Oya Baydar

sociologue et auteure turque
Oya Baydar
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Lycée Notre-Dame de Sion
Faculté de littérature de l'Université d'Istambul (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Oya Baydar, née en 1940 à Istanbul, est une auteure turque, ancienne militante marxiste[1].

Enfance et premier romanModifier

Baydar étudie au Lycée Notre Dame de Sion d'Istanbul, un lycée catholique francophone. Elle publie son premier roman, inspiré de l'auteure Françoise Sagan, pendant sa scolarité au lycée[2]. Ce roman est publié sous forme de livre et dans le magazine Hürriyet[3], et lui vaut une menace d'expulsion de son lycée. Après le lycée, elle arrête d'écrire et se lance dans le militantisme marxiste.

Engagement politiqueModifier

En 1964, Baydar est diplômée du département de sociologie de l'université d'Istanbul. Elle y devient assistante professeure. Sa thèse, sur le sujet du développement de la classe ouvrière en Turquie, est refusée deux fois, ce qui pousse les étudiants à organiser un blocus de l'université. Baydar devient ensuite assistante professeure à l'université Hacettepe.

Pendant le coup d'état de 1971, Baydar continue son engagement politique d'extrême-gauche. Elle est arrêtée et emprisonnée la même année pour son appartenance au Parti du travail et au syndicat des enseignants turcs, et doit quitter son poste universitaire[4]. Entre 1972 et 1974, elle est chroniqueuse pour les journaux Yeni Ortam ([Nouvelle Plate-forme]) and Politika ([Politique]). Elle publie son premier journal personnel avec son mari Aydın Engin et Yusuf Ziya Bahadınlı. Elle est reconnue comme écrivaine et chercheuse activiste communiste.

Vie après 1980Modifier

Pendant le coup d'état de 1980, Baydar déménage en Allemagne. De 1980 à 1992, Baydar habite à Francfort-sur-le-Main[1].

En 1992, elle retourne en Turquie. Elle y travaille comme rédactrice pour l'Istanbul Encyclopedia, un projet joint de la Fondation pour l'Histoire et du ministère de la Culture, et devient rédactrice en chef de The Unionism Encyclopedia of Turkey.

En 2010, elle publie Parole perdue, et en 2015, Et ne restent que des cendres, qui retrace l'histoire d'une jeune enseignante turque entre 1970 et la fin des années 1990[5].

Depuis 2013, elle écrit pour le journal en ligne T24, spécifiquement au sujet du problème kurde[1], et insiste régulièrement sur l'importance d'ouvrir l'Union européenne à la Turquie pour éviter de faire d'Erdogan "le nouvel Atatürk"[6]. En 2016, elle est poursuivie par l'état turc pour son soutien d'une enseignante de Diyarbakir accusée de terrorisme pour avoir demandé la paix à la télévision[7]. Elle-même affirme ne plus oser utiliser le mot "Kurdistan" dans ses interventions télévisées et journalistiques sur le sujet de la situation kurde[7].

Œuvres traduites en françaisModifier

  • Kayıp söz, 2008
- traduit en français sous le titre Parole perdue par Valérie Gay-Aksoy, Paris, Éditions Phébus, coll. « Littérature étrangère », 2010, 455 p. (ISBN 978-2-7529-0391-4)
  • Sıcak külleri kaldı, 2008
- traduit en français sous le titre Et ne reste que des cendres par Valérie Gay-Aksoy, Paris, Éditions Phébus, coll. « Littérature étrangère », 2015, 557 p. (ISBN 978-2-7529-0780-6)
  • Surönü diyalogları, 2016
- traduit en français sous le titre Dialogues sous les remparts par Valérie Gay-Aksoy, Paris, Éditions PhébusValérie Gay-Aksoy, coll. « Littérature étrangère », 2018, 155 p. (ISBN 978-2-7529-1146-9)[8]

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Oya Baydar et le péril démocratique en Turquie », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juin 2017)
  2. « Oya Baydar - Auteur aux éditions Phébus », sur www.editionsphebus.fr (consulté le 22 juin 2017)
  3. (en) « Oya Baydar — internationales literaturfestival berlin », sur www.literaturfestival.com (consulté le 22 juin 2017)
  4. « Turquie. Oya Baydar : « Mon pays s’éloigne chaque jour de l’Occident » », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juin 2017)
  5. « Oya Baydar Une fresque inspirée », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juin 2017)
  6. Oya Baydar (Sociologue, romancière turque), « « La Turquie est à un tournant périlleux de son histoire » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 22 juin 2017)
  7. a et b « Invitée à Grasse, la romancière Oya Baydar s'inquiète de la situation en Turquie », Culturebox FranceTVinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juin 2017)
  8. Marie Jégo, « Oya Baydar bouleversée au Kurdistan », sur Le Monde.fr, (ISSN 1950-6244, consulté le 19 mai 2018).

Liens externesModifier