Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orion.
Orion
Description de l'image Orion, tragédie mise en musique, Page de titre.jpg.
Genre tragédie lyrique
Nbre d'actes 5, ainsi qu'un Prologue
Musique Louis de La Coste
Livret Joseph de Lafont, Simon-Joseph Pellegrin
Langue
originale
Français
Création
Paris, à l'Académie royale de musique

Orion est une tragédie en musique de cinq actes et un prologue composée par Louis de La Coste, « Maître de Musique de l'Académie royale » sur un livret de Joseph de Lafont et de l'Abbé Simon-Joseph Pellegrin. Initialement prévue pour le 17 février 1728[1], la première exécution de cet opéra par l'Académie royale de musique à Paris a été repoussée au 19 février[2],[3]. La partition est revue et corrigée le 15 janvier[4] de la même année et est imprimée sous forme réduite in quarto chez Christophe Ballard. L'opéra n'a reçu qu'un succès modeste et n'a été joué que quatorze fois[5]. La dernière représentation s'est déroulé le 14 mars 1728[6]. De nos jours, cette tragédie n'a pas encore été reprise.

Un livret de Joseph de Lafont, Hypermnestre, a connu un brillant succès en 1716 puis en 1717 avec sa mise en musique par Charles-Hubert Gervais. Simon-Joseph Pellegrin s'est fait particulièrement remarqué en 1713 avec Médée & Jason (musique de Joseph-François Salomon), mais ses succès les plus éclatants auront eu lieu plus tard en 1732 avec Jephté (musique par Michel Pignolet de Montéclair) et en 1733 avec Hippolyte & Aricie, mis en musique par Jean-Philippe Rameau. Lafont, mort en 1725, a laissé le livret d'Orion inachevé avec ses trois premiers actes. Il a été complété par Pellegrin qui a ajouté le prologue et les deux derniers actes[7]. Il s'agit de la deuxième et dernière collaboration entre Lacoste et Pellegrin, la première étant Télégone (1725)[8].

MythologieModifier

 
Illustration de la constellation d'Orion - extrait de l'Uranographia (1687) de Johannes Hevelius

L'intrigue est fondée sur le mythe d'Orion, raconté par plusieurs poètes grecs tels Horace ou Hésiode. Selon ce dernier dans sa Théogonie, Orion était fils de Neptune et d'Euryale, fille de Minos. Il partagea sa passion de la chasse avec Diane. La déesse le tua accidentellement par sa flèche et il fut placé entre les astres comme constellation.

Avant l'Orion de Lacoste, ce sujet a été déjà abordé dans le genre de l'opéra: Francesco Cavalli a composé une Dramma per musica intitulée l'Orione en 1653, sur un livret de Francesco Melosio.

DistributionModifier

Personnages Tessitures Création, 19 février 1728
PERSONNAGES DU PROLOGUE

La Scène est à Cythère

Vénus Dessus (Soprano)

ambitus: fa 3 - sol 4

Mlle Eremans (ou Hermanse)
Jupiter Basse-taille (Basse)

ambitus: sol 1 - ré 3

Claude-Louis-Dominique de Chassé
Minerve Dessus

ambitus: mi♭ 3 - fa 4

Marie Antier
L'Amour Dessus

ambitus: fa# 3 - fa# 4

Mlle Julie
Une Suivante de Minerve Dessus

ambitus: sol 3 - sol 4

Mlle Mignier (ou Minier)
Troupe de Dieux, de Héros, les Arts, les Amours, les Jeux, les Plaisirs, les Grâces, Chœur de Nymphes de Diane derrière le théâtre
ACTEURS DE LA TRAGÉDIE

