Ouvrir le menu principal

Péninsule de Bache
Vue de l'est de la péninsule de Bache.
Vue de l'est de la péninsule de Bache.
Localisation
Pays Drapeau du Canada Canada
Territoire fédéral Drapeau du Nunavut Nunavut
Coordonnées 79° 08′ 00″ nord, 76° 00′ 00″ ouest
Étendue d'eau

Géolocalisation sur la carte : océan Arctique

(Voir situation sur carte : océan Arctique)
Péninsule de Bache

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Péninsule de Bache

Géolocalisation sur la carte : Nunavut

(Voir situation sur carte : Nunavut)
Péninsule de Bache

La péninsule de Bache est une langue de terre situé dans la partie orientale de l'île d'Ellesmere, dans le territoire fédéral du Nunavut, au Canada.

Sommaire

GéographieModifier

 
Le village abandonné Craig Harbour, en 1926.

La péninsule est localisée dans la partie centre est de l'île d'Ellesmere, l'une des dans le territoire fédéral du Nunavut, au Canada. Elle a pour coordonnées géographiques 79° 08′ 00″ N, 76° 00′ 00″ O[1].

Les côtes de la péninsule de Bache sont bordées par trois baies : celle de Peary (en), celle de Bartlett (en) et celle de Buchanan (en)[2].

La géologie de la péninsule est marquée par une formation appelée Bache Peninsula arch. Cette structure géologique, d'axe ouest-nord-ouest/sud-ouest, est composée de roches cristallines formées au cours du Précambrien. Elle est encadrée par deux bassins sédimentaires : le bassin de Thulé et le bassin franklinien[3].

Le village de Craig Harbour, au sein duquel un détachement de la gendarmerie royale canadienne a été implanté dans les années 1920, fait partie de la péninsule[4].

Histoire et recherches archéologiquesModifier

La péninsule a connu une occupation de peuples paléoesquimaux dès le IIIe millénaire av. J.-C., dont le peuple de Saqqaq[5],[6],[7]. Une campagne de reconnaissances archéologiques, réalisées en 1977 dans la partie sud-est de la péninsule de Bache, a permis d'attester que cette zone a fait l'objet d'une diffusion de cultures appartenant à la tradition microlithique de l'Arctique (y compris celle de l'Indépendance I et du Pré-Dorsetien. Ces mêmes prospections ont également permis de retrouver des traces matérielles de l'occupation de cette région par des populations dorsétiennes et thuléennes[8]. Les datations au 14C ont permis d'établir que ces quatre sites ont été utilisés sur une période allant d'environ 2 500 à 1 500−1 400 ans av. J.-C. Les fouilles opérées sur les 4 sites canadiens ont permis de révéler un mobilier composé d'artefacts lithiques et associé à un assemblage faunique[5],[7].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « Bache Peninsula », sur le site des Ressources naturelles Canada (consulté le 6 novembre 2018).
  2. (en) W. D. Kalkreuth, K. M. McCullough et R. J. H. Richardson, « Geological, Archaeological, and Historical Occurrences of Coal, East-central Ellesmere Island, Arctic Canada », Arctic and Alpine Research, vol. 25, no 4,‎ , p. 277 à 307 (ISSN 0004-0851, lire en ligne [PDF], consulté le 9 novembre 2018).
  3. (en) J. Tom Wilson et al., « Bache Peninsula Arch », dans Nares Strait and the drift of Greenland : a conflict in plate tectonics, vol. 8, Museum Tusculanum Press, coll. « Meddelesler om Grønland - Geoscience », (lire en ligne).
  4. (en) Richard Clarke Davis, Lobsticks and Stone Cairns : Human Landmarks in the Arctic, University of Calgary Press, , 326 p. (lire en ligne), p. 224.
  5. a et b (en) Bjarne Grønnow et Mikkel Sørensen, « Palaeo-Eskimo Migrations into Greenland : The Canadian Connection », dans Arneborg Jette, Grønnow Bjarne et al., Dynamics of Northern Societies. Proceedings of the SILA/NABO Conference on Arctic and North Atlantic Archaeology, Copenhagen, May 10th–14th, 2004., (lire en ligne [PDF]).
  6. (en) Bo Elberling, Henning Matthiesen et Christian Juncher Jørgensen, « Paleo-Eskimo kitchen midden preservation in permafrost under future climateconditions at Qajaa, West Greenland », Journal of Archaeological Science, vol. 38,‎ , p. 1131-1139 (lire en ligne, consulté le 15 avril 2018).
  7. a et b (en) James W. Helmer, « The Palaeo-Eskimo Prehistory of the North Devon Lowlands », Arctic, vol. 44, no 4,‎ , p. 301-317 (lire en ligne [PDF], consulté le 15 avril).
  8. (en) Peter Schledermann, « An Archaeological Survey of Bache Peninsula, Ellesmere Island », Arctic Journal, vol. 30, no 4,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 24 avril 2018).

Pour en savoir plusModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) James W. Helmer, « The Palaeo-Eskimo Prehistory of the North Devon Lowlands », Arctic, vol. 44, no 4,‎ , p. 301-317 (lire en ligne [PDF], consulté le 15 avril).
  • (en) Peter Schledermann, « An Archaeological Survey of Bache Peninsula, Ellesmere Island », Arctic Journal, vol. 30, no 4,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 24 avril 2018).
  • (en) W. D. Kalkreuth, K. M. McCullough et R. J. H. Richardson, « Geological, Archaeological, and Historical Occurrences of Coal, East-central Ellesmere Island, Arctic Canada », Arctic and Alpine Research, vol. 25, no 4,‎ , p. 277 à 307 (ISSN 0004-0851, lire en ligne [PDF], consulté le 9 novembre 2018).
  • (en) J. Tom Wilson et al., « Bache Peninsula Arch », dans Nares Strait and the drift of Greenland : a conflict in plate tectonics, vol. 8, Museum Tusculanum Press, coll. « Meddelesler om Grønland - Geoscience », (lire en ligne).
  • Peter Schledermann, « Sites archéologiques de la presqu'île de Bache », L'Encyclopédie canadienne,‎ (lire en ligne, consulté le 9 novembre 2018).
  • (en) William Barr, chap. 6 « Bache Peninsula », dans Red Serge and Polar Bear Pants : The Biography of Harry Stallworthy, RCMP, University of Alberta, , 385 p. (lire en ligne), p. 111 à 140.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier