Ouvrir le menu principal

Opération Crimson
Description de cette image, également commentée ci-après
Le HMS Victorious, navire principal de l'attaque.
Informations générales
Date
Lieu Indes orientales néerlandaises
Issue

Succès opérationnel limité des Alliés

  • Dommages importants infligés aux installations côtières et portuaires
  • Aérodromes peu endommagés
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de la France France
Drapeau du Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni James SomervilleDrapeau du Japon Moritake Tanabe
Forces en présence
2 porte-avions
4 cuirassés
6 croiseurs
10 destroyers
2 sous-marins
34-39 avions de chasse
Défenses cotières
2 avions de reconnaissance
9-10 avions de chasse
Pertes
Pertes humaines inconnues
1 croiseur endommagé
2 destroyers endommagés
2 avions de chasse détruits
Pertes humaines inconnues
2 avions de reconnaissance détruits
2 avions de chasse détruits
2 avions de chasse endommagés
Pertes civiles
1 correspondant de guerre sur un navire allié a été tué

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique
Japon :

Pacifique central :

Pacifique du sud-ouest :

Asie du sud-est :


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

L'opération Crimson était le nom de code d'une opération aéronavale dirigée par les Britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale, l'objectif étant de bombarder simultanément des aérodromes japonais dans les villes indonésiennes de Sabang, Lhoknga (en) et Kutaraja, à partir d'un porte-avions basé dans l'océan Indien le .

Sommaire

Stratégie et préparatifsModifier

 
Vought F4U Corsair, le type d'avion utilisé dans l'attaque aérienne.

Contrairement à certaines opérations antérieures ayant mobilisés des forces réduites pour harceler ou détourner les Japonais, l'opération Crimson était « une opération pur-sang » avec pour objectif de « créer le désordre dans la base aérienne et les installations portuaires et détruire tous les navires qui s'y trouvaient[1]». 

Appareillant de Trinquemalay, la force navale sous le commandement de l'amiral James Somerville[2] comprenait deux porte-avions (HMS Victorious et Illustrious), quatre cuirassés (HMS Queen Elizabeth, HMS Valiant, HMS Renown, et le français Richelieu), six croiseurs (Ceylon, Cumberland, Gambia, Nigeria, Phoebe et Tromp), ainsi que dix de destroyers (Quality, Quickmatch, Quilliam[3]Racehorse, Raider, Rapid, Relentless, Rocket, Roebuck, Rotherham[4]), suivis par deux sous-marins (Templar et Tantalus[5]).

L'attaqueModifier

Les porte-avions lancèrent 34 à 39 chasseurs Vought F4U Corsair, sous le commandement du lieutenant commander Frederick Richard Arnold Turnbull. En dépit d'un retard de cinq minutes, l'obscurité empêcha l'attaque de cibles avec précision, l'aviation se rabattant donc à de plus gros bâtiments situés proximité. Le feu antiaérien japonais a abattu un seul Corsair, bien que le pilote ait été sauvé.

Les cuirassés, aidés par des avions de l'Illustrious, ont bombardé à distance les installations portuaires de Sabang et les casernes locales. Les croiseurs ont attaqué les batteries côtières et une station sans fil, tandis que les destroyers se sont concentrés sur une station radar.

Après le bombardement principal, les Tromp, Quality, Quickmatch et Quilliam, sous les ordres du capitaine Richard Onslow, entrèrent dans le port de Sabang et bombardèrent des positions japonaises[6],[7]. L'artillerie côtière endommagea la plupart des navires excepté le Quickmatch, causant quelques blessés et tuant un correspondant de guerre.

Lorsque la Task Force fit demi-tour, elle fut attaquée par deux avions japonais qui furent interceptés et abattus. Plus tard dans l'après-midi, 9-10 avions de chasses A6M "Zero" engagèrent 13 Corsairs. Les Britanniques en détruisirent deux et en endommagèrent deux autres.

Bilan de l'attaqueModifier

Les Alliés ont perdu un total de deux Corsairs au cours de l'opération. Un rapport du raid cite :

« La force est arrivée à la position prévue dans les premières heures du mardi 25 juillet. À 4 heures du matin, les navires capitaux ont été détachés pour bombarder Sambang avec les navires Cumberland, Kenya et Nigeria. À 05 h 25 les deux porte-avions ont lancé leurs avions. Le raid fut un succès avec beaucoup de dégâts causés aux forces japonaises. »

L'opération Crimson a été le dernier événement du commandement militaire de l'amiral Somerville avant que des inquiétudes au sujet de sa santé aient forcé son transfert dans la fonction diplomatique.

Notes et référencesModifier

  1. Malcolm H. Murfett, Naval Warfare 1919–45: An Operational History of the Volatile War at Sea, page 357, 2008.
  2. Stanley Sandler, World War II in the Pacific: An Encyclopedia, page 729, 2001.
  3. Mason, Geoffrey, « HMS QUILLIAM », Naval History, sur Naval History, (consulté le 19 octobre 2013)
  4. Mason, Geoffrey, « HMS RAIDER », Naval History, sur Naval History, (consulté le 19 octobre 2013)
  5. David Hobbs, The British Pacific Fleet: The Royal Navy's Most Powerful Strike Force, 2nd, , 50–52 p. (ISBN 9781783469222, lire en ligne)
  6. « "BISHOP" – BEIF Covering operation for Rangoon Landing », Royal Navy in Pacific and Indian Oceans area, sur Royal Navy in Pacific and Indian Oceans area (consulté le 19 octobre 2013)
  7. Table of actions by Royal Navy.

Voir aussiModifier