Othon II de Trazegnies

Otton II de Trazegnies (v.1150-1192). Il fit vers 1186 un pèlerinage en Terre sainte et ramena en 1187 un morceau de la Vraie Croix qu'il offrit à l'abbaye de Floreffe (le splendide reliquaire fait à cette occasion se trouve au Louvre). Une autre tradition prétend qu'il en aurait ramené le plan des moulins à vent, dont chacun sait qu'il connut quelque succès aux Pays-Bas. En 1189 il repartit en croisade (sans doute avec Philippe d'Alsace, comte de Flandre) pour tenter de délivrer Jérusalem que Saladin avait prise après la bataille de Hattin (1187). Il combattit entre Jaffa et Ascalon le 6 novembre 1291 et fut aidé par Richard Cœur de Lion lui-même. En avril 1192, c'est lui qui, avec Henri, comte de Champagne et Guillaume de Cayeux, fut désigné pour offrir la couronne à Conrad de Montferrat. Mais Conrad fut assassiné le 26 avril et Otton assista au mariage du comte de Champagne avec la reine Isabelle. Probablement fut-il tué en 1192 devant Saint-Jean d'Acre.

GénéalogieModifier

Il est le père de :

Ses petits-fils sont :

ArmesModifier

bandé d'azur et d'or à la bordure engrêlée de gueules.



À noter : L'ombre de lion, qui charge cet écu actuellement encore, ne s'est ajoutée qu'en 1374, dans le blason d'Oste de Trazegnies. C'était la première fois que l'on employait semblable meuble héraldique; l'ombre de lion est donc d'origine hennuyère[4].

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

 
La redécouverte de la Croix d'après Gustave Doré

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. La pairie de Silly est entrée très tôt dans la Maison des Trazegnies, probablement par alliance. Les premières chartes datent de 1095 avec Fastré ou Fastrede, Siger et Wautier ou Walter de Silli ou Siligio qui scellent la donation d'Hellebecq à l'abbaye d'Ename et qui partagent ainsi la pairie de Silly. Le dernier baron et pair de Silly est le marquis Ferdinand-Octave de Trazegnies en 1740. Silly passe ensuite dans la famille de Ligne (Maison de Ligne).
  2. Alix de Boulers
  3. Ce qui explique l'influence de Gilles le Brun auprès du fils de celle-ci : le Roi Saint-Louis.
  4. a et b Source: Cl-R Paternostre de la Mairieu, TABLETTES DU HAINAUT Tome I, Les TRAZEGNIES p.111-112, 1955
  5. Les salles des Croisades du château de Versailles créées par Louis-Philippe en 1843 comportent les armoiries et noms des principaux chefs croisés. Voir : les croisés de la cinquième salle : Gilles, dit Gillion, seigneur de Trazegnies
  6. les vassaux des comtes de Hainaut