Ordres majeurs

Les ordres majeurs, qu'on distinguait des ordres mineurs, étaient :

À ces ordres était attachée l'obligation de la continence perpétuelle[1].

Depuis l'entrée en vigueur du motu proprio du pape Paul VI Ministeria quaedam du , les fonctions des ordres mineurs sont appelées ministères[2]; les fonctions qu'exerçait le sous-diacre « sont confiées au lecteur et à l'acolyte et par suite, dans l'Église latine, l'ordre majeur du sous-diaconat n'existe plus[3]». L'acolytat peut en certains lieux, au jugement de la conférence épiscopale, porter le nom de sous-diaconat[3].

Déjà avant 1972 on considérait que le sous-diaconat n'était pas un sacrement[4],[5], et il n'existe que trois ordres qui sont un sacrement :

Dans sa constitution dogmatique sur l'Église Lumen gentium le IIe concile œcuménique du Vatican a enseigné que précisément ceux-ci sont les trois degrés de la hiérarchie de l'Église, sans mentionner ni le sous-diaconat ni les ministères qu'on appelait les ordres mineurs[6].

Liens internesModifier

Notes et référencesModifier