Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Othello.
Description de l'image Othello (Reversi) board.jpg.
Autre nom Reversi (vers 1880)
coauteurs :
Lewis Waterman
John W. Mollet
Auteur Goro Hasegawa
Éditeur Lansay
Date de 1re édition 1971
Format divers formats
Mécanismes position
retournement
Joueur(s) 2
Âge à partir de 7 ans
Durée annoncée env. 30 minutes
habileté
physique

 Non
 réflexion
décision

 Oui
générateur
de hasard

 Non
info. compl.
et parfaite

 Oui

Othello (aussi connu sous le nom Reversi) est un jeu de société combinatoire abstrait opposant deux joueurs.

Il se joue sur un tablier unicolore de 64 cases, 8 sur 8, appelé othellier. Les joueurs disposent de 64 pions bicolores, noirs d'un côté et blancs de l'autre. En début de partie, quatre pions sont déjà placés au centre de l'othellier : deux noirs, en e4 et d5, et deux blancs, en d4 et e5. Chaque joueur, noir et blanc, pose l'un après l'autre un pion de sa couleur sur l'othellier selon des règles précises. Le jeu s'arrête quand les deux joueurs ne peuvent plus poser de pion. On compte alors le nombre de pions. Le joueur ayant le plus grand nombre de pions de sa couleur sur l'othellier a gagné.

HistoireModifier

Le jeu de Reversi est inventé vers 1880 en Angleterre par Lewis Waterman ou John W. Mollet, qui s'accusent mutuellement de plagiat (il est également possible que ce soit quelqu'un d'autre qui ait inventé ce jeu)[1].

Othello a été « inventé » au Japon en 1971 par Goro Hasegawa. Othello est une marque déposée, tandis que le Reversi est aujourd’hui libre de droits et commercialisé par de nombreux éditeurs.

Règles du jeuModifier

Noir commence toujours la partie[2]. Puis les joueurs jouent à tour de rôle, chacun étant tenu de capturer des pions adverses lors de son mouvement. Si un joueur ne peut pas capturer de pion(s) adverse(s), il est forcé de passer son tour. Si aucun des deux joueurs ne peut jouer, ou si l'othellier ne comporte plus de case vide, la partie s'arrête. Le gagnant en fin de partie est celui qui possède le plus de pions.

La capture de pions survient lorsqu'un joueur place un de ses pions à l'extrémité d'un alignement de pions adverses contigus et dont l'autre extrémité est déjà occupée par un de ses propres pions. Les alignements considérés peuvent être une colonne, une ligne, ou une diagonale. Si le pion nouvellement placé vient fermer plusieurs alignements, il capture tous les pions adverses des lignes ainsi fermées. La capture se traduit par le retournement des pions capturés. Ces retournements n'entraînent pas d'effet de capture en cascade : seul le pion nouvellement posé est pris en compte.

Par exemple, la figure de gauche ci-dessous montre la position de départ. La figure centrale montre les 4 cases où Noir peut jouer, grâce à la capture d'un pion Blanc. Enfin, la figure de droite montre la position résultante si Noir joue en d3. Le pion Blanc d4 a été capturé (retourné), devenant ainsi un pion Noir.

 
 
               
               
               
               
               
               
               
               
 
 
Emplacements où Noir peut jouer
 
 
               
               
               
               
               
               
               
               
 
 
Situation après que Noir joue en d3

NotationModifier

Les colonnes sont numérotées de gauche à droite par les lettres a à h ; les lignes sont numérotées de haut en bas par les chiffres 1 à 8.

Différences entre Othello et ReversiModifier

De nos jours, il n'y a plus aucune différence entre la règle d'Othello et celle de Reversi. Néanmoins, il semble que Reversi ait connu différentes règles au cours de son histoire.

La variante principale voit une situation différente au niveau de la position de départ : les deux joueurs posent les quatre pions de départ, chacun un à leur tour sur les quatre cases centrales. On peut donc aboutir à la même position de départ (ou une position symétrique) ou à une position où les deux pions noirs et les deux pions blancs sont parallèles (d4 et d5 noirs, e4 et e5 blancs).

