Osella FA1L

Osella FA1L
Osella FA1L
L'Osella FA1L de Nicola Larini au Grand Prix de Grande-Bretagne 1988
Présentation
Équipe Drapeau de l'Italie Osella Squadra Corse
Constructeur Osella
Année du modèle 1988
Concepteurs Antonio Tomaini
Spécifications techniques
Suspension avant Triangles superposés, tirants et poussoirs, amortisseurs Koni
Suspension arrière Triangles superposés, tirants et poussoirs, amortisseurs Koni
Nom du moteur Osella 890T
Cylindrée 1 497 cm3 turbocompressé
700 ch à 11 800 tr/min
Configuration Moteur V8
Boîte de vitesses Hewland / Osella
Nombre de rapports 6 + marche arrière
Dimensions et poids Empattement : 2 776 mm
Voie avant : 1 800 mm
Voie arrière : 1 672 mm
Poids : 560 kg
Carburant Agip
Pneumatiques Goodyear
Partenaires Stievani
Histoire en compétition
Pilotes 21. Drapeau de l'Italie Nicola Larini
Début Grand Prix de Saint-Marin 1988
CoursesVictoiresPoleMeilleur tour
15000
Championnat constructeur 16e avec aucun point

Chronologie des modèles (1988)

L'Osella FA1L est une monoplace de Formule 1 engagée par l'écurie italienne Osella dans le cadre championnat du monde de Formule 1 1988. Elle est pilotée par le pilote-payant italien Nicola Larini. La FA1L, une monoplace extrêmement peu fiable, est mue par un moteur Alfa Romeo 890 T rebadgé Osella.

HistoriqueModifier

L'Osella FA1L est engagée lors du deuxième Grand Prix de la saison, à Saint-Marin, mais Nicola Larini ne prend pas part au week-end de course car sa monoplace est jugée non conforme en raison d'un pédalier mal situé dans la voiture : il est installé en avant du train avant alors qu'il devait être placé derrière à la suite d'un changement de la réglementation[1],[2].

Au Grand Prix de Monaco, Nicola Larini se qualifie à la vingt-cinquième et avant-dernière place mais profite des abandons de la grande majorité de ses concurrents pour terminer neuvième, à trois tours d'Ayrton Senna[3],[4]. Le pilote italien échoue à se qualifier aux deux Grands Prix suivants mais revient en course lors du Grand Prix de Détroit où, parti de la dernière place, il abandonne au septième tour sur casse moteur[5],[6]. L'Italien ne finit pas le Grand Prix suivant, en France, sa voiture ayant une transmission défectueuse[7].

En Hongrie, Larini échoue à se pré-qualifier, contre-performance qu'il réitère à nouveau lors du dernier Grand Prix de la saison, en Australie[8],[9]. Au Grand Prix du Portugal, Nicola Larini, parti vingt-cinquième, termine douzième et dernier à sept tours du vainqueur Alain Prost et à deux tours de son plus proche adversaire, le pilote Coloni Gabriele Tarquini[10],[11]. Larini ne termine aucun autre Grand Prix en raison des nombreux problèmes de fiabilité de sa voiture[12].

À la fin de la saison, Osella termine seizième du championnat des constructeurs, sans avoir marqué de point.

Engagement hors-championnat du mondeModifier

En décembre 1988, l'Osella FA1L est engagée au Trofeo Indoor di Formula 1, une épreuve d'exhibition organisée en marge du Motor Show de Bologne, une exposition internationale reconnue par l'Organisation internationale des constructeurs automobiles qui se tient dans les salons de la foire de Bologne[13]. Bien que l'épreuve soit baptisée indoor, la piste, d'une longueur de 1 360 mètres, est située à l'extérieur des locaux de l'exposition[14]. Seules des écuries italiennes prennent part à l'édition inaugurale de cette « compétition-spectacle » qui leur permet de se présenter devant leur public national et est un moyen pour les directeurs d'écurie de nouer des contacts avec d'éventuels partenaires financiers pour compléter leur budget pour la saison à venir[14].

Nicola Larini, pilote titulaire chez Osella conduit une FA1L. La Scuderia Italia engage, sur Dallara 188, son titulaire Alex Caffi[15],[16]. La Scuderia Minardi engage deux monoplaces M188 confiées à ses pilotes titulaires en championnat du monde, Pierluigi Martini et Luis Pérez-Sala, le seul pilote non italien engagé[17],[18]. First Racing, la seule écurie qui ne dispute pas le championnat du monde de Formule 1 mais le championnat intercontinental de Formule 3000 confie sa monoplace à Gabriele Tarquini, qui pilotait en Formule 1 pour Coloni[19]. Eurobrun, qui s'est séparée de ses deux pilotes à l'issue de la saison régulière, fait appel à Fabrizio Barbazza, qui n'a encore jamais piloté de monoplace de Formule 1 mais courait en CART aux États-Unis et en Formula Nippon au Japon[20].

