Ouvrouin

page d'homonymie d'un projet Wikimédia

Ouvrouin

FamilleModifier

Famille puissante de Laval, dont on ne connaît que trois ou quatre générations très confuses encore dans les généalogies. Elle possédait une maison seigneuriale Le Manoir-Ouvrouin, situé Rue de Paradis[1] à Laval, sans fossés, tours ou fortifications. Elle a des liens de parenté avec les familles de Feschal, de Mathefelon, de La Jaille. Elle possédait le Château de Poligné, la Coconnière, Pareneau.

Guillaume Evrouin, cité pour un don fait au prieuré de Sainte-Catherine de Laval, et dont la veuve possédait en 1312 des rentes en Montigné et le Bois-Besnard en la Chapelle-Anthenaise, est peut-être un ancêtre des Ouvrouin.

Les Ouvrouin est une famille qui s'éteignit dans la maison de Feschal par le mariage de Jeanne Auvray ou Auvré, fille de Michelle Ouvrouin et de Pierre Auvré, avec Olivier de Feschal. Leur demeure était au fief du Manoir, situé rue de Paradis, qui, du nom de ses propriétaires, avait reçu le nom de Manoir Ouvrouin[2]. Michelle Ouvrouin, fille de Jean IV et de Jeanne de Courceriers, sœur de Jeanne Ouvrouin, dame des Roches, principale fondatrice du chapitre du Cimetière-Dieu, épousa Pierre Auvray, seigneur de la Guenaudière, dont elle eut une fille unique, Jeanne Auvray, qui fut héritière de Jeanne des Roches sa tante. Jeanne Auvray fut mariée à Ollivier de Feschal, deuxième du nom, seigneur de Marboué, du Bourgeau, de la Mascheferrière, de Chemeré-le-Roi, de la Gahardière, etc.

Jean OuvrouinModifier

Jean Ouvrouin est mentionné dans un mémoire du juge de Laval (XVIIe siècle) comme ayant fondé à la fin du XIIIe siècle la première chapelle de Saint-Michel, et le généalogiste René de Quatrebarbes écrit qu'il reçut un don de Guy IX de Laval (1295-1333). Il fait un contrat avec Guillaume du Boisgamats en 1325.

Jean Ouvrouin, qu'on dit à tort advocatus ecclesiae Lavallensis était sénéchal de Guy X de Laval. Il obtint de Benoît XII l'indulgence in articulo mortis, 23 novembre 1339[3].

Dans les années 1340 à Laval[4], Jean Ouvrouin, fortuné, fait édifier au faubourg du Pont-de-Mayenne à Laval, non loin du château de son suzerain, un manoir avec tour et portail. Il offusque son suzerain, déjà vexé de ce que son ancien sénéchal prétendait avoir droit d'usage dans la forêt de Concise par concession de Guy IX de Laval, et même Cours o chiens en la garenne ou terrouer de Laval. Guy X de Laval fait alors abattre les tours, le portail et cloaison des lieux et du manoir ou demeure ledit Jehan. Jean Ouvrouin conteste de son côté la démolition en prétendant estre exempt de la juridiction dudit sire, selon la coustume du pays.

Guy abattit tours et portail, et comme Ouvrouin en appelait au comte du Maine, il le saisit et le retint dans sa prison de Vitré jusqu'à ce qu'il consentit, avec Guillemette, sa femme, le jeudi 21 septembre 1346, à faire sa paix, renonçant, moyennant quelques compensations, à toutes plaintes ou indemnités pour son emprisonnement.

Le manoir de Jean Ouvrouinest à nouveau cité en 1405[5]. En 1407, Jehan Ouvrouin déclare tenir de Guy de Laval un simple hébergement qui fut feu Guillaume Mérienne, près la porte Belot Oaisel[6].

Guillaume Ouvrouin (évêque de Rennes) est son second fils.

MembresModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Non loin du Puits-Rocher et de la porte de la rue de Hameau. La maison est démolie en 1820.
  2. La maison du Manoir passa des Ouvrouin aux Arnoul qui la vendirent en 1635 au seigneur de Faverolles pour la somme de 15 à 16 mille livres.
  3. Lettres communes de Benoît XII, n. 7.155.
  4. Archives nationales, JJ 76, f° 202. A. Bertrand de Broussillon, La maison de Laval, tome II, 1898, n° 650, 651 et 652.
  5. Abbé Angot, Dictionnaire de la Mayenne, tome III, p. 207.
  6. Archives nationales, P 345/2, n° 29.
  7. Mari de Jeanne de Courceriers, il eut peut-être d'autres enfants, mais deux seulement, Jean et Jeanne sont certains.
  8. Seule héritière de Jean Ouvrouin, par le décret qu'elle obtint le 22 novembre 1421 d'Adam Châtelain, par son testament du 1er février 1423, fonda définitivement la collégiale de Saint-Michel. Elle mourut avant le 15 juillet 1423. Elle avit été mariée deux fois, d'abord à M. de Jarzé, dont elle dota deux bâtards, puis à M. des Roches, qui était prisonnier en Angleterre quand elle testa et qui y mourut probablement, et enfin d'Olivier de Feschal. Furent appelés à sa succession : les Mascon, les d'Anjou, les Périer,   Jean des Vaux, du chef de Marguerite d'Avaugour, sa mère, et Jeanne de Courceriers. René de Feschal fonde, le 7 mars 1476, une messe à diacre et sous-diacre, le jour de la Conception pour sa très chère et amée dame et mère Jeane Oupvrouin, dame de Marboué, Poligné, la Coconnière. L'abbé Angot ne trouve pas l'explication de cet acte.
  9. Auu chapitre de Saint-Tugal, à l'église de la Trinité, à celles de Sainte-Catherine, de Notre-Dame-d'Avesnières, de Saint-Melaine, de Saint-Martin, aux pauvres de l'Hôtel-Dieu, aux églises de Saint-Jean-de-l'Hôtellerie, de Saint-Etienne, de Saint-Nicolas, au chapitre de Montsûrs et aux Chartreux de Notre-Dame-du-Parc en Charnie.

BibliographieModifier

SourceModifier

« Ouvrouin », dans Alphonse-Victor Angot et Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, Goupil, 1900-1910 [détail des éditions] (lire en ligne), t. IV, p. 695.