La Scène est dans Thèbes en Égypte

Diane Dessus

ambitus: si♭ 2 - la 4

Marie Antier
Orion, Fils de Neptune Haute-contre (Ténor aigu)

ambitus: fa 2 - si♭ 3

Denis-François Tribou
Pallante, Roy des Scythes Basse-taille

ambitus: sol 1 - fa 3

Claude-Louis-Dominique de Chassé
Alphise, Fille de Borée; Nymphe de Diane Dessus

ambitus: ré 3 - sol 4

Marie Pélissier
Palémon, Confident d'Orion Basse-taille

ambitus: ré 2 - ré 3

Jean Dun
Une Thébaine Dessus

ambitus: fa# 3 - la 4

Mlle Eremans
Deux Nymphes de Diane Dessus

ambitus: do 3 - sol 4

Mlle Petitpas, Mlle Mignier
Un Scythe Basse-taille

ambitus: mi 1 - mi 3

Jean Dun
L'Aurore Dessus

ambitus: ré 3 - sol 4

Mlle Dun
Phosphore Dessus

ambitus: fa# 3 - sol 4

Memnon Basse-taille

ambitus: do 2 - ré 3

L'Hymen Dessus

ambitus: sol 3 - sol 4

Troupe de Guerriers Thébains, de Nymphes de Diane, de Scythes, de Nymphes, de Bergers, de Thébains & de Thébaines

ArgumentModifier

 
Frontispice du livret de la tragédie. Au premier plan, de gauche à droite: Pallante, Alphise, Orion, Diane

La version du mythe rédigée par Lafont et Pellegrin fait du chasseur Orion un suivant de Diane. La déesse qui dédaigna l'amour, lui bannit de sa présence après qu'Orion lui avait déclarée sa flamme. Il fut exonéré après avoir sauvé du ravage d'un monstre Alphise (nommée Opis dans les Georgiques de Virgile), une Nymphe de Diane[9],[10]. Orion reconnut la nymphe comme l'objet de son amour qu'il avait vu dans son songe et la courtisa. Cependant Diane, amoureuse d'Orion, est contraire à cet amour.

PrologueModifier

Le Théâtre représente les avenues de Cythère, où les Arts achèvent d'élever un Trône pour l'Amour

Vénus fait appel aux Amours, aux Plaisirs, aux Grâces et aux Arts d'honorer l'Amour ("Hâtez-vous, préparez ces lieux") (1). D'autres divinités descendent, divertissement pour Jupiter et Cupidon (2). Minerve approuve que ses suivants soient soumis à l'Amour. Derrière le théâtre, les suivants de Diane déclarent la guerre contre l'Amour. Vénus et son fils jurent alors vengeance contre Diane ("Que ce superbe cœur...") (3).

Acte IModifier

Le Théâtre représente une Campagne, couverte de Fleurs; on y voit la Statue de Memnon, tournée vers l'Orient; L'on découvre la ville de Thèbes. Orion est couché sur un lit de verdure dans l'équipage d'un Chasseur, son Arc & ses Flèches à ses pieds.

Palémon découvre Orion agité par un songe. Orion lui raconte qu'il a vu dans son rêve une nymphe qu'il aime et Diane qui s'arme contre elle (1). Pallante entre et déclare à Orion qu'il est amoureux d'une nymphe ingrate. Orion lui raconte son songe. Ils espèrent que Memnon va éclairer leur sort ("Amour, cruel Amour, désarme tes rigueurs") (2). Phosphore vient avec des Thébains et les demande de rendre hommage à Memnon ("Joignez les Tambours"), divertissement (3). L'Aurore descend et fait appel à l'oracle de son fils (4). Celui-ci apprend à Orion et à Pallante que l'un d'eux va jouir d'une gloire immortelle et que l'autre va périr (5).

Acte IIModifier

Le Théâtre représente une Forêt.

Orion éprouve son horreur face à l'oracle de Memnon et au songe qu'il a vécu. Il est déchiré par la crainte et l'amour ("Pourquoi, faut-il, hélas !..."). Les cors sonnent l'approche de Diane (1). Orion aperçoit Alphise, la nymphe qu'il a vu dans son songe, elle cherche Diane avec qui elle chasse un monstre. Ce dernier apparaît et attaque Alphise. Orion le tue. Il déclare son amour pour Alphise mais celle-ci le refuse (2). Diane vient et après avoir découvert qu'Orion a sauvé Alphise. Après qu'Alphise soit partie, elle rend grâce à lui et l'invite à célébrer son triomphe ("J'ai triomphé d'un Monstre affreux"), divertissement (3). Pallante est aperçu par Diane. Orion le protège en expliquant qu'il est venu chercher la nymphe qu'il adore. Pallante découvre alors à Diane qu'il aimerait avoir l'amour d'Alphise. Orion est frappé par cette nouvelle alors que Diane approuve son vœux (4).