Autre variante : un joueur a le droit de ne pas jouer alors même qu'il en a la possibilité. Mais chaque joueur ne peut poser que trente-deux pions maximum (dans la règle « normale » il peut en poser plus s'il en a la possibilité). Et si un joueur n’a plus de pion à poser, son adversaire peut terminer la partie en jouant tous les coups restants possibles (dans la limite de ses trente-deux pions).

Championnats du mondeModifier

Les titres de « champion du monde », de « championne du monde » et « champion du monde par équipes » sont décernés lors du même championnat du monde. Le titre de « champion du monde » n’est pas réservé à un homme, tandis que celui de « championne du monde » se joue entre les deux femmes les mieux classées du championnat.

Le titre de champion du monde junior (moins de 14 ans) est créé en 2016. Le Japonais Masaki Wada remporte cette première compétition[3] et son compatriote Akihiro Takahashi lui succède en 2017.

MixteModifier

Année Lieu   Or   Argent   Bronze 4e
1977 Tokyo   Hiroshi Inoue   Thomas Heiberg   Rey Ilagan   Carol Jacobs
1978 New York   Hidenori Maruoka   Carol Jacobs   Leve Arsenault   Jeff Davison
1979 Rome   Hiroshi Inoue   Jonathan Cerf   Joseph Alan Woch   Vincenzo Peccerillo
1980 Londres   Jonathan Cerf   Takuya Mimura   Vincenzo Peccerillo   Alain Serneels
1981 Bruxelles   Hidenori Maruoka   Brian Rose   Pier Andrea Morolli   François Pingaud
1982 Stockholm   Kunihiko Tanida   David Shaman   Pier Andrea Morolli   Luc Bruyninckx
1983 Paris   Ken'Ichi Ishii   Imre Leader   Brian Rose   Paolo Ghirardato
1984 Melbourne   Paul Ralle   Ryoichi Taniguchi   Ted Landau   David Sharman
1985 Athènes   Masaki Takizawa   Paolo Ghirardato   David Shaman   Neil Stephenson
1986 Tokyo   Hideshi Tamenori   Paul Ralle   David Shaman   Imre Leader
1987 Milan   Ken'Ichi Ishii   Paul Ralle   David Shaman   Karsten Feldborg
1988 Paris   Hideshi Tamenori   Graham Brightwell   Imre Leader   Takeshi Murakami
1989 Varsovie   Hideshi Tamenori   Graham Brightwell   Peter Bhagat   David Shaman
1990 Stockholm   Hideshi Tamenori   Didier Piau   Paul Ralle   Brian Rose
1991 New York   Shigeru Kaneda   Paul Ralle   David Shaman   Brian Rose
1992 Barcelone   Marc Tastet   David Shaman   Francesco Marconi   Nils Berner
1993 Londres   David Shaman   Emmanuel Caspard   Philippe Juhem   Noboyuki Takizawa
1994 Paris   Masaki Takizawa   Karsten Feldborg   Marc Tastet   Imre Leader
1995 Melbourne   Hideshi Tamenori   David Shaman   Tatsuya Mine   Emmanuel Caspard
1996 Tokyo   Takeshi Murakami   Stéphane Nicolet   Garry Edmead   Joel Feinstein
1997 Athènes   Makoto Suekuni   Graham Brightwell   Donato Barnaba   Marc Tastet
1998 Barcelone   Takeshi Murakami   Emmanuel Caspard   Dominique Penloup   Tatsuya Mine
1999 Milan   David Shaman   Tetsuya Nakajima   Kazune Aoki   Jan Kristian Haugland
2000 Copenhague   Takeshi Murakami   Brian Rose   Stéphane Nicolet   Tim Krzywonos
2001 New York   Brian Rose   Raphael Schreiber   Kazuhiro Sakaguchi   Matthias Berg
2002 Amsterdam   David Shaman   Ben Seeley   Imre Leader   Takuji Kashiwabara
2003 Stockholm   Ben Seeley   Makoto Suekuni   Andreas Höhne   Hiroshi Goto
2004 Londres   Ben Seeley   Makoto Suekuni   Brian Rose   Andreas Höhne
2005 Reykjavik   Hideshi Tamenori   Lee Kwang-wook   Takuji Kashiwabara   Tamaki Miyaoka
2006 Mito   Hideshi Tamenori   Makoto Suekuni   Ben Seeley   Tetsuya Nakajima
2007 Athènes   Kenta Tominaga   Stéphane Nicolet   Matthias Berg   Tetsuya Nakajima
2008 Oslo   Michele Borassi   Tamaki Miyaoka   Matthias Berg   Dominik Nowak
2009 Gand   Yusuke Takanashi   Matthias Berg   Makoto Suekuni   Masaki Takizawa
2010 Rome   Yusuke Takanashi   Michele Borassi   Piyanat Aunchulee   Imre Leader
2011 Newark   Hiroki Nobukawa   Piyanat Aunchulee   Nicky van den Biggelaar   Matthias Berg
2012 Leeuwarden   Yusuke Takanashi   Kazuki Okamoto   Seiya Kurita   Nicky van den Biggelaar
2013 Stockholm   Kazuki Okamoto   Piyanat Aunchulee   Takashi Yamakawa   Nicky van den Biggelaar
2014 Bangkok   Makoto Suekuni   Ben Seeley   Yan Song   Kazuki Okamoto
2015 Cambridge   Yusuke Takanashi   Makoto Suekuni   Nicky van den Biggelaar   Michele Borassi
2016 Mito   Piyanat Aunchulee   Yan Song   Yusuke Takanashi   Yasushi Nagano
2017 Gand   Yusuke Takanashi   Akihiro Takahashi   Piyanat Aunchulee   Chun Wang Li
2018 Prague   Keisuke Fukuchi   Piyanat Aunchulee   Yusuke Takanashi   Ben Seeley

