Orthodoxie (essai)

livre de Gilbert Keith Chesterton

Orthodoxie
Image illustrative de l’article Orthodoxie (essai)
Couverture de la deuxième édition (1909)

Auteur G. K. Chesterton
Pays Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Genre Essai
Version originale
Langue Anglais britannique
Titre Orthodoxy
Éditeur Bodley Head
Lieu de parution Londres
Date de parution 1908
Version française
Traducteur Charles Grolleau
Éditeur L. Rouart et J. Watelin
Lieu de parution Paris
Date de parution 1923

Orthodoxie (Orthodoxy) est un essai d'apologétique chrétienne de G. K. Chesterton publié en 1908.

PrésentationModifier

Il a été écrit en réponse aux critiques essuyées par son essai précédent, Hérétiques[1] (1905) : on accusait en effet l’auteur d'y faire la critique des philosophies actuelles sans proposer aucune philosophie alternative. Chesterton tente de relever le défi avec ce nouvel essai, et pour ce faire il doit inévitablement inclure des éléments autobiographiques.

Écrit lorsque Chesterton est anglican (il se convertit au catholicisme quatorze ans plus tard), l'auteur explique dans la préface que le but de l’essai est « non pas de savoir si l'on peut croire en la foi chrétienne, mais de tenter d’expliquer comment lui-même en est venu personnellement à y croire ». Il y présente une vision originale de la religion chrétienne : il la voit comme la réponse aux besoins humains naturels, la « réponse à une énigme » et pas simplement comme une vérité arbitraire reçue de quelque part hors des limites de l'expérience humaine.

Orthodoxie a joué un rôle important dans la conversion au catholicisme de l’historien et poète Theodore Maynard (1890–1956)[2] ainsi que dans l'ordination de Bernard Iddings Bell [3]. En 2015, dans le magazine The Atlantic le critique James Parker recommande le livre dans ces termes : « Si vous avez un après-midi de libre, lisez son chef-d'œuvre de l'apologétique chrétienne, Orthodoxie : les principes fondamentaux de l'ontologie racontés avec une merveilleuse et bondissante légèreté. Thomas d'Aquin rencontre Eddie Van Halen. »[4]

ChapitresModifier

Titres des chapitres selon la traduction de Charles Grolleau[5] :

  • I. Introduction
  • II - Le Fou
  • III - Le Suicide de la pensée
  • IV - L'Éthique du pays des fées
  • V - Le Drapeau du monde
  • VI - Les Paradoxes du christianisme
  • VII - L'Éternelle Révolution
  • VIII- Le Romantisme de l'orthodoxie
  • IX - Autorité et Aventure

Édition anglaiseModifier

  • 1923 : Orthodoxy, Londres, Bodley Head

Éditions françaisesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Publié en français sous le titre Hérétiques, traduit par Jenny S. Bradley, Paris, Plon, 1930 ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Idées » no 407, 1979 (ISBN 2-07-035407-5) ; nouvelle édition dans une traduction par Lucien d'Azay, Paris, Climats, 2010 (ISBN 978-2-0812-2029-4)
  2. Patrick Allitt : Catholic Converts: British and American Intellectuals Turn to Rome, Cornell University Press, p.  177–178. Consulté le 29 mai 2021. Lire en ligne
  3. Bernard Iddings Bell, Beyond Agnosticism, Harper & Brothers, , 4 p.
  4. James Parker : A Most Unlikely Saint ; The Atlantic Magazine, numéro d'avril 2015
  5. Le centenaire d’Orthodoxie, 12 janvier 2008.
  6. (BNF 31939503) de la Bibliothèque nationale de France.
  7. (BNF 36607016) de la Bibliothèque nationale de France.
  8. (BNF 42160850) de la Bibliothèque nationale de France.