Acte IIIModifier

Le Théâtre représente l'embouchure du Nil : ce Fleuve est environné de Rochers.

Alphise qui croit que Diane dédaigne toujours Orion, éprouve son amour pour ce dernier aux dépens de sa liberté ("Qu'ai-je entendu ?...") (1). Orion arrive et maintient toujours sa flamme pour elle malgré celle de Pallante. La nymphe lui rappelle de son ancien amour pour Diane. Alphise cède néanmoins à la tendresse d'Orion. Ce dernier assure que Diane sera favorable à leur union (2). Seul, Orion est déchiré entre l'amitié et l'amour. Il décide alors de privilégier ce dernier. (3). Sortie d'Orion et entrée de Diane. La déesse troublée se sent soumise aux pouvoirs de l'Amour (4). Alphise dont Diane fuit entre. La déesse lui explique qu'elle est amoureuse d'un mortel et qu'elle est favorable à l'amour de Pallante pour Alphise qu'Orion lui a découverte (5). Laissée seule, Alphise ne doute pas que le mortel que Diane aime est Orion et se lamente ("Objet de tous mes vœux...") (6). Pallante arrive et courtise à nouveau la nymphe (7). Divertissement des Scythes pour Alphise. Alphise sort pour rejoindre Diane. Pallante lui annonce qu'un pompe se prépare pour leur union (8).

Acte IVModifier

Le Théâtre représente le Temple de Diane : On y voit les attributs de cette Déesse & ceux de l'Amour, confondus ensemble : un Trône est élevé au milieu.

Orion regrette d'avoir donné les avances à Pallante, tandis que l'hyménée entre ce dernier et Alphise est préparé par Diane ("Que tu me fais souffrir...") (1). Entrée d'Alphise, elle informe Orion de l'amour que Diane lui réserve. Orion confesse à son amante d'avoir secourir la flamme de Pallante. Les deux amants espèrent que l'Amour va seconder leur union interdite ("Vole, Amour...") (2). Alphise sort. Diane entre et annonce qu'elle n'est plus contraire à l'amour qu'Orion a éprouvé pour elle auparavant. Il feint de ne pas la comprendre. Elle l'ordonne alors de sortir (3). Seule, Diane se plaint de sa flamme non réciproque ("Fatal Auteur de mes alarmes") (4). Pallante, accompagné par Orion, des bergers et des nymphes, entre et célèbre son hyménée avec Alphise. Diane offre à la nymphe les mains de Pallante, mais Alphise les refuse pour être encore sous les lois de la déesse. Diane ordonne à tous de sortir mais retient Alphise (5). La déesse n'est pas dupée et révèle à la nymphe qu'elle connait son amour mutuel pour Orion. Elle donne alors le choix à Alphise : Épouser Pallante ou être sacrifiée ("Tremblez, l'Amour jaloux...") (6).

Acte VModifier

Le Théâtre dans l'Acte suivant, représente la Partie intérieure du Temple de Diane. On y voit un Autel dressé, sur lequel on a mis d'un côté, le flambeau de l'Hymen; & de l'autre, un couteau mortel.

Diane déclare vengeance à l'Amour et ne laisse la place qu'à la Haine dans son cœur ("Amour, redoutable vainqueur") (1). Orion découvre l'autel pour le sacrifice d'Alphise et confronte Diane en lui jurant de la braver pour sauver sa bien-aimée (2). Entrent Alphise et Pallante. Diane demande à la nymphe de faire le choix. Alphise prend alors le couteau mais Pallante le lui arrache et se sacrifie lui-même en s'immolant (3). La déesse est horrifiée par la mort de Pallante et devient consciente de sa cruauté. Elle réunit Orion et Alphise et renonce à son amour ("L'Amour m'a soumise à sa loi"). Alphise honore la gloire de Diane ("Triomphez puissante Déesse"). Orion ordonne aux Thébains d'honorer sa victoire, Diane et l'Amour ("Habitants fortunés...") (4). Divertissement des Thébains et des nymphes. Diane fait appel à l'Hymen de descendre (5). L'Hymen descend, on célèbre alors les noces d'Alphise et d'Orion (6).