FémininsModifier

Année Lieu Championne du monde Finaliste
2005 Reykjavik   Hisako Kinoshita   Mami Yamanaka
2006 Mito   Toshimi Tsuji   Katie Wu
2007 Athènes   Yukiko Tatsumi   Caroline Sandberg Odsell
2008 Oslo   Liya Ye   Yukiko Tatsumi
2009 Gand   Mei Urashima   Veronica Stenberg
2010 Rome   Jiska Helmes   Veronica Stenberg
2011 Newark   Jian Cai   Yoko Sano
2012 Leeuwarden   Veronica Stenberg   Mami Yamanaka
2013 Stockholm   Katie Wu   Caroline Sandberg Odsell
2014 Bangkok   Joanna William   Zhen Dong
2015 Cambridge   Yoko Sano   Nida Pattarakul
2016 Mito   Zhen Dong   Hisako Kinoshita
2017 Gand   Misa Sugawara   Jiska Helmes
2018 Prague   Misa Sugawara   Nida Pattarakul

Juniors (moins de 14 ans)Modifier

Année Lieu Championne du monde
2016 Mito   Masaki Wada
2017 Gand   Akihiro Takahashi
2018 Prague   Keisuke Fukuchi

Par équipesModifier

Année Lieu 1er 2e 3e
Pays Pts Pays Pts Pays Pts
1987 Milan   États-Unis 24,5   France 22,5   Royaume-Uni 21
1988 Paris   Royaume-Uni 25   Japon 23,5   Italie
  France
21,5
1989 Varsovie   Royaume-Uni 27,5   Danemark 24   France 23
1990 Stockholm   France 26   Union soviétique 23,5   États-Unis 23
1991 New York   États-Unis 29   France 23,5   Union soviétique 22
1992 Barcelone   Royaume-Uni 27   France 24,5   Italie 24
1993 Londres   États-Unis 25,5   Japon 25   France 24,5
1994 Paris   France 25   Royaume-Uni 24,5   Japon 24
1995 Melbourne   États-Unis 27   France 24   Japon 22
1996 Tokyo   Royaume-Uni 27,5   France 22,5   Japon
  États-Unis
22
1997 Athènes   Royaume-Uni 25   France
  Italie
24 - -
1998 Barcelone   France 27,5   États-Unis 26,5   Japon 22
1999 Milan   Japon 28   Italie 23   États-Unis 22
2000 Copenhague   États-Unis 27   Japon 24,5   Danemark 23,5
2001 New York   États-Unis 28   Japon 23,5   France 22,5
2002 Amsterdam   États-Unis 27,5   France 25   Japon 24
2003 Stockholm   Japon 26   États-Unis 25   France 24,5
2004 Londres   États-Unis 28   Allemagne 25,5   Japon 25
2005 Reykjavik   Japon 29,5   France 23,5   Royaume-Uni
  Hong Kong
  États-Unis
22
2006 Mito   Japon 28   États-Unis 27,5   Chine
  Singapour
24
2007 Athènes   Japon 31   France 25   Royaume-Uni 24
2008 Oslo   Japon 26,5   Italie
  Pologne
25 - -
2009 Gand   Japon 28   Allemagne 26   Pologne 25
2010 Rome   Japon 28   Italie 25   Pays-Bas 24,5
2011 Newark   Japon 28   Thaïlande 24   Pays-Bas 23,5
2012 Leeuwarden   Japon 33   France 25,5   Pays-Bas 25
2013 Stockholm   Japon 28   États-Unis 24   Suède
  Thaïlande
23,5
2014 Bangkok   Japon 30   États-Unis 23,5   Pays-Bas
  Singapour
23
2015 Cambridge   Japon 30   Italie 25   France 24
2016 Mito   Japon 33   Chine 24   Singapour
  États-Unis
23
2017 Gand   Japon 29   Thaïlande 27   France 25
2018 Prague   Japon 28,5   États-Unis
  Pologne
24 - -

Pratique du jeuModifier

Au JaponModifier

Goro Hasegawa a créé l'Association japonaise d'Othello (Japan Othello Association) en mars 1973 et a organisé le premier championnat national japonais le 4 avril 1973.

Le Japon est de très loin le pays où la pratique de l'Othello en compétition est la plus importante. En juin 2017, les deux tiers des joueurs recensés par la fédération internationale d'Othello sont japonais et la moitié des 5 000 tournois recensés depuis 1991 ont été organisés sur le sol japonais. Et cette domination numérique s'exprime également de manière forte au niveau des résultats lors des compétitions internationales et notamment avec le championnat du monde : pour le titre individuel (mixte), les Japonais ont remporté 31 titres sur 42, ont été exclus de la finale à seulement 5 reprises et n'ont eu aucun représentant dans les quatre premiers à seulement deux occasions. Les résultats du tournoi par équipes sont encore plus impressionnants : ils sont tenants du titre depuis 2005 sans discontinuer. Au niveau féminin en revanche la domination est bien moins nette : le titre féminin n'a été remporté par une Japonaise qu'à six reprises seulement en quatorze éditions (sans compter la victoire de Yoko Sano en 2015).

En FranceModifier

 
Joueurs d’Othello au Festival international des jeux à Cannes (France) le 2 mars 2013.

La Fédération française d’Othello (FFO) a été créée en 1983 et regroupe les joueurs d'Othello et de Reversi français, qui restent peu nombreux (en juin 2017, le classement mondial des joueurs ne référençait qu'une petite cinquantaine de joueurs français[4]). Elle organise régulièrement des tournois, en particulier les Championnats de France (open et junior)[5]. En se basant sur le site de la fédération internationale d'Othello qui recense plus de 5 000 tournois organisés depuis 1991, on constate une diminution du nombre de tournois organisés en France : d'une grosse trentaine par an des années 90 jusqu'au début des années 2000, on est tombé à une quinzaine par an en moyenne depuis le début des années 2010[6].

La FFO a édité la revue FForum de 1982 à 2011 (86 numéros, y compris le numéro zéro de 1982)[7].

En France, Othello est commercialisé par la société Lansay, tandis que d'autres éditeurs (Dujardin, Mattel) proposent le jeu sous le nom de Reversi.

Championnat de FranceModifier

La FFO a organisé son premier championnat de France en 1984. Cette édition a été remportée par Paul Ralle, qui a d'ailleurs également remporté le Championnat du monde cette même année. Avant cela, trois fédérations multijeux se sont succédé pour organiser sélections et finales, en liaison avec l’éditeur de jeu en 1977 et 1981.

