Osmodrama

Le mot osmodrama vient du grec Osme (odeur) et l'ancien grec dráma (intrigue). Il fait référence d'une part à la performance olfactive utilisant la machine Smeller 2.0[1], d'autre part au festival intitulé Osmodrama - Storytelling with Scents, lancé pour la première fois en été 2016[2] à Berlin.

Le créateur, l'initiateur et le responsable du projet est l'artiste Wolfgang Georgsdorf.

HistoireModifier

En 2012, Georgsdorf lance Osmodrama, un projet se concrétisant par un dispositif permettant de composer des œuvres artistiques avec des senteurs[3]. Les véritables débuts de ce projet remontent à l'année 1990, date de la création d'une première machine, le Smeller, composant et diffusant des parfums dans une pièce, et les faisant disparaître rapidement, créant ainsi des séquences de senteurs maîtrisées. En 2010, le parfumeur Geza Schön (en) et Georgsdorf commencent à travailler ensemble sur une deuxième génération de machine, le Smeller 2.0, piloté par des touches. En 2012, cette nouvelle machine est présentée pour la première fois à Linz. Georgsdorf se voit décerner le prix autrichien Outstanding Artist Award for Interdisciplinarity[4].

Osmodrama est une forme d'art expérimental en corrélation avec les possibilités techniques de ces machines, les Smeller. Osmodrama est en grande partie financée par les dons et est constituée en association[5].

Le FestivalModifier

Osmodrama-Storytelling with Scents est le premier festival d'art des senteurs[6] qui s'est déroulé du au dans l'église évangéliste St. Johannes à Berlin[7],[8].

Dans le cadre du festival, les invités peuvent voir et assister à de différentes mises en scène d'odeurs en tant que performance artistique. Le programme contient des lectures, des concerts, des films, des ateliers, des tables de discussion avec des artistes et des experts culturels et scientifiques internationaux ainsi que des professeurs et des cadres universitaires. En tant que film accompagnés et basés sur les odeurs, "die andere Heimat" (l'autre pays) - "Chronik einer Sehnsucht" (Chromique d'une nostalgie) d' Edgar Reitz, "Continuity" de Omer Fast et No(i)se (bruit) de Wolfgang Georgsdorf ont été diffusés[9]. Autres contributeurs au festival sont inclus :
Eva Mattes, Carl Stone, Julia Kissinam Nikola Madzirov, Hans Hatt, Geza Schön, Stephen Crowe, l'Orchestre des improvisers de Berlin[10], Simon van der Geest, Phill Niblock, Sam Auinger, Aischa Orazbayeva, Tom Jackson, Samuel Stoll, Filip Caranica. Le festival Osmodrama-Storytelling with scents a été réalisé en coopération avec le festival international de littérature à Berlin, le Radialsystem V par des sponsors comme la fondation Ernst Schering et un financement participatif[11].

PrixModifier

Le , l'Institut d'art et d'olfaction des États-Unis a remis le prix de Sadakichi Award à Osmodrama pour son travail expérimental sur le parfum[12],[13].

Le , le jury du Centre des sciences et de l'art de Dresde a distingué Osmodrama - Smeller - Osmodrom du prix Art and Science Award 2017[14].

RéférencesModifier

  1. Patrick Javault, « un voyage dans l'osmosphère », Josefffine,‎ , p. 101 (lire en ligne)
  2. (de + en) « Osmodrama : Storytelling with Scents - The Festival 2016 », kickstarter,‎ (lire en ligne)
  3. (de + en) « Osmodrama », sur https://osmodrama.com
  4. (de) Rabea Weihser, « Smeller 2.0 : Die Wahnsinnlichkeitsmaschine », Die Zeit,‎ (lire en ligne)
  5. (de) « Hauch mal, Hauchmaul », Der Tagesspiegel,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Osmodrama Festival Berlin [Event]: The art of olfactory storytelling », sur https://trend-traveller.com, Trends. Travels. and Berlin (consulté le )
  7. (de + en) « Osmodrama », sur https://osmodrama.com/
  8. (de) « Kunst. Duftautomat in Berliner Kirchel », Focus (magazine),‎ (lire en ligne)
  9. (de) « was fand in Berlin statt? », sur https://osmodrama.com, Osmodrama (site internet), (consulté le )
  10. (en) « Berlin Improvisers Orchestra », sur berlinimprovisersorchestra.wordpress.com/, (consulté le )
  11. (de + en) « Osmodrama Storytelling with scents »
  12. « Art and Olfaction Awards, les gagnants 2018 », Nez, la revue olfactive,‎ (lire en ligne)
  13. (en) « Sadakichi Award for Experimental Work with Scent », sur artandolfactionawards.org = (consulté le )
  14. (de) « Aktuell », sur Dresdner Zentrum der Wissenschaft und Kunst (siteweb dzwk.org) (consulté le )