Conditions de représentation & réception de l'œuvreModifier

Lors de la première de la tragédie, "l'Assemblée fut très-nombreuse & assez tumultueuse". Le théâtre ne fut pas moins rempli lors des représentations qui suivirent. Néanmoins, elles furent plus tranquilles.[11]

Antoine Ier évoqua l'insuccès d'Orion dans un billet adressé au marquis de Grimaldi: "Vous me faîtes un vrai plaisir de me dire que les acteurs de l’Opéra sont raccomodés, et qu'on va dédomager le public de la chute d'Orion par la représentation de Bellérophon, puisqu'il en faut toujours venir Lully en pareille occasion."[12]

Musique et livret

Certains morceaux furent applaudis comme le duo entre Orion et Alphise ("Vole, Amour, viens nous secourir", Acte IV, Scène 2)[13] et celui entre Orion et Diane ("Transports de haine & de rage", Acte V, Scène 2), qui en faisait "la plus grande beauté" de la scène[14]. La scène 5 de l'acte III dans laquelle Diane découvre à Alphise qu'elle est amoureuse d'Orion parut comme "l'une des mieux écrites" du livret[15].

Le poème de Lafont et de Pellegrin connut un accueil partagé et deux camps opposants furent formés[16]. Le débat tourna autour :

  • Du brute caractère vengeur Diane à l'acte IV, critiqué d'un côté mais justifié chez l'autre par les maux de l'amour imposés sur elle par Cupidon.
  • Du personnage de Pallante, jugé trop tendre pour un Scythe. Un autre public cependant trouve en lui un exemple de comment l'amour peut rendre docile un sauvage. Son espoir d'être aimé d'Alphise est aussi expliqué en suggérant que Diane lui avait peut-être assuré que sa nymphe l'aimait.

Décors et ballet

Les décors de l'acte III avaient beaucoup plu aux spectateurs: La cascade qui formait la chute du Nil était "très-ingénieusement inventée" et le ciel, peint entièrement manuellement par Giovanni Niccolò Servandoni, était fort applaudi[17]. La décoration du temple de Diane servait déjà au palais de Ninus dans Pyrame et Thisbé, de François Francœur et François Rebel. Elle fut "plus belle que jamais"[18].

Le ballet, composé par Louis Pécour (mort un an après la représentation d'Orion), fut très apprécié. On remarqua en particulier le pas de trois dansé par Marie-Anne de Camargo et ses deux collègues Michel Blondy et Antoine Bandieri de Laval dans l'acte III.[19]

Airs à chanterModifier

L'opéra tel qu'il est imprimé sous forme de partition comporte quelques airs dont les paroles ne paraissent pas dans le livret comme l'air de l'Aurore dans l'acte I, 4, l'air d'Orion dans l'acte II, 1; le trio de nymphes dans l'acte IV, 5 ou le grand divertissement de l'acte V après l'air final de Diane. Certains vers du livret sont aussi supprimés, remplacés par d'autres vers ou altérés au service de la mélodie.

PrologueModifier

  • Scène 1: "Hâtez-vous, préparez ces lieux" (Vénus)
  • Scène 2: "O Vous que le Destin a soumis à ma loi [...] Imitez le Maître des Cieux" (Jupiter, Chœur)
  • Scène 2: "Au tendre Amour cédez la victoire" (Vénus)
  • Scène 3: "Régnez sans cesse" (Une Suivante de Minerve)
  • Scène 3: "Dieu de Cythère" (Une Suivante de Minerve)
  • Scène 3: "Que ce superbe cœur gémisse dans mes chaînes" (Vénus, l'Amour)
  • Scène 3: "Malgré son injuste rigueur" (l'Amour)

