Palais d'Abedin

bâtiment en Afrique
Palais d'Abedin
قصر عابدين
Abdeen Palace.jpg
Présentation
Type
Destination actuelle
Siège du gouvernement égyptien
Construction
Ouverture
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : Afrique
(Voir situation sur carte : Afrique)
Red pog.svg
Géolocalisation sur la carte : Égypte
(Voir situation sur carte : Égypte)
Red pog.svg
Géolocalisation sur la carte : Caire
(Voir situation sur carte : Caire)
Red pog.svg

Le palais d'Abedin, construit au milieu du XIXe siècle, est le siège du gouvernement de l'Égypte.

Dans ses murs (accès par la rue à l'arrière), un musée renferme une impressionnante collection d'armes.

ConstructionModifier

La construction du palais commence en 1863 et dure dix ans pour être inauguré en 1874. Bâti sur une zone de vingt-quatre feddans[1] appartenant à l'origine à Abdeen Bey, un noble Ottoman, le palais est construit par l'architecte français Léon Rousseau. Cependant, le palais ayant été détruit au début du XXe siècle, il est reconstruit et agrandi par l'architecte Antonio Lasciac entre 1909 et 1911[2]. Le jardin du palais est ajouté en 1921 par le Khédive Tawfiq Pacha.

Le palais devient le centre du pouvoir royal à la place de la citadelle de Saladin (où était le gouvernement égyptien depuis le Moyen Âge) durant le règne du roi Fouad Ier.

MuséeModifier

Le palais, situé dans le vieux Caire abrite aujourd'hui un musée. Les collections du musée au rez-de-chaussée sont :

  • le musée des argenteries,
  • le musée des armements,
  • le musée de la famille royale,
  • le musée des cadeaux présidentiels,
  • un nouveau musée, celui des documents historiques a ouvert en  ; parmi d'autres documents, il contient le décret impérial ottoman qui établit le règne de Mohamed Ali et sa famille.

Le palais d'Abedin étant lieu de travail du gouvernement, le premier étage est réservé aux dignitaires étrangers lors de leur passage.

PhotosModifier

Notes et référencesModifier

  1. Le feddan égyptien vaut approximativement 4 200,83 mètres carrés
  2. Mercedes Volait, « Un architecte face à l’Orient : Antoine Lasciac (1856-1946) », dans La fuite en Égypte : Supplément aux voyages européens en Orient [en ligne], Le Caire, CEDEJ - Égypte/Soudan, 1989 (généré le ). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/cedej/249>

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :