Ouvrir le menu principal

Ouadji
Image illustrative de l’article Ouadji
Stèle du Ouadji ou roi-Serpent (Ire dynastie) - Abydos - E 11007 - Antiquité égyptienne du Musée du Louvre
Décès v. 3020 avant notre ère
Période Période thinite
Dynastie Ire dynastie
Fonction Souverain d'Égypte
Prédécesseur Djer
Dates de fonction -3040 à -3020[1].
Successeur Den
Famille
Grand-père paternel Hor-Aha ?
Grand-mère paternelle Khenthap ?
Père Djer ?
Conjoint Merneith (ou Meret-Neith)
Enfant(s) Den
Deuxième conjoint ♀ Aha-Neith ?
Fratrie Merneith (ou Meret-Neith) ?
Sépulture
Emplacement Abydos, tombe Z

Ouadji (le Serpent), aussi nommé Djet, est le nom d'Horus du quatrième souverain connu de la Ire dynastie pendant la période thinite.

FamilleModifier

Le prédécessur d'Ouadji, le roi Djer, était peut-être son père. Ce qui est probable, c'est que Djer soit le père de l'une des épouses d'Ouadji, la reine Merneith (ou Meret-Neith). Il est possible qu'une dame du nom d'Aha-Neith ait aussi été l'une de ses épouses. Ouadji et Merneith sont les parents de Den.

RègneModifier

Durée du règneModifier

On situe son règne vers -3040 à -3020[1]. La durée du règne d'Ouadji est inconnue. Un seul festival Sekar est attesté par des étiquettes en ivoire datant de son règne, dont la durée est estimée entre six et dix ans. Selon Wolfgang Helck, il régna dix ans. D'après une entrée de calendrier, Djer est connu pour être mort un septième jour du troisième mois de Peret tandis qu'Ouadji a commencé son règne sur un vingt-deuxième jour du quatrième mois de Peret. La raison de ces quarante-cinq jours d'interrègne est inconnue. Sur la table d'Abydos il est appelé « Ita » et sur le canon royal de Turin « Itoui ». Manéthon le nomme « Ouénèphès » et lui compte quarante-deux ans de règne.

ActivitésModifier

 
Frangment d'un objet porant le nom d'Horus d'Ouadji et le nom du courtisan Sekhemkasedj, Musée égyptien du Caire

Les détails du règne d'Ouadji inscrits sur la pierre de Palerme sont perdus. Cependant, les découvertes de fragments de vases et d'empreintes de sceaux prouvent qu'il y avait d'intenses activités commerciales avec la Syrie et la Palestine à l'époque. Dans les tombes datant de son règne situées à Saqqarah ont été retrouvées des poteries provenant de Palestine. D'autres activités peuvent être déduites des deux seules tablettes d'années connues de son règne, dont l'une est conservée en deux exemplaires. La lecture des événements décrits sur les stèles est très problématique. Helck a traduit : « Année de la planification du sous-sol ( ?) de la double plante, naissance des bourgeons de lotus, debout dans le sanctuaire de la couronne des deux Maîtresses. » La tablette de l'autre année mentionne une victoire, la production d'une statue et peut-être la création d'une forteresse. Enfin, à Masra Alam en Nubie, on a découvert la courte inscription « Hemka » sous le nom « Ouadji ». On lui attribue également une expédition dans la mer Rouge.

Les sceaux d'argile prouvent que le fonctionnaire Amka a commencé sa carrière sous le roi Djer, comme gérant du domaine « Hor-sekhenti-djou ». Sous Ouadji, Amka devint intendant royal. Dans les premières années du successeur du roi, Amka mourut après sa nomination à des responsabilités régionales dans le delta occidental du Nil. Sekhemkasedj et Setka étaient d'autres hauts fonctionnaires pendant le règne d'Ouadji.

SépultureModifier

Le mastaba d'Ouadji est située dans la tombe Z dans le cimetière d'Oumm el-Qa'ab dans la nécropole royale d'Abydos. Elle est située à l'ouest de celle de son père, le roi Djer. Autour de la tombe d'Ouadji se trouvent 174 sépultures subsidiaires, la plupart d'entre elles étant des servantes qui ont été sacrifiées à la mort d'Ouadji pour le servir dans l'au-delà. Une stèle a été trouvée dans la tombe d'Ouadji. Cette stèle était un serpent surmonté d'un faucon (Horus) et pouvait être interprétée comme signifiant Horus Serpent. Un peigne en ivoire portant le nom d'Ouadji ainsi qu'une image de la stèle ont également été retrouvés à l'intérieur de la tombe. Des outils et des poteries en cuivre ont également été trouvés dans la tombe, une trouvaille courante dans les tombes égyptiennes. Il y a des preuves que la tombe d'Ouadji a été brûlée intentionnellement, ainsi que d'autres tombes à Abydos de cette période. Les tombes ont ensuite été restaurées en raison de l'association avec le culte d'Osiris.

Ouadji doit sa renommée à la survie, sous une forme bien conservée, d'une de ses stèles funéraires artistiquement raffinées. Elle est sculptée en relief avec le nom d'Horus Ouadji, et montre que le style égyptien était déjà pleinement développé à l'époque. Cette stèle a été découverte en 1904 par Émile Amélineau et est aujourd'hui exposée au Musée du Louvre. Un autre objet artistique daté du règne d'Ouadji est son peigne d'ivoire qui se trouve maintenant au Musée égyptien du Caire. Il s'agit de la plus ancienne représentation survivante du ciel symbolisée par les ailes déployées d'un faucon. Les ailes portent la barque de Sokaris ; sous l'écorce céleste, le serekh d'Ouadji est entouré de deux sceptres Ouas et d'un signe Ânkh.

TitulatureModifier

Merneith ou Meret-NeithModifier

Un sceau qui a été découvert dans la tombe de son fils Den confirme que L’aimée de Neit est l’épouse et la demi-sœur de Djet-Ouadji. De plus, la présence d’une tombe (Y 41) pour elle toute seule à Oumm el-Qa'ab à Abydos, située non loin de celle d'Ouadji et entourée par de nombreux tombeaux de ses domestiques, peut faire penser à un règne personnel de cette reine pendant la minorité de son fils Den. Son nom apparaît sur des objets façonnés sous la forme masculine mr-nit et féminine mrt-nit. Cependant, son nom, dans un serekh, n’est pas surmonté d’un faucon (Horus), symbole de la royauté.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Autres avis de spécialistes : -3055 à -3050 (N. Grimal), -2960 à -2930 (R. Krauss), -2927 à -2914 (J. von Beckerath), -2892 à -2879 (J. Málek)

Liens externesModifier