Ouvrir le menu principal
Manifestation contre la guerre du Viêt Nam à Washington en octobre 1967.

L'opposition à la guerre du Viêt Nam est un ensemble de contestations, débutant en 1964 par des manifestations, de l'engagement militaire des Américains dans la guerre, et qui s'est transformé en un vaste mouvement social au cours des années suivantes. Ce mouvement cherche à informer le public sur le conflit et à interpeller, principalement aux États-Unis, au cours de la seconde moitié des années 1960 et début des années 1970 sur la fin de la guerre.

Les militants au premier rang de ce mouvement pacifiste aux États-Unis sont des étudiants, des mères ou des hippies. L'opposition augmente avec l'engagement des militants du mouvement des droits civiques, de ceux défendant les droits des femmes ou de syndicalistes. Sa popularité s'étend encore avec le soutien de nombreux autres groupes, y compris les enseignants, le clergé, les universitaires, les journalistes, les avocats, les médecins (comme Benjamin Spock) et les anciens combattants. Leurs actes consistaient principalement en manifestations non violentes, bien que quelques événements ont été délibérément provocateurs et violents. Dans certains cas, la police a fait usage de moyens brutaux contre des manifestants pacifiques.

En 1967, selon Gallup Polls, une majorité croissante d'Américains considéraient l'implication militaire des États-Unis au Viêt Nam comme une erreur.

Notes et référencesModifier