylos », Hesperia: The Journal of the American School of Classical Studies at Athens, vol. 86, no 4,‎ , p. 583-605 (DOI 10.2972/hesperia.86.4.0583, lire en ligne)
  • John Chadwick, Le déchiffrement du linéaire B, Paris, Gallimard, , 242 p.
  • John Chadwick, « Linéaire B et écritures apparentées », dans Collectif, La naissance des écritures : du cunéiforme à l'alphabet, Paris, Seuil, , 503 p. (ISBN 2-02-033453-4), p. 182-251.
  • Pierre Vidal-Naquet, Le monde d’Homère, Paris, Perrin, , 161 p. (ISBN 2-262-01181-8)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier