Ouvrir le menu principal

Oskar von Miller

ingénieur allemand
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miller.
Oskar von Miller
Oskar von Miller.jpg
Oskar von Miller
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
MunichVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Winthirfriedhof (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
M. Sc (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Médaille Wilhelm Exner ()
Médaille Karmarsch (d) ()
Anneau Werner von Siemens (en) ()
Citoyen honoraire de Munich (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Oskar von Miller Grabstätte Winthirfriedhof 2011-02-05 München.jpg
Tombe d'Oskar von Miller au Winthirfriedhof

Oskar Miller, anobli en 1875 en von Miller (né le à Munich et décédé le dans la même ville) est un ingénieur du bâtiment allemand.

C'est un pionnier de l'utilisation de l'énergie hydraulique. Il est connu pour être le cofondateur du Deutsches Museum, le grand musée de la technique de Munich.

FamilleModifier

 
timbre commémoratif des 100 ans du Deutsches Museum en 2003

Il est issu d'une famille de Aichach en Haute-Bavière. Il est le fils du fondeur et premier directeur de la fonderie royale de Munich, Ferdinand von Miller et d'Anna Pösl.

Son père est anobli le , ses enfants le sont également. Le frère d'Oskar est le fondeur et directeur d'académie Ferdinand von Miller (en).

Oskar se marie en 1884 à la peintre Marie Seitz avec laquelle il a 7 enfants, dont 2 meurent avant d'avoir atteint l'âge adulte.

BiographieModifier

 
Entrée de l'exposition. Le portail est éclairé par 1 000 ampoules électriques. En arrière-plan coule une cascade artificielle

Miller étudie l'ingénierie civile à l'université technique de Munich. Entre 1875 et 1879, il est lié d'amitié à Rudolf Diesel[1]. Après avoir fini ses études en août 1878, il entre dans le service de construction bavarois. Les méthodes de travail de fonctionnaire ne lui laissent cependant pas assez de champ libre. En 1881, il prend un congé non-payé pour aller visiter l'exposition d'électricité de Paris afin de s'informer sur les possibilités d'utiliser l'énergie hydraulique en Bavière. Il étudie également de manière autonome l'électrotechnique, qui est encore une science nouvelle. En 1882, il organise la première exposition sur l'électricité d'Allemagne à Munich. Avec Marcel Deprez, il réussit lors de cette exposition à réaliser la première transmission de courant électrique sur un trajet de 60 km depuis Miesbach. La transmission se fait en courant continu.

Article détaillé : Ligne électrique Miesbach Munich.

De 1883 à 1889, il est avec Emil Rathenau directeur de la Deutschen Edison-Gesellschaft qui devient par la suite AEG. Il accepte ce poste voyant que ses projets hydroélectriques n'étaient toujours pas validés par l'administration bavaroise.

En 1884, il construit à Munich la première centrale électrique d'Allemagne.

En 1890, il fonde son propre bureau d'ingénierie qui devient rapidement leader dans le domaine de l'énergie hydraulique. Il reprend la direction du salon international de l'électricité de 1891 de Francfort. Une nouvelle démonstration de transmission électrique est réalisée par Mikhaïl Dolivo-Dobrovolski: une liaison de 176 km de 20 kilovolt en triphasé transporte l'électricité depuis Lauffen am Neckar. Cette innovation technique majeure fait date dans la guerre des courants qui a lieu à l'époque et donne un avantage important au courant alternatif[2].

 
Barrage de Schöngeising.

En 1892, un barrage électrique au fil de l'eau est construit d'après ses plans à Schöngeising. Il permet d'éclairer de manière électrique la ville proche de Fürstenfeldbruck, qui est une des toutes premières en Bavière à être équipée de la sorte. Ce barrage avec ses trois turbines et ses deux générateurs est aujourd'hui toujours en service et est classé monument historique.

Il achète une usine de marteau dans le quartier d'Ettmannsdorf (de) à Schwandorf en 1895 et y construit une centrale électrique. La ville n'ayant à l'époque pas de réseau de gaz naturel, elle permet de faire une expérience inédite. À partir de mars 1927, les femmes audacieuses peuvent participer à une grande expérience pour cuisiner grâce à l'électricité.

De 1912 à 1914, il est président de l'association allemande des ingénieurs ( Verein Deutscher Ingenieure (en), VDI).

De 1918 à 1924, il est chef de projet de la construction du plus gros barrage de retenue de l'époque : la centrale hydroélectrique de Walchensee. Il participe aussi activement à la construction du réseau électrique bavarois qui donne naissance à l'entreprise Bayernwerk.

En 1919, il est conseiller technique lors du traité de Versailles.

Von Miller crée l'institut de construction sur l'eau pour le compte de la Bavière, renommé depuis Versuchsanstalt für Wasserbau und Wasserwirtschaft, Oskar von Miller Institut qui est rattaché à la TU Munich et se trouve à Obernach non loin du Walchensee. Cet institut a non seulement participé la conception de quasiment tous les barrages bavarois, mais également à celle de très nombreux barrages à travers le monde.

Il décède en 1934 dans le Deutsches Museum des suites d'une crise cardiaque, peu de temps après la mort accidentelle de sa femme.

Il est inhumé dans la tombe familiale au côté de son frère Ferdinand au cimetière de la Winthirkirche de Munich, dans le quartier de Neuhausen.

Au cours de sa vie, il publie de nombreux livres, certains de référence, notamment sur l'électrification des villes.

Distinctions et postéritéModifier

 
timbre de 1955 pour son 100e anniversaire

Oskar von Miller reçoit les plus prestigieuses distinctions de son époque :

De très nombreuses rues portent son nom en Allemagne : à Munich, Francfort-sur-le-Main, Nuremberg pour les grandes villes. De nombreuses écoles et lycées sont aussi dénommés d'après l'inventeur bavarois à Schwandorf, Rothenburg ob der Tauber, Cassel, Munich notamment. La tour météo de la TU Munich à Garching porte depuis 2010 son nom. Son buste se trouve au Ruhmeshalle de Munich.

Deutsches MuseumModifier

Article détaillé : Deutsches Museum.

En 1903, Oskar von Miller réalise un de ses rêves en ouvrant un musée sur la technique et la biologie : le Deutsches Museum. Il a fait savoir auprès de ses connaissances durant de longues années vouloir faire un tel musée. Finalement, le régent Luitpold de Bavière décide de soutenir le projet, ce qui lui assure du même coup le soutien du royaume. Les scientifiques et entrepreneurs allemands tels Max Planck, Hugo Junkers, Wilhelm Conrad Röntgen ou Emil Rathenau le conseillent pour la construction des divers secteurs du musée. Grâce au travail de prospection de Miller, la totalité des matériaux de construction son le fruit de dons.

Le premier directoire du musée est constitué de Carl von Linde, l'inventeur de la pompe à chaleur, respectivement du réfrigérateur selon le point de vue, de Walther von Dyck, recteur de la TU Munich et donc de Oskar von Miller.

La première pierre de l'édifice où le musée se trouve toujours sur l'île des musées de Munich est posée en 1906 par l'empereur Guillaume II. L'inauguration n'a lieu que pour le 70e anniversaire de Miller le et des salles du musée ne sont encore que provisoires.

Miller lance l'aphorisme : « Dans cette maison chacun peut faire ce que je veux[4] », qui trône désormais dans l'entrée du musée.

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. Füßl 2005, p. 35.
  2. http://www.edisontechcenter.org/LauffenFrankfurt.html
  3. (de) « Geheimrat v. Miller in Baden », Badener Zeitung,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  4. « In diesem Haus darf jeder machen, was ich will »