Acte IModifier

  • Scène 1: "Que vois je ? un faible jour luit à peine à mes yeux" (Palémon)
  • Scène 1: "Amour, si la Beauté dont tu flattes mes vœux" (Orion)*
  • Scène 2: "L'Amour quand il lui plaît, lance ses traits vainqueurs" (Pallante)
  • Scène 2: "Pour remplir du Destin la volonté suprême" (Pallante)
  • Scène 2: "Vous espérez la récompense" (Orion)*
  • Scène 2: "Amour, cruel Amour, désarme tes rigueurs" (Orion, Pallante)
  • Scène 3: "Peuples, voici l'heureux instant [...] Joignez les Tambours" (Phosphore)*
  • Scène 3: "Tout rit, tout fleurit dans vos retraites" (Une Thébaine)
  • Scène 3: "Battez Tambours, sonnez Trompettes" (Une Thébaine)
  • Scène 4: "Venez éclairez l'Univers" (Phosphore, Orion, Pallante, Chœur)
  • Scène 4: "Sur toi, de la Parque inhumaine" (Aurore)*
  • Scène 5: "Invincible fils de l'Aurore" (Orion, Pallante)
  • Scène 5: "Le Destin dont je suis l'interprète" (Oracle)

Acte IIModifier

  • Scène 1: "Pourquoi, faut-il, hélas ! que mon cœur se partage" (Orion)*
  • Scène 2: "Vous avez en votre puissance" (Orion)
  • Scène 2: "Si j'en crois votre bouche, au plus charmant des Dieux" (Orion)
  • Scène 2: "Vous deviendrez sensible à ma fidèle ardeur" (Orion)
  • Scène 2: "Non, non, ne vous flattez point que je porte ses chaînes" (Alphise, Orion)
  • Scène 3: "J'ai triomphé d'un Monstre affreux" (Diane)
  • Scène 3: "Sans l'indifférence" (Deux Nymphes)
  • Scène 3: "Souveraine des bois, quelle est votre puissance" (Une Nymphe)*
  • Scène 3: "Jupiter s'arme de ses traits" (Une Nymphe)
  • Scène 3: "Digne Sœur du Père du jour" (Une Nymphe)*

Acte IIIModifier

  • Scène 1: "Qu'ai-je entendu ? tout m'apprend en ces lieux" (Alphise)
  • Scène 4: "Vas-tu m'abandonner, Repos si plein de charmes" (Diane)
  • Scène 5: "Pourquoi rougir d'une faiblesse ?" (Alphise)
  • Scène 6: "Objet de tous mes vœux, un autre aurait ma foi" (Alphise)
  • Scène 7: "C'est peu de revoir ce qu'on aime" (Pallante)
  • Scène 7: "Dans le sein des frimats" (Pallante)
  • Scène 7: "J'abandonne mon âme aux transports les plus doux" (Pallante)
  • Scène 8: "Unissez vos voix, chantez tous" (Pallante)
  • Scène 8: "Dans nos climats" (Un Scythe)

Acte IVModifier

  • Scène 1: "Que tu me fais souffrir, triste & pompeuse Fête" (Orion)
  • Scène 2: "Qu'ils ont d'attraits pour votre Amant" (Orion)
  • Scène 2: "Vole, Amour, viens nous secourir" (Orion, Alphise)
  • Scène 4: "Fatal Auteur de mes alarmes" (Diane)
  • Scène 5: "Rien n'est si doux sur la terre" (Trio de Nymphes)*
  • Scène 5: "Vos bois ont été nos asiles" (Une Nymphe)*
  • Scène 5: "Sans peine l'Amour m’entraîne" (Une Nymphe)
  • Scène 6: "Tremblez, l'Amour jaloux, de mon âme s'empare" (Diane)

