Opération Némésis

L'opération Némésis est le nom de l'opération menée entre 1920 et 1922 par des Arméniens pour exécuter plusieurs responsables du génocide arménien ou des massacres d'Arméniens à Bakou.

Exposition consacrée à l'opération Némésis au musée du génocide arménien à Erevan.

OriginesModifier

Au départ, cette action est organisée par la Fédération révolutionnaire arménienne (FRA) afin d'exécuter les sentences des Cours martiales ottomanes lorsque celles-ci les ont prononcées par contumace. L'opération doit son nom à Némésis, déesse grecque de la juste colère et de la rétribution divine.

ActionsModifier

Au total, huit hauts responsables turcs ou azerbaïdjanais (et trois « traîtres » arméniens) sont tombés sous les balles de sept « justiciers »[1].

Le , assisté de deux complices, Soghomon Tehlirian a ainsi tué Talaat Pacha en pleine rue à Berlin. Ministre de l'Intérieur puis grand vizir de l'Empire ottoman durant le génocide, Talaat Pacha s'y était installé après avoir fui la Turquie au moment de la chute du régime Jeune-Turc. Soghomon Tehlirian est arrêté par la police allemande immédiatement après l'assassinat de Talaat Pacha, mais acquitté par un tribunal berlinois trois mois plus tard.

Un autre membre de Némésis, Archavir Chiragian, a assassiné Said Halim Pacha (grand vizir durant le génocide) à Rome le et Djemal Azmi (en) (en poste à Trébizonde durant le génocide, il avait organisé la noyade de dizaines de milliers d'Arméniens dans la mer Noire) à Berlin le  ; il blesse également Behaeddine Chakir, qui est tué par un complice de Chiragian, Aram Yerganian, quelques secondes plus tard.

Liste d'assassinats perpétrés dans le cadre de l'opération NémésisModifier

Date et lieu Cible Responsables

  RD de Géorgie, Tbilissi
 
Fatali Khan Khoyski
Premier ministre d'Azerbaïdjan
Aram Yerganian
Misak Kirakosyan

  République de Weimar, Berlin
 
Talaat Pacha
Ministre de l'Intérieur et Grand vizir
 
Soghomon Tehlirian

  Turquie, Constantinople
 
Behbud Khan Javanshir
Ministre de l'Intérieur d'Azerbaïdjan
Misak Torlakian

  Royaume d'Italie, Rome
 
Saïd Halim Pacha
Grand vizir
 
Archavir Chiragian

  République de Weimar, Berlin
 
Behaeddine Chakir
Membre fondateur du Comité Union et Progrès
Aram Yerganian

  République de Weimar, Berlin

Cemal Azmi
Gouverneur du vilayet de Trébizonde
 
Archavir Chiragian

  RSS de Géorgie, Tbilissi
 
Djemal Pacha
Gouverneur de Syrie et ministre de la Marine ottomane
Stepan Dzaghigian
Artashes Gevorgyan
Petros Ter Poghosyan

Dans la cultureModifier

Bande dessinée librement inspirée de l'opération Némésis.
  • Paolo Cossi, Jean-Blaise Djian, Jan Varoujan, Mission Spéciale - Némésis (BD)[2], éd. Sigest, 2014.
  • Olivier Delorme, Tigrane l'Arménien, H&O, 2018 (roman qui mêle à une intrigue contemporaine le génocide arménien et l'opération Némésis).

Notes et référencesModifier

  1. C'est ainsi qu'ils s'appelaient. Voir également les Commandos des justiciers du génocide arménien (CJGA), qui reprend la terminologie en souvenir de l'opération Némésis pour assassiner les diplomates turcs accusés de diffuser la négation du génocide arménien.
  2. Ariane Bonzon, « Bande dessinée: ils ont planché sur le génocide arménien », sur Slate,

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Archavir Chiragian, La dette de sang. Un Arménien traque les responsables du génocide (1921), précédé de « Le temps des assassins » par Gérard Chaliand, éd. Ramsay, 1982, rééd. aux éd. Complexe, 1984
  • Jacques Derogy, Opération Némésis, Fayard, 1986. Réédité dans l'anthologie Fragments d'Arménie, éd. Omnibus, 2007 (p. 473-723)
  • Yves Ternon, La cause arménienne, Le Seuil, 1983 (récit de l'opération Némésis p. 113-117)

Liens externesModifier