Ouvrir le menu principal

Paedophryne amauensis

espèce d'amphibiens

Paedophryne amauensis est une espèce d'amphibiens de la famille des Microhylidae[1]. Décrite en janvier 2012, c'est le plus petit vertébré connu à cette date.

Sommaire

DécouverteModifier

Cette espèce de grenouilles est découverte en août 2009[2] par l’herpétologiste Christopher Austin et son doctorant Eric Rittmeyer durant une expédition pour explorer la biodiversité de la Papouasie-Nouvelle-Guinée[3]. La nouvelle espèce est trouvée près du village Amau dans la Province centrale. La découverte est publiée en libre accès dans la revue scientifique PLoS ONE en janvier 2012.

RépartitionModifier

 
Point rouge : Site de découverte de Paedophryne amauensis

Cette espèce est endémique de Province centrale en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Elle a été découverte à 177 m d'altitude à Amau[1].

DescriptionModifier

 
Squelette de Paedophryne amauensis

Paedophryne amauensis mesure entre 7,0 et 8,0 mm pour les mâles. Elle prend donc la place du plus petit vertébré connu à sa découverte en 2012, titre alors détenu par Paedocypris progenetica, un poisson endémique d'Indonésie[4]. La grenouille vit sur la terre ferme et son cycle de vie ne comprend pas de stade du têtard[5]. Les membres de cette espèce éclosent adultes entièrement développés[3]. Ils sont capables de sauter sur une longueur équivalente à trente fois la longueur de leur corps. La grenouille est crépusculaire et se nourrit de petits invertébrés. Les mâles émettent des cris stridents semblables à ceux d'insectes à la fréquence de 8400–9400 Hz[2].

ÉtymologieModifier

Son nom d'espèce, composé de amau et du suffixe latin -ensis, « qui vit dans, qui habite », lui a été donné en référence au lieu de sa découverte, le village d'Amau[6].

Publication originaleModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. a et b Amphibian Species of the World, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. a et b (en) Eric N. Rittmeyer, Allen Allison, Michael C. Gründler, Derrick K. Thompson et Christopher C. Austin, « Ecological guild evolution and the discovery of the world's smallest vertebrate », PLoS ONE, vol. 7, no 1,‎ , e29797 (DOI 10.1371/journal.pone.0029797, lire en ligne)
  3. a et b (en) « Tiny frog claimed as world's smallest vertebrate », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  4. Rittmeyer et al. (2012)
  5. (en) « World's smallest creature with a vertebrate named », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  6. Rittmeyer et al. (2012), p. 1