Acte VModifier

  • Scène 1: "Amour, redoutable vainqueur" (Diane)
  • Scène 2: "Transports de haine & de rage" (Diane, Orion)
  • Scène 4: "Quoi ! je ne vois couler que du sang & des larmes" (Diane)
  • Scène 4: "L'Amour m'a soumise à sa loi" (Diane)
  • Scène 4: "O Triomphe nouveau, digne d'une Immortelle" (Orion, Alphise)*
  • Scène 4: "Triomphez puissante Déesse" (Alphise) [Supplément]*
  • Scène 4: "Habitants fortunés de ce charmant séjour" (Orion)*
  • Scène 5: "Rassemblez-vous, Plaisirs aimables" (Une Nymphe, Chœur)*
  • Scène 5: "Dieu d'Hymen, après mille peines" (Une Nymphe)*

*: airs dont les paroles ne figurent pas dans le livret

Notes et référencesModifier

  1. François Parfaict ; Claude Parfaict, Dictionnaire des théatres de Paris, contenant toutes les pièces qui ont été représentées jusqu'à présent sur les différens théâtres françois, & sur celui de l'Académie royale de musique: les extraits de celles qui ont été jouées par les comédiens italiens, depuis leur rétablissement en 1716, ainsi que des opéra comiques, & principaux spectacles des foires Saint Germain & Saint Laurent, Paris, Lambert, , 584 p. (lire en ligne), p. 35
  2. Mercure de France, Paris, , 680 p. (lire en ligne), p. 561
  3. Orion, Paris, Jean-Baptiste-Christophe Ballard, (lire en ligne), p. 56
  4. Louis De La Coste, J.-B.-Christophe Ballard, Joseph de Lafont et M. l'Abbé (Simon-Joseph) Pellegrin, Orion : tragédie en musique, Paris, Christophe Ballard ..., , 331 p. (lire en ligne), p. 330
  5. Petite bibliothèque des théatres, contenant un recueil des meilleures pieces du théatre françois, tragique, comique, lyrique & bouffon, depuis Porigine des spectacles en France, jusqu'à nos jours, Au Bureau de la Petite bibliotheque des théatres, (lire en ligne)
  6. Ėdouard Georges Jacques Gregoir, Des gloires de l'opéra et la musique à Paris ...: v. 1013-1750, Schott frères, , 452 p. (lire en ligne), p. 64
  7. Petite bibliothèque des théatres, contenant un recueil des meilleures pieces du théatre françois, tragique, comique, lyrique & bouffon, depuis Porigine des spectacles en France, jusqu'à nos jours, Au Bureau de la Petite bibliotheque des théatres, (lire en ligne)
  8. Louis de (1675?-175 ?) Compositeur Lacoste, « Télégone tragédie, [paroles de Pellegrin], mise en musique par M. La Coste, représentée pour le 1ère fois par l'Académie Royale de Musique le mardi 6e jour de Novembre 1725 », sur Gallica, (consulté le 12 novembre 2019)
  9. Orion, Paris, Jean-Baptiste-Christophe Ballard, (lire en ligne), iii
  10. D'autres auteurs rapportent qu'Orion a voulu violer Opis, ce qui suscite le châtiment de Diane. Selon Mythologie, c'est à dire explication des fables (de Montlyard, 1607, Livre Huitième, ch. XIII "d'Orion", p. 871)
  11. Mercure de France, Paris, , 680 p. (lire en ligne), p. 561
  12. Georges Favre, Revue de Musicologie, T. 57, No. 2 (1971) : Un prince mélomane au XVIIIe siècle. La vie musicale a la Cour d'Antoine Ier, prince de Monaco (1661-1731), Société Française de Musicologie (lire en ligne), p. 138
  13. Mercure de France, Paris, , 680 p. (lire en ligne), p. 574
  14. Mercure de France, Paris, , 680 p. (lire en ligne), p. 576
  15. Mercure de France, Paris, , 680 p. (lire en ligne), p. 571
  16. Mercure de France, Paris, , 680 p. (lire en ligne), p. 578-579
  17. Mercure de France, Paris, , 680 p. (lire en ligne), p. 568-569
  18. Mercure de France, Paris, , 680 p. (lire en ligne), p. 574
  19. Mercure de France, Paris, , 680 p. (lire en ligne), p. 579

Liens externesModifier