En 1977, un Championnat du monde non officiel (il est parfois désigné comme le premier Championnat d'Europe) est organisé à Monte-Carlo. Sylvain Perez remporte la finale face à Michel Rengot-Blanchard[8]. Jacques Ovion remporte un Championnat de France informel en 1979[9].

Année Champion de France Finaliste Champion de France junior
1981[10] François Pingaud François Andrieu
1982 Bernard Daunas Bernard Berriot
1983 Olivier Thill Bernard Daunas
1984 Paul Ralle Emmanuel Lazard
1985 Emmanuel Lazard Michel Drumel
1986 Paul Ralle Marc Tastet
1987 Paul Ralle Didier Piau
1988 Paul Ralle Didier Piau
1989 Philippe Juhem Marc Tastet
1990 Paul Ralle Jean-François Puget
1991 Marc Tastet Didier Piau
1992 Philippe Juhem Emmanuel Caspard
1993 Philippe Juhem Emmanuel Caspard
1994 Paul Ralle Philippe Juhem
1995 Dominique Penloup Bintsa Andriani
1996 Emmanuel Caspard Philippe Juhem
1997 Stéphane Nicolet Yi Liang
1998 Philippe Juhem Yi Liang
1999 Philippe Juhem Emmanuel Caspard
2000 Stéphane Nicolet Paul Ralle Corentin Ratonnat[11]
2001 Philippe Juhem Marc Tastet Corentin Ratonnat[12]
2002 Emmanuel Caspard Stéphane Nicolet Patrick Jamet[13]
2003 Philippe Juhem Marc Tastet Patrick Jamet[13]
2004 Marc Tastet Emmanuel Lazard Patrick Jamet[13]
2005 Stéphane Nicolet Arnaud Delaunay Patrick Jamet[13]
2006 Sébastien Barre Stéphane Nicolet Jennyfer Dos Santos Vidal[14]
2007[15] Emmanuel Caspard Stéphane Nicolet Thibault Poirier[16]
2008[17] Marc Tastet Pierre Butin Gabriel Rousset[18]
2009[19] Emmanuel Lazard Stéphane Nicolet Thibault Poirier[20]
2010[21] Sébastien Barre Thierry Lévy-Abégnoli Arthur Juigner[22]
2011[23] Takuji Kashiwabara Arnaud Delaunay
2012[24] Emmanuel Caspard Arnaud Delaunay
2013[25] Takuji Kashiwabara Sébastien Barre
2014[26] Arthur Juigner Takuji Kashiwabara
2015[27] Emmanuel Caspard Arthur Juigner
2016[28] Emmanuel Lazard Arthur Juigner
2017[29] Marc Tastet Arthur Juigner Félix Juigner[30]
2018[31] Arthur Juigner Stéphane Nicolet Rémi Tastet[32]

Othello et informatiqueModifier

Il existe de nombreux programmes informatiques permettant de s'initier, voire de s'entraîner pour des compétitions.

Des concours existaient aussi entre logiciels informatiques différents pour déterminer les plus évolués[33].