Lors des essais libres du 7 décembre, Larini réalise le troisième temps, en 59 s 68, à 2,5 secondes du meilleur temps établi par Alex Caffi. La FA1L ne se présente pas au warm-up (une session d'échauffement) du 8 décembre comme quatre autres participants. La compétition se tient le 8 décembre, et comporte trois manches. Larini est éliminé dès la première manche à la suite de sa confrontation avec Nicola Larini, mais est finalement repêché pour participer à la seconde manche, lors de laquelle il s'incline face à Luis Pérez-Sala[14],[21].

Résultats en championnat du monde de Formule 1Modifier

 
Représentation de profil de l'Osella FA1L
Résultats détaillés de l'Osella FA1L en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
1988 Osella Squadra Corse Osella
890T V8
Goodyear BRÉ SMR MON MEX CAN DET FRA GBR ALL HON BEL ITA POR ESP JAP AUS 0 16e
Nicola Larini Exc. 9e Nq Nq Abd Abd 19e Abd Npq Abd Abd 12e Abd Abd Npq

Légende : ici

Résultats du Trofeo Indoor di Formula 1Modifier

  Quarts de finale Demi-finales Finale
                             
Scuderia Italia    Alex Caffi vainqueur  
Osella    Nicola Larini repêché  
  Scuderia Italia    Alex Caffi vainqueur  
  Scuderia Minardi    Pierluigi Martini éliminé  
Scuderia Minardi    Pierluigi Martini vainqueur
First Racing    Gabriele Tarquini éliminé  
  Scuderia Minardi    Luis Pérez-Sala vainqueur
  Scuderia Italia    Alex Caffi finaliste
Scuderia Minardi    Luis Pérez-Sala vainqueur  
Eurobrun    Fabrizio Barbazza éliminé  
  Scuderia Minardi    Luis Pérez-Sala vainqueur
  Osella    Nicola Larini éliminé  

Notes et référencesModifier

  1. « Saint-Marin 1988 - Présentation de l'épreuve », sur statsf1.com (consulté le 21 mars 2020)
  2. « Saint-Marin 1988 - Classement », sur statsf1.com (consulté le 21 mars 2020)
  3. « Monaco 1988 - Qualifications », sur statsf1.com (consulté le 21 mars 2020)
  4. « Monaco 1988 - Classement », sur statsf1.com (consulté le 21 mars 2020)
  5. « Détroit 1988 - Qualifications », sur statsf1.com (consulté le 21 mars 2020)
  6. « Détroit 1988 - Classement », sur statsf1.com (consulté le 21 mars 2020)
  7. « France 1988 - Classement », sur statsf1.com (consulté le 21 mars 2020)
  8. « Hongrie 1988 - Classement », sur statsf1.com (consulté le 21 mars 2020)
  9. « Australie 1988 - Classement », sur statsf1.com (consulté le 21 mars 2020)
  10. « Portugal 1988 - Qualifications », sur statsf1.com (consulté le 21 mars 2020)
  11. « Portugal 1988 - Classement », sur statsf1.com (consulté le 21 mars 2020)
  12. « Osella FA1L », sur statsf1.com (consulté le 21 mars 2020)
  13. (it) « Motorshow », sur motorshow.it (consulté le 13 mars 2012)
  14. a b et c (en) « Bologna Sprint », sur silhouet.com (consulté le 13 mars 2012)
  15. « Nicola Larini », sur statsf1.com (consulté le 14 mars 2012)
  16. « Alex Caffi », sur statsf1.com (consulté le 14 mars 2012)
  17. « Pierluigi Martini », sur statsf1.com (consulté le 14 mars 2012)
  18. « Luis Pérez-Sala », sur statsf1.com (consulté le 14 mars 2012)
  19. « Gabriele Tarquini », sur statsf1.com (consulté le 14 mars 2012)
  20. « Fabrizio Barbazza », sur statsf1.com (consulté le 14 mars 2012)
  21. (de) « Trofeo Indoor », sur motorsport-magazin.com (consulté le 13 mars 2012)

Sur les autres projets Wikimedia :