Notes et référencesModifier

  1. Le Livre des jeux de pions, Michel Boutin, Bornemann, page 78 (les pages 77 à 79 sont consacrées à Othello/Reversi, et il est question du jeu à plusieurs reprises dans la troisième partie du livre).
  2. « Règles, d'après la FFO » (consulté le 2 décembre 2013).
  3. http://www.ffothello.org/championnat-du-monde-2016/
  4. http://ratings.worldothello.org/ratings_main.php#
  5. « Palmarès du championnat de France sur le site de la Fédération française » (consulté le 18 septembre 2010).
  6. http://ratings.worldothello.org/all_tournaments.php
  7. http://www.ffothello.org/lectures/anciens-numeros/anciens-numeros-de-fforum-80-a-89/
  8. https://freegaminginfo.wordpress.com/2009/08/21/othello-game-rules-and-world-othello-championship/
  9. Jacques Ovion : « Up till now his only national individual title was in the seventies » sur Othello News de décembre 2012.
  10. Selon Michel Boutin dans Le Livre des jeux de pions (Bornemann, 1995, page 79), il s'agit effectivement du premier championnat français.
  11. https://www.worldothello.org/ratings/tournament?tournamentID=690 Il s'agit vraisemblablement de la première édition du championnat junior, voir la note de l'année 2007.
  12. https://www.worldothello.org/ratings/tournament?tournamentID=778
  13. a b c et d Partie magazine du FForum n°78, où il est indiqué que sa victoire en 2005 est sa quatrième victoire d'affilée.
  14. Partie magazine du FForum n°80.
  15. http://www.ffothello.org/championnat-de-france-2007-emmanuel-caspard-bat-stephane-nicolet/
  16. http://www.ffothello.org/championnat-de-france-junior-2007/ Il est indiqué dans l'article qu'il s'agit de la neuvième édition, ce qui voudrait dire que la première édition aurait eu lieu en 1999 (sans interruption). Mais dans le FForum n°78, l'édition 2005 est qualifiée de "sixième édition". Et il n'y a pas trace d'un tournoi junior avant 2000 sur le site de la WOF.
  17. http://www.ffothello.org/championnat-de-france-2008-3e-titre-pour-marc-tastet/
  18. http://www.ffothello.org/championnat-de-france-junior-2008/
  19. http://www.ffothello.org/emmanuel-lazard-champion-de-france-2009/
  20. http://www.ffothello.org/championnat-de-france-junior-2009/
  21. http://www.ffothello.org/sebastien-barre-champion-de-france-2010/
  22. http://www.ffothello.org/arthur-juigner-champion-de-france-junior-2010/
  23. http://www.ffothello.org/takuji-kashiwabara-enfin-champion-de-france/
  24. http://www.ffothello.org/championnat-de-france-2012-4e-titre-pour-manu-caspard/
  25. http://www.ffothello.org/takuji-kashiwabara-champion-de-france-2013/
  26. http://www.ffothello.org/arthur-juigner-champion-de-france-2014/
  27. http://www.ffothello.org/championnat-de-france-2015-5e-titre-pour-manu-caspard/
  28. http://www.ffothello.org/championnat-de-france-2016-3e-titre-pour-manu-lazard/
  29. http://www.ffothello.org/marc-tastet-champion-de-france-2017/
  30. http://www.ffothello.org/felix-juigner-devient-champion-de-france-junior-2017/ Aucune trace d'un championnat de France junior entre 2011 et 2016.
  31. « Championnat de France 2018 : 2e titre pour Arthur Juigner | Fédération Française d'Othello », sur www.ffothello.org (consulté le 4 mai 2018)
  32. http://www.ffothello.org/remi-tastet-champion-de-france-junior-2018/
  33. Sélection de programmes par la FFO

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Nous ne référençons ici que les ouvrages en français et en anglais. Il existe par ailleurs de nombreux livres en japonais.

  • (en) Goro Hasegawa, How to win to Othello, 1977 (édité à l'origine au Japon en 1974).
  • (en) J.A. Ball et J.R. Parker, The Key of Othello, 1981.
  • (fr) François Pingaud, Othello - Reversi, éditions du Rocher, 1983 (réédité en 1993).
  • [PDF] (en) Ted Landau, Othello: Brief & Basic, 1985 (révisé en 1987 et 1990).
  • (fr) Othello par l'exemple, par le Club de la rue d'Ulm, éditions de l'Impensé Radical, 1989. Il s'agit d'un recueil de 48 parties jouées au cours du championnat du monde de 1988.
  • [PDF] (fr) Emmanuel Lazard, À la découverte d'Othello. Manuel d'initiation, 1993.
  • (fr) Emmanuel Lazard et Marc Tastet, Othello, éditions Bornemann, 1998. Il s'agit d'une révision augmentée du précédent ouvrage d'Emmanuel Lazard.
  • [PDF] (en) Randy Fang, Othello: From Beginner to Master, 2003.
  • [PDF] (en) Brian Rose, Othello: A Minute to Learn... A Lifetime to Master, 2005.
Revues
  • (fr) FFOrum, publié par la Fédération française d'Othello de 1982 à 2011 (parution trimestrielle, 86 numéros, dont un numéro zéro).
  • (en) Othello Quarterly (OQ), publié par la United States Othello Association de 1979 à 2005.
  • (en) The Newsletter of the British Othello Federation, publiée biannuellement de 1987 à 2011 (46